Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

L'étranger : Ou le pari de l'autre Broché – 12 février 2014

Rentrée scolaire 2017 : livres, fournitures, cartables, ordinateurs, vêtements ... découvrez notre boutique
4.5 étoiles sur 5 2 commentaires client

Voir les 2 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 29,00

Top NYP 2017 Top NYP 2017

click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Description du produit

Extrait

Avant-propos

J'ai voulu ici parcourir la notion d'étranger du point de vue d'autres mondes et je me suis trouvé devant une aporie. Les mondes que je connais un peu considèrent comme étrangers des êtres habitant d'autres univers. Nous traduisons faussement leurs notions par des mots que nous pensons équivalents en français : «esprits», «diables», «divinités», «génies»... Alors que le seul mot qui conviendrait est bien l'«autre», l'étranger, au sens étymologique. La connaissance de ces «autres», de leur écologie, de leurs modes d'existence, de leurs intentions, de leurs exigences, passionne littéralement les humains. Mais les explorations auxquelles se livrent ceux des mondes éloignés prennent des chemins très différents des nôtres.
Lorsqu'ils entreprennent une investigation de l'altérité, ils savent que l'esprit seul ne peut suffire. Pour appréhender un autre qui n'est pas un semblable, il faut lui céder notre corps et notre âme, du moins le temps de la rencontre. Les méthodes de l'anthropologie - et plus généralement des sciences humaines - qui ont formalisé une façon de décrire de manière objective la vie des autres, leurs pensées, leurs manières de table ou leurs manières de lit, ne pouvaient être utilisées ici, car ces méthodes présupposent que, au-delà des différences, nous partageons l'essentiel. Il est vrai qu'en français d'aujourd'hui nous appelons «étrangers» des «semblables» qui habitent ailleurs, dans d'autres lieux, dans d'autres langues - des semblables, tout de même ! J'ai cherché une méthode me permettant de décrire des êtres avec lesquels nous ne partageons rien, de véritables autres. Plus encore, j'entends démontrer que ce type de démarche assouplit notre existence et nos raideurs, nous familiarisant avec l'altérité en nous proposant l'expérience de sa radicalité. Qui a fait l'expérience de véritables autres sait ce qu'est un autre et ne le confondra plus avec un semblable. Cet essai est un hybride, il emprunte à la fiction sa capacité à nous transmettre l'expérience, et à l'anthropologie (plutôt l'ethnologie de Marcel Mauss) l'analyse fine de notions provenant d'autres univers. On pourrait appeler cette façon d'écrire philosofiction, un mot que j'ai imaginé sur le modèle de «science-fiction».
J'implore l'indulgence du lecteur qui pourrait être dérouté dans un premier temps par une telle démarche. Elle n'est pas simple fantaisie. La forme se veut ici aussi signifiante que le contenu. Pour l'aider néanmoins, j'ai tenté un glossaire qu'il pourra trouver en fin de volume.

Revue de presse

Texte atypique : l'ethnopsychiatre y mêle fictions et analyses, récit singulier et réflexion sur l'altérité. A Paris, un dimanche d'août, des enfants par centaines s'évanouissent dans les jardins publics. Leurs symptômes évoquent une crise aiguë d'épilepsie, sans séquelle apparente. Les jours suivants, ces enfants qui ne se connaissaient pas commencent à se chercher, se rejoindre, se regrouper. Les pouvoirs publics doivent finalement prendre au sérieux l'hypothèse d'une prise de contrôle de ces petits par d'invisibles puissances, dont l'origine extraterrestre demeure aussi énigmatique que les motivations. Sur cette trame, l'exercice de " philosofiction " que tente Tobie Nathan consiste à nouer des fils tirés de ses multiples travaux sur les diables, les phénomènes réels ou supposés de possession et d'influence. Argument central : la rencontre avec un autre qui n'est pas notre semblable suppose qu'on lui cède, au moins pour un temps, corps et âme. (Roger-Pol Droit - Le Monde du 27 février 2014)

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit


Commentaires client

4,5 sur 5 étoiles
5 étoiles
1
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Partagez votre opinion avec les autres clients
Voir les 2 commentaires client

Meilleurs commentaires des clients

le 26 mars 2017
Format: Broché|Achat vérifié
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 juillet 2014
Format: Broché|Achat vérifié
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Où en sont vos commandes ?

Livraison et retours

Besoin d'aide ?