Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

L'art des jardins en Chine Relié – 8 septembre 2010

Rentrée Littéraire 2017 : Découvrez toutes les nouveautés

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Relié
"Veuillez réessayer"
EUR 131,00 EUR 130,00

rentrée scolaire 2017 rentrée scolaire 2017

click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Description du produit

Extrait

PREMIERS PAS :
LE JARDIN DU MAÎTRE DES FILETS

Suivez-moi à Suzhou dans le Jiangsu, dans cette ville turbulente aujourd'hui, ancienne capitale de l'antique royaume de Wu, toute proche de Shanghai. C'est actuellement, dit-on, la capitale des jardins. Ses bourgeois et ses grands artistes en ont fait la New York de la Chine sous leur ancien régime.
Fusionnant l'architecture, la peinture, la calligraphie, la littérature et la pensée en même temps que la botanique ou l'art de dresser les pierres et de creuser des bassins, ses jardins ont inventé un art total.
Pourtant, la première fois, visiter un jardin classique chinois au coeur de cette cité du bas Yangtsé s'avère une expérience inattendue. Pas de grandes allées de platanes ou de marronniers ni même de cyprès ou de saules pour annoncer les délices à venir. Y conduisent de discrètes ruelles pouilleuses, encombrées de camelots installés derrière des éventaires branlants, symboliquement protégés par des bâches en nylon bleu maintenues par des ficelles effilochées, des allées grouillant d'êtres de tout poil à deux ou quatre pattes (entre autres), qu'il faut écarter pour se frayer un chemin vers ce but incertain avec, au ventre, l'angoisse d'arriver loin du rêve de paradis annoncé.
Progressant plein est, soudain la ruelle traverse un rectangle brut percé dans un mur blanchi. Il donne sur une vaste place rectangulaire, vide et nue. Les quatre côtés sont fermés par de grands murs hauts et blancs. Au sommet court une corniche noire, coiffée de tuiles serrées, également noires. En face, le mur oriental est percé du même rectangle brut, où la ruelle ressort. Au sud, rien. Seuls devant un mur minimal, deux sophoras concèdent un peu de douceur à la sévérité du lieu, comme pour la souligner. Il paraît que, dans les années 1950, deux cyprès leur tenaient compagnie. Aujourd'hui, les deux rescapés s'échappent du sol recouvert d'un damier diagonal de pierres sèches claires et sombres. Au nord, des dalles de granité s'étirent au pied du mur. Rectangulaires et régulièrement alternées, elles poursuivent la ruelle. Avec une solennité discrète, elles annoncent en haut d'une large marche, comme le soulignant, le grand portail enfoncé dans le mur tranché : la seule rupture. Les portes du paradis ! La façade de cet Éden ne porte aucun décor, ni pilastre, ni atlante, ni guirlande de fruits ou de fleurs. La façade, c'est tout cet espace vide : sévère ! Au milieu de la vie agitée, sale, coincée, commerçante, évidemment bruyante et brutale, mais attachante, cette place apparaît comme une bulle d'espace. Mais, étonnamment, on ne peut y rester. Sa densité impressionnante et inquiétante repousse, refoule vers le grand rectangle du porche. Cet endroit n'est pas pour un être vivant. Il s'évide spontanément, reste vide éternellement. Lieu d'accueil ? Non ! De passage, de poussage ! Ni urbain ni résidentiel, il suspend l'atmosphère comme dans un purgatoire. Austère et grandiose, il affiche haut l'orgueil du propriétaire des lieux pour sa position sociale, réelle ou supposée.
C'est ce que, à Suzhou, on nomme un zhaobi.
C'est aussi un filtre spirituel. En Chine, les grandes portes n'ouvrent jamais directement sur un espace incontrôlé. Placé sur leur axe, un mur écran, extérieur à l'enceinte de la propriété, protégeait l'accès des influences cosmiques, néfastes, qui, croyait-on, ne se mouvaient qu'en ligne droite. Les mauvais esprits ne peuvent pas contourner un mur ou une cloison pour pénétrer dans un endroit ni suivre un trajet coudé. Ils restent pantois derrière l'écran ou glissent, comme ici, le long de la façade sans pouvoir entrer. L'expérience de temps troublés tout autant que l'imagination nous laisse envisager la nature de ces mauvais esprits ! Le regard, comme les forces maléfiques, ne connaît que la ligne droite. Également utilisé à l'intérieur de la demeure, ce procédé d'accès caché, dissimulé, pour le visiteur, crée un mystère permanent, mâtiné de prudence et de respect.

Revue de presse

Une «porte de lune», un «escalier qui monte aux nuages», un empilement d'étranges rochers aux formes déchiquetées, des pavillons pour le plaisir et d'autres pour la méditation, une succession de fenêtres ouvragées... que de merveilles dans les jardins de Suzhou, vert paradis urbain de la Chine ancienne. Revisitant ces jardins légendaires, Laurent Colson en a fait le point de départ d'une promenade à travers toute l'histoire des jardins de l'Empire du Milieu. Ce très beau livre est illustré par la photographe Iris L.Sullivan, dans un registre qui hésite entre le reportage pour magazine de déco et la fascination de la peinture chinoise : des images qui sont déjà, à elles seules, un voyage...
Laurent Colson a suivi à travers l'histoire, depuis le IIIème siècle avant J.C., mais aussi la littérature, la poésie, la philosophie, la trace laissée par ces jardins, dont il nous reste finalement assez peu de chose. (Marjorie Alessandrini - Le Nouvel Observateur du 30 septembre 2010)

Le texte est dense et coule comme un long fleuve tranquille bien difficile à arrêter, et les photographies parviennent à échapper au sentiment de déjà-vu. Qu'il s'agisse de cadrage, d'ambiance, de couleur, elles sont à la fois justes (même dépoussiérées), souvent surprenantes, émouvantes, et rendent compte du lien étrange qui unit les univers végétal, minéral ou architectural dans ces microcosmes appelés jardins, où les frontières s'évanouissent. Le sort fait aux arbres est plus qu'enviable, la lumière est heureuse et sensible, même si le ciel est plombé. (Frédéric Edelmann - Le Monde du 9 décembre 2010)

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit


Commentaires client

Il n'y a pour l'instant aucun commentaire client.
5 étoiles
0
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Partagez votre opinion avec les autres clients

Où en sont vos commandes ?

Livraison et retours

Besoin d'aide ?