• Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
L'argent facile a été ajouté à votre Panier
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Amazon - Offres Reconditionnées vous assure la même qualité de service qu'Amazon.fr ainsi que 30 jours de retour.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

L'argent facile Broché – 2 octobre 2008

4.0 étoiles sur 5 3 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché, 2 octobre 2008
"Veuillez réessayer"
EUR 23,50
EUR 23,50 EUR 3,38
Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Premium bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations

nouveautés livres nouveautés livres

click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

  • L'argent facile
  • +
  • Mafia blanche
Prix total: EUR 53,50
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Extrait

Extrait du prologue :

Ils la prenaient vivante parce qu'elle refusait de mourir. C'est peut-être à cause de cela qu'ils l'aimaient encore plus, qu'elle était toujours là, qu'elle se sentait quelqu'un.
Mais voilà ce qu'ils ne comprenaient pas, ce qui allait leur coûter la peau : elle était bien vivante, elle pensait, elle était là. Préparait leur chute.

L'un des écouteurs tombait tout le temps. La sueur l'empêchait de tenir. Elle l'enfonça de travers, souhaitant qu'il finisse enfin par se caler, trouver sa place, qu'elle puisse enfin écouter la musique.
Son minuscule iPod sautillait dans sa poche. Elle espérait l'avoir mis à un endroit d'où il ne tomberait pas. C'était un fétiche, et elle ne voulait même pas envisager qu'il puisse tomber sur les cailloux du sentier, et se rayer.
Elle plongea la main dans sa poche pour s'assurer qu'elle était assez profonde. Il n'y avait pas de risque, l'iPod était à l'abri de la chute.
Elle se l'était offert pour son anniversaire, et y avait mis toute la musique possible. Elle avait été séduite par son design minimaliste en métal vert brossé. Mais, à présent, il signifiait autre chose pour elle, tout à fait autre chose. U lui procurait de la sérénité. Chaque fois qu'elle le sortait, il lui rappelait ses moments de solitude. Ces instants où le monde ne venait pas la déranger. Où elle pouvait n'appartenir qu'à elle-même.
Madonna à fond dans les oreilles. C'était sa façon d'oublier : courir en écoutant de la musique, et sentir les tensions s'envoler. Qu'elle brûle de la graisse en même temps était bien sûr un effet secondaire formidable.

Présentation de l'éditeur

Entraînant le lecteur dans les bas-fonds d'une capitale en apparence aseptisée, Stockholm noir est le premier volet d'une trilogie criminelle où les réseaux cosmopolites de la mafia se livrent au trafic de cocaïne et au crime organisé.
Mrado, gros bras de la pègre yougoslave, est capable de briser d'une main les doigts d'un adversaire pendant que de l'autre il pince la joue de sa petite fille. JW, simple chauffeur de taxi, rêve de devenir un caïd de la nuit et d'écraser les gosses de riches. Jorge, dealer latino, enrage derrière les barreaux. Mais plus pour longtemps... Tous trois sont engagés dans une course à l'argent facile, à la vengeance et s'affrontent dans un cocktail explosif. Passions, drogue, sexe, tout est là.
Dans un Stockholm de tous les dangers, qui n'est pas sans rappeler le New York des années trente où la violence pouvait surgir à chaque coin de rue, l'auteur nous embarque d'une écriture rapide et glacée dans un suspense sulfureux.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.0 étoiles sur 5
5 étoiles
2
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
1
1 étoile
0
Voir les 3 commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

A l'annonce d'une trilogie tout droit débarquée de Suède, on peut frémir et craindre le phénomène commercial qui laisse certains dubitatifs, provoqué par la série Millénium de Stieg Larsson. De l'auteur de Stockholm Noir, qui n'a de nordique que la géographie, nous ne savons pas beaucoup de choses : Jens Lapidus est un ancien avocat qui présente bien, et se retrouve en couverture d'une floppée de magazines suédois dont le sens nous échappe. Qu'importe, jugeons plutôt l'ouvrage...

Dans un Stockholm divisé par les gangs mafieux, ou chacun règne en maître sur son secteur et son domaine d'activité, se retrouvent trois personnages qui vont, inévitablement, être amenés à se rencontrer. Mrado est une armoire à glace qui entretien son corps dans sa salle de musculation avec ses camarades yougoslaves, et est chargé du secteur des vestiaires, l'une des branches d'activité du gang dirigé par Radovan. Avec ses hommes de main, il s'occupe de vendre la protection de sa mafia aux patrons des bars et des boîtes, mais également de donner des corrections à ceux qui ne respectent pas les règles.

La nuit, JW conduit un taxi au black. La journée, il est un jeune étudiant en économie, qui tente de réussir ses études. Mais JW mène une double vie. Pour ce fils de gens simple, venu du fin fond de la campagne suédoise, s'intégrer à l'élite de Stockholm impose de se créer une nouvelle identité : il est ainsi devenu, au yeux de la jeunesse dorée du Stureplan, celui qu'il rêvait d'être.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 10 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Mark le 16 octobre 2008
J'ai mis trente pages pour entrer dans cette histoire. Dans le prologue, une jeune fille se fait enlever, suivent deux procès-verbaux où des gangsters sont interrogés sur un trafic de cocaïne. A quoi ça allait me mener ? L'histoire démarre après, et comment ! Sur les chapeaux des roues. J'ai dévoré ce livre en deux nuits, c'est-à-dire que je n'ai pas beaucoup dormi ! Et ça, malgré un sujet apparemment si éloigné : le trafic de drogue, la prostitution et les fêtes de la jet-set à Stockholm. Mais je me suis vite rendu compte que tout ça aurait très bien pu se passer à Paris. On changerait les noms des rues et des boîtes et on y serait. L'auteur, un avocat de droit pénal, s'y connaît à fond et rend un tableau ultra-réaliste de la pègre et de ses pratiques. Je me suis vraiment attaché aux trois personnages du livre, surtout à Jorge, ce jeune Latino au passé difficile, mais aussi à JW, un jeune Provincial qui tente de se faire accepter par le gotha de la capitale. L'auteur prend le risque de ne pas juger les personnages, de montrer leurs forces et leurs faiblesses. Très réussi.
Remarque sur ce commentaire 6 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Sans être aussi nul que Beigbeder, Jens Lapidus semble aussi être un des multiples écrivains qui essaient d'imiter le style de Bret Easton Ellis. A moins que ce ne soit la traduction qui soit nulle (et c'est possible) le style est trop téléphoné avec cette manière de mettre des sortes de "tags" pour aller plus vite et faire "penser" le lecteur comme les personnages. L'aspect criminel est aussi traité bizarremment comme si les criminels étaient assez "propres". Stockholm noir est un bon roman de gare mais pas du tout de la veine James Ellroy.
Remarque sur ce commentaire 7 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?