undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW Stockage illimité pour les photos et bien plus encore cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose

Commentaires client

4,2 sur 5 étoiles
85
4,2 sur 5 étoiles
Format: Broché|Modifier
Prix:7,10 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 8 octobre 2014
Ce qu'Antigone -celle d'Anouilh- peut déclencher, même à la fin du 20ème siècle! Comme dans la pièce, on espère jusqu'au dernier moment. Mais la sale loi du destin, enfin la sale loi des hommes, quelques fois, dans quelques lieux du monde, imprime sa marque de sang et de boue jusqu'en nous. Ici, le sable versé sur le frère condamné à la non-sépulture, finit dans notre bouche! Monsieur Chalendon écrit d'un trait précis, et ses flèches vous atteignent exactement là où il veut, là ou nous, on ne voudrait pas. Je ne suis pas remise de ce voyage aux frontières du Liban. Faut-il recommander cette lecture? Si on cherche dans un livre des souvenirs qui ne vous quitteront pas, sans aucun doute. Et si on aime les Antigone, celle de Sophocle aussi, si on se réjouit de la portée des mots quand ils sont tant travaillés, en plus avec une sorte de simplicité apparente, alors absolument!
0Commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Voilà un livre choc, un électrochoc, pour nos vies douillettes et leurs cocons d'indifférence égoïste. Non ! la barbarie, ce n'est pas les autres (pas seulement !) elle commence quand nous rejetons l'autre pour ne pas mettre en risque notre confort ! Antigone , ce n'est pas seulement du théâtre : elle est là au cœur de Beyrouth dans l'affrontement du (des) pouvoirs, des passions, des vengeances. L'art est-il suffisant pour vaincre la haine et le cercle infernal de la vengeance ? Les pages sur le massacre et la torture par les milices chrétiennes (eh ! oui), sous le couvert de l'armée israélienne, de centaines de femmes, d'enfants, de vieillards sans défense dans les camps de Sabra et Chatila sont d'une puissance insupportable. On en sort pas indemne ! Tsahal et Israël en ont perdu leur âme, définitivement ! Le héros ne peut plus rester le metteur en scène impartial de la tragédie. Son Antigone est morte, violée, torturée : il va s'engager jusqu'à sa propre mort.
Au moment où nos sociétés repues ferment les yeux sur ces émigrés fuyant des guerres que nous avons largement instrumentalisées, il est nécessaire, indispensable de lire ce livre.
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ancien grand reporter, Sorj Chalandon a côtoyé les horreurs de la guerre, notamment celles qui ensanglantent un pays pour des raisons religieuses. Après l'Irlande, son dernier roman, La quatrième mur, évoque le Liban de 1982, l'année des massacres de Sabra et Chatila. Au fil des pages, le récit gagne en puissance, jusqu'à un point de non retour. Chalandon n'est pas l'écrivain des faux fuyants ni des faux semblants, il décrit une tragédie, qui ne devrait pas pouvoir être exprimée par des mots mais lui, il les dit, avec rage, désespoir et impuissance. Pourtant, il était beau ce projet, cette utopie de monter l'Antigone d'Anouilh, le temps d'une trêve de deux heures, dans les ruines de Beyrouth, avec des acteurs de toutes confessions : chrétiens, druzes, chiites, maronites, palestiniens, le tout sur une idée d'un metteur en scène juif. Le théâtre face à la guerre. L'art contre les combats. Tragédie contre tragédie. Les cèdres et les cendres. Certaines pages sont proches de l'insoutenable. D'autres, au contraire, magnifient l'amitié, la tolérance, le courage, les vertus de la transmission. Il y a beaucoup plus de violence que de tendresse dans Le quatrième mur. L'espoir vacille comme une bougie dans le vent glacé. Peut-il exister encore quand la haine et la folie des hommes submergent tout ? Un livre terrible et suffocant, peut-être le plus radical de tous ceux que Sorj Chalandon a écrit.
0Commentaire| 27 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 août 2013
C’est la première fois que je lis Sorj Chalandon et je suis totalement séduit. Quelle plume, quelle belle construction, quel bel agencement à la fois mathématique et poétique des mots et de l’histoire. De l’Histoire aussi. C’est un livre sur la guerre. C’est dur, c’est déstabilisant, ça secoue. C’est un livre sur la coexistence insolente de mondes en guerre et de mondes en paix. Oui je le recommande vivement.
0Commentaire| 28 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 31 juillet 2015
On le lit d'une traite, ou alors on fait des pauses pour supporter certains moments douloureux.
On assiste à différents passages...
- de l'enfance et ses idéaux à une réalité moins réjouissante
- d'un rêve à un cauchemar
- de la vie à la mort
- de l'optimisme au fatalisme.
- de l'idéologie au combat
Une tragédie comme un écho à Antigone, le passage encore de l'antique à l'actuel.
Ce qui reste, ce sont les mots.
C'est très bien écrit mais c'est dur et violent.
Un cri d'amour et de rage pour le Liban, un pays à connaître, à comprendre.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Si je vous disais que j'étais en train de lire un passage où il est question d'attentats et de tirs l'aveugle, au Liban quand il y a eu l'annonce des attentats de Paris!... J'en frémis encore car trouver ce qu'on vient de lire en grandeur nature ça ajoute des frissons à l'horreur. Donc, dans ce roman, il s'agit d'un metteur en scène parisien, Georges, qui a un ami Juif et Grec (ou le contraire), Sam qui veut monter Antigone de Anouilh au Liban en confiant chacun des rôles à des jeunes de religions différentes pour leur montrer qu'on peut vivre ensemble. C'est la même optique que celle du chef d'orchestre D. Barenboïm qui a monté un orchestre de jeunes, Israéliens et Palestiniens, pour qu'ils apprennent à vivre ensemble et pour qu'ils échappent à la peur le temps des répétitions et des concerts. Mêmes objectifs donc. Revenons au roman. Sam se meurt d'un cancer et fait jurer Georges d'aller au Liban monter Antigone avec les jeunes qu'il a sélectionnés. Georges s'exécute et va se trouver confronté à la guerre (et pas celle des barricades façon 68), la vraie. Il se laisse absorber, fasciner, par la guerre au point de ne plus pouvoir réintégrer son couple et de finir par abandonner sa femme et sa fille. J'avoue que ce choix me laisse un goût amer. Sans doute est-il fasciné davantage par la force des liens éphémères qui se nouent face à l'urgence et au danger et que la vie parisienne, routinière, lui semble fade à côté de ce qu'il vient de vivre. Est-ce un moyen de nous faire comprendre pourquoi et comment des jeunes, hélas trop nombreux, se laissent embrigader jusqu'à y jouer leur vie, sourire aux lèvres?? Peut-être... A lire.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 février 2014
Ce livre est captivant, avec une intrigue permanente.
Il montre combien le genre humain est parfois (et trop souvent) borné, ne voyant que ses propres intérêts.
Difficile voire malheureusement impossible de raisonner des personnes ayant des opinions si différentes et opposées, même si parfois on semble aboutir.
Le conflit du Liban et de l'Extrême-orient pourra-t-il trouver une fin pacifique dans tel climat ?
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 juillet 2014
Super bien écrit, on rentre rapidement dans l'histoire même si l'on devine la fin. Bon livre retraçant les problêmes au Proche-orient on sent qu'il y a du vécu dans ce qu'écrit Chalandon. C'est pas Bernard-Henry Lévy qui nous parle, ce livre c'est du costaud. Il pose ensuite la question sur l'engagement pour une cause et jusqu'où peut-on aller. N'hésiter pas à lire ce bouquin: très instructif!
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 mars 2014
livre que j'ai beaucoup apprecie , mais qui laisse des traces ...Je l'ai offert , je l'ai presente à un cercle de lecture avec enthousiasme;...quelq'un d'autre le presentait mais avait un avis defavorable ,le trouvait trop realiste....Le vocabulaire est tres desciptif , mais l 'auteur veut marquer les esprits
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Au début, j’avais du mal à apprécier ce livre : l’idée que quelqu’un veuille mettre en scène une pièce intemporelle dans un pays en guerre, avec des acteurs –représentants chaque partie du conflit, rien de nouveau ni de palpitant. En plus, de re-lire ou de re-écouter les barbaries d’une guerre, de plus est, d’un conflit auquel je ne comprends rien- quoi de plus déprimant ! Mais finalement, je suis restée fidèle au livre et je dois avouer, plus à la voix et l’interprétation magnifique de Féodor Atkine (voix du Dr House) qu’à l’histoire. Et heureusement, à la fin, j’ai changé d’avis sur ce livre après avoir écouté l’interview avec l’auteur, un making-off très personnel, très touchant et émouvant ! J’ai mieux compris du comment et pourquoi… ! Je trouve que sans cette explication, je n’aurais pas pu apprécier à la juste valeur ce livre ! Merci à la version audio !
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus