Quantité :1
L'Homme qui en savait tro... a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,79 (livraison)
D'occasion: Comme neuf | Détails
Vendu par Senecat59
État: D'occasion: Comme neuf
Commentaire: Sous blister collection Hitchcock envoie rapide et soigne
Autres vendeurs sur Amazon
Ajouter au panier
EUR 9,80
Livraison gratuite dès EUR 25,00 d'achats. Détails
Vendu par : CKDO77
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon

L'Homme qui en savait trop

4.0 étoiles sur 5 12 commentaires client

Prix : EUR 9,88 Livraison gratuite dès EUR 25 d'achats. Détails
Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 4 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Premium bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations
23 neufs à partir de EUR 3,30 9 d'occasion à partir de EUR 3,00

Ce titre est disponible dans les promotions suivantes:

2+1DVD
5DVD30
4DVD=20
100=50

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

  • L'Homme qui en savait trop
  • +
  • Fenêtre sur cour
  • +
  • La Mort aux trousses
Prix total: EUR 25,33
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Détails sur le produit

  • Acteurs : James Stewart, Doris Day, Brenda De Banzie, Bernard Miles, Ralph Truman
  • Réalisateurs : James Stewart, Doris Day, Brenda De Banzie, Bernard Miles, Ralph Truman
  • Format : Couleur, Plein écran, Cinémascope, PAL
  • Audio : Italien (Dolby Digital 2.0 Mono), Anglais (Dolby Digital 2.0 Mono), Français (Dolby Digital 2.0 Mono), Espagnol (Dolby Digital 2.0 Mono)
  • Sous-titres : Espagnol, Français, Italien
  • Sous-titres pour sourds et malentendants : Anglais
  • Région : Région 2 (Ce DVD ne pourra probablement pas être visualisé en dehors de l'Europe. Plus d'informations sur les formats DVD/Blu-ray.).
  • Rapport de forme : 1.85:1
  • Nombre de disques : 1
  • Studio : Universal Pictures
  • Date de sortie du DVD : 8 février 2011
  • Durée : 114 minutes
  • Moyenne des commentaires client : 4.0 étoiles sur 5 12 commentaires client
  • ASIN: B004CP39BG
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 10.389 en DVD & Blu-ray (Voir les 100 premiers en DVD & Blu-ray)
  •  Voulez-vous mettre à jour des informations sur le produit, faire un commentaire sur des images ou nous signaler un prix inférieur?


Contenu additionnel

Making of (VOST)
Galerie photos
Bandes-annonces (VOST)

Descriptions du produit

Description du produit

L'Homme qui en savait trop (The Man Who Knew Too Much), 1 DVD, 114 minutes

Synopsis

Ben et Jo MacKenna sont de candides américains en vacances au Maroc avec leur fils Hank. Un espion français meurt dans les bras de Ben, dans le souk de Marrakech, puis, peu après, leur fils est enlevé et emmené en Angleterre. Ne sachant à qui se fier, les MacKenna se retrouvent en plein cauchemar dans un univers d'espionnage international, d'assassinats et de terreur. Très vite, leur vie est menacée tandis qu'ils approchent de la vérité et de l'effrayant dénouement, dans les décors somptueux du célèbre Royal Albert Hall, à Londres...

Commentaires en ligne

4.0 étoiles sur 5

Meilleurs commentaires des clients

Par Semper Victor COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 10 COMMENTATEURS le 16 octobre 2015
Format: Blu-ray Achat vérifié
Il est toujours difficile d'évoquer un chef d'œuvre classique, comme le « L'homme qui en savait trop » de 1956 réalisé par Alfred Hitchcock. Sa version restaurée en Blu-ray est néanmoins une bonne occasion pour vérifier que le film n'a pas vieilli, que son scénario fonctionne toujours à la perfection, que sa réalisation précise (millimétrée) ne laisse aucun plan au hasard et que chaque scène, sur deux heures de films, possède une vraie force et une réelle utilité.

« L'homme qui en savait trop » s'ouvre sur le voyage en autocar entre Casablanca et Marrakech, apparemment banal, d'un couple de touristes américains (James Stewart et Doris Day) et de leur fils. Le petit Henry (Alain en VF) s'accroche involontairement au voile d'une passagère et le fait tomber, créant un incident, aussi imprévu qu'annonciateur des suivants. L'étrange gentleman français Louis Bernard (Daniel Gelin qui déclare de manière savoureuse, « les musulmans sont très susceptibles dès qu'il s'agit de religion », phrase anodine dans les années 1950, amis qui a fait du chemin depuis') arrange alors l'affaire, mais soulève bien des interrogations. Viennent ensuite les scènes à Marrakech, à l'hôtel, au restaurant dans le souk, toutes aussi enlevées. L'humour subtil de James Stewart, qui domine la première partie du film cède alors sa place à l'angoisse compréhensible de parents après l'enlèvement de leur fils.
Lire la suite ›
4 commentaires Une personne a trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: DVD
L'Homme qui en savait trop... ou quand un banal coup de cymbales devient l'un des gimmicks les plus puissants du cinéma hitchcockien ! Redouté depuis le début du long-métrage, l'artifice n'a rien perdu de son efficacité, point d'orgue d'une séquence muette de neuf minutes durant lesquelles les chœurs du Royal Albert Hall (dirigés par Bernard Herrmann, le compositeur attitré d'Hitchcock) se mêlent au suspense le plus insoutenable ; apothéose de la projection en même temps que l'un des sommets de la carrière du maestro anglais. Mais comment en est-on arrivé là au juste ? Un petit retour en arrière s'impose. Tout a commencé par un assassinat à Marrakech, dernier coin à la mode pour les espions et les kidnappeurs. S'ils avaient su ce qui les attendait, le couple des McKenna (James Stewart et Doris Day) aurait choisi une autre destination pour leurs vacances, pourquoi pas un lieu un peu moins agité où les touristes peuvent s'adonner tranquillement à leurs occupations et où les gamins ne sont pas pris à la gorge par des malfaiteurs !

Hitchcock et les complots, c'est une histoire d'amour qui dure depuis belle lurette et qui n'est pas encore prête de s'arrêter. D'ailleurs, qui aurait l'idée de s'en plaindre ? Fidèle à sa réputation d'entertainer, le cinéaste nous invite une nouvelle fois à une farandole de péripéties rocambolesques où le plaisir immédiat importe davantage que la vraisemblance et où le suspense règne en maître de A à Z, choyé comme un prince.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 5 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: DVD
Il est fascinant de se trouver à nouveau saisi par ce film de plus d'un demi-siècle !
Outre qu'il a gagné avec le temps un charme suranné, il demeure toujours aussi percutant et impressionnant, même sur petit écran, et ce, dès le générique, fort original, qui nous montre, filmé en prise directe, l'orchestre symphonique de Londres jouant la superbe musique du génial Bernard Herrmann.
Je me contenterai de souligner le charme de Doris Day (quelle belle femme !) et son magnifique jeu d'actrice (superbe scène avec James Stewart, lorsqu'elle apprend la disparition de leur jeune fils).
Enfin, comment ne pas évoquer la scène du concert au Royal Albert Hall : quelle virtuosité inégalée dans la mise en scène !
Je pense à ces gros plans sur la partition lorsque la musique (magnifique, d'Arthur Benjamin) s'accélère : la caméra suit l'ombre de la baguette du chef d'orchestre qui marque chaque note juste sous l'indication "crescendo", laquelle exprime bien la montée d'adrénaline que ressentent Doris Day et les spectateurs !
Puis ce plan qui nous montre le visage émacié du tueur qui regarde sa future victime à l'aide d'une mini paire de jumelles noires qui lui masque les yeux les transformant en deux orbites vides : on dirait vraiment une tête de mort, comme si la mort elle-même salivait en admirant son prochain cadavre... Glaçant !
Et avec quel art Hitchcock terrifie ses spectateurs par la simple image du canon du pistolet apparaissant de derrière le rideau rouge (sang) de la loge : génialement sinistre !
Enfin, la tension paroxystique qui atteint son comble entre ces deux simples cymbales brandies avant le coup fatidique : GRANDIOSE !!!
Remarque sur ce commentaire 4 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents



Discussions entre clients


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?