EUR 27,99
  • Tous les prix incluent la TVA.
LIVRAISON GRATUITE Détails
Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Kobaïa a été ajouté à votre Panier
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Egalement disponible en MP3
Album MP3 à EUR 19,98

Kobaïa

5.0 étoiles sur 5 7 commentaires client

Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Premium bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations
12 neufs à partir de EUR 20,90 4 d'occasion à partir de EUR 34,98
inclut GRATUITEMENT la version MP3 de cet album.
Uniquement pour les albums vendus par Amazon EU Sarl, hors cadeaux. Voir Conditions pour plus d'informations, notamment sur les coûts de la version MP3 en cas d'annulation de commande.
Passez cette commande pour sauvegarder la version numérique de cet album dans votre bibliothèque Amazon Music. Vendu par Amazon EU S.à r.l.
Promotions et bons plans musique CD Vinyle Promotions et bons plans musique CD Vinyle


Offres spéciales et liens associés


Page Artiste Magma


Produits fréquemment achetés ensemble

  • Kobaïa
  • +
  • K.A. (kohntarkosz anteria)
  • +
  • Kohntarkosz
Prix total: EUR 66,40
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Détails sur le produit

  • CD (8 février 1993)
  • Nombre de disques: 2
  • Label: Seventh Records
  • ASIN : B0006PV5OE
  • Autres éditions : CD  |  Album vinyle  |  Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 5.0 étoiles sur 5 7 commentaires client
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 77.673 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  •  Voulez-vous mettre à jour des informations sur le produit, faire un commentaire sur des images ou nous signaler un prix inférieur?

  • Ecouter les extraits (Extrait)
1
30
10:09
Album uniquement
2
30
6:15
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
3
30
4:21
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
4
30
7:41
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
5
30
2:47
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
6
30
10:52
Album uniquement
Disc 2
1
30
7:00
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
2
30
12:57
Album uniquement
3
30
8:08
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
4
30
Muh
Muh
11:17
Album uniquement

Descriptions du produit

Description du produit

A la fin des années soixante, époque où tout le monde semble s'accommoder de la totale hégémonie anglo-saxonne sur la musique française, Christian Vander fonde le groupe Magma et affirme sa volonté de produire une musique différente, d'identité essentiellement européenne. Avec "Kobaïa", premier album (double) qui paraît en 1970, il atteint cet objectif au-delà de toute espérance. "Cri" de révolte et de haine contre cette Terre qui étouffe l'homme et le conditionne, la musique de Magma synthétise les influences les plus diverses, de Stravinsky à Bartok, de Bach à Coltrane, du jazz au rock en passant par le rhythm'n'blues, pour produire un discours musical totalement neuf qui, s'il peut paraître déroutant à la première écoute, ne tarde pas à révéler des splendeurs insoupçonnées. Si l'instrumentation du groupe est finalement assez classique, c'est l'utilisation qui en est faite qui confère à ce disque son caractère "révolutionnaire": une section rythmique implacable, au jeu binaire complètement repensé, des cuivres tsunamiens au discours jusqu'alors inconnu, et ce chant si particulier qui utilise un langage inventé, comme pour nous dire que désormais plus rien ne sera comme avant.

Critique

Par-delà le choc initial (c’est ici qu’on entend pour la première fois des chants en « kobaïen », cet idiome inventé par Christian Vander pour nous conter sa saga de fin du monde et c’est la première fois qu’on peut contempler la griffe qui suivra comme un logo le groupe tout au long de son parcours), les débuts de Magma (en format double) désarçonnent par le contraste créé vis-à-vis de ce que l’on peut entendre à la même époque en matière de rock français.

Ici, la musique est rigoureusement écrite et non improvisée dans un désordre approximatif. De plus, on ne réserve aux guitares que la portion congrue (le manche est pourtant tenu par rien moins que Claude Engel) et ce sont cuivres, vents et claviers qui se taillent la part du lion. Le minutage inusité des pièces (simplement dix morceaux en quatre faces) éloigne encore davantage d’une pop immédiatement consommable et vaguement anodine.

Mais c’est surtout l’inspiration, sombre et violente, qui interpelle. Comme si les jazz-rockers américains (Miles Davis en tête) avaient ôté toute pétulance de leur jeu, ce sont des cavalcades pesantes, souvent proches de la transe, qui nous sont offertes sur un mode binaire. Certes, les six partitions composées par le leader, batteur et chanteur Christian Vander tiennent la corde de ces climats anxiogènes, habités de la rugosité de la passion. Et on peut considérer que les compositions de Teddy Lasry ou François « Faton » Cahen, remplissent l’office d’oasis de lumière dans un panorama crépusculaire.

Mais l’ensemble reste néanmoins perçu comme une déferlante de violence musicale inaccoutumée, même si la pauvreté de la prise de son a, rétrospectivement, donné quelques rides à l’œuvre. Il restait au groupe à s’affranchir de l’héritage, en parcours obligé, d’un certain jazz trop convenu. Ce sera chose fait deux années plus tard.

- Copyright 2016 Music Story


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

5.0 étoiles sur 5
5 étoiles
7
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Voir les 7 commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Par CyrilKiri TOP 1000 COMMENTATEURS le 27 juillet 2007
Format: CD
Ce premier album est plutôt isolé dans la discographie de Magma : d'une part, sa tonalité générale n'est pas étouffante ou répétitive, contrairement à "Köhntarkösz" ou "M.D.K." (les deux autres sommets du groupe); d'autre part, son instrumentation, diversifiée, est dominée par les (nombreux) instruments à vent, que l'on entendra beaucoup moins voire plus du tout après le suivant, "1001° Centigrades", tout comme les guitares...
"Kobaïa" est une grande fresque descriptive, une sorte de "poème jazz", mais un jazz étrange et jamais entendu jusqu'alors, à l'architecture solidement et précisément écrite, un peu à la manière d'un Weather Report, mais en plus original encore et surtout beaucoup plus obscur... (on pense aussi au Miles Davis de "Pangaea" ou de "Bitches Brew" : même furie, même folie, et ce désir d'explorer des territoires si loins de tout...); une fresque en dix tableaux expressionnistes, composés par différents membres du groupe : ainsi, Christian Vander est l'auteur de la majorité des morceaux (six en tout, dont les trois premiers et les deux derniers), réellements hallucinants, extraordinaires... Les morceaux de Teddy Lasry, de Laurent Thibault, de François Cahen et de Claude Engel, plus lumineux dans l'ensemble, sont incroyables également.
Dans ce double-album à la fois déroutant et envoûtant, les cuivres et les bois jouent les premiers rôles : saxophones, flûtes, hautbois, trompette...
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 23 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par PERNOT le 12 avril 2003
Format: CD
Ni pop, ni jazz, ni musique d'hier, ni musique de demain. Magma est poussé par une force incroyable à prendre les instruments et à frapper. La musique de Magma comporte des traces de choses déjà entendues, réminiscences de hard rock ou de free jazz, mais ces influences ont été remarquablement comprises et assimilées, et tellement fondues en une conception originale et totalement personnelle au groupe qu'elles n'apparaissent jamais comme les éléments d'un collage artificiel. Musique dont l'impact fait un peu oublier les raffinements techniques et la complexité réelle des arrangements, tant celui qui l'écoute se trouve submergé par l'agression sonore des cuivres, la rage d'une section rythmique très différente des habituels monolithes binaires du rock, la diversité des couleurs sonores. Musique bâtie sur les contrastes, suspendue par instants, au hasard d'une introduction ou d'une baisse d'intensité, aux trilles solitaires d'une flûte et d'un piano, beauté esquissée pour être mieux déchiquetée, l'instant d'après, par un déferlement furieux. Par-dessus ces parties orchestrales minutieusement écrites, une voix à la tessiture très classique se perd dans de mystérieuses incantations, ballottée dans la tempête, sombrant parfois pour un temps, mais resurgissant toujours pour chanter, dans un langage inconnu où roulent les r, des rêves couleur de métal. L'étonnant est que cette musique entièrement écrite trouve dans le feu qui l'anime une forme bizarre de souplesse, presque la spontanéité d'une improvisation collective. Ce qu'elle n'est pas.Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 12 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Mélomania COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 50 COMMENTATEURS le 23 juin 2015
Format: CD
Première déclaration d'intention, première symphonie martienne du plus unique des groupes de rock progressif de chez nous, un des plus uniques tout court d'ailleurs, c'est évidemment de Magma que l'on cause, Kobaïa est un double album où Stravinsky, Orff, Wagner, John Coltrane évidemment, on va y revenir, King Crimson et l'Opéra de Quat'Sous de Brecht/Weill se rencontrant sur une lointaine planète, s'affrontant pour le meilleur et l'exceptionnel : un grand chaos apparent qui fera florès.
Mais évidemment, Magma est plus que la somme de ses influences, Magma c'est avant tout la création maniaque d'un batteur et vocaliste totalement atypique, un petit gars de Nogent-sur-Marne, fils adoptif du pianiste de Nougaro, en quête de la note suprême depuis que, adolescent, il découvrit un jazzman aussi halluciné que passionnant : John Coltrane. Parce que s'il y a une influence qu'on ne peut pas mettre sous l'éteignoir, une qui est suffisamment présente et décisive pour que tout l'art à venir du combo en général et de son indéboulonnable leader en particulier s'en ressente c'est bien celle du mythique natif de Caroline du Nord.
Et donc Magma, c'est du jazz ? Oui ! Et non.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Une personne a trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus


Discussions entre clients



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?