Actuellement indisponible.
Nous ne savons pas quand cet article sera de nouveau approvisionné ni s'il le sera.
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon

Killer Import

4.6 étoiles sur 5 25 commentaires client

Boutique Vinyle
Retrouvez toute notre sélection de Vinyles au sein de notre boutique Vinyle.
Nos clients ont également consulté ces articles en stock

Offres spéciales et liens associés


Page Artiste Alice Cooper


Détails sur le produit

  • Album vinyle
  • Nombre de disques: 1
  • Format : Import
  • Label: Warner Brothers
  • ASIN : B000M051O8
  • Autres éditions : CD  |  Cassette  |  Album vinyle  |  Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 4.6 étoiles sur 5 25 commentaires client
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 702.227 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  •  Voulez-vous mettre à jour des informations sur le produit, faire un commentaire sur des images ou nous signaler un prix inférieur?

Descriptions du produit

ALICE COOPER Killer (UK Warner Brothers issue of the 1971 8-track vinyl LP including Under My Wheels picture sleeve with picture inner. The vinyl and sleeve remain in near mint condition K56005)


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Meilleurs commentaires des clients

Par Un client le 19 octobre 2002
Format: CD
A ceux qui croient encore que ce pauvre Alice Cooper (alias Vincent Furnier) n'est qu'un vieil hard rockeur totalement défraîchi et ringard (ce qu'il est peut-être devenu mais cela n'est pas mon propos ici), à ceux là je dis - écoutez cet album. Il date de 1971 et il n'a pas pris une ride. Tout ici transpire le ... rock. Car il s'agit bel et bien de ROCK. Et de ces albums qui sont devenus des classiques, des incontournables. De ceux qui posent les fondations de tout un genre musical : le rock (dans tout ce qu'il a de beau et varié). Produit par Bob Ezrin (les connaisseurs du rock de ces années apprécieront, pour les autres, c'était le producteur de Lou Reed, Peter Gabriel et autres Pink Floyd), cet album contient de nombreuses perles. De l'ouverture de " Under my wheels " (avec son petit riff d'introduction) à celui de " Desperado " (tout en arpège), du rapide et furieux " You drive me nervous " au final " Killer " (et le satanique bruit de décharge de la chaise électrique), sans oublier le monumental " Halo of fire ", cet album n'est que bonheur musical et énergie. Les musiciens sont talentueux et inspirés, les mélodies sont accrocheuses et variées. Rajoutez à cela des thèmes lugubres et malsains et des morceaux bien virils, et vous obtiendrez un album culte du rock. Un monument, indispensable (comme tous les albums de ce groupe enregistrés entre 1970 et 1975 !).
Remarque sur ce commentaire 20 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD
Killer est le premier album d'Alice Cooper a avoir obtenu du succès. Sorti en 1971, le disque, sous sa pochette rouge agressive montrant Kachina (boa préféré d'Alice Cooper), est court (trop court : 36 minutes pour 8 titres), mais mémorable.
Pour tout dire, c'est quasiment un album-concept tournant autour d'un thème limite explicité par le titre de l'album : la mort. Violente. Under My Wheels, titre d'ouverture, monstrueux, semble ne posséder qu'un seul et unique thème : 'oh, merde, je viens de te rouler dessus ! Ca va, pas trop écrasé, quand même ?'. Alice Cooper (en fait, Vincent Furnier de son vrai nom) chante avec une aisance et une virulence rarement atteinte dans le rock, même hard, et surtout à l'époque. A coté de ce titre puissant, le second, Be My Lover, semble largement plus calme. Il l'est. Une ode à une groupie un peu conne, soit-dit en passant.
Des titres comme Halo Of Lies (titre hautement explicite, 'essaim de mouches', pour une cavalcade incroyable de 8 minutes), Dead Babies, Killer se passent de commentaires. Tout est dans leurs noms. Dead Babies est un immense titre glauque (malgré les arrangements faussement pop chatoyants de Bob Ezrin, producteur du Coop') narrant les (més)aventures de Little Betty, une petite fille qui crêve d'une indigestion de médicaments parce que sa maman, trop occupée à se pinter au bar, ne la surveille pas assez. Conclusion, 'les bébés morts ne prennent pas de trucs sur les étagères', tragiquement vraie, little Betty's sleeping in the graveyard...
Killer est une chanson tout aussi puissante, mais menée à un rythme nettement moins vif.
Lire la suite ›
2 commentaires 7 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD Achat vérifié
Oui-oui, et même de très loin ! En fait, ce n'est que mon avis personnel mais quand vous aurez écouter "Under my wheels", "Be my lover", "Killer" et surtout les 2 petites perles que sont "Halo of flies" (ma préférée) et "Desperado", vous ne pourrez plus vous en passer.
Pourtant, je dois reconnaître que je n'ai jamais été un fan d'Alice Cooper, que je trouve des albums comme "Love it to death", "School's out" ou encore "Billion dollar babies" relativement moyens. Mais ce "Killer", quel coup de maître ! Je le conseille vivement à tous ceux qui sont légèrement nostalgiques du Rock des seventies. Je le trouve même supérieur au célèbre "Welcome to my nightmare" qui est pourtant excellent.
2 commentaires 7 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD
D'accord pour dire que cet album est le meilleur d'Alice Cooper (ex-aequo avec "Billion Dollar Babies" ou "Welcome to my nightmares", je veux bien le concéder).
A mon sens, il l'emporte même sur ces deux derniers par sa spontanéité et sa fraîcheur. On sent ici que le groupe a enfin trouvé sa voie après trois albums de tâtonnement (trois albums qui ont d'ailleurs marqué une progression qualitative constante).
Killer est un album très rock, mais également très marqué par le psychédélisme - ce sera moins vrai des albums suivants.
Il démarre par un morceau au riff sauvage qui ferait même pogoter Benoit XVI: "Under my wheels". C'est en fait un pur morceau de rock'n'roll (comme l'étaient déjà, dans l'album précédent les tubes "I'm eighteen" et "Is it my body") mais passé à l'écorcheuse: mur de guitars et de basse + voix rocailleuse du chanteur.
Le disque s'achève par une longue suite de deux morceaux quasi enchaînés: "Dead Babies" - fausse ballade aux chœurs éthérés qui parle de bébés morts et laisse affleurer une menace malsaine sous-jacente - et "Killer", qui s'achève par une inoubliable coda hypnotique et le hurlement d'une chaise électrique mise sous tension. Ecouté sous l'influence de substance illicite, ce disque provoque un décollage immédiat - écouté dans un état normal, il dispense l'auditeur de tout palliatif médicamenteux pour parvenir à planer haut et fort.
Entre ces chefs d'œuvres qui ponctuent le disque, il y a 5 autres morceaux et parmi eux rien à jeter.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 4 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents



Discussions entre clients


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?