undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

4,3 sur 5 étoiles
28
4,3 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:8,20 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Second tome des Lames du Cardinal, on retrouve avec plaisir l'équipe du premier.
L'univers est un 17eme siecle français alternatif. Louis XIII et Richelieu, les mousquetaires et les gardes du Cardinal, la noblesse etc mais aussi des dragons (qui peuvent prendre forme humaine) et de la magie.
Comme pour le premier on aimera le rythme soutenu, l'inventivité et on rendra grace a Pevel de nous avoir livre 350 pages se lisant en quelques heures plutôt que 1000 au détriment du rythme et de la cohérence du tout.
L'hommage à Dumas, Zevaco et les autres est un vrai plaisir.
Si vous avez aimé Wielstat ou Ambremer achetez ces 2 tomes les yeux fermés.
Je recommande chaudement
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 mai 2011
Le style de l'auteur est toujours aussi plaisant : les chapitres sont courts et très rythmés : ils peuvent ménager le suspens en abandonnant les personnages dans certaines situations critiques. Le langage est clair et simple et les descriptions très visuelles. On a l'impression de visiter Paris aux côtés des agents du Cardinal, tellement certaines descriptions sont précises. Les dialogues sont nombreux et donnent encore plus de rythme à l'histoire.
Je peux tout de même regretter plusieurs répétitions au cours du livre qui auraient pu être évitées : elles ont à chaque fois coupé mon rythme de lecture, impatiente que j'étais de connaître la suite du livre.

L'action est plus présente que dans le premier tome. Le livre s'ouvre d'ailleurs sur une grande bataille qui ne peut que mettre le lecteur en jambe pour ce deuxième tome. On retrouve bien-sûr de nombreux duels et combats typique des livres de cap et d'épée.
Comme pour le premier tome, l'action s'accélère au fil du livre, si bien qu'à un certain moment on peine à lâcher l'histoire, quand bien même ce serait pour faire à manger aux enfants, mais rassurez-vous, ils ne sont pas encore morts de faim ^^

L'intrigue est bien ficelée et les indices disséminés au fil des pages. On craint pour la vie de nos héros qui doivent affronter des dragons sous différentes formes et espèces. La magie qui n'était que peu présente dans le premier tome revient en force avec la présence d'un Sorcier Drac. Le lecteur suit diverses pistes au travers de petits groupes de personnages pour finalement arriver à la conclusion de ce livre. Le complot sera-t-il déjoué ? Ou bien n'était-ce qu'un prélude à plus gros encore ?

Les personnages sont fidèles à eux-même : ils sont attachants et plein de caractère. On en apprend un peu plus sur leurs passés individuel et commun, sans toutefois en dire trop. Je pense que certaines révélations sont gardées pour le dernier tome.
Ma préférence pour ce tome va à Saint-Luc et Leprat. L'auteur introduit dans ce tome plusieurs personnages dont nous n'avions qu'entendu parler dans le premier tome, ainsi que d'autres tout nouveaux. Le groupe des Lames parait toujours aussi soudé et l'on ne peut que rêver de faire partie de cette "police secrète" du Cardinal pour partager leurs aventures.

J'ai enfin souri à l'évocation de certains mousquetaires célèbres qui ont peuplés notre enfance et adolescence. Ils donnent encore plus de poids à la version de ce Paris historique menacé par les dragons.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 octobre 2014
2ème tome de la trilogie « les lames du cardinal », « L’alchimiste des ombres » est pour moi le digne successeur du 1er livre, que j’avais beaucoup aimé.

On retrouve la même qualité d’écriture, à la fois fluide et travaillée, les dialogues sont toujours aussi bons, à la fois vifs, et sonnant « d’époque » (sans jamais trop en faire). On retrouve aussi les descriptions émaillées de faits historiques qui donnent une réalité à cet univers et permettent (au passage) d’approfondir un peu sa culture générale.

Côté intrigue, on nage justement en plein milieu d’une série d’intrigues de cour assez complexe. J’ai beaucoup aimé la peinture de la vie de la noblesse, des alliances qui se font et de défont autour du Roi et de la Reine.
Ce 2ème tome est moins centré sur l’action et plus sur les jeux de pouvoir, malgré quelques moments de bravoure et quelques combats épiques. L’intrigue est très subtile, il faut être attentif car Pierre Pevel lâche au fil du texte des informations précieuses qui permettent de comprendre le dénouement (personnellement, je n’ai commencé à entrevoir la vérité qu’à la dernière partie du livre).

Côté personnages, le roman approfondit le passé de certains, même si de grosses zones d’ombres subsistent pour la plupart (pourquoi Agnès n’a-t-elle pas fini son noviciat ? Comment Leprat a-t-il attrapé la Ranse ? Qui est vraiment Saint Lucq, le sang-mêlé ?). De ce côté-là, je trouve que le livre est assez frustrant, car j’aurais aimé qu’il réponde à certaines de mes questions.

Heureusement pour moi, il y a un tome 3, et j’attends beaucoup de la conclusion de ce cycle, d’autant plus que « L’alchimiste des ombres » se termine sur un gros cliffhanger.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 juillet 2012
Pour rappel, cette trilogie prend place dans un Paris Uchronique, c'est-à-dire que la réalité est légèrement altérée par l'ajout dans le cas des Lames du Cardinal des Dragons et de leur magie. C'est d'ailleurs là une originalité qui rend si gouteuse cette saga.

Fort du bon souvenir que je garde du tome 1, j'ai ouvert ce tome 2 avec joie. Dès les premières pages, l'auteur nous gâte. L'histoire débute par un affrontement contre des dragons aux confins de l'Alsace et de la Lorraine. Cette lutte nous révèle l'Alchimiste des Ombres et ce dont il est capable. Ce personnage que le Capitaine La Fargue, chef des Lames du Cardinal, hait.

Nos valeureuses Lames dans ce deuxième tome vont devoir tout faire pour déjouer un complot qui vise le trône de France et dont l'instigateur n'est autre que leur ennemi l'Alchimiste des Ombres et la Griffe Noire. C'est ce que leur assure l'Italienne, une espionne à qui l'on ne sait si on peut avoir confiance.

Ce qui pour moi fait la force de ce livre, ce sont les nombreuses descriptions détaillées que nous offre Pierre Pevel et qui nous permettent de s'immerger au cœur de l'histoire dans cette époque lointaine de la nôtre. Pour certains néanmoins, cela leur paraîtra dérangeant mais elles ne gâchent en aucun cas l'histoire. L'action y est également fort bien répartie. Et tout cela dans un style qui est des plus agréables à lire.

L'histoire est quant à elle assez proche de ce que l'on apprend en classe, le roi Louis XIII et sa reine Anne d'Autriche, son premier ministre le Cardinal Richelieu. De ces personnages réels, l'auteur a tissé une histoire les impliquant et les autres personnages apparaissant dans cette saga ne sont pas sans rappeler pour certains ceux de l'œuvre d'Alexandre Dumas. Ses personnages sont par ailleurs très attachants, notamment la duchesse Agnès de Vaudreuil, Leprat d'Orgueil et Laincourt qui tous les trois ont récolté mes faveurs. Le capitaine La Fargue est à mon goût un peu moins présent que dans le précédent tome, ce qui laisse du coup plus de places à ces compagnons qui font preuve de leurs talents tout au long de cette aventure.

Finalement, l'action se précipite alors que l'on arrive au dénouement pour nous offrir de magnifiques combats d'escrimes. La fin est d'ailleurs si inattendue que l'on voudrait attaquer dans la foulée le tome 3 qui promet d'être riche en intrigues et nous offrir un final majestueux à une saga qui l'est déjà par l'écriture et le monde que nous présente Pierre Pevel.

Il n'existe pas de meilleur roman de cape et d'épée qui reprenne ce monde des mousquetaires depuis ceux d'Alexandre Dumas. Un livre à mettre entre toutes les mains humaines ou draconiques.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 février 2011
Après avoir déjoué les plans de l'intrigante vicomtesse de Malicorne dans Les Lames du Cardinal, tome 1 : Les Lames du Cardinal, le capitaine de La Fargue et ses Lames vont cette fois devoir déjouer un complot dont la cible semble être la Reine. Mais l'instigateur de ce complot n'est autre que le redoutable Alchimiste des Ombres, personnage influent de la Griffe Noire, et l'affrontement face à cet ennemi qui semble toujours posséder un coup d'avance sera bien délicat pour nos aventuriers.

Dans la droite ligne du précédent, encore un brillant roman de cape et d'épée, avec ce petit zest de fantastique qui rend cette série originale, et une intrigue retorse qui va malmener des personnages attachants pour nous tenir en haleine tout du long. Une fois la dernière page tournée, on n'a plus qu'une envie, lire Les Lames du Cardinal, tome 3 : Le Dragon des Arcanes, a priori le dernier de la série, pour savoir où tout cela va conduire nos héros.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 janvier 2011
Dans ce deuxième tome, les "Lames du Cardinal" se retrouvent aux prises avec celui qui avait provoqué l'échec de leur mission à La Rochelle 5 ans auparavant. L'alchimiste des ombres étant responsable de la mort d'un de ses meilleurs amis, le capitaine La Fargue pourra-t'il déjouer le complot contre la couronne sans se laisser aveugler par son désir de vengeance.

Nous retrouvons le même rythme enlevé et le même univers fantastico-historique de la série, tout en approfondissant l'univers. De nouveaux personnage apparaissent: l'Italienne, une mystérieuse et belle espionne; l'Alchimiste des ombres, un mage draconnique mystérieux; sans compter les personnages historiques comme la Duchesse de Chevreuse.

En résumé, si vous avez aimé le premier tome, vous ne serez pas déçus par celui-ci.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 mai 2015
Pevel, nous livre encore un livre ou le fantastique se mêle à l'histoire héroïque.... J'ai aimé l'intrigue, les combats haletants, l'attachement au personnage, la construction du récit.... J'ai trouvé les description de passages alambiqués de rue parisiennes ennuyeux à lire au bout d'un certain temps. Et défaut à mon sens récurant chez Pevel, la redondance du passé des personnage. Certaines phrases décrivant le vécu des héros, se retrouve dans plusieurs volumes a l'identique voir meme dans un seul et même livre... C'était aussi le cas dans la saga de l'héritier. Ces deux défauts qui n'empêchent pas d'adhérer au récit et d'être en attente des suivants mais cela donne une impression de remplissage inutile.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 mai 2012
j'ai beaucoup aimé cette trilogie, qui mêle uchronie et fantastique, en même temps qu'un excellent roman type Alexandre Dumas. L'intrigue est bien menée, le style agréable et bien écrit. De bons rebondissements, et une réelle créativité. L'invention de ces dragons est remarquable, surtout insérée dans notre histoire , si souvent base romanesque ! on ne s'ennuie pas un instant : les trois volumes sont très bons, bravo !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 mars 2010
Une série originale : l'ambiance amicale d'Alexandre Dumas mêlée à l'Heroic Fantasy la plus sanglante... On se bat à l'épée, on espionne, on se baigne dans le sang de dragon, Richelieu caresse son animal de compagnie : un dragonnet, un sang-mêlé homme-dragon fait partie des Gardes secrètes du Cardinal... C'est génial !!!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 octobre 2015
Le livre reprend les éléments évoqués dans le premier volume en y ajoutant de nouveaux éléments. La culture Drac prend davantage de consistance, tout comme la magie draconique.
Pour le reste on retrouve avec plaisir les personnages flamboyants, bien qu'un peu uniformes.
La fin n'est malheureusement pas à la hauteur de mes attentes. Le complot est finalement assez plat, et la conclusion manque d'ambition.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici