EUR 20,99
  • Tous les prix incluent la TVA.
Livraison gratuite dès EUR 25 d'achats. Détails
Il ne reste plus que 9 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Livré et vendu par Amazon dans un emballage certifié « Déballer sans s'énerver par Amazon ». Emballage cadeau disponible.
Led Zeppelin III - Vinyl ... a été ajouté à votre Panier
Autres vendeurs sur Amazon
Ajouter au panier
EUR 21,29
Livraison gratuite dès EUR 25,00 d'achats. Détails
Vendu par : DVD Overstocks UK
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Egalement disponible en MP3
Album MP3 à EUR 11,99

Led Zeppelin III - Vinyl Remasterisé (1 Vinyle)

4.4 étoiles sur 5 29 commentaires client

Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Premium bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations
37 neufs à partir de EUR 15,50 3 d'occasion à partir de EUR 15,00
inclut GRATUITEMENT la version MP3 de cet album.
Uniquement pour les albums vendus par Amazon EU Sarl, hors cadeaux. Voir Conditions pour plus d'informations, notamment sur les coûts de la version MP3 en cas d'annulation de commande.
Passez cette commande pour sauvegarder la version numérique de cet album dans votre bibliothèque Amazon Music. Vendu par Amazon EU S.à r.l.
Boutique Vinyle
Retrouvez toute notre sélection de Vinyles au sein de notre boutique Vinyle.

Offres spéciales et liens associés


Page Artiste Led Zeppelin


Produits fréquemment achetés ensemble

  • Led Zeppelin III - Vinyl Remasterisé (1 Vinyle)
  • +
  • Led Zeppelin II - Vinyl Remasterisé (1 Vinyle)
  • +
  • Led Zeppelin I - Version Remasterisé (1 Vinyle)
Prix total: EUR 62,01
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Détails sur le produit

  • Album vinyle (2 juin 2014)
  • Nombre de disques: 1
  • Label: Warner
  • ASIN : B00IXHC0QY
  • Autres versions : CD  |  Album vinyle  |  Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 4.4 étoiles sur 5 29 commentaires client
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 28.579 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  •  Voulez-vous mettre à jour des informations sur le produit, faire un commentaire sur des images ou nous signaler un prix inférieur?

  • Ecouter les extraits (Extrait)
1
30
2:26
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
2
30
3:53
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
3
30
3:30
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
4
30
7:24
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
5
30
4:07
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
6
30
4:57
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
7
30
3:11
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
8
30
5:37
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
9
30
4:17
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
10
30
3:42
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 

Descriptions du produit

Description du produit

Album original remasterisé en vinyle 180 grammes dans une pochette gatefold reproduisant l'artwork original avec roulette percée.

Critique

En plus de leur talent de compositeurs et d'instrumentistes, une des forces de Led Zeppelin est de toujours prendre une direction à laquelle personne ne s'attend. Ainsi de ce troisième album, à la tonalité majoritairement acoustique, qui est en son temps très incompris, mais a depuis gagné ses galons de classique.  

Au tout début 1970, juste avant d'entreprendre une mini-tournée anglaise qui doit passer par le Royal Albert Hall de Londres, Jimmy Page et Robert Plant se rendent avec leurs compagnes respectives (Maureen Plant et Charlotte Martin) au Pays de Galles, dans un patelin où le chanteur avait passé des vacances dans son enfance : Bron-Yr-Aur. Ils occupent une petite ferme où il n'y a ni eau courante ni électricité, ayant tout simplement choisi de faire retraite. Ils sont alors presque obsédés par l'album Liege and Lief de Fairport Convention, audacieux mélange de folk anglais et de rock, qu'ils ont découvert avec ravissement. Lors d'une promenade, ils s'installent au bord d'un ravin et, munis d'une guitare sèche et d'un magnétophone, il écrivent une douce ballade aux paroles introspectives, « The Boy Next Door », qui deviendra « That's The Way », ainsi que les bases de plusieurs autres chansons, qui compteront parmi leurs plus inspirées.  

Quelques semaines plus tard, après une remarquable série de concerts donnée aux Etats-Unis et sur le continent européen, ils investissent Headley Grange, dans l'Hampshire, un ancien asile de nuit complètement désaffecté. Ils louent le studio mobile des Rolling Stones, qu'ils garent à l'extérieur de la propriété, après avoir installé des micros un peu partout dans une grande salle. Ils y travaillent à leurs nouvelles compositions.  

L'une d'elles, « Immigrant Song », chanson inspirée à Plant et Page par un tout récent périple en Islande et qu'ils ont testée pour la première fois sur scène au festival de Bath, est un assaut frontal, une tuerie, la rythmique ne faisant aucun cadeau, tout comme sur « Celebration Day », avec un Bonham déchaîné – quelques mois plus tard, l'intro de la chanson est effacée accidentellement au mixage, à la grande colère de Jimmy Page. Sur « Friends », ils font avec quelques accords un clin d'oeil à Crosby, Stills, Nash & Young tout en s'aventurant dans des gammes très indianisantes – une version de cette chanson sera même enregistrée deux ans plus tard à Bombay par Jimmy et Robert avec un orchestre local.   

Une ballade déchirante écrite par Jimmy Page à l'époque des Yardbirds refait alors surface, « Knowing That I'm Losing You », que le guitariste renomme « Tangerine », où il couche un solo de toute beauté et laisse même un faux départ sur la bande. Histoire de ne pas être en reste, John Paul Jones sort une mandoline et un morceau folk autrefois enregistré par Leadbelly fait ainsi l'objet d'une relecture extraordinaire, « Gallows Pole », l'histoire d'un condamné à la pendaison qui tente de soudoyer son bourreau – leur culture musicale leur permet ce genre d'emprunt, d'autant qu'ils développent toujours avec maestria le potentiel du répertoire qu'ils abordent. Ensuite, ils recyclent un instrumental électrique à eux, jusque là inexploité, « Jennings Farm Blues » (inspiré par un traditionnel anglais)et en font « Bron-Yr-Aur Stomp », que Plant dédie... à son chien Strider. Ses talents étant moins sollicités, John Bonham joue alors sur tout instrument percussif qui ne soit pas une batterie, comme le tambour, le tambourin, voire les castagnettes!  

Pour compléter l'album, deux autres studios anglais sont utilisés, ceux d'Olympic et Island : à Olympic, ils enregistrent l'impitoyable « Out on the Tiles », vaguement démarquée d'une chanson à boire que John Bonham a alors tout le temps à la bouche et dont la rythmique pachydermique est d'une efficacité absolue. Spontanément, un hommage est rendu au passage au chanteur Roy Harper (dont ils ont fait la connaissance au festival de Bath et pour lequel Jimmy Page assure des heures sup') avec « Hats off to (Roy) Harper », en fait un medley de plusieurs titres blues (dont le « Shake’em on Down » de Bukka White) que pour une fois, ils ne signent pas eux-mêmes. Notons qu'il existe une autre version de ce titre, avec un medley complètement différent. 

Enfin, à Island, où Page réalise le mix final, ils couchent sur bande « That's the Way » et surtout le chef-d'oeuvre absolu « Since I've Been Lovin' You », qu'ils ont rôdé chaque soir en concert depuis janvier et qu'ils enregistrent en prise directe, John Paul Jones jouant en même temps sur son orgue la ligne mélodique et les basses. Tout ici est divin, de la voix de Plant, affolante de passion et de sensualité, jusqu'au solo de guitare de Jimmy Page, un des plus époustouflants qui soient, en passant par la batterie de Bonham (dont le pied de grosse caisse grince d'un bout à l'autre), qui forme sur plus de sept minutes un tapis rythmique d'un confort inégalé.  

Si Led Zeppelin III reçoit à sa sortie un accueil négatif de la critique et fait un peu baisser la courbe des ventes du groupe, il a d'abord le mérite de prouver que ces hommes peuvent écrire des chansons plus réfléchies et sensibles que celles auxquelles ils avaient habitué leur public jusque-là. Quelques décennies plus tard, personne n'échappe à ce disque et c'est le principal.

Remasterisé, Led Zeppelin III est réédité en juin 2014 dans un double volume comprenant des prises alternatives et des chutes de studio. - Copyright 2016 Music Story

Voir l'ensemble des Descriptions du produit

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Meilleurs commentaires des clients

Format: CD
Inutile de se lancer dans une critique sans fin pour décrire cet album.
Led Zep n°3 est tout simplement indispensable.
En un mot, l'art de se réinventer.
Désormais, Page, Plant et compagnie s'attaquent au folk rock.
Evoquer le folk et l'associer à Led Zep, quelle infamie !
Et pourtant, à l'écoute de gallow's pole, comment envisager cet album autrement ?
Pour cette 3ème pierre angulaire du l'histoire du rock, le dirigeable bouscule les genres, franchit les frontières et explose les tympans.
Inutile de tergiverser, de polémiquer, de contester, cet album est un monument qu'il faut absolument posséder (et pas en téléchargement !).
Plus de 40 ans après, qui a fait mieux ? Personne. Alors écoutez et savourez !
1 commentaire 3 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD Achat vérifié
Contrairement à ce qui a été dit à l'époque, cet album du Zeppelin est tout simplement excellent et j'ai même tendance à l'aimer par-dessus tous les autres, ce qui n'est pas peu dire, vu le culte que je voue littéralement à ce groupe. On parle toujours du côté acoustique de cet album qui est bien sûr indéniable, mais tout le début du disque est franchement électrique (à part friends) : Immigrant song, Celebration day, le fabuleux blues "Since i've been lovin you", et "Out on the tiles", ensuite nous avons droit au trop sous-estimé "Gallows pole", tradtionnel arrangé par Page/Plant qui est tout simplement une pièce d'anthologie, après on passe évidemment aux fameux morceaux acoustiques tant critiqués à l'époque et pourtant, que des chefs-d'oeuvre : "Tangerine", "That's the way", "Bron y Aur stomp" et puis le dessert : l'hommage rendu au chanteur Roy Harper, ami méconnu du groupe où Plant chante d'une façon démentielle, je ne me lasse pas d'écouter ce morceau ! Cette réédition est intéressante au point de vue de la qualité de la remasterisation qui est cette fois vraiment remarquable, le disque "compagnon" est certes un plus, mais n'est pas vraiment indispensable, mis à part les deux inédits. Pour l'instant je n'ai commandé que celui-ci, mais je crois que je vais me laisser tenter par les deux autres (le 1 et le 2), que voulez-vous, quand on aime, on ne compte pas !
Remarque sur ce commentaire 7 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Album vinyle Achat vérifié
En 1970, Il était dit : «  après avoir fait tourner le disque, faites tourner la pochette » . Une roue insérée dans la couverture laisse apparaitre au travers d’ouverture circulaire : fleurs, étoiles, papillons et les visages de chaque membre du groupe. A l’intérieur, toujours ces pictogrammes étranges que Jimmy Page, d'ailleurs, n'aimait pas et l’arrière du disque avec les 4 lascars en N&B.

La galette sur la platine commence à tourner, un riff répétitif, un cri infernal de Robert Plant , les fauves sont lâchés :
IMMIGRANT SONG , le seul single issu de l'album. En 70 , Led Zeppelin , tel une horde de Vikings , se produisait devant des foules de plus en plus nombreuses comme au festival de Bath en Juin , un peu avant la sortie de l'album, devant environ 250 000 personnes .. Immigrant Song fut le premier morceau joué ce soir là .
« The hammer of the gods will drive our ships to new lands / to fight the horde, singing and crying / Val-hal-la I am coming »

Le calme revient avec le morceau suivant : FRIENDS aux accents orientaux et les arrangements de corde de John Paul Jones. Page et Plant ont réenregistré une version à Bombay en 72 et une autre en 94 pour l'album No Quarter. Friends qui s'enchaîne avec CELEBRATION DAY grâce à un synthétiseur Moog qui remplace une piste de batterie d'intro de Bonham malencontreusement effacée par un assistant ingénieur son.
C'est un rock infernal bourré d'overdubs de guitares ( électrique et slide )
Ce titre donnera son nom à l'album de la reformation du groupe en 2007.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Album vinyle
CHRONIQUE DE PHILIPPE PARINGAUX MAGAZINE ROCK&FOLK OCTOBRE 1970 N°45 page 78/81
3° Album 1970 33T Réf : Atlantic 940 051
Mais qu'est ce qui nous fait donc encore courir ? De quelle manière est fait Led Zeppelin, pour que l'on se laisse prendre à chaque fois à ses trucs ?
La trame de son art est trop grossière, trop évidente pour pouvoir résister à l'analyse, sa volonté de commercialisme aussi. Deux albums, déjà, semblaient avoir épuisé toute possibilité de surprise, le reste n'allait être que répétition de tics formidablement efficaces, certes, la première
ou la seconde fois, mais sensiblement usés par la suite. Les acrobaties vocales de Plant, les riffs foudroyants de Page, le tempo de forgeron de Bonham, une mise en place impeccable et une violence artificielle mais si bien dosée qu'elle ne manque jamais ses effets, voilà ce qui a fait le succès, le triomphe de Led Zeppelin. Une fois ces ingrédients connus, absorbés, il ne fallait guère s'attendre à du nouveau. Et pourtant .... c'était compter sans le "nez" de Jimmy Page, qui n'a pas été long à sentir d'où venait aujourd'hui le vent du succès, qui n'a pas hésité à faire emprunter à son groupe une voie apparemment nouvelle pour lui, tout en - pas fou - conservant en partie intacte ce mode d'expression qui fit de Led Zeppelin ce qu'il est. Un disque partagé, donc, moitié-moitié, entre une musique à nette tendance folk, acoustique, et ce heavy rock totalement électrique - jusque dans la voix de Plant - que l'on connaît bien. Et ça marche.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents



Discussions entre clients


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?