• Tous les prix incluent la TVA.
Livraison gratuite dès EUR 25 d'achats. Détails
Il ne reste plus que 3 exemplaires en stock - passez vite votre commande.
Vendu par DVD Overstocks UK et expédié par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
L.A Woman a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,49 (livraison)
D'occasion: Bon | Détails
Vendu par awesomebooksfr
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Expédié sous 48h de notre dépôt en Angleterre. Prévoyez environ 7 à 10 jours pour la livraison. Cet article est d'occasion mais il est toujours en bon état. Assurez-vous de bien vérifier que le code régional du DVD acheté correspond à votre lecteur. Pour toute question n'hésitez pas à nous contacter.
Autres vendeurs sur Amazon
Ajouter au panier
EUR 9,48
Livraison gratuite dès EUR 25,00 d'achats. Détails
Vendu par : Amazon
Ajouter au panier
EUR 14,99
Livraison gratuite dès EUR 25,00 d'achats. Détails
Vendu par : The Music Warehouse
Ajouter au panier
EUR 21,52
Livraison gratuite dès EUR 25,00 d'achats. Détails
Vendu par : Media Vortex
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon

L.A Woman

4.6 étoiles sur 5 36 commentaires client

Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Premium bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations
9 neufs à partir de EUR 9,00 24 d'occasion à partir de EUR 0,71 4 de collection à partir de EUR 4,00
Promotions et bons plans musique CD Vinyle Promotions et bons plans musique CD Vinyle


Offres spéciales et liens associés


Page Artiste The Doors


Produits fréquemment achetés ensemble

  • L.A Woman
  • +
  • The Doors
  • +
  • Strange Days
Prix total: EUR 23,46
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Détails sur le produit

  • CD (2 décembre 1988)
  • Nombre de disques: 1
  • Label: Elektra/Asylum
  • ASIN : B0000264WB
  • Autres éditions : CD  |  Cassette  |  DVD audio  |  Album vinyle  |  Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 4.6 étoiles sur 5 36 commentaires client
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 19.830 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  •  Voulez-vous mettre à jour des informations sur le produit, faire un commentaire sur des images ou nous signaler un prix inférieur?

Liste des titres

Disque : 1

  1. The changeling
  2. Love her madly
  3. Been down so long
  4. Cars hiss by my window
  5. L a woman
  6. L america
  7. Hyacinth house
  8. Crawling king snake
  9. The wasp (texas radio and the big beat)
  10. Riders on the storm

Descriptions du produit

Description du produit

Description The final Doors album to feature vocalist Jim Morrison reaffirmed the quartet's grasp of blues-rock. Beset by personal and professional problems, they retreated to a rehearsal room, cast pressures aside, and recorded a handful of their most memorable compositions. The overall sound of the record isrelatively stripped down, but the musicianship is uniformlyexcellent, with empathetic interplay between guitarist Robbie Krieger and keyboard player Ray Manzarek. Jim Morrison's voice, though somewhat ragged and weather-worn, adds its fiercely unmistakable resonance. The spooky, low-key "Cars Hiss By My Window" and an edgy cover of John Lee Hooker's "Crawling King Snake" are straight, no-nonsense blues, but the album's highlights, including the jangling radio hit "Love Her Madly" and the breezy, chugging title track, which rides on a thrumming bass line and Krieger's fluid licks, mix bluesy bluster with the Doors' swirling, poetic magic. Morrison's death within weeks of the album's completion cast a pall over its content, especially the eerie rain and the funereal electric piano of "Riders On The Storm", the album's indisputable standout, and one of the most compelling, evocative songs in the band's catalogue. Though not the Doors' finest record, L.A. WOMAN was a fitting swan song for one of the mostunique and important bands of the '60s.

Amazon.fr

C'est peu après la sortie de cet album que Jim Morrison s'établissait à Paris avec Pamela, espérant oublier son statut de rock-star et de sex-symbol pour mieux repartir à zéro. On connaît la suite... Dernier disque de Morrison, L.A. Woman sonne symboliquement comme une apothéose. Mais, au-delà, c'est bien d'un disque essentiel du groupe californien et du rock qu'il s'agit. Si l'intro de "Riders On The Storm" justifie à elle seule le qualificatif de chef-d'oeuvre, que dire de "The Changeling", de "Love Her Madly", de "L'America" et, bien sûr, du morceau titre ? Morrison n'a peut-être jamais aussi bien chanté et Krieger, Manzarek et Densmore (accompagnés ici par le bassiste Jerry Scheff et le guitariste Marc Benno) n'ont peut-être jamais aussi bien joué, jamais aussi finement ciselé l'esthétique Doors. Paru en 1971, L.A. Woman a reçu en France le grand prix de l'académie Charles-Cros. --Philippe Margotin

Voir l'ensemble des Descriptions du produit

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.6 étoiles sur 5

Meilleurs commentaires des clients

Par Lester Gangbangs TOP 1000 COMMENTATEURSMEMBRE DU CLUB DES TESTEURS le 8 août 2010
Format: CD
Ce disque est le dernier des Doors. Enfin, le dernier des Doors avec Morrison plus exactement... C'est surtout un mystère et un miracle.
Parce que quand ils rentrent en studio, les Doors sont plus ou moins finis, lessivés ... Leurs disques précédents sont de plus en plus douteux, des choses comme « Roadhouse Blues » ou « Touch me » ne suffisant pas à cacher la misère créatrice de leurs dernières productions. Et surtout les Doors n'existent que pour et par Jim Morrison. Qui ne va pas très fort... Exit l'éphèbe dionysiaque des débuts, et place à un poussah alcoolo, défoncé et barbu, entraînant souvent le reste du groupe dans des concerts tournant vite à la cacophonie pathétique. Les Doors ont manqué le rendez-vous de Woodstock dont les héros ont le vent en poupe, Led Zeppelin et tout un tas de formations très électriques tournent sans relâche aux States et font rugir amplis et guitares, les autres groupes historiques psychédéliques californiens implosent (l'Airplane), virent country (le Dead), Hendrix et Joplin sont morts. Quand commencent les séances de « L.A. Woman », les Doors font quasiment figure d'antiquités, de rescapés vestiges d'un autre temps ...
Le plus gros changement intervient au niveau du son, et envoie aux oubliettes la formule sonore jusque là immuable du groupe. Le producteur attitré depuis les débuts Paul Rothchild refuse le projet, et son assistant Bruce Botnick se retrouve à officier derrière la console.
Lire la suite ›
31 commentaires 31 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Eminian TOP 500 COMMENTATEURSMEMBRE DU CLUB DES TESTEURS le 31 juillet 2007
Format: CD
En avril 1971 les DOORS nous livrent L.A.WOMAN une merveille intemporelle et le 3 juillet de la même année, leur leader charismatique Jim Morrison est retrouvé mort dans sa baignoire au 47 de la rue Beautreillis à Paris.
Dès le premier morceau The Changeling, on sent qu'on est tombé sur un grand disque. Le groupe a désormais un bassiste, Jerry Scheff (ancien bassiste de Presley) et ça s'entend ! La voix de Jim elle aussi n'est plus la même, plus rauque. Sur Love Her Madly, rythmique qui pulse, riffs de guitares et orgue nous mettent en joie. Been Down So Long, la voix de Jim est méconnaissable, Robbie Krieger lâche de bien belles envolées de guitares qui se répondent sur les canaux droit et gauche de la stéréo, s'appuyant sur un jeu de basse épais. Avec Car Hiss By My Window on aborde le blues, un titre lent pour souffler, avant d'attaquer L.A.Woman, dont le rythme va en s'accélérant, toujours poussés par la basse/batterie, la guitare et l'orgue se la donnent ! « Cops in car, the topless bars/Never saw a woman so alone/ So alone » Jim nous donne sa vision de Los Angeles et des femmes. Le morceau dure 7mn49 et du temps des disques en vinyle ici s'achevait la face 1 qui nous voyait en transe. La suite c'est L'America, qui démarre très lentement, les instruments entrant les uns après les autres, avec une batterie (John Densmore) martiale. Hyacinth House est un titre plus faible. Crawling King Snake est une adaptation d'un blues de John Lee Hooker où Robbie Krieger se distingue. Les deux derniers titres mettent le feu à ce qui restait debout dans la baraque !
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 7 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Mélomania COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 50 COMMENTATEURS le 14 juillet 2012
Format: CD Achat vérifié
Cela va sans dire mais il ne coûte rien de le rappeler, L.A. Woman, ultime opus des (vrais) Doors, avec Morrison donc, est un exceptionnel album où, pour la dernière fois, un des groupes les plus importants de la seconde moitié des années soixante délivre une performance ô combien recommandable en se repliant, à quelques exceptions près, sur les bases blues qui les virent débuter en 1965.

Et les classiques n'y manquent pas ! D'un Changeling bluesy et entrainant à souhait au jazzy, psychédélique et habité Riders on the Storm, descendant non-officiel de The End diront certains, les raisons de s'enthousiasmer pour le répertoire, et donc de se désespérer de son caractère final, sont aussi nombreuses que le nombre de pistes. Il faut dire que les Doors, séparés de leur producteur historique, Paul A. Rothchild, se sont ici épris d'une liberté nouvellement acquise et se laissent aller à simplement jouer ce qui leur fait envie en ne se souciant que peu (voire pas) de répercussions commerciales que ceci aura. Précisons aussi qu'enregistré live en studio, à l'exception de quelques overdubs de claviers, l'album s'offre sans fard, dans le plus simple appareil musical... Et qu'est-ce que c'est bon !

Ceci dit, le sel de cette édition 40ème anniversaire, s'il vaut pour l'album d'origine ici joliment remastérisé (à partir du mix de 1971), tient aussi dans les nombreuses outtakes et quelques raretés du Cd, matériau inédit à destination de ceux qui en veulent toujours plus et qui, pour le coup, ont largement de quoi se réjouir.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Une personne a trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents



Discussions entre clients



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?