Acheter d'occasion
EUR 4,54
+ EUR 2,99 (livraison en France métropolitaine)
D'occasion: Bon | Détails
Vendu par RecycLivre
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Merci, votre achat aide à financer des programmes de lutte contre l'illettrisme à travers le monde. Expédition depuis la France.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

L'art de la guerre Poche – 1 août 2005

4.0 étoiles sur 5 110 commentaires client

Voir les 44 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Relié
"Veuillez réessayer"
EUR 120,00 EUR 84,63
Relié
"Veuillez réessayer"
EUR 37,80
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 3,48
Poche, 1 août 2005
EUR 4,54
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 12,49

Il y a une édition plus récente de cet article:


Harry Potter Harry Potter

--Ce texte fait référence à l'édition Poche.
click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Descriptions du produit

Extrait

Extrait de la préface

Sunzi et L'Art de la guerre

La seule source ancienne dont nous disposions à l'heure actuelle concernant la vie de Sun Wu (plus connu sous son appellation honorifique de Sunzi - Maître Sun, en Occident) est la notice que l'historien des Han, Sima Qian, consacre aux deux grands généraux de la Chine ancienne, Sun Wu et Wu Qi, dans ses Mémoires historiques. Nous y apprenons que le stratège aurait été introduit auprès du roi Helu, de Wu, grâce à ses «Treize Articles». Mis au défi par le roi Helu de dresser à la manoeuvre les belles du gynécée royal, Sunzi se serait acquitté parfaitement de cette tâche après avoir fait décapiter les deux favorites du roi : il aurait alors été nommé commandant en chef des armées du Wu et aurait remporté une éclatante victoire contre le puissant Chu, en 512 av. J.-C.
Très tôt, des voix se sont élevées pour souligner l'invraisemblance de ce récit. En effet, la biographie de Sunzi se résume aux démêlés rocambolesques du général avec les concubines du roi de Wu. À cette absence de toute notation historique concrète dans la biographie de Sunzi, s'ajoute le fait qu'il n'est jamais fait mention du personnage dans les chroniques anciennes, et que, surtout, la technique militaire et la situation géopolitique auxquelles se réfèrent ses écrits trahissent une rédaction bien postérieure à la fin du vie siècle av. J.-C. Si bien que l'existence même de Sunzi a été mise en doute. Un érudit moderne, spécialiste des écrits stratégiques, Li Ling, est allé jusqu'à déclarer dans ses conférences sur le célèbre traité que tout ce qui concernait le personnage historique de Sunzi étant sujet à caution, il convenait de ne s'attacher qu'à l'analyse de l'oeuvre sans plus s'inquiéter de ce qu'il considère comme un tissu d'absurdités.
Le Sunzi est sans doute le résultat d'une accrétion de matériaux divers se rattachant à l'école stratégique de la principauté de Qi. Celle-ci, à la différence de sa voisine méridionale de Lu, férue de ritualisme, élabora très tôt une réflexion militaire, en sorte qu'on ne peut assigner à l'ouvrage aucun auteur précis. C'est ce que semble d'ailleurs confirmer la découverte dans une tombe du début des Han, à Yinqueshan, localité du Shandong, parmi d'autres écrits militaires (dont le Sunbin bingfa, composé par un descendant de Sunzi, le célèbre général Sun Bin, et qui avait disparu), d'un manuscrit sur lattes de bambous du Sunzi. Les treize chapitres de l'actuel traité, formant le premier livre, s'y accompagnent d'une seconde section, où sont consignés d'autres articles ne figurant plus dans le texte actuel. Par ailleurs, le texte même des treize articles fait l'objet d'extensions qui ont été supprimées par la suite : ainsi, au dernier chapitre dévolu aux agents doubles, dans le manuscrit de Yinqueshan, le nom de Su Qin (mort au tout début du 111e siècle av. J.-C.) figure parmi la liste des espions les plus célèbres de l'histoire, alors qu'il est absent de la version reçue. --Ce texte fait référence à l'édition Poche .

Revue de presse

Ouvrez ce livre magique, magnifiquement illustré, votre bibliothèque l'attendait, il resurgit du fond des âges (Ve siècle avant notre ère), et, sans une ride, il vous montre clairement l'essentiel. Au moins, c'est net : «La guerre repose sur le mensonge.» «Grande affaire des nations, elle est le lieu où se décident la vie ou la mort, elle est la voie de la survie ou de la disparition, on ne saurait donc la traiter à la légère.» Ce «Sun Tzu» (ou Sun Zi) est le plus ancien traité de stratégie connu. Où était le monde occidental à l'époque ? Vous auriez avantage à relire «l'Iliade» et «l'Odyssée»...
«L'Art de la guerre» a été dix mille fois lu et relu, il le reste, sauf par les intellectuels enfermés dans leurs préjugés. C'est un livre immoral (comme Machiavel, après tout), mais d'une éthique très stricte. (Philippe Sollers - Le Nouvel Observateur du 9 décembre 2010)

Beaucoup de dirigeants de ce monde ont considéré L'Art de la guerre comme leur livre de chevet. L'ont-ils parcouru dans le dessein d'atteindre la sagesse que prônait Maître Sun ?...
Les illustrations proposées par Alain Thote comblent le lecteur, le promènent loin, dans des époques reculées, l'aident à entrer dans une culture à la fois dense, riche et complexe. Beaucoup sont rares, voire inédites et viennent des quatre coins du monde...
Un livre vers lequel revenir lorsqu'une part de notre humanisme se volatilise... (Alain Mabanckou - Le Figaro du 16 décembre 2010) --Ce texte fait référence à l'édition Poche .

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit

Commentaires en ligne

Meilleurs commentaires des clients

Format: Poche
Je possède les versions Flammarion et Hachette du Suntzu. Je rectifie : la version Hachette est traduite du chinois et la version flammarion est traduite de l'anglais. La version Hachette que je possède n'a plus les coquilles précédemment signalées. Et elle demeure riche pour les amateurs de commentaires historiques. Du vrai bonheur à lire conjointement aux traité des 36 stratagèmes.
3 commentaires 78 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Un client le 13 septembre 2002
Format: Poche
Il s'agit de la traduction en français d'une traduction anglaise de l'oeuvre de Sun Tzu et c'est bien dommage, d'autant plus qu'Amazon ne le mentionne nulle part.
Elle souffre de quelques gros "bogue" qui n'auraient pas du échapper à une relecture (chap. 1 §2-3) :
"2. Evaluez-la donc en fonction des CINQ facteurs [...]
3. Le premier de ces facteurs, c'est l'influence morale; le second, les conditions atmosphériques, le troisième, le commandement et le cinquième la doctrine."
Il y manque l'énumération du quatrième facteur (le terrain).
Autrement l'ouvrage est intéressant, avec beaucoup d'indication sur le contexte culturel et surtout guerrier de l'époque.
5 commentaires 107 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche
Pas facile de trouver une bonne édition de "l'art de la guerre". Celle-ci est une des plus récentes, et à mon avis une des meilleures (même si, je l'avoue, je ne connais pas le chinois et ne puis donc avoir d'avis éclairé sur la qualité de la traduction).
A ma connaissance, deux autres éditions sont disponibles en poche.
Il y a tout d'abord la traduction du père J.J. Amiot s.j., qui a pour principal intérêt d'être la première dans une langue européenne. Le bon père a en effet fait preuve d'une imagination qui était peut-être de bon ton en 1772, mais l'est nettement moins aujourd'hui ! Quoi qu'il en soit, sa traduction est disponible chez Pocket.
Champs Flammarion édite la traduction du Général Griffith, en d'autres termes, une traduction de l'anglais. L'introduction est très intéressante et concerne principalement les aspects militaires de l'ouvrage.
Cette traduction-ci, en revanche, est l'oeuvre d'un sinologue français. Son introduction est passionnante si l'on s'intéresse également au contexte culturel de l'ouvrage, et notamment à ses rapports avec le taoisme.
Ceux qui ont aimé "l'art de la guerre" liront avec profit "les trente-six stratagèmes" et l'ouvrage de Musashi, "le traité des cinq roues".
2 commentaires 84 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Un client le 29 octobre 2005
Format: Poche
Cela fait des années que je lis, relis et médite sur Sun Tzu et les stratagèmes chinois... Comme des millions de lecteurs, je suis à la fois fasciné et frustré car il me manque des clefs pour le "comprendre" et surtout pour "l'appliquer" dans ma vie de tous les jours. J'ai trouvé une ouverture avec le "Comprendre et appliquer Sun Tzu" de Fayard et je suis à 200% d'accord avec Patelin de Paris, "l'art de la guerre", oui, excellent et nécessaire, mais pas tout seul !
Remarque sur ce commentaire 47 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par HmJ TOP 1000 COMMENTATEURS le 6 février 2003
Format: Poche Achat vérifié
Ce texte de Sun Tzu, même si son auteur est parfois considéré comme un mythe, n'en est pas moins un incontournable de la littérature chinoise, riche en enseignements guerriers, ce qui tranche de l'acquis confucéen, sans pour autant le renier. Son application est encore d'actualité, puisque Mao s'en est largement inspiré contre Tchang, et que les Japonais ont remporté plusieurs grandes victoires dans le Pacifique grâce à lui. D'ailleurs, des traductions japonaises de ces 13 Chapitres ont été adaptées à la guerre... commerciale! Que n'a-t-on lu en Europe ces enseignements, plutôt que les standards de Clausewitz, trop exclusifs et pas assez intellectualisés. Cette édition, si elle présente de nombreux apports, tels que des explications sur l'environnement, l'époque, les traductions successives... est malheureusement sujette a de nombreuses coquilles. Dommage.
1 commentaire 39 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Client_mystere TOP 500 COMMENTATEURSMEMBRE DU CLUB DES TESTEURS le 19 juillet 2014
Format: Poche Achat vérifié
Quelques uns de mes passages préférés : "Un grand général doit savoir l'art des changements. s'il s'en tient à une connaissance vague de certains principes, à une application routinière des règles de l’art, si ses méthodes de commandement sont dépourvues de souplesse, s’il examine les situations conformément à quelques schémas, s’il prend ses résolutions d’une manière mécanique, il ne mérite pas de commander."

"Une minutie dans les détails peut paraître superflue mais [...] rien de tout ce qui peut vous faire triompher n'est petit."

"Aimez vos troupes, et procurez leur tous les secours, tous les avantages, toutes les commodités dont elles peuvent avoir besoin." "J'entends par commandement, l'équité, l'amour pour ceux en particulier qui nous sont soumis et pour tous les hommes en général."

"Celui qui est à la tête des armées peut se regarder comme le soutien de l'Etat, et il l'est en effet. S'il est tel qu'il doit être, le royaume sera dans la prospérité; si au contraire il n'a pas les qualités nécessaires pour remplir dignement le poste qu'il occupe, le royaume en souffira infailliblement et se trouvera peut-être réduit à deux doigts de sa perte."
Remarque sur ce commentaire 6 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents