Acheter d'occasion
EUR 0,57
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Bon | Détails
Vendu par RecycLivre
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Merci, votre achat aide à financer des programmes de lutte contre l'illettrisme à travers le monde. Expédition depuis la France.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

La Légende des siècles, tome 1 Poche – 4 janvier 1999

5.0 étoiles sur 5 1 commentaire client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Poche, 4 janvier 1999
"Veuillez réessayer"
EUR 8,50 EUR 0,57

Il y a une édition plus récente de cet article:


Harry Potter Harry Potter

click to open popover

Offres spéciales et liens associés

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre ou numéro de téléphone mobile.




Détails sur le produit


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

5.0 étoiles sur 5
5 étoiles
1
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Voir le commentaire client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Victor Hugo est un stakhanoviste de la pensée. Au physique comme au mental, il semble un géant égaré des œuvres de Rabelais. Dans la Légende des siècles, la poésie coule comme un large fleuve intarissable, au point qu'il n'aurait pas été déplacé qu'il l'écrivît sur une ile perdue au centre de l'Amazone, directement en portugais, influencé par ce fleuve d'éternité vaste comme un pays. Dans le poème consacré à Caïn, l'oeil du remord l'emporte sur les constructions humaines : 'L'œil était dans la tombe et regardait Caïn'. Dans Booz endormie, c'est l'éternel féminin qui l'emporte de par sa seul présence, en dépit de l'obstacle des races 'Booz, une moabite...'. Pour finir Victor Hugo bénéficie d'une facilité de langage qui ne s'est jamais démentie. Il saute à travers les obstacles comme un surdoué. Certains probablement auraient été fatigués rien qu'à le regarder écrire. Pourtant avec lui on ne s'ennuie jamais.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?