Acheter d'occasion
EUR 8,24
D'occasion: Bon | Détails
Vendu par livrelivre2
État: D'occasion: Bon
Commentaire: 4ème de Couverture abîmée. Prix en conséquence. Merci
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

L'Auberge du lac Broché – 23 janvier 2008

A la recherche d'une idée cadeau ? Découvrez notre boutique idées cadeaux livres, organisée par tendances et catégories. Une large sélection pour tous les goûts !


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
EUR 4,50

Idées cadeaux livres 2017 Idées cadeaux livres 2017

click to open popover

Offres spéciales et liens associés

  • Gratuit : téléchargez l'application Amazon pour iPhone, iPad, Android ou Windows Phone ou découvrez la nouvelle application Amazon pour Tablette Android !

  • Outlet Anciennes collections, fin de séries, articles commandés en trop grande quantité, … découvrez notre sélection de produits à petits prix Profitez-en !

  • Tout à moins de 5 euros ! Découvrez notre sélection de produits à petits prix... Profitez-en !

  • Publiez votre livre sur Kindle Direct Publishing en format papier ou numérique : C'est simple et gratuit et vous pourrez toucher des millions de lecteurs. En savoir plus ici .
  • Plus de 10 000 ebooks indés à moins de 3 euros à télécharger en moins de 60 secondes .


Description du produit

Extrait

Manon poussa un petit grognement et se tourna dans son lit. Chaque matin, c'était la même histoire. Vincent, son mari, se levait à six heures trente et, bien qu'il s'appliquât à faire le moins de bruit possible, il la réveillait chaque fois, si tant est que l'on puisse appeler réveil ces quelques grommellements sourds de la jeune femme qui, à peine arrachée aux limbes du sommeil, y glissait de nouveau pour n'en sortir qu'une heure plus tard.
Dans le mouvement un peu brusque qu'avait fait Manon en changeant de position, le drap avait glissé sur le haut de son corps nu, s'arrêtant dans une ultime pudeur à hauteur de ses reins, voilant ses fesses pommelées que le fin tissu moulait à la perfection, rendant le spectacle de son abandon d'autant plus excitant qu'il suggérait plus qu'il ne montrait.
Tout en s'habillant, Vincent caressa du regard la peau claire et veloutée de sa jeune épouse.
A vingt-cinq ans, Manon avait conservé un physique d'adolescente, bien que la femme, qui chaque jour s'affirmait un peu plus en elle, ait aujourd'hui des formes pleines aux endroits où le regard des hommes aime à s'attarder. Et puis il y avait sa peau, une peau de blonde, fine et fragile, douce aussi, une peau qui granulait, à peine y posait-il ses doigts ou ses lèvres.
Le jeune homme grand et sec au regard noir avala sa salive et soupira. Il se serait bien rallongé auprès de Manon, dans la chaleur de ce lit douillet. Il se serait volontiers serré contre son épouse qu'il aurait aimé réveiller en déposant de petits baisers dans son cou et sur ses épaules. Mais le devoir l'ap­pelait.
Les Marleix ne plaisantaient pas avec le travail, et s'ils vantaient haut et fort les mérites d'une société de loisirs, ce n'était que parce qu'ils en avaient fait leur fonds de com­merce.
Au coeur du Massif central, sur ces hauts plateaux entre les monts du Sancy et ceux du Cantal, au bord du lac de cratère des Ocloses, à près de mille mètres d'altitude, l'Auberge du lac était devenue en quelques décennies un exemple de réus­site en matière de tourisme rural, ou tourisme vert, comme disaient les chantres de l'aménagement du territoire.
Ces messieurs des administrations aimaient à se gargariser de mots à la mode, raccourcis, contractions ou mariages de concepts, comme agro-tourisme ou néo-ruraux. Le dernier vocable à la mode était «rurbains», terme qu'ils employaient à tout bout de champ pour qualifier les ruraux fraîchement arrivés à la ville, mi-ruraux mi-urbains. Ces expressions constituaient leur vocabulaire récurrent, autre mot à la mode dont ils émaillaient leurs discours aux vertus doucement anesthésiantes.
C'est Léon Marleix et sa femme Mélanie, les parents de Jean Marleix, l'actuel propriétaire de l'Auberge du lac, qui avaient eu l'idée, dans les années soixante, de diversifier leur activité agricole en proposant aux citadins ce qui ne portait pas encore le nom de ferme-auberge. Bien avant que l'appel­lation existe, ils en avaient imaginé le concept.
Ils avaient profité de l'opportunité de pouvoir racheter une propriété voisine de la leur pour transformer celle qu'ils possédaient au bord du lac des Ocloses en structure d'accueil confortable tout en lui conservant son caractère résolument campagnard. Ainsi avaient-il pu, tout en continuant à faire de l'élevage, tester l'efficacité de cette nouvelle activité.

Biographie de l'auteur

Pierre Lagier est journaliste. Il a publié Dimanche à Miel aux éditions J.-C. Lattès (2001), Squat Post Mortem aux éditions des 3 épis (2005) et Le Colonel limogé aux éditions Lucien Souny (2007).

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit


Commentaires client

Il n'y a pour l'instant aucun commentaire client.
Partagez votre opinion avec les autres clients

Où en sont vos commandes ?

Livraison et retours

Besoin d'aide ?