EUR 30,40
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Langage et cognition huma... a été ajouté à votre Panier
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Langage et cognition humaine Broché – 26 octobre 2007

Rentrée scolaire 2017 : livres, fournitures, cartables, ordinateurs, vêtements ... découvrez notre boutique
3.0 étoiles sur 5 1 commentaire client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 30,40
EUR 30,40 EUR 56,96
Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Prime bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations

rentrée scolaire 2017 rentrée scolaire 2017

click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Description du produit

Extrait

Perception, catégorisation et organisation conceptuelle

S'il n'y a rien en dehors des individus, et étant donné que les individus sont en nombre infini, comment alors est-il possible d'acquérir la science de l'infinité des individus ?
Aristote, Métaphysique, B,4.

Introduction

Dans La grande traversée, un des épisodes des aventures d'Obélix et Astérix, Obélix, Astérix et Idéfix, le chien d'Obélix, partis pêcher sur les côtes d'Armori-que, se trouvent pris dans une tempête qui les amène - à leur insu - de l'autre côté de l'Atlantique, sur les côtes du Nouveau Monde. Ils voient arriver, au lieu du sanglier qui leur est familier, un animal étrange tout autant qu'exotique, à savoir, un dindon. Obélix part et revient avec une paire de dindons, pour lesquels il a immédiatement créé une nouvelle catégorie, à laquelle il a attribué pour nom une onomatopée, imitation du cri du dindon, le «glouglou». Quelques pages plus loin, Obélix et Idéfix repartent à la chasse aux dindons, Obélix utilisant la technique de l'appel (il imite le cri du dindon) : devant une réponse à cet appel, il explique à Idéfix qu'il est normal que le cri vienne de la cime d'un arbre... Le glouglou étant un oiseau, il vole et construit des nids dans les arbres.
Bien involontairement, cette bande dessinée illustre avec brio deux des caractéristiques centrales des capacités de catégorisation et de conceptualisation humaine : d'une part, la possibilité, mise en évidence par l'apprentissage extrêmement rapide du lexique dans les premières années de l'enfance, d'acquérir de nouvelles catégories sur la base d'informations extrêmement restreintes, tirées dans bon nombre de cas d'une expérience unique ; d'autre part, l'insertion d'une catégorie dans une hiérarchie conceptuelle - qu'on peut décrire, dans le cas précis, comme Tous les dindons sont des oiseaux et tous les oiseaux ne sont pas des dindons - qui permet de tirer des inférences de la catégorie supérieure (techniquement dite super ordonnée) à la catégorie inférieure (techniquement dite subordonnée) - les dindons volent et font des nids dans les arbres.

Ces deux propriétés de la cognition humaine, construire des catégories sur la base de données fragmentaires, souvent recueillies lors d'une unique expérience, et insérer ces catégories dans des hiérarchies conceptuelles qui servent, dès lors, de moteur d'inférence, les catégories subordonnées se voyant, dans cette optique, attribuer des traits des catégories super ordonnées, sont les deux propriétés centrales qui doivent être expliquées par n'importe quelle théorie de la catégorisation et de la conceptualisation.
C'est un lieu commun de dire que la conceptualisation est la base de la cognition humaine. Pour prendre trois exemples récents dans la littérature philosophique :

«Sans concepts, il n'y aurait pas de pensées. Les concepts sont la charpente de base de nos vies mentales.»
Prinz (2002,1. Je traduis).

«La tâche principale de la cognition est la tâche excessivement difficile de ré-identifier les individus, les propriétés, les espèces, etc., par des moyens divers et sous des conditions différentes.»
Millikan (2000, xi. Je traduis).

«Une compréhension substantielle de la structure causale du monde est construite directement dans la structure de nos catégories conceptuelles.»
Kornblith (1993, 9. Je traduis).

Présentation de l'éditeur

La spécificité cognitive des êtres humains par rapport aux autres espèces animales ne fait guère de doute. Une question centrale de ce point de vue est celle de l'évolution de cette spécificité. On donnera à cette question des réponses différentes si l'on considère qu'elle est de nature quantitative - une simple question de degré de complexité par exemple - ou de nature qualitative - certaines capacités cognitives humaines seraient spécifiques à l'espèce. Dans le premier cas, on pourrait arguer de l'augmentation du volume cérébral pour expliquer les modifications intervenues depuis l'ancêtre commun à l'homme et aux espèces apparentées (grands primates), modifications qui ne seraient donc que la conséquence de ce changement purement biologique. Dans le deuxième cas, il faudrait supposer que ces capacités spécifiques auraient évolué d'une façon ou d'une autre, soit qu'elles aient fait l'objet d'un projet de sélection pour elles-mêmes, soit qu'elles soient le résultat d'autres capacités sous-jacentes proprement humaines qui auraient, quant à elles, fait l'objet du processus de sélection. Une propriété cognitive, qui apparaît clairement humaine, est le langage sur l'évolution duquel des hypothèses contradictoires sont défendues aujourd'hui. Qui plus est, le langage, notamment dans ses aspects lexicaux et communicationnels, n'est pas isolé des autres mécanismes cognitifs qui interviennent dans sa production et dans sa compréhension, et dans le développement desquels l'acquisition linguistique joue une part non négligeable. Cet ouvrage propose donc une description des spécificités cognitives humaines, discute de leur lien avec le langage ainsi que de l'évolution de celui-ci et de ces spécificités cognitives humaines.

Anne Reboul, née en 1956 à Pans, est docteur en linguistique et docteur en philosophie. Après un post-doctorat à l'University College London, elle a occupé des postes de recherche en linguistique en Suisse, avant d'intégrer le CNRS en 1993. Elle a reçu la médaille de bronze du CNRS en 1997 et a intégré l'Institut des sciences cognitives à Lyon, en 1999, où elle est responsable de l'équipe «Pragmatique et cognition».

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit


Commentaires client

3,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
0
4 étoiles
0
3 étoiles
1
2 étoiles
0
1 étoile
0
Partagez votre opinion avec les autres clients
Voir les 1 commentaires client

Meilleurs commentaires des clients

le 14 novembre 2012
Format: Broché|Achat vérifié
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Où en sont vos commandes ?

Livraison et retours

Besoin d'aide ?