undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

4,7 sur 5 étoiles
3
4,7 sur 5 étoiles
5 étoiles
2
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: Broché|Modifier
Prix:15,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 6 mars 2010
Voici un livre très inspiré, qui manifeste le don éclatant d'une critique littéraire que l'on n'entend pas assez. Si les lecteurs du Magazine Littéraire connaissent les lumineuses colonnes de Lindâ Lê, consacrées aux écrivains brûlants, urgents, et parfois oubliés, ceux-là auront ici la consolation de la retrouver. Pour d'autres, ce sera la chance de découvrir une lectrice commme il y en a peu - celles qui nous ramènent, au fond, à la question d'une utilité possible de la littérature. Pourquoi lire? Pourquoi s'intéresser à cette pratique de la langue et de l'esprit, en une période dominée par les "pièges et dérives" de l'auto-fiction? N'avons-nous pas, pendant longtemps, prêté à la littérature un pouvoir d'arrachement, de transfiguration, et la possibilité d'explorer l'infini? Sommes-nous condamnés à ne demeurer que de "simples organes d'enregistrement", pour citer Antonin Artaud, lui aussi affronté aux difficultés d'un art mort ? Toutes ces questions sont admirablement soulevées par cet essai, qui nous laisse à penser la survivance et la nécessité d'une "autre littérature".
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 octobre 2011
Ce livre est un pêle-mêle de littérature tant du point du vue du lecteur que de l'écrivain. S'y côtoient de multiples figures littéraires, des emblèmes internationaux dont l'œuvre magistrale a bercé la jeunesse de Linda Lê. En effet, c'est un récit presque autobiographique qui vient se substituer à la trame narrative. On suit l'évolution de notre auteur/narratrice de sa prime enfance à ses interrogations d'écrivain en devenir. On assiste à l'introspection d'une immense érudite qui daigne nous faire partager tous ces mentors qui l'ont jusque là fascinée.
Quand j'ai débuté ma lecture, je n'ai pu m'empêcher de faire à maintes reprises des parallèles avec Une histoire de la lecture d'Alberto Manguel. Parce que le parcours est identique : la migration, le refuge dans les livres, l'insoumission aux tierces personnes. Mais peu à peu le chemin dévie dans une sorte de forêt broussailleuse : car Linda Lê est une encyclopédie vivante maniant avec une justesse absolue culture classique et moderne (Manguel l'était aussi mais il était plus aisé à suivre). On se retrouve à flâner entre Antigone, Virgile, Shakespeare et Pessoa, et on apprécie l'éclairage bien que parfois la lumière soit tamisée. Il faut être dénué de toute distraction extérieure car le fil est assez dur à suivre : il requiert une intense attention bien qu'il soit palpitant d'opinions contrastées et de sources pertinentes.

En conséquence, je conseille ce livre à ceux qui apprécient une verve aiguisée et pointilleuse. N'ayez pas peur du lexique quasi universitaire employé au détour de chaque phrase car le talent est au-delà. Il est juste enthousiasmant de voir avec quel aplomb Linda Lê peut disserter sur tel ou tel sujet littéraire. Et à tous les fans d'Alberto Manguel : ce livre vous est destiné.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 avril 2014
Si pour Linda Lê « Cioran était l'être le plus accueillant qu'il m'eût été donné de connaître », ce court texte « Pour saluer Cioran » ainsi que les remarques clairsemées dans les autres chapitres, constituent pour moi la plus synthétique et pertinente des présentations de celui qui n'a jamais cessé de s'interroger : « à quoi bon avoir quitté Coasta Boacii ? ». J'aurais cependant tort de ne retenir de cet ouvrage dense et nourrissant, unique parmi les livres sur des livres, que le portrait du métèque. L'écrivaine nous offre généreusement une « liste d'envies » essentielles que nous devrions consulter et suivre en lecteurs reconnaissants. Elle aborde surtout les grands classiques, à commencer par Shakespeare, imaginant un écrivain qui réunirait les pouvoirs de deux personnages de la Tempête, Ariel et Caliban. En ce qui concerne les auteurs moins connus, qu'elle nous fait découvrir ici pour certains, dans « Au fond de l'inconnu pour trouver du nouveau », la « flânerie » se poursuit avec le même plaisir renouvelé.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)