Acheter d'occasion
EUR 0,17
+ EUR 2,49 (livraison)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par France CDs
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: Envois en Chronopost disponible. Preparation & Expeditions du Nord de la France.
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Egalement disponible en MP3
Album MP3 à EUR 10,99

Korn Réservé à un public averti, Import

4.8 étoiles sur 5 12 commentaires client

17 d'occasion à partir de EUR 0,17 1 de collection à partir de EUR 8,50
Promotions et bons plans musique CD Vinyle Promotions et bons plans musique CD Vinyle


Offres spéciales et liens associés


Page Artiste Korn


Détails sur le produit

  • CD (11 octobre 1994)
  • Nombre de disques: 1
  • Format : Réservé à un public averti, Import
  • Label: Mis
  • ASIN : B000002AUU
  • Autres éditions : CD  |  Cassette  |  Album vinyle  |  Mini-disque  |  Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 4.8 étoiles sur 5 12 commentaires client
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 326.017 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  •  Voulez-vous mettre à jour des informations sur le produit, faire un commentaire sur des images ou nous signaler un prix inférieur?

Liste des titres

Disque : 1

  1. Blind
  2. Ball Tongue
  3. Need To
  4. Clown
  5. Divine
  6. Faget
  7. Shoots and Ladders
  8. Predictable
  9. Fake
  10. Lies
  11. Helmet In The Bush
  12. Daddy

Descriptions du produit

Critique

Lourd, sombre, plaintif : voilà qui peut résumer Korn et son premier album homonyme. Ce premier disque pose les fondements du style du groupe, qu’il s’agisse de la musique et du chant bien sûr, mais aussi des paroles ou de l’imagerie. La pochette, d’ailleurs, inaugure ce qui s’avérera récurrent de disque en disque, développant une symbolique de l’enfance menacée ou sur le point de basculer dans le drame – écho évident au passé troublé du chanteur.

 

Tout est posé d’emblée avec le formidable titre d’ouverture « Blind », qui demeurera un incontournable classique du groupe en concert. Malgré le caractère passablement plagiaire de la composition (l’intro est quasi-identique à celle du « Too Many Puppies » de Primus et le riff principal rappelle celui du « Scapegoat » de Fear Factory), le morceau affirme avec force l’unicité du groupe. Jamais mélodique, la musique de Korn est, sinon brutale, à tout le moins relativement âpre et parfois étouffante : les riffs sont répétitifs et l’instrumentation des couplets paraît construite comme des loops de hip-hop (influence qu’on retrouve aussi çà et là dans le chant) ; la basse slappée de « Fieldy Snuts » au son très lourd et le jeu de batterie puissant – et peu porté sur les cymbales – de David Silveria achèvent de bâtir des compositions massives.

 

Au micro, enfin, Jonathan Davis déverse des paroles plaintives et torturées, évoluant à la façon d’un possédé de susurrements torturés à des hurlements, en passant par d’occasionnelles scansions rap ou même du scat. Violé par un adulte à 12 ans, puis traité en souffre-douleur durant son adolescence, le chanteur dans ses paroles, simples et crues, laisse cours à ses angoisses, à ses pulsions vengeresses et autodestructrices. Et son interprétation peut être par instants singulièrement intense, à l’image de « Daddy », qui conclut l’album dans un dramatisme éploré libératoire, ou les explosions de colère et de fureur dont le disque est parsemé.

 

Pas un titre qui soit de trop sur ce premier album homonyme (comme pour « faire les présentations »), chacun ayant son lot de fantaisie ou de nuance, de la cornemuse de « Shoots and Ladders » aux feulements façon death metal de « Lies » ou au surprenant scat de « Ball Tongue ». Mais se détachent singulièrement, outre « Blind » – l’un des plus grands classiques du metal des années 90 – et le long et théâtral « Daddy » (qui rappelle le viol subi par le chanteur), le puissant et grinçant « Shoots and Ladders » (dont les comptines malmenées rappellent le thème de l’enfance ravagée) et le très vindicatif « Faget » (« pédé », insulte qu’adressaient au chanteur ses camarades de classe).

 

Abouti, sans pourtant manquer de spontanéité et de – hum ! – fraîcheur, ce premier album s'impose comme un disque d’une influence capitale dans l’histoire du metal. L’année suivante, les amis de Deftones sortent à leur tour un premier album, Adrenaline. Avec ces deux albums, les bases sont posées pour le mouvement qui sera bientôt nommé « néo-metal ». A noter : l’album est produit par Ross Robinson, sur le point de devenir le grand pontife dudit néo metal, puisqu’il produira ensuite Deftones (« Fist », sur l’album Adrenaline), Limp Bizkit, Soulfly ou encore Slipknot.

  - Copyright 2016 Music Story


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.8 étoiles sur 5
5 étoiles
9
4 étoiles
3
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Voir les 12 commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Format: CD
en 1994,le regretté kurt cobain,décide d'en finir avec un succés qu'il n'a pas voulu,et par la méme occasion avec la vie tout court...le rock est en deuil.mais de l'autre coté de l'atlantique,à bakersfield pour étre précis,5jeunes déjantés et amis d'enfance,répéte les chansons de ce qui va devenir leurs premier album,sobrement intitulé,comme le nom de leur groupes"KORN"...et cet album va donner naissance à ce qu'on appellera le"nu metal".cet album au moment de sa sortie,rencontra assez vite,un succés d'estime,pour les amateurs de grosses guitares et d'ambiance sombre.puis il commence à se vendre par palettes entiéres,malgré son coté anticommercial trés prononcé de par son approche noire comme l'encre.Mais le son de ce nouveau groupe,est tellement novateur(ce qui donnera naissance à d'autres groupes genre limp...qu'il vaut mieux oublier!!!),comme je l'ai dit,de grosses guitares,une basse toujours joués en slapping,une batterie qui ne désemplie pas pendant prés d'une heure...et puis il y'a le chant de jonathan davis,emplie de rage,de colére,de frustrations et de tristesse qui s'il s'éclate dans son groupe,se sert de sa musique pour exorciser ses démons intérieurs,suite à une enfance trop dur à porter.Lire la suite ›
2 commentaires 5 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Barclau TOP 500 COMMENTATEURS le 14 décembre 2015
Format: CD
Ce disque est fondateur d'un mouvement. C'est un paradigme à tout point de vue. Korn représente la même rupture qu'avait proposé Metallica avec Kill'em All. On ne change pas que de style: on change de langage, de codes vestimentaires, de façon de penser, on change tout.
Le metal tournait en rond, le rock venait de perdre l'idole de son époque (Kurt Cobain), et voici qu'un jeune groupe se pointe avec un nouveau son qu'on ne sait identifier, reproduire, mais pourtant hyper simple et catchy. Des refrains accrocheurs, des lignes ravageuses, un duo basse-batterie qui groove à mort en empruntant au hip hop le plus fiévreux. Quel nom trouver? Avec cet album, les journalistes ont du inventer un nouveau genre, une nouvelle étiquette (une de plus, et pas pertinente pour autant): le neo metal. Raillé par beaucoup, il fera renaître une rivalité qu'on n'avait pas vu depuis les Mod's et les rockers (la violence en moi. Puis à force l'intelligence du public metal fait toujours s'assembler les publics divergents).
Korn divise alors autant qu'il rassemble, mais il fait en tout cas des ravages; Jonathan Davis est la nouvelle icône des ados, surtout masculins, les baggy sous le caleçon déferlent dans les cours (j'écoutais du black metal à l'époque, on se foutait bien de moi). J'ai connu l'arrivée de ce disque que j'ai méprisé, moi qui ne jurais que par le thrash, le black et le heavy.
Mais pourtant il fallait le voir, ce disque a vraiment marqué un tournant que j'ai apprécié peu de temps après (en fait j'ai commencé à apprécier Korn avec Follow the leader, j'ai donc succombé un peu plus tard que tous mes potes).
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Une personne a trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Jess (68) le 25 octobre 2015
Format: CD Achat vérifié
Tout correspond au descriptif je voulais depuis longtemps cet album qui contient beaucoup de titres incontournable du groupe.
Les débuts de Korn sont pour moi les meilleurs, fidèle à leur réputation.
Emballage soigné et rapide
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD Achat vérifié
j'avais la chance de posséder à une époque un exemplaire du live et je préfère quand même le Live point de vue rythme plus soutenu et voix du chanteur mais cet album est tout de même excellent.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD Achat vérifié
Le début des années 90, a vu naitre un bon nombre de groupe tous aussi bons, les uns que les autres ! Korn en fait parti et ils ont livré une tuerie l'album Korn !
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD
Je sais qu'en ce moment il est de très bon ton de cracher sur korn, et pourtant avec son premier disque eponyme, Korn vient de sortir un des albums metal les plus importants des années 90, au même titre que "Welcome to sky Valley" de Kyuss, "Enemy of the sun" de Neurosis, "Burn my eyes" de machine Head, "Aenima" de Tool ou même "In the nightside eclipse" de emperor (Chacun dans son style bien sur). C'est sombre violent torturé (ecoutez un morceau comme Lies) et très influencé rap, mais attention l'influence est fine, Korn ne se contente pas de faire du rap avec des guitares, aussi les comparaisons faites avec des groupes comme Limp Bizkit ou Linkin Park sont pour moi bien injustifiées, Korn est bien au dessus du lot, bien au dessus. Murs de guitares (Fake Lies), vocaux inquiétants (Helmet in the bush), un duo basse guitare toujours au top (Clown) Korn s'affirme dès les premières notes. Bien sur le côté "je suis mal dans ma peau et j'exploite le filon jusqu'a plus soif" pourra en gener plus d'un mais ce serait vraiment passer a côté de quelque chose...
En tout cas Korn vaut dix fois mieux que tous ses clones, alors allez y ca vaut le coup!
1 commentaire 5 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus


Discussions entre clients



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?