undrgrnd Cliquez ici Livres de l'été nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_W10 Cliquez ici Acheter Fire Acheter la liseuse Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose

Commentaires client

4,2 sur 5 étoiles
92
4,2 sur 5 étoiles
Format: Broché|Modifier
Prix:16,90 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Enfin ! Enfin America prend une décision et tranche entre Aspen et Maxon. Dans ce troisième tome, l'intrigue devient encore plus politique et on en apprend plus sur les fameux renégats. Ceux du Nord, qui semblent moins méchants qu'on voulait nous le faire croire (enfin que le roi voulait faire croire) et ceux du Sud dont les agissements sont de plus en plus horribles, jusqu'à la fin... America découvre également la réelle inclinaison de son père, les vraies personnalités de ses concurrentes ( Celeste est une bonne surprise) et met enfin un terme à son amour d'enfance (par contre, c'était agaçant qu'elle ne laisse jamais Aspen parler). Le prince Maxon semble de plus en plus un "gars bien" et les débuts d'America en politique sont plutôt réussis. La fin est certes choquante, notamment pour la reine Amberly mais au final c'est un très bon tome. J'ai hâte de retrouver les personnages quelques années plus tard !

Ce que j'aime : le contexte politique de mieux en mieux expliqué, la relation Maxon / America (en dépit de certains piétinements...). Le roi, manipulateur à souhait

Ce que j'aime moins : la romance tourne parfois en rond et c'est un peu gentillet sur certains points

En bref : Un bon tome pour conclure l'histoire de Maxon et America en dépit du choc final et de certains atermoiements inutiles et d'un comportement souvent gentillet des personnages (enfin sauf les rebelles du Sud). Maintenant, je veux savoir ce que ça donne quelques années plus tard

Ma note

7/10
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 mai 2014
Je suis partagée sur ce troisième tome. Je suis embêtée en fait. Parce que, comme les deux premiers tomes, cette histoire est pleine de défaut, mais l'ensemble me plait, je me retrouve donc a adorer cette trilogie tout en étant consciente des nombreux problèmes qu'on y trouve.

!!! ATTENTION SPOILERS !!!
America est fidèle à elle-même. Une vraie girouette. J'ai appris à l'aimer ainsi, ce n'est donc pas un problème. Mais il faut bien avouer que sa manie de passer du "j'aime Maxon, non j'aime Aspen, non j'aime Maxon" est parfois déconcertante. Elle est pleine d'idées super, et puis parfois, je la comprends pas, comme à la mort de son père. Parlons-en tient. Le gars, c'est un Renégat, on en saura pas plus, sinon qu'il meurt d'une maladie héréditaire qu'on ignorait jusqu'alors. Ca fait un peu mort facile pour moi, histoire de dévoiler la présence énorme des Nordistes dans le royaume, c'est un regret. Jusqu'à la fin j'ai imaginé que ce serait Clarkson qui l'aurait fait tuer, ou les Sudistes. Bah nan.

Aspen m'énerve, parce que finalement, que fait-il tout le long du bouquin que de courir après America pour lui dire... qu'il ne l'aime plus en dépit de ses promesses d'ado? C'est extrêmement prévisible, dès le début. Et finalement, il finit avec Lucy, mais Anna l'aime, Anna qui, entièrement dévoué à America, finit par se casser purement et simplement. Curieux de la part de ses domestiques qui lui était si dévouées, pour qui elle a risqué sa vie.

Maxon est encore celui-ci qui m'a le plus plu, car il est touchant. Ses lettres sont un beau passage, sans pour autant être fabuleuses fabuleuses, c'est un beau moment.
Je n'ai pas bien compris les voltes-faces constant du Roi en revanche, ou ceux de la reine.
Quant à Céleste, j'ai trouvé que c'était un personnage intéressant, mais la réconciliation trop facile, et ses excuses à elle, que ce soit à Kriss ou à Elise trop rapides.

Mais pour donner un avis plus général, ce que je regrette, c'est que tant d'intrigues soient lancées, et qu'aucune ne soient réellement abouties, fouillées, que ce soit les Nordistes (j'ai adoré le passage de leur rencontre avec Maxon et America), les Sudistes (qui font tout péter, alors tuons tout le monde soyons fous), la propagande prévue par le Roi, la jeune fille que rencontre America a Angeles, et que dire du rôle caché de Kriss!

Bon, c'est pas très construit comme avis, mais voilà. Ca ne m'empêche pas d'être super fan, c'est terrible!
11 commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
On reprend ce tome après la fin du deuxième. America reste dans la compétition mais elle doit retrouver la confiance de Maxon.
Un début assez long, peu d'action et la relation entre Maxon et America tourne en rond. Ils sont tellement indécis que cela devient parfois agaçant. Et America est une tête à claque parfois. J'ai quand même été émue par certains passages. J'attendais peut-être énormément de ce dernier tome, et je suis restée sur ma faim. J'ai encore tellement de questions, surtout sur les renégats. Dommage que la fin n'est pas été un peu plus poussée, elle est arrivée en quelques pages et point finale.
Une saga que j'ai apprécié, mais qui m'a aussi déçu sur certains points. Elle est parfois trop légère et pas assez approfondie pour devenir un coup de cœur. Mais elle entraîne nos sentiments pendant la lecture dans un grand huit. Une trilogie sympathique mais qui aurait pu être beaucoup plus.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Un an d'attente, ça valait la peine :D

Les choses se précisent, au niveau romance, niveau personnalité des personnages, et niveau action avec les Rénégats. Trois gros points positifs à mes yeux.

Au fil de la trilogie, la menace des Rénégats s'est définie. Rappelez-vous que dans le premier tome, l'action était peu présente, hormis une attaque par ci ou par là. Je ne dis pas que dans ce troisième tome, le niveau d'action est comparable à Divergent, mais il y a déjà une grande progression comparé au premier tome. Ça fait du bien, mais c'était surtout nécessaire pour conclure la trilogie. La menace est omniprésente, peut tomber n'importe quand, et toucher n'importe qui... Tremblez...

Et finalement, ce sont nos personnages principaux bien-aimés qui seront touchés mais qui pourront aussi agir sur ces menaces.
America reste égale à elle-même : sa personnalité fait d'elle une tête à claque, notamment lorsqu'il s'agit de ses relations avec Maxon et Aspen. J'aurais voulu la secouer, la frapper, l'attraper par les cheveux et lui dire "ALLEZ BOUGE TON CUL".
Mais il n'y a pas que ça. America agit de façon honorable sur les autres plans. J'admire son courage, sa détermination, et surtout sa fermeté sur ce qu'elle juge juste fait d'elle une personne très belle. Même si, entre nous, elle est très belle physiquement, regardez la sur la couverture. Voilà.

Mais America n'est pas la seule à m'avoir marqué. J'ai été touchée par des personnages que je n'aimais pas, ou alors ma haine n'a fait que s'approfondir. J'ai été déçue, me suis sentie trahie, j'ai eu des chocs, et des émotions qui me sont tombées dessus sans prévenir, les salopes.

Vous le comprendrez, L'Élue prend des allures de rébellion, avec une America remontée. Les pages se tournent à la vitesse grand V, on se retrouve vite dans les derniers chapitres, où l'histoire s'emballe, et nos coeurs avec.
Et la dernière page est tournée.

La trilogie La Sélection a été une de mes trilogies "coup de coeur".

Ce que j'ai le moins aimé : Le côté tête à claque d'America.
Ce que j'ai le plus aimé : Le côté audacieux et déterminé d'America.
0Commentaire| 10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 juin 2014
Le dernier tome de la sélection était grandement attendu par ses fans et j’en faisais partie. J’avais été un peu déçue par le deuxième tome mais j’étais très curieuse de connaître la fin de la trilogie et pressée de terminer une série.

La sélection continue. Maxon doit choisir sa future épouse et le nombre des concurrentes diminue, elles ne sont plus que quatre. America est toujours en course, mais elle doute. Va-t-elle gagner ? Et en a-t-elle toujours envie ?

Étant un peu mitigée à la fin du tome précédent, j’avais un peu peur de lire la suite. Peur d’être déçue et encore agacée par America. Mais j’ai bien fait de persister et de vouloir connaître la suite, parce que troisième et dernier tome est vraiment très bien. J’ai passé un excellent moment avec ce livre et j’ai adoré voir l’évolution d’America. Elle prend en maturité. Dans le 1er tome elle est très forte, très sure d’elle, elle sait ce qu’elle veut et ou elle va. Dans le deuxième, on a l’impression que le faste lui monte à la tête et je l’ai trouvé limite enfant gaté. Dans le troisième, elle redevient elle même en mieux. Parce qu’elle sait toujours ce qu’elle veut, mais elle est adoucie par le doute. America grandit sous nos yeux, prête pour le final que lui a préparé l’auteure.
J’ai aussi beaucoup aimé la fin de la trilogie. Elle m’a en grande partie surprise. Par sa vitesse, vers la fin les éléments s’accélèrent pas mal, et par sa tournure. Alors que les choses soient claires, je m’attendais à cette fin, mais pas comme ça. Ou si vous préférez, je savais que ça finirait comme ça, mais je ne savais pas comment l’auteure allait nous y amener. Et c’est très bien. Parce que déjà deviner une fin ce n’est pas super plaisant (même si on est content de vérifier ses théories), mais en plus trouver totalement c’est perdre une partie du plaisir de la lecture. Là la fin est originale et milite stupéfiante, elle vaut vraiment la peine de lire la fin de cette série.
En résumé, je dirais que cette série n’est pas révolutionnaire, mais elle est attachante et surprenante par certains côté. Donc à lire, à n’en pas douter.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Depuis ma lecture des premiers tomes, l'année dernière, je n'avais plus qu’une seule envie : découvrir la fin de cette dystopie, qui est la plus la plus originale que j’ai lue.

Voilà, la fin de La sélection approche et Maxon doit faire son choix. Qui sera sacré princesse ? Rien n’est sûr et pourtant le temps presse : les renégats, opposants aux royaumes, multiplient les attaques pour faire pression sur la famille royale et sur les finalistes du concours. Mais America ne reculera pas, elle va devoir également se battre si elle veut être celle que Maxon choisira !

Romantique, angoissant, touchant, triste, le dernier tome de La sélection nous fait passer par toutes les émotions ! J’en attendais beaucoup. Elle m’angoissait car je ne savais pas ce qu’allait nous réserver Kiera Cass. J’ai donc dévoré le roman pour avoir les réponses à mes questions et j’ai été comblée ! Dans ce dernier tome, on retrouve bien l’ambiance Bachelor du premier opus mais également le côté dytopique du second. J’ai aimé retrouver America et Maxon, mais également les autres personnages. Tout au long des trois tomes, on les voit évoluer et c’est cette évolution qui m’a touché. America a énormément muri : elle sait ce qu’elle veut mais aussi ce qu’elle ne veut pas. J’ai aimé sa ténacité et sa franchise. Hors de question pour elle de se laisser dicter sa conduite !

Le suspens était vraiment insoutenable. Dès le premier tome, l’auteur a complètement embarqué ses lecteurs dans son histoire et la fin de la saga était très attendue. Il suffit de voir les chiffres hallucinants : L’élue a été dans le top des précommandes Amazon, les fans de la série sont au rendez-vous. Une question est donc naturellement sur toutes les lèvres : la fin est-elle à la hauteur des attentes des fans ? Et la réponse est oui ! Certes, j’ai trouvé le dénouement un peu trop facile mais Kiera Cass nous offre une dernière partie en apothéose. Les cent cinquante dernières pages nous font retenir notre souffle et ce n’est qu’une fois le livre refermé que l'on ose enfin respirer : un final magnifique pour une saga fantastique.

Les dystopies plus classiques nous font suivre l’intrigue depuis le bas de l’échelle, dans la classe sociale la plus défavorisée. Ici, nous sommes au cœur du pouvoir et notre regard en est forcément différent. Les paillettes et les trahisons ne font qu’un. Ainsi, Kiera Cass nous propose une vision plutôt juste de la politique, et c'est cet aspect de l'intrigue qui fait toute l'originalité de La sélection. Je quitte donc avec regret America, Maxon et même Aspen (c’est dire). Heureusement, ce n'est qu'un au revoir puisque la collection R nous propose de rester un peu plus longtemps dans l'univers magique de La sélection grâce aux Histoires secrètes, Le Prince et Le Garde, un recueil de nouvelles qui reprend l'histoire du point de vue de Maxon et d'Aspen.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ça y est ! Ça y est ! ENFIN ! On va enfin pouvoir savoir qui va remporter la Sélection ! Les foules se déchaînent, les fans de la série se sont toutes jetées sur ce dernier tome et c’est désormais mon tour !!

Je devais attendre que mon exemplaire signé et augmenté arrive direct des USA mais je n’ai pas pu attendre. J’ai donc emprunté The One à mon boulot et l’ai dévoré d’une traite en un peu plus de 4h.

Ce tome conclut donc une des meilleures dystopies qu’il m’ai été donné de lire. Là où Enclave et Divergent m’avaient profondément déçue, The Selection remplit entièrement son rôle et offre une conclusion plus que satisfaisante.

Il faut dire que les surprises sont nombreuses et l’action bien présente dans ce tome. Pas le temps de s’ennuyer, le temps est compté pour America et ses chances de succès semblent faibles. La situation est tendue et l’on a peur pour elle. Kriss (cette pouffiasse !) arrivera-t-elle à chaparder le coeur de Maxon ? Quid d’Aspen ? Ce loser de première finira-t-il par faire griller America auprès du Palais (on se souvient de la pauvre Marlee et du sort qu’elle a connu) ?

Il m’aura fallu énormément de patience et de maîtrise de soi pour m’empêcher de me spoiler en lisant la fin avant le reste. Et j’en suis contente. Il faut dire que ma lecture n’aurait pas été si agréable sinon. Kiera Cass offre de nombreuses réponses aux questions que l’on se pose depuis le premier tome et n’omet aucun personnage pour sa conclusion. Une conclusion peut-être un peu rapide (certains gros événements sont trop rapidement éclipsés), seul défaut cependant de ce tome.

Oui, il était temps qu’une dystopie offre enfin une fin satisfaisante et je suis ravie que ce soit La Sélection. J’ai aimé découvrir l’univers de l’auteur, ces personnages tous touchants et le dilemme qui aura pris tant de temps à America. C’est un peu triste que je tourne la dernière page, pleurant certains personnages, me réjouissant pour d’autres, mais heureuse d’avoir découvert cette trilogie qui restera, pour longtemps, un coup de coeur immense.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ahhhh mon précieux ! Le voilà enfin entre mes mains, enfin j’ai pu l’ouvrir, le déguster puis finalement le dévorer. Voilà un an que je trépignais d’impatience de lire ce troisième tome après avoir succombé au tome 1 et au tome 2. Un an d’attente insoutenable pour enfin savoir qui Kiera allait choisir : Aspen ou Maxon. Pour qui son cœur balance réellement. Mais également pour être sûr du choix de Maxon ou du fait qu’Aspen la laisserait partir. Un an à se demander comment cette guerre avec les Renégats allait tourner. Un an à espérer tout en craignant le pire. Un an, c’est long, très long. Et on a su nous la faire sentir cette année. Une publication quasi-simultanée avec la VO, une couverture magnifique dévoilée il y a un bout de temps, des informations au compte-goutte. Puis enfin, la date tant espérée est arrivée. Mais il m’a fallu attendre encore une semaine d’aller faire un tout en ville pour revenir avec le Graal entre mes mains (accompagné de son petit frère, le recueil de nouvelles inédites)(oui je suis faible). Et je dois dire que je n’ai pas été déçue (je me suis encore couchée à pas d’heure pour le finir)(vous commencez à avoir l’habitude de lire cette phrase je pense ^^).

Dans ma grande bonté j’ai décidé de ne presque pas vous parler du synopsis pour ne vous spoiler absolument rien. Enfin je vais bien dire quelques lignes (faudrait pas abuser quand même, je ne voudrais pas que Moonshine résilie mon CDI :D ).

Nous retrouvons donc America, Maxon, Aspen, les dernières Sélectionnées, la famille royale et compagnie pour la suite de ces aventures. Et quel bonheur de retrouver cette écriture certes simple mais qui m’emporte dans ce monde d’Illea. Quel bonheur aussi de retrouver l’humour noir et dévastateur de Maxon que j’aime toujours autant (enfin presque tout le temps). De retrouver la force d’Ame et son bon petit caractère. J’ai même eu plaisir à retrouver la station de ski (Aspen)(ouep un an qui passe mais ma blague pourrite est toujours aussi drôle – nulle !). Et pourtant l’heure est grave en Illea, tout va de mal en pis. La menace des Renégats est de plus en plus forte, le chaos commence à régner, le peuple à peur et commence à baisser les bras. Le roi est toujours aussi monstrueux voir pire. On prend plaisir à le détester. Le jeu de télé-réalité de La Sélection passe au second plan, l’histoire se focalisant vraiment sur la guerre qui menace d’éclater. Bien sûr, La Sélection y a sa place et servira de théâtre et de champ de bataille en tout genre. Des alliances attendues et inattendues vont se former, des révélations seront faîtes, des prévisibles et des moins prévisibles, le Palais sera au cœur de nombreux complots. L’action est encore plus présente. Du sang et des larmes seront versés. Bref, la tranquillité c’est pas par ici que cela se passe.

Au niveau des personnages, souvenez-vous dans le dernier tome, l a cruelle Kiera Cass prenait un malin plaisir à nous trimballer, à nous faire espérer, désespérer,… Et c’est encore le cas ici, mais un petit peu moins mais jusqu’à la fin nous avons la boule au ventre (surtout que depuis Divergent (LIEN TOME 3), je me méfie moi). Maxon est toujours égal à lui-même, on le déteste par moment pour ses choix mais on ne peut pas s’empêcher de l’adorer (Prince Maxon épouse-moi, j’ai toujours rêvé d’être une princesse vêtue d’une belle robe de froufrous roses paillettes)(bon j’arrête de dire des bêtises). Il a ce sens de la répartie, des réflexions pourries, mais il est également plus investi dans ce tome, il prend vraiment ses responsabilités. Et puis il a presque réussi à me faire chouiner ! Aspen aussi a changé. Moi qui le détestait au premier tome, qui commençais à l’apprécier au second, je me suis vraiment mise à l’aimer et le respecter dans ce dernier opus (mais il n’arrive pas à la cheville de Max). Entre ces deux beaux mâles, il y a America. Une America qui en affirme de plus en plus son caractère, qui assume ses positions et qui va tout faire pour aider son peuple, quitte à mettre sa vie en jeu. Elle est forte, courageuse, mais aussi fin stratège et sait qu’elles sont ses priorités. Ame qui va également faire des découvertes surprenantes sur sa famille mais je n’en dis pas plus. :P

Nous prenons aussi plaisir à recroiser de vieilles connaissances des tomes précédents qui ont une place fondamentale ici. Rien n’a été laissé au hasard. La reine est un peu moins présente j’ai eu l’impression mais le roi, lui est malheureusement bel et bien présent. Les Sélectionnées apportent par moment une belle note d’humour fort appréciable même si elles nous empêchent d’oublier que ce livre, c’est aussi une histoire de compétition.

Maintenant, cette série c’est à la fois un coup de cœur mais aussi un peu de regret. C’est assez contradictoire, je sais, mais c’est également très bizarre dans ma tête. Je l’ai adorée, dévorée, les personnages sont tous extras, l’idée est vraiment géniale et pourtant je ne mets pas un 5/5 mais un 4.5/5. Pourquoi ? Tout simplement parce que je regrette que Kiera Cass n’ait pas plus creusé autour des Renégats, cela reste un zeste trop superficiel et du coup on est un peu frustré parce que ces livres sont tellement géniaux ! Certes dans les deux derniers tomes, on en parle plus, ils sont au cœur de l’action mais je trouve que ce n’est pas encore assez.

Vous allez me dire que je suis tatillonne mais je le reconnais complètement et puis ça n’enlève rien au fait que je me suis régalée et que j’étais vraiment triste de fermer L’Elue (j’ai même eu les larmes aux yeux sur la fin)(on ne se moque pas s’il vous plait). Heureusement, les deux nouvelles inédites m’attendent, mais je vais laisser passer une semaine ou deux pour prolonger le plaisir, et si j’ai le temps, je reviendrais vous en toucher un mot.

Finalement Vôtre,
Melwasul

Blog: lune et plume
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Je dois vous avouer que j'attendais ce livre au tournant. Les deux premiers s'étaient révélés plaisants, fluides, intrigants (4/5 tous les deux) mais voilà, au bout d'un moment, moi j'en attendais plus. Pour un dernier tome, j'attendais une apothéose! Non seulement je voulais toutes les réponses à mes questions mais en plus je voulais assister à l'éclosion d'une romance inouie. Bon, ben clairement j'en attendais trop.

Je ne vais pas mentir, j'ai quand même passé un bon moment de lecture même si j'ai trouvé ce livre un cran en-dessous des deux autres. Le processus de la Sélection touche à sa fin et dès les premières pages, on se rend compte qu'America a fini de douter, elle a enfin arrêté son choix entre Aspen et Maxon et c'est tant mieux. Quelques épreuves continuent de se succéder, jusque là rien de nouveau sous le soleil par rapport aux deux tomes précédents par contre un changement subtil va s'opérer dans les relations qu'entretiennent les quatre dernières candidates entre elles. Je ne m'y attendait pas, je ne suis pas sûre que ce soit hyper plausible mais peu importe, ça m'a plu de même que l'évolution parfois brutale de certains personnages.

Dernier tome (de la première trilogie) oblige, on revoit les personnages des autres volumes notamment Marlee et la famille d'America pour mon plus grand plaisir. Ce qui ne m'a en revanche pas convaincu dans ce tome c'est le contexte dystopique avec les renégats qui est vraiment mis de côté. On connait désormais les motivations des renégats du sud (ou bien du nord, je ne me souviens plus de qui est qui) en revanche on ne connait pas les motivations du clan adverse. Vont-ils cesser le feu? Que voulaient-ils vraiment? Quel était leur objectif final? A moins que j'ai raté quelque chose, je n'ai pas toutes les réponses à ces questions.

Par ailleurs j'ai trouvé America et Maxon franchement fleur bleu et un peu niais, certains dialogues étant clairement gnangnan et convenus. Je ne sais pas si c'est mon grand âge qui m'a rendu un peu hermétique à ce débordement d'effusions mais sur la fin, j'ai eu du mal. Je me suis d'ailleurs demandé tout au long du tome comment allait se passer la fameuse révélation d'America à Maxon. J'ai trouvé sa réaction tout à fait légitime et normale mais alors le retournement de situation 10 pages plus loin m'a laissé complètement bouche bée et m'a fait levé les yeux au ciel. Le coup de l'illumination lors d'un coup dur c'était un peu facile, désolée.

La scène finale du livre a été quant à elle extrêmement satisfaisante et même si ce dernier tome est un cran en-dessous des deux autres, je ne peux pas lui mettre moins qu'un 3/5 parce que j'ai quand même passé un agréable moment de lecture mais j'espère que le quatrième tome sera meilleur.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 mai 2015
Ce livre se lit en un clin d’œil. Avec une aisance et une rapidité liées à un style fluide très agréable, et pourtant... Pourtant j'ai ressenti une grande déception et une impression de mièvrerie fort agaçante.

Effectivement on est dans de la guimauve, et on le sait. Effectivement lorsqu'on s'attaque à ce genre de roman jeunesse, ce genre de thème très romantique, avec une couverture pareille, il ne faut pas s'attendre à trouver un livre qui fait réfléchir et nous bouscule. Alors pourquoi suis-je déçue puisque je le savais dés le départ? Peut-être simplement parce que j'ai trouvé ça "Too Much", trop dégoulinant de bonnes intentions et de romantisme naïf. Des répliques caricaturales, des comportements niais, des personnages stéréotypés, une intrigue oh combien prévisible... Bref un manque certain de profondeur.

Oui America est encore là, bravant l'autorité du roi, voulant faire sa place dans la vie de Maxon, dans un gouvernement qui propose un avenir. Alors sous fond de dystopie, le volet politique se mêle à la romance. Mais franchement, la romance est tellement présente et prévisible, que très vite le volet politique s'estompe.

On est très loin de "La 5è Vague" ou de "Hunger Games", On est dans un livre exclusivement destiné aux filles proposant une histoire d'amour romantique et caricaturale à souhait. Le prince qui préfère la pauvre fille des basses classes et lui donne de l'importance... Celle-là même qui représente au mieux son peuple et qui remporte la popularité et l'espoir du dit peuple! En fait c'est Grace Kelly! Le fond de dystopie est juste là pour donner un peu d'originalité au contexte. Mais ce volet social et politique aurait mérité un peu plus d'approfondissement à mon sens. J'aurai aimé que l'on ai plus de révélations à propos des renégats, des différents courants, de la vie dans Illéa... Mais tout est centré sur le prince Maxon, qui hésite jusqu'à la dernière minute dans son jeu "qui veut épouser mon fils!"

Aucun suspense, on sait très vite qui Maxon choisira, tout comme on se rend très vite compte qu'América a bel et bien oublié Aspen. Ce dernier ne présente aucune menace, aucun suspense dans l'intrigue. Pas de triangle amoureux, le premier amour de l"héroïne, si touchant dans le premier tome, est très vite relégué au second plan, celui de "soldat-potiche", ou de garde du corps. Là encore j'ai été déçue, je m'attendais à plus de piquant. J'avais un petit faible pour Aspen. J'ai toujours eu du mal avec l'air guindé de Maxon. J'ai surtout du mal à concevoir une relation basée sur ce jeu de sélection. Il m'ont sans cesse agacée. Leur jeu du chat et de la souris, les différentes descriptions des robes d'América, les exclamations lorsque les filles contemplent les soldats torses nus... Tout n'est que superficialité et futilités alors que dehors la misère et la guerre civile menace le peuple!

En bref, je ne doute pas une seconde que ce dernier volet, qui je le rappelle est très bien écrit et se lit très aisément, séduira les plus romantiques d'entre-vous. Mais moi, franchement, je me suis sentie en complet décalage, certainement trop vieille ou pas assez fleur bleue pour ce genre de lecture.

Une série qui me laisse donc avec un arrière gout de potentiel inexploité! Dommage!
11 commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles


Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici