undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Acheter la liseuse Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose

Commentaires client

3,7 sur 5 étoiles
123
3,7 sur 5 étoiles
Format: Format Kindle|Modifier
Prix:7,99 €
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Désirée, la bibliothécaire et Benny, le paysan, ça vous dit quelque chose ? Le couple le plus improbable qu'on puisse imaginer rencontré dans Le mec de la tombe d'à côté ? Voilà vous y êtes.
Ils se sont donné trois essais pour avoir un enfant ensemble. En cas d'échec, Désirée retournera à ses livres et Benny à sa ferme, chacun restera chez soi et les vaches seront bien gardées.
Et si ça fonctionne ? Hé bien nos ex-tourtereaux ne se sont pas vraiment posé la question.
Alors, bébé ou pas ? Hors de question que je vous révèle quoi que ce soit sur les amours cahotiques de notre couple d'amoureux préféré.
Sachez quand même que le roman cavale à toute allure, qu'il est frais, tonique et plein d'humour et que le portrait des rapports hommes/femmes que nous brosse Katarina Mazetti est chaleureux mais qu'il bat aussi en brèche tous les a priori que nous pourrions avoir sur le modèle suédois , l'auteure faisant par exemple remarquer que les congés paternités sont plus fréquents durant la période de chasse à l'élan !
De très jolis portraits de femmes et d'amitié (et inimitiés !) féminines en particulier. On se reconnaît, on s'enthousiasme, on s'inquiète, on s'émeut, on passe par toute une palette d'émotions et en un rien de temps le roman est dévoré !
Un roman qui se lit d'une traite et qui donne la pêche, que demander de mieux ?
0Commentaire| 39 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
J'étais vraiment ravi à l'idée de retrouver Benny et Désirée qui m'avaient fait passer un si bon moment. J'ai retrouvé l'atmosphère du premier roman sur les 50 premières pages... Et puis patatras....
"Le mec de la tombe d'à coté" insistait surtout sur le contraste ville-campagne avec beaucoup de légèreté et de finesse, sachant éviter la plupart des poncifs et clichés... Ici, il s'agit surtout de la vie de couple, des enfants et des relations et rôles partagés entre les hommes et les femmes. Et là, j'ai eu l'impression de retrouver tous les clichés possibles et imaginables... ça manque de poésie, de légèreté (le ton général est plutôt sombre)... Katarina Mazetti charge la barque, accumulant toutes les difficultés potentielles de la vie de couple sur les épaules de ces pauvres Benny et Désirée.. au point d'en perdre un peu de crédibilité. Et surtout, je n'ai pas reconnu Désirée. La femme pétillante, autonome, indépendante, aux répliques cinglantes se transforme trop facilement en fermière conciliante, enchainant les enfants et perd beaucoup de son charme... Benny lui reste fidèle à lui même, par contre.
Alors la lecture reste agréable, le récit à 2 voix reste de mise, Katarina Mazetti en profite pour aborder la mise à mort des petits exploitants agricoles dans une agriculture de plus en plus difficile... mais ai vraiment ressenti que l'interêt qu'on peut preter à cette histoire vient plus du roman précédent (et de l'attachement qu'on a eu pour ces personnages) que de ce second opus par lui même...
Il est sans doute beaucoup plus facile de parler d'une jolie rencontre que du quotidien difficile d'un couple à la ferme... Mais, je crois que sur ce coup, Katarina Mazetti a quand même perdu la recette de ce qui avait fait le succes du premier opus...
11 commentaire| 15 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Nous avions laissé Benny et Désirée à la fin du livre précédent dans une situation bien particulière. Séparés, ils avaient pourtant décidé de se revoir trois fois, pour faire taire l'horloge biologique aux abois de Désirée et tenter, je dis bien tenter, de faire un enfant ... mais trois nuits d'amour avec un enfant pour excuse, quel genre de vie est-ce donc ? Et que va-t-il se passer après ces trois moments volés ? Cela suffit-il pour construire une nouvelle vie ?

Difficile de résumer ce livre sans trop en dire ... on ne peut bien sûr pas s'empêcher de citer la quatrième de couverture, qui cite elle-même un critique suédois : "Le quotidien tue l'amour, la vie de famille l'enterre." Cela semble résumer tant de choses ... exit l'ironie légère du premier livre, dans celui-ci, le miroir que nous tend l'auteure n'est plus celui de la rencontre d'un homme et d'une femme, mais celui de la vie d'un homme et d'une femme ... d'accord, elle prend des exemples extrêmes, une intello et un payson, mais qui ne reconnaîtra pas au moins un peu son couple, dans ce miroir ... ce n'est pas l'amour qui manque entre eux ... même si son intensité varie au fil des saisons, comme celle de la lumière ... mais l'incompréhension entre un homme et une femme, culturellement, ça pèse ... et autant pour notre image un peu idyllique de la Suède, ce pays formidable où le congé maternité dure un an, et peut être pris par le père ou par la mère, ou par les deux successivement ...

J'ai aimé ce livre, c'est sûr, et j'étais ravie de retrouver des personnages que j'avais beaucoup aimé dans le premier opus ... mais il est difficile de garder la même distance avec leur histoire que dans le premier livre ... ils s'aiment, et le bonheur est là dans leur vie, mais ce n'est pas toute leur vie ... et j'avoue que la fin m'a un peu interloquée !!
0Commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 mars 2011
Je mets 3 étoiles plus par générosité et en souvenir de ma lecture enthousiaste du Mec de la tombe d'à côté. Parce que cette suite m'a terriblement désespérée ! J'ai trouvé ça déprimant, amer, réaliste et oppressant. Je n'en pouvais plus de tourner la page suivante, pressée d'en finir. Les amours entre Benny et Désirée ont franchi la vitesse supérieure, il est désormais question de vie de couple, de vie de famille et de tue l'amour insidieux et imperceptible.
Purée, ça fait mal. Il est dit en 4ème de couverture : Le quotidien tue l'amour, la vie de famille l'enterre. Bonjour le programme. Si j'avais su... Mais j'étais tellement curieuse de savoir ce qu'il en était de notre agriculteur et de notre bibliothécaire. Deux mondes opposés. Deux fichus tempéraments. Deux personnalités impossibles à marier, et pourtant...
Ils vont le faire ! Ils vont réussir à braver les épreuves, ces deux-là s'aiment et ils le prouvent. Du moins, au début. Car la vie les rappelle à l'ordre, les vieux démons aussi... pfiou, quelle déprime ! Désirée s'enfonce dans un rôle de mère au foyer qui ne l'épanouit pas du tout, Benny s'échine autour de ses vaches à chercher le moindre écu pour faire bouillir la marmite. Halte là, je n'ai pas envie de lire ça ! Pas envie de lire 240 pages qui me rappellent la vraie vie ou ce qu'on nous assomme dans les reportages tv - non merci !
Et puis ce n'est même pas drôle. C'était un point fort du précédent roman, mais là j'ai trouvé que c'était essentiellement acerbe et donc démoralisant. En somme, je suis déçue et très triste parce que c'est désormais l'image qu'il va me rester du couple de Benny et Désirée. Vision d'un couple qui partage le même toit, alors qu'ils sont devenus des étrangers l'un pour l'autre - bleh.
77 commentaires| 38 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 octobre 2012
J'ai lu il y a quelques mois "Le mec de la tombe d'à côté" et même s'il est vrai que j'ai bien apprécié ce livre, je n'aurais peut être pas lu la suite si une amie ne me l'avait pas prêté : la faute à l'héroïne, à laquelle je n'ai pas réussi à m'attacher, et encore moins à m'identifier, et à une fin qui m'a semblé sortir de nulle part. Malgré ces a prioris, j'ai bien fais d'ouvrir "Le caveau de famille", qui est une suite immédiate des aventures de ce couple ultra mal assorti. Côté style, on retrouve avec plaisir le style fluide et agréable à lire de l'auteur. En ce qui concerne la psychologie des personnages, je trouve qu'ils gagnent en épaisseur et donne bien plus d'épaisseur au récit. Sans vouloir en dire trop, ce récit traite de la maternité, de la difficulté d'être une mère- unefemme -une amante- une amoureuse- une travailleuse et de trouver un peu de temps pour soi même. Et autant je ne m'étais pas attaché à la bibliothécaire ultra élitiste, autant j'ai complètement adhéré à la métamorphose en mère de famille un chouilla débordé. Bref, à lire, même si la thématique ne vous accroche pas tant que ça, on reste quand même sur le ton de l'humour et de la légèreté du premier livre.
0Commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ils sont de retour. Benny, le paysan fruste, et Désirée, la bibliothécaire intello (l'inverse eût été rigolo). Le mec de la tombe d'à-côté fonctionnait sur l'attirance bien connue des contraires et sur l'alternance du froid et du chaud, un coup on s'aime, un coup on se fait la gueule, etc. Bon, Le caveau de famille est comme toutes les suites, inutile et fade. Les deux compères tentent la vie en commun, on se doute bien que cela ne va pas être de la tarte. Mais pas que ce serait aussi tartignolle. Banal, avec des aspérités pour alimenter l'histoire, mais rien de bien excitant. Les couples heureux n'ont pas d'histoire, alors Katarina Mazetti ajoute quelques louches de désillusions et d'incompréhensions, pour que la soupe soit potable. Elle l'est, mais sans goût particulier. Mazette, c'est du réchauffé, ce potage-là !
0Commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 septembre 2011
Je n'ai pas retrouvé dans ce roman l'humour qui m'avait tant enthousiasmée à la lecture du mec de la tombe d'à côté. J'espérais une intrigue plus tortueuse avant que nos deux héros vivent enfin ensemble une vie au quotidien bien banal. Finalement, Désirée n'aurait peut--être pas dû tomber enceinte...
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Katarina Mazetti, née en 1944, est une journaliste et écrivaine suédoise. Après des études de journalisme, elle débute dans des journaux locaux puis reprend ses études et obtient une maîtrise de littérature et d’anglais à l’Université de Lund. Elle travaille alors comme professeur puis comme producteur et journaliste à la Radio suédoise. Elle a écrit des livres pour tous les âges, ainsi que des critiques littéraires, des chansons, des comédies et des chroniques pour des journaux et la radio. Son premier roman pour adultes paru en 1999 (en France en 2006), Le Mec de la tombe d'à côté, se base sur son expérience de femme de paysan et sera un énorme succès international. Le Caveau de famille paru en 2011 en est la suite.
Nous retrouvons donc Benny le fermier et Désirée la bibliothécaire, le rat des champs et la rate des villes. Nous les avions quittés alors que leur couple ne tenait plus et qu’ils s’étaient séparés mais c’est aussi le moment où Désirée recontacta Benny pour lui demander de lui faire un enfant ! Trois tentatives, pas une de plus, pour concrétiser et après quelque soit le résultat, bye ! bye ! Chacun reprend sa vie. Bien entendu ce rapprochement contractuel renouera le fil rompu et nos deux héros se retrouvent en couple pour la grande aventure. Il y aura trois enfants, un mariage, un avortement, des larmes, des accidents corporels…
Si Katarina Mazetti a conservé en surface, le même ton que celui adopté pour le premier opus, un humour mélancolique, et la forme faite de chapitres alternant la vision des situations par l’une ou l’autre, le fond est beaucoup plus dur et noir. Elle réussit ainsi à nous fourguer un roman très sombre et grinçant en le parant de couleurs « seulement » grises.
Le lecteur est aux premières loges pour assister à cette métamorphose hasardeuse, le moment où un couple de célibataires amoureux se transforme en une famille avec enfants. Et là, ça ne rigole plus du tout. Benny s’occupe de ses vaches du matin au soir, sept jours sur sept, une vie rude et exigeante qu’il a toujours connue auprès de ses parents. Désirée torche les mômes, prépare la soupe, fait la lessive et bosse à la bibliothèque en ville pour mettre du beurre dans les épinards. Epuisés de fatigue tous les deux, chacun demandant à l’autre de faire des efforts pour le seconder dans ses tâches, leur vie devient un enfer. Surtout quand on ne peut plus communiquer. L’enfer c’est l’autre. Mais d’ailleurs, ont-ils jamais réussi à se parler réellement ?
Il est certain que Benny ne mesure pas bien l’ampleur des tâches accomplies par sa femme, mauvais point pour lui, mais Désirée n’a sûrement jamais été faite pour vivre à la ferme, mauvais point pour elle. L’amour et les bonnes intentions n’y font rien, le temps fait son œuvre et ronge littéralement les fondations du couple. Constat cruel.
Katarina Mazetti sous ses airs de ne pas y toucher, dézingue à tout vat, la vie de famille, l’image du mari traditionnel suédois égalitaire, la vie au bureau, l’avenir compromis des fermiers. De quoi donner des suées d’angoisse aux jeunes lecteurs sur le point de convoler et faire grincer des dents ceux qui sont déjà dans ce pétrin.

« Anita leur avait soigneusement construit un foyer et elle y avait vécu en paix jusqu’à ce que je débarque avec ma lubie d’avoir un enfant avec son homme. Et était arrivé ce qui était arrivé. J’avais pulvérisé toute son existence et j’ai senti qu’un jour j’aurais à en payer le prix. »
11 commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 juin 2013
Je n'ai pas lu LE MEC DE LA TOMBE D'A COTE mais le CAVEAU DE FAMILLE commence par un résumé du premier volume.
D'après les commentaires : "exceptionnel" "Un bonheur qui ne vous lâche pas" "Pétillant et jubilatoire" je me rends compte que je n'ai pas le même vocabulaire ou plutôt que les mêmes mots n'ont pas pour moi la même signification.
Où est l'humour ?? où est le rire ?? peut-être dans le fait qu'une femme de la ville vienne vivre à la campagne et faire trois enfants en quatre années de mariage tout en devant s'occuper des vaches, de son mari, de la traite, des enfants de la maison .................
J'ai trouvé cette histoire nulle. Il n'y a que Benny le paysan qui est un peu sympathique.
Je ne vois aucun intérêt à suivre la vie d'un éleveur de vaches laitières n'étant pas prétendante à l'"AMOUR EST DANS LE PRE".
Je pense effectivement qu'il conviendrait de faire lire le "CAVEAU DE FAMILLE" à toutes celles qui rêvent d'une vie "superbe et agréable" à la campagne sans en connaître les tenants et les aboutissants.
Je n'ai rien trouvé d'agréable et suis restée totalement hermétique.
Heureusement que ce livre m'a été prêté et que je n'ai pas du débourser 20 € pour 237 pages qui se lisent en une journée.
Le seul point positif est le style. Cette façon de faire parler chaque personnage qui raconte le même évènement de son point de vue est assez agréable.
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 décembre 2012
Les plus médisants peuvent évoquer un livre de commande à but lucratif, car je ne pense pas que Mazetti ait imaginé et prévu les aventures de Benny et Désirée post « mec de la tombe d’à côté » dés le départ. Et même si cette suite surfe sur le succès du premier épisode, l’auteur a le mérite de ne pas avoir fait un copier coller du premier. On change radicalement de ton. C’est beaucoup plus réaliste et terre à terre que le premier opus (qu’il faut avoir forcement lu au préalable) puisque l’on perd le coté romantique, et pas mal d’humour aussi en passant. Les fans qui s’attendent à une suite dans le même style seront déçus. Je pense de plus que l’on serait totalement passé à travers ce roman si Benny et Désirée n’en n’étaient pas le couple vedette. C’est un peu oppressant et longuet par moment, mais cela reste intéressant et instructif.
Ce caveau de famille peut au final dérouter et décevoir les fans du premier tome par son approche plus sombre, mais c’est la tout son intérêt.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

7,99 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)