Cliquez ici undrgrnd Cliquez ici RentreeScolaire Cloud Drive Photos nav_BTS17CE En savoir plus Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici cliquez_ici



Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 8 mars 2014
L'odyssée extraordinaire d'un homme racontée de manière précise sans état d’âme, sans pleurs et sans considérations moralisatrices. Un bel exemple de survie, d'adaptation. La guerre vécue par un combattant ; les faits sont présentés clairement, dans leur brutalité. Il a fait face.
En plus de retour dans la vie civile, il s'est reconverti.
Un être humain, d'un caractère fort, qui fait face, s'adapte au milieu, vainc l'adversité, gagne et survit. Bravo.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 juillet 2017
Un beau témoignage, ardu à lire car insoutenable dans une expression limpide à force de simplicité. C'est un devoir de le lire... Et je m'en suis acquitté, malheureux...Le style n'est pas à la poésie mais des images sont toutefois très puissantes.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 juin 2012
Etant moi même né en Alsace, j'ai découvert ce livre bien tard.
Quelle claque...

Mais surtout, ayant eu pour voisin ces malgré-nous ayant servi à l'Est j'ai compris bien des silences...

Ce livre est très fort, surement celui qui met le plus en alerte.
J'ai énormément lu sur les conflits mais le témoignage de "Guy Sajer" est de loin le plus fort, celui d'un homme de troupe.

Je ne sais pas si en Allemagne et non traduit on trouve d'autres témoignages aussi fort.

Bien sûr on peu beaucoup critiquer, l'imprécision, le flou... l'absence de dates nettes... mais quand on a connu l'armée tout cela colle bien, n'oubliez pas que "Guy Sajer" était Landser et sa vision est celle de l'homme de base.
0Commentaire| 16 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 juillet 2015
Un livre d'une rare intensité

J'allais y chercher quelque chose comme un sentiment de revanche. C'était leur tour aux Allemands d'en baver vu que ma famille a souffert de cette guerre. J'en sors avec beaucoup de respect pour ce soldat

Bien sûr on peut imaginer qu'il ne dit pas tout, qu'il a adapté le ton en fonction des opinions post-guerre mondiale, qu'il a pris un recul précautionneux

Mais pas de jérémiades, pas de tristesse, pas de sentiment d'absurdité. Et on comprend, vu qu'ils ne savaient même pas ce qui se passait ailleurs sur le front russe, ils ne devaient pas être au courant des crimes nazis. Difficile de décrire la tonalité générale du livre: pas de froide objectivité journalistique, pas de sentiment de grand gâchis, une aventure effroyable atténuée par la camaraderie, loin de tout se qui se passait en Allemagne

On trouve des gens pour dire que ce n'est pas un grand écrivain. Ouais ben, ça faisait longtemps que je n'avais pas lu avec autant de passion. On a le sentiment que ce livre nécessiterait non pas une suite ou une longue préface mais des approfondissements, plus de détails sur ce que Sajer pensait avant et sur son attitude depuis la fin de la guerre. Il a visiblement cherché la tranquillité vu qu'il était du "mauvais" côté. Je ne connais pas d'interview télévisée de lui

Il n'en reste pas moins que, face aux médiocrités de la littérature actuelle, c'est un livre qui vous fait vivre l'absurde de la guerre et va au delà.
33 commentaires| 9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 septembre 2016
Le livre étrange et prenant d’un soldat allemand balloté sur le front russe. Le récit vaut moins pour son témoignage, qui paraît d’ailleurs soupçonnable, que pour cette peinture qu’il contient de ce conformisme résigné d’un soldat qui, pour être parfaitement étranger à toute forme d’héroïsme, n’est fait pas moins et avec un naturel désarmant, son devoir. En en tire l’image d’une guerre honnêtement conduite, exempte de cruauté, épurée de son nazisme ; les esprits charitables mettront cette vision des choses sur le compte de cette myopie obtuse qui a sans doute amené bien des Landser à ne s’occuper que d’eux-mêmes dans cette immense machine à broyer qu’a été le front russe. Les esthètes goûteront un style artistement simple, parfois étincelant de brutalité et de justesse.
11 commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 décembre 2009
Comme la plupart des internautes qui se sont exprimés ici, j'ai été extrêmement impressionné par ce livre, par son côté brut, direct, et sa capacité à matérialiser tous les sentiments que peut ressentir un homme ordinaire plongé dans des situations extraordinaires. Certaines scènes, effroyables, vous marquent au fer rouge par leur intensité (le convoi rempli de cadavres, la bataille de Bielgorod, le passage du Dniepr, la mort du capitaine Wesreidau, le siège de Memel, le camp américain).
Par manque de chance, Guy Sajer a combattu sous l'uniforme honni de la Werhmacht. Cela conduit certains à s'interroger sur la véracité de son récit (tout cela est-il bien vrai ?), ou à regretter qu'il ne mette pas en perspective les souffrances subies par les soldats allemands avec celles subies par les victimes, civiles notamment, du régime nazi, sans doute pour essayer d'atténuer l'horreur supportée par les combattants de cette armée (ou, dans un autre registre, les civils, en particulier les femmes allemandes, sur la zone conquise et occupée par l'armée soviétique).
Le livre de Sajer est un témoignage, de très gros calibre, qui vous dit, de manière extrêmement brutale : regardes, la guerre à l'Est, c'est ça, c'est dégueulasse, mais tous les hommes n'y ont pas perdu leur âme. Pour moi, là est l'essentiel.
44 commentaires| 36 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 mars 2013
Souvenirs de guerre d'un soldat allemand de moins de 18ans. Il raconte la campagne de Russie, de Stalingrad à la fin de la guerre. Rien n'est épargné dans la description des atrocités commises et subies. On est pris à la gorge devant tant d'horreurs. J'ai aussi beaucoup apprécié le style de l'auteur. Quel dommage que la relecture après le scan ait manqué de soin ! Le prologue est massacré et la dernière page incomplète ...
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 septembre 2000
Voilà un livre que tout le monde devrait avoir lu. Cela calmerait l'ardeur des belliqueux, et les autres trouveraient leur vie bien douce quelques soient leurs tracas quotidiens. Parce que c'est la guerre du trouffion de base qui est décrite ici, pas celle qu'on lit dans les livres d'histoire à l'école. Pas de grandes manoeuvres décrites sur une carte d'état-major, mais les souffrances de chaque instant de "gamins" en uniforme, dans la neige, le froid de -40°, la poussière, les centaines de kilomètres à pied, les bombardements à perdre la raison. Ca ne peut qu'etre inventé tellement c'est inhumain, et pourtant c'est VRAI. Merci Monsieur Sajer pour votre livre. Il a du vous en falloir du courage pour revivre CA.
0Commentaire| 45 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Contrairement au "Rêveur casqué" du regretté La Mazière, le livre de Guy Sager nous présente la guerre à l'est à l'état brut ; dans toute son horreur et sa cruauté.
Pas de lyrisme ou de cynisme. De la chair, du sang, des larmes, de la boue et de la neige.
Une référence absolue.
0Commentaire| 15 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Guy Sajer, de mère allemande et de père français alsacien, se trouve très jeune engagé dans la Wehrmacht. Je comprends que son engagement tient beaucoup de l'idéalisme du soldat allemand que des jeunes se forgèrent dans les 45 jours de la défaite française de Mai 1940 (d'autres, pour la gloire de nos armes et de la France, rejoignirent les FFL ou la Résistance).

Le soldat Sajer est envoyé sur le front de l'Est en juillet 1942. Quels récits ! J'ai lu de nombreux ouvrages sur la guerre de 1939-1945 et rarement un tel témoignage a atteint ce haut niveau d'intensité. Les pages sont dantesques. Les scènes d'épouvante sont légion. La qualité du soldat allemand est manifeste, se battant bien souvent à 1 contre 100.

Le récit me fait penser à ceux de Sven Hassel, dont la personnalité, cependant, prête à la critique (a-t-il réellement été ce soldat de bataillon disciplinaire qu'il décrit « cf. Legion of the damned »?).

Guy Sajer, soldat d'infanterie d'élite de la division Gross Deutschland vous emmène avec talent dans l'enfer de ses souvenirs. Lire également la BD qu'il inspira dans la célèbre bataille de Kursk intitulée "Kursk. Tourmente d'acier" par Dimitri (qui est son nom d'artiste).
0Commentaire| 9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

8,00 €
11,00 €
8,00 €
12,60 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)