• Tous les prix incluent la TVA.
En stock.
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
L'Œil et l'Esprit a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par RecycLivre
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: Merci, votre achat aide à financer des programmes de lutte contre l'illettrisme à travers le monde. Expédition depuis la France.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 3 images

L'Œil et l'Esprit Poche – 11 avril 1985

4.3 étoiles sur 5 4 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 34,40
Poche, 11 avril 1985
EUR 8,20
EUR 7,78 EUR 3,58
Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Premium bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations

Harry Potter Harry Potter

--Ce texte fait référence à l'édition Poche.
click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

  • L'Œil et l'Esprit
  • +
  • Le Visible et l'Invisible / Notes de travail
  • +
  • Phénoménologie de la perception
Prix total: EUR 37,60
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Extrait

La science manipule les choses et renonce à les habiter. Elle s'en donne des modèles internes et, opérant sur ces indices ou variables les transformations permises par leur définition, ne se confronte que de loin en loin avec le monde actuel. Elle est, elle a toujours été, cette pensée admirablement active, ingénieuse, désinvolte, ce parti pris de traiter tout être comme «objet en général», c'est-à-dire à la fois comme s'il ne nous était rien et se trouvait cependant prédestiné à nos artifices.
Mais la science classique gardait le sentiment de l'opacité du monde, c'est lui qu'elle entendait rejoindre par ses constructions, voilà pourquoi elle se croyait obligée de chercher pour ses opérations un fondement transcendant ou transcendantal. Il y a aujourd'hui - non dans la science, mais dans une philosophie des sciences assez répandue - ceci de tout nouveau que la pratique constructive se prend et se donne pour autonome, et que la pensée se réduit délibérément à l'ensemble des techniques de prise ou de captation qu'elle invente. Penser, c'est essayer, opérer, transformer, sous la seule réserve d'un contrôle expérimental où n'in­terviennent que des phénomènes hautement «travaillés», et que nos appareils produisent plutôt qu'ils ne les enregistrent. De là toutes sortes de tentatives vagabondes. Jamais comme aujourd'hui la science n'a été sensible aux modes intellectuelles. Quand un modèle a réussi dans un ordre de problèmes, elle l'essaie partout. Notre embryologie, notre biologie sont à présent toutes pleines de gradients dont on ne voit pas au juste comment ils se distinguent de ce que les classiques appelaient ordre ou totalité, mais la question n'est pas posée, ne doit pas l'être. Le gradient est un filet qu'on jette à la mer sans savoir ce qu'il ramènera. Ou encore, c'est le maigre rameau sur lequel se feront des cristallisations imprévisibles. Cette liberté d'opération est certainement en passe de surmonter beaucoup de dilemmes vains, pourvu que de temps à autre on fasse le point, qu'on se demande pourquoi l'outil fonctionne ici, échoue ailleurs, bref que cette science fluente se comprenne elle-même, qu'elle se voie comme construction sur la base d'un monde brut ou existant et ne revendique pas pour des opérations aveugles la valeur constituante que les «concepts de la nature» pouvaient avoir dans une philosophie idéaliste. --Ce texte fait référence à l'édition Poche .

Revue de presse

Dossier et notes réalisés par Lambert Dousson. Lecture d'image par Christian Hubert-Rodier. À partir de la terminale. --Ce texte fait référence à l'édition Poche .

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.




Détails sur le produit


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.3 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Par Latour07 1ER COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 500 COMMENTATEURSMEMBRE DU CLUB DES TESTEURS le 1 avril 2007
Format: Poche
J'ai beaucoup aimé cet ouvrage qui m'a permis de mieux comprendre la manière d'apprécier la peinture, surtout celle contemporaine, non figurative.

"(...) le propre du visible est d'avoir une doublure d'invisible au sens strict, qu'il rend présent comme une certaine absence."

Poursuivons les citations pour éclairer la pensée de ce grand philosophe :

"(...) puisque le tableau n'est un analogue que selon le corps, qu'il n'offre pas à l'esprit une occasion de repenser les rapports constitutifs des choses, mais au regard pour qu'il les épouse, les traces de la vision du dedans, à la vision ce qui la tapisse intérieurement, la texture imaginaire du réel." (p 24)

A propos de l'instant du monde que Cézanne voulait peindre :

"Essence et existence, imaginaire et réel, visible et invisible, la peinture brouille toutes nos catégories en déployant son univers onirique d'essences charnelles, de ressemblances efficaces de significations muettes." (p 35)

"L'espace est l'évidence du où" (p 47)

Sur le dédoublement de la vision :

"Ainsi la vision se dédouble : il y a la vision sur laquelle je réfléchis, je ne puis penser autrement que comme pensée, inspection de l'Esprit, jugement, lecture de signes. Et il y a la vision qui a lieu, pensée honoraire ou instituée, écrasée dans un corps sien, dont on ne peut avoir idée qu'en l'exerçant, et qui introduit, entre l'espace et la pensée, l'ordre autonome du composé d'âme et de corps.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 13 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche
Dernier texte, très court, achevé par Maurice Merleau-Ponty, L'oeil et l'esprit est une méditation alerte et profonde sur la peinture et la vision qu'elle suppose. Travaillant ainsi l'idée d'un rapport visuel original à l'apparence, s'opposant, dans un long chapitre à la compréhension cartésienne de la vision, Merleau-Ponty en arrive à mettre en valeur l'ancrage de l'artiste peintre, dont Cézanne est l'emblème, dans la profondeur de ce qui apparaît. Un texte indispensable et assez facile d'accès.
Remarque sur ce commentaire 14 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche Achat vérifié
Un petit livre intéressant. La peinture vue sous un autre angle. Contrairement aux scientifiques, la peinture peut être vue d'un point de vue plus bouddhiste. Le geste de peindre, la sensation de voir sont les aspects essentiels qui sont étudiés dans ce livre. Et la ligne, les couleurs, la perspective ou non deviennent des outils utilisés par le peintre qui traduit sa perception visuelle en une application sur une surface plane et limitée.
Pour ceux qui sont intéressés par la peinture, acte de peindre et pas uniquement le résultat.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche
Apothéose en un certain sens de la démarche phénoménologique, cette réflexion sur la peinture est inégale: tout ce qui concerne l'acte de voir est intéressant et fécond, même si Merleau-Ponty ne pose pas la question cruciale : qu'est-ce que voir un tableau?, mais celle plus restrictive de la couleur et de la forme comme interface et même enlacement de deux subjectivités. Par contre, dès qu'il s'aventure à spéculer sur les intentions des peintres, l'auteur tombe dans tous les travers des non-techniciens qui outrepassent leur champ de compétence... Au regard de ce qui s'est écrit par la suite sur les usages sociaux de l'art en général ainsi que des écrits de peintres réfléchissant sur leur propre pratique, ce texte apparaît plus daté que véritablement stimulant.
Remarque sur ce commentaire 17 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?