Cliquez ici Cliquez ici cliquez_ici. NEWNEEEW Cloud Drive Photos En savoir plus cliquez_ici nav_STT17 cliquez_ici En savoir plus Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici cliquez_ici



1000 PREMIERS REDACTEURS D'AVISMEMBRE DU CLUB DES TESTEURSle 9 mai 2016
Au départ, le seul signe distinctif de Viktor, célibataire, journaliste sans emploi et écrivain sans roman, c’est le pingouin Micha qu’il a adopté au zoo. Mais cet homme tristement ordinaire va se retrouver au cœur d’une affaire qui va très vite le dépasser. Un journal l’embauche pour écrire des nécrologies ou « petites croix » de personnes encore vivantes qui ne tardent finalement pas à décéder… Il se trouve alors tiraillé entre feindre d’ignorer cette situation inquiétante mais fort rémunératrice et y voir une menace réelle, en particulier pour lui-même. Mais profiter de la situation semble impossible et tout bonheur interdit, comme par contamination. Ainsi Viktor récupérera une enfant à laquelle il ne saura pas s’attacher, rencontrera une femme qu’il ne parviendra pas à aimer, trouvera un ami mais ne saura pas le garder et gagnera un argent qui n’améliorera rien. S’il y a une issue, elle ne pourra donc être que de secours.

« Le pingouin » est à la croisée des genres : roman noir qui a peu armé son antihéros face aux forces obscures de la mafia, roman absurde, où le rocambolesque et la dérision soulignent le désespoir d’une situation, et roman engagé qui présente une vision pessimiste mais malheureusement justifiée de l’Ukraine post-Union soviétique. L’entreprise d’Andreï Kourkov est ambitieuse et intéressante mais ce roman, contrairement à d’autres commentateurs, ne fait pas partie de mes coups de cœur de lecture non plus. A l’image de Micha, je crois qu’il y a quelque chose d’un peu trop neurasthénique et froid pour moi.
|0Commentaire|Signaler un abus
le 16 août 2014
Cet ouvrage narre les aventures rocambolesques de Victor, journaliste au chômage et de Micha son pingouin rescapé du Zoo de Kiev, double dépressif de ce dernier. La situation de Victor et de Micha s'améliore au fur et à mesure du nombre de nécrologies de personnalité que Victor se met à écrire pour les "Nouvelles de la capitale" (Stolichnaïa). A raison de 300 dollars par mois, Victor voit tout d'abord l'affaire d'un bon oeil, jusqu'au moment où les fameuses personnalités se mettent à tomber comme des mouches. S'ensuivent des rebondissements à tout va, de nouvelles rencontres (Sonia une fillette et Nina, future compagne de Victor), de la paranoïa, des morts, une transplantation animalière jusqu'au dénouement totalement burlesque. Dépressifs chroniques, ce livre n'est pas pour vous. Pour les autres, laissez vous tenter par un roman venue du froid, qui sent bon la vodka et le poisson.
2 personnes ont trouvé cela utile
|0Commentaire|Signaler un abus
le 9 juin 2012
A travers ce petit roman très sympathique, Kourkov donne un bel aperçu de l'Ukraine post-soviétique. Corruption, mafia, petites combines, défaillance de l'état,vodka et patates, tout y est. Le plus drôle, c'est qu'il parvient à amener le lecteur à composer avec cette réalité, sans qu'il ne s'insurge plus que quelques secondes tant le personnage principal, Victor écrivain dépressif et son pingouin neurasthénique sont attachants. Pourtant, on assiste à tout un tas d'horreurs. L'intrigue se passe dans les années 95-96 et montre de manière subtile, la confusion qui règne dans le pays après son indépendance en 1991. C'est pas gagné pour les gens ordinaires comme Victor, et pourtant, il s'en sort.
Par ailleurs, la plume de Kourkov est à la fois très fluide et acérée. La lecture est jubilatoire.
3 personnes ont trouvé cela utile
|0Commentaire|Signaler un abus
le 22 août 2015
Roman dont les protagonistes confinent à l'absurde, comme dans certains romans ou nouvelles russes. Le personnage principal , aux prises avec une situation qu'il ne maîtrise pas, est très attachant, ainsi que le pingouin Micha
Une personne a trouvé cela utile
|0Commentaire|Signaler un abus
le 17 mars 2013
Andreï Kourkov est né en Russie en 1961 et vit à Kiev. Polyglotte précoce, il débute sa carrière littéraire pendant son service militaire à Odessa, où il est gardien de prison. Son roman Le Pingouin, traduit en une trentaine de langues, a imposé son style burlesque et acerbe à l'international.

Excellent livre.
Une personne a trouvé cela utile
|0Commentaire|Signaler un abus
le 4 avril 2013
Commande et livraison sans problème
Quant au livre, il est à recommander pour son humour et cette atmosphère très particulière qui, à sa façon, semble décrire la vie en Ukraine
|0Commentaire|Signaler un abus
L un des livres les plus amusants lus ces derniers mois, le style et la lecture au premier, au deuxiee et au troisieme degre...Excellent !
2 personnes ont trouvé cela utile
|0Commentaire|Signaler un abus
le 20 janvier 2011
Un excellent docu fiction sur la société de l'ère post effondrement du mur. A lire dans ce contexte bien sûr.
3 personnes ont trouvé cela utile
|0Commentaire|Signaler un abus
le 26 décembre 2011
Drôle et intriguant, se lit facilement et laisse une image de l'Ukraine d'aujourd'hui avec ses règlements de compte et sa mafia en toile de fond.
|0Commentaire|Signaler un abus
le 3 avril 2011
Un roman amusant , léger et décalé mais finalement à double fond. La peinture de l'Ukraine d'aujourd'hui, de ses personnages curieux, des situations cocasses y est grinçante et loufoque. La situation elle même y est surprenante: comment écrire la nécrologie de personnages qui ne sont pas encore morts?
Micha, le pingouin neurasthénique du héros, l'accompagne à des enterrements comme une mascotte, comme une "marque de fabrique", un label reconnaissable par tous.
Un grand moment de plaisir et de bonheur.
Les personnages, les situations, l'intrigue même font de ce roman une petite pièce jubilatoire, un espace réjouissant dans lequel l'esprit vagabonde avec ravissement.
|0Commentaire|Signaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

Le Pingouin
10,00 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici