EUR 17,00 + EUR 33,00 Livraison en France métropolitaine
  • Tous les prix incluent la TVA.
Habituellement expédié sous 6 à 10 jours.
Expédié et vendu par Les Livres du Château.
EUR 17,00 + EUR 33,00 Livraison en France métropolitaine
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 5 images

L'Herbier boisé Broché – 18 septembre 2014

Envie d'offrir un livre ? Découvrez les succès de l'année 2017, que nous avons sélectionnés spécialement pour vous !

5.0 étoiles sur 5 1 commentaire client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
EUR 17,00
EUR 17,00 EUR 49,00

Les succès de l'année 2017 Les succès de l'année 2017

click to open popover

Offres spéciales et liens associés

  • Gratuit : téléchargez l'application Amazon pour iPhone, iPad, Android ou Windows Phone ou découvrez la nouvelle application Amazon pour Tablette Android !

  • Outlet Anciennes collections, fin de séries, articles commandés en trop grande quantité, … découvrez notre sélection de produits à petits prix Profitez-en !

  • Tout à moins de 5 euros ! Découvrez notre sélection de produits à petits prix... Profitez-en !

  • Publiez votre livre sur Kindle Direct Publishing en format papier ou numérique : C'est simple et gratuit et vous pourrez toucher des millions de lecteurs. En savoir plus ici .
  • Plus de 10 000 ebooks indés à moins de 3 euros à télécharger en moins de 60 secondes .


Produits fréquemment achetés ensemble

  • L'Herbier boisé
  • +
  • L'Herbier oublié. Secrets de plantes retrouvés
  • +
  • Cueillettes sauvages
Prix total: EUR 71,50
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Description du produit

Extrait

Extrait du préambule

Être chez soi dans la nature !

Après des années passées à observer la nature, sans prétention ni jamais trop savoir ce que je recherchais, autre que du plaisir immédiat et contemplatif, je prends conscience, grâce au recul des ans, que l'objet de cette quête était peut-être tout simplement celui de m'y sentir bien... Ce sentiment confus, aujourd'hui traduit par des mots, ne date pas d'hier, il s'enracine dans l'insouciance d'une enfance campagnarde ; parlant de végétal, les racines sont naturelles ! N'ayant pas eu la tentation d'être un «enfant de la télé» ou de la console de jeux (qui console qui ? au fait), c'est sans regret aucun que, vivant à la campagne, j'ai passé le plus clair de mon temps à courir les palisses (haies en Charente), les marais et la côte atlantique.

Évoluant dans un environnement rural exclusif, dédié à l'agriculture, nous autres les enfants nous sommes vite rendus compte que les quelques espaces de liberté qui restaient à conquérir étaient les arbres. En ces lieux a priori «incultes», car ne faisant pas à proprement parler l'objet de cultures, les adultes nous laissaient évoluer sans autre entrave qu'un «tu fais bien attention à ne pas tomber !». Et puis, avantage indéniable, l'arbre nous permettait de nous isoler de ce monde adulte qui nous faisait peur, mais aussi de vivre des aventures à la hauteur de notre imagination. Une vraie cabane ne pouvait qu'être perchée dans un Frêne ou un Orme têtard ; les Clématites étaient des lianes, et nous Tarzan ! Cette même plante, on la fumait ; personnellement, je lui dois sans doute d'avoir été à jamais dégoûté de l'envie de tirer sur une cigarette... De la tige droite de Noisetier, on fabriquait l'arc et les flèches de nos guerres indiennes, tandis que d'autres bois - tel le Sureau qui poussait dans le mur du voisin - se transformaient en sarbacanes ou en sifflets disharmonieux, mais efficaces !

Mais la ferme, c'était aussi le travail. Pour ma part, j'ai aimé ce que certains appellent corvées ! J'ai aimé aller tailler les haies avec mon père pour faire des piquets. J'ai aimé faire les fagots et le bois de chauffage, quand, en plein hiver, le rouge-gorge venait nous tenir compagnie près du feu allumé pour nettoyer les ramilles et rejets de l'Épine noire et celle de l'Acacia (Robinier), qui ne pouvaient être fagotés. J'ai aimé manier la serpe et la hache, tirer le passe-partout, à une époque où la tronçonneuse était un luxe... Cela ne nous empêchait pas d'aligner les piquets d'Acacia en tas rebondis, de monter des stères de bois opulentes ou de réserver quelques belles tiges de Frêne pour remplacer les manches d'outils cassés par un effort maladroit.
Avec le temps, l'adresse et l'envie aidant, j'ai appris à transformer le bois en planche et la planche en meuble. À la caresse des écorces, a succédé celle du bois travaillé, façonné et poli. Peu à peu, l'envie de connaître l'histoire de chaque arbre s'est imposée, m'ouvrant des portes nouvelles quant aux usages de chacun...

Il est un âge où l'on quitte le cocon familial, ce fut pour passer deux ans en Corrèze. Dire de ces deux petites années qu'elles ont été riches en rencontres en tout genre est un doux euphémisme. Pour ne rester que dans la thématique, la découverte des forêts d'Épicéas fut un choc. D'amicale, la forêt pouvait donc devenir ce sombre et angoissant peuplement ? Heureusement quelques belles récoltes de cèpes fermes et dodus tempérèrent ce sentiment d'inquiétude...

Présentation de l'éditeur

(Texte provisoire)


Partout à travers le monde, dans quelque société que ce soit, le peuple
fabrique des objets en bois : vannerie, meubles, charpente, cagettes,
couverts et fourches, objets utilitaires et quotidiens s'il en est !
Fatigués et usés à toutes les tâches, ces objets boisés ont accompagné
l'histoire de l'homme depuis que, pour faire sa couche ou un abri,
il a appris à maîtriser l'art de l'ébénisterie ou de la vannerie.
Chez nous, l'aire du plastique a balayé, en moins d'un demi-siècle,
une grande partie d'un savoir-faire prodigieux, fruit du travail
et de la transmission de génération d'artisan-paysans séculaire.
Le travail du bois est un art universel, éclectique et savant,
opportuniste aussi, qui permis à la créativité humaine de s'exprimer
dans toute sa richesse et diversité.
Ce livre, à sa façon, se veut être un hommage et une mémoire
de cette richesse.


Bernard Bertrand est né en 1955, au sein d'une famille d'agriculteurs.
À la sortie d'un BTS Protection de l'environnement, il s'installe
à Aspet, avec les Pyrénées pour paysage. Là, il s'adonne à sa passion :
collecter, apprendre et mettre en pratique des savoirs traditionnels
respectueux de la nature.
Au début des années 1990, il se lance dans la publication
d'une collection de livres d'ethnobotanique. Ce sera
" Le Compagnon végétal ", fantastique collection qui marque
un véritable renouveau de l'édition ethnobotanique en France.
Bernard Bertrand est déjà auteur
aux éditions Plume de carotte avec
L'herbier oublié,
L'herbier érotique,
L'herbier toxique,
Le Grand Livre des ressources végétales et Cueillettes sauvages.


- Des planches d'herbier uniques
- 80 portraits d'arbres de nos régions
- Une introduction de l'auteur sur notre rapport à l'arbre dans nos sociétés modernes.



Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Commentaires client

Partagez votre opinion avec les autres clients
Voir les 1 commentaires client

Meilleurs commentaires des clients

le 20 août 2015
Format: Broché|Achat vérifié
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus

Où en sont vos commandes ?

Livraison et retours

Besoin d'aide ?