EUR 15,00
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 9 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
L'enjeu du salaire a été ajouté à votre Panier
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 3 images

L'enjeu du salaire Broché – 8 mars 2012

4.2 étoiles sur 5 6 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 15,00
EUR 15,00 EUR 28,09
Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Premium bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations

Fête des Mères Fête des Mères

click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

  • L'enjeu du salaire
  • +
  • Emanciper le travail : Entretiens avec Patrick Zech
  • +
  • Capitalisme, désir et servitude
Prix total: EUR 37,20
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Description du produit

Extrait

Extrait de l'introduction

Disons-le d'emblée, ce livre n'ajoutera pas une pierre, si minuscule soit-elle, au mur des lamentations sur les malheurs du temps. Vous ne le finirez pas avec la délectation morose d'avoir lu la énième démonstration de la façon dont nous sommes en train de nous faire avoir par la classe dirigeante. Il s'inscrit dans la dynamique du débat ouvert depuis 2007 du fait de l'approfondissement spectaculaire de la crise du capitalisme, et montre que nous avons tous les atouts pour en finir avec le double chantage de l'emploi et de la dette.
L'incapacité de la classe dirigeante à nous proposer autre chose, comme avenir commun, que le recul du niveau de vie, des droits sociaux et des services publics va conduire à la révolte des peuples en Europe. Quand, comment, nous ne pouvons pas en décider. Mais nous savons que cette révolte pourra échouer si elle ne dépasse pas ses deux éléments les plus évidents aujourd'hui : l'exaspération populaire et le scepticisme sur la possibilité de changer vraiment. La juxtaposition prolongée de ces deux ingrédients est le lit de l'extrême droite et des régressions démocratiques. C'est pourquoi la responsabilité de celles et ceux qui se mobilisent contre les politiques d'austérité et de recul des droits menées par des «réformateurs» sous le vocable de «la réforme» est d'ouvrir à l'exaspération populaire les voies de sortie du capitalisme.
La référence aujourd'hui courante à la Libération et à la mise en oeuvre du programme du Conseil national de la Résistance est bienvenue. La difficulté à affronter et les enjeux sont à la hauteur de ceux de 1945. Et nous avons plus d'atouts que le CNR, grâce à l'exceptionnelle réussite de ce qu'il a mis en route, que nous pouvons donc prolonger en généralisant ce qui a été commencé avec la Sécurité sociale, le statut des salariés d'EDF-GDF et celui de la fonction publique, ces trois institutions salariales majeures. Autant dire que ce livre n'est pas seulement celui du «non» résistant, mais d'abord celui du «oui» révolutionnaire : oui aux institutions du salaire et à tout leur déjà-là émancipateur qu'une action politique délibérée peut porter plus loin, de sorte qu'elles remplacent les institutions capitalistes qui causent notre malheur collectif.
C'est l'enjeu du salaire. Car le salaire, tel qu'il s'est construit au XXe siècle, est révolutionnaire. Pour ses deux dimensions constitutives, la qualification personnelle et la cotisation finançant du salaire socialisé, ce livre explore les possibles qu'elles ouvrent pour nous libérer de la convention capitaliste du travail avec sa propriété lucrative, son marché du travail et ses forces de travail, ses marchandises à la valeur d'usage si discutable produites par des travailleurs soumis à la dictature du temps de travail et n'ayant aucune maîtrise des fins et des moyens de leur travail. Oui, les outils sont là pour donner à la valeur économique la définition et la pratique qui vont permettre des changements émancipateurs radicaux.

Présentation de l'éditeur

Dirigée par Bernard Friot, la collection "Travail et salariat "analyse le travail en acte et les perspectives qu'ouvrent les institutions du salariat en matière de statut social des personnes et de production de la richesse.

La souveraineté populaire doit être défendue. Patronat et banquiers pratiquent le chantage à l'emploi et à la dette pour réduire les droits sociaux. Les gouvernants de droite et de gauche, loin de leur résister, s'évertuent à leur envoyer des «signaux» qui les incitent à réclamer davantage. Est-il possible de briser cette soumission ?

Oui, répond cet ouvrage, qui propose de porter plus loin les institutions qui sont nées des luttes pour le salaire, et dont nous faisons à grande échelle l'expérience de l'efficacité : la qualification personnelle et la cotisation. La qualification personnelle peut faire disparaître le marché du travail, à condition d'attribuer à chacun, à sa majorité, une qualification et donc un salaire. Et contre les projets de remplacer la cotisation sociale par la CSG, la TVA ou les mutuelles, il faut au contraire l'étendre en créant une cotisation économique pour un financement de l'investissement sans crédit et donc sans dette.

L'enjeu du salaire, c'est la disparition du marché du travail, et donc du chantage à l'emploi, ainsi que la suppression du crédit lucratif, et donc du chantage à la dette. Ce n'est ni d'une réforme fiscale ni d'une plus grande régulation étatique que nous avons besoin, mais de plus de pouvoir populaire sur l'économie et sur le travail.

Bernard Friot a posé ses valises dans de nombreuses villes de France et d'Allemagne. Après avoir été professeur de lettres, il a dirigé pendant quatre ans le Bureau du livre de jeunesse à Francfort. Il s'est installé depuis peu à Besançon, vieille ville espagnole, où il se consacre à l'écriture, à la traduction, à la conception d'expositions et à la formation d'adultes dans le domaine de la lecture et de la littérature pour la jeunesse. Chez Milan, outre les cinq volumes d'Histoires pressées (Histoires pressées ; Nouvelles histoires pressées ; Encore des histoires pressées ; Pressé, pressée ; Pressé ? Pas si pressé !...), il a inauguré une nouvelle série pour les plus jeunes, les Histoires à la carte et les Histoires minute.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit


Commentaires en ligne

4.2 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Format: Broché Achat vérifié
Bernard Friot donne son analyse originale de la cotisation sociale liée au salaire (progressiste). Il analyse son essor, avant et après guerre, et montre l'ambivalence syndicale devant une proposition qui a été au départ formulée par les organisations patronales. Il montre comment les libéraux l'attaquent depuis plus de 30 ans, sous couvert de lutter contre le "coût du travail", en exonérant de cotisations sociales la moitié basse des salaires (ceux entre 1 SMIC et 1,6 SMIC). Pas étonnant dans ces conditions qu'existent des "trous" dans les budgets de la sécurité sociale et des retraites. Si elle était généralisée et augmentée, la cotisation sociale permettrait non seulement d'assurer au salarié un revenu indépendant de l'entreprise où il travaillerait (il deviendrait en fait un pensionné comme le retraité aujourd'hui, donc libre), mais l'investissement industriel pourrait être assuré par des caisses, démocratiques, gérant la cotisation et fournissant du crédit gratuit, ce qui nous débarrasserait au passage des actionnaires...
Ce livre est éclairant, et on considère les choses autrement en sortant de ce livre, notamment la fable du financement du public par le privé ! A lire.
Remarque sur ce commentaire 16 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché
Selon l'auteur, la valeur économique est une convention qu'on pourrait changer par un nouveau rapport salarial fondé sur la qualification. En situation de marché, je pense que cette proposition est illusoire.Mais les débats sur la valeur ne doivent pas occulter la puissance utopique des thèses de Bernard Friot
Cette question devra être approfondie et le débat devra s'engager. Mais elle n'affecte pas l'essentiel de la théorie ou plutôt de l'utopie sociale de Bernard Friot, basée sur le déjà-là présent dans le salaire. La qualification inaliénable, attachée à la personne et la cotisation économique qui remplacerait les banques, les actionnaires et les propriétaires, nous permettent de penser une société sans marché du capital productif et sans marché du travail. La puissance du salariat réalisée en acte introduirait une nouvelle dimension de la citoyenneté. Elle permettrait aux salariés de définir eux-mêmes les critères d'attribution des qualifications et l'affectation des moyens de production. Elle impliquerait la mise en œuvre des institutions du salaire qui le feraient fonctionner comme base économique du monde nouveau. Elle serait la force motrice du dépérissement de l'Etat.
Remarque sur ce commentaire 8 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché Achat vérifié
Chaque citoyen devrait étudier ce livre, il est indispensable pour comprendre le désordre économique dans lequel nous vivons tous ! Et cerise sur le gâteau, il nous propose une solution, applicable immédiatement, qui personnellement me rempli d'espoir !
Remarque sur ce commentaire 11 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus