undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire cliquez_ici Cliquez ici Bijoux en or rose


Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Le monde coopératif agricole en quelques chiffres :

80 milliards d'Euro de chiffre d'affaires en 2008, 150.000 salariés, 40% de la production agricole française, 3.200 coopératives et 12.500 Cuma réparties sur l'ensemble du territoire dont les 20 premières réalisent 80% du chiffre d'affaires de l'ensemble.

Quelques grandes marques coopératives :

Terrena : Payson Breton, Douce France, Gastronome, Festival des Pains
Agrial : Florette, Priméale, Loïc Raison, Ecusson, Danao
Sodiaal : Yoplait, Candia
Tereos : Beghin Say, l'Antillaise, La Perruche
Cecab : D'Aucy, Mâtines
CVC : Nicolas Feuillate
Champagne Céréales : Banette, Francine, Campaillette
Limagrain : Vilmorin, Clause, Pain Jacquet

Ce monde est généralement totalement inconnu à Paris où il est de bon ton de considérer l'agriculture à la manière de Marie-Antoinette et de ses moutons : une vision bucolique, ravivée lors des fêtes (le beaujolais nouveau, le salon de l'agriculture, etc.). En clair, une totale incompréhension.

Les deux auteurs de ce très bel ouvrage, Georges Lewi, professeur à HEC, et Pascal Perri, professeur à Advancia-Negocia, décrivent avec intelligence la genèse du mouvement coopératif, ses valeurs, sa compréhension de l'économie et du management ainsi que sa stratégie.

Ce que les paysans coopérateurs nous enseignent, c'est une vision étonnamment moderne, de long terme, de l'économie.

"Une coopérative est une société de personnes qui prennent en main leur destin professionnel ou socioéconomique. C'est une entreprise dont la propriété est collective et dans laquelle le pouvoir est exercé démocratiquement, suivant la règle du "un homme, une voix"

Les auteurs nous apprennent que "deux ou trois idées simples peuvent être empruntées au capitalisme coopératif ; elles nous rappellent que l'économie se construit aussi sur l'humain :

- la construction d'un compromis économique et social encadré et normé pour être durable,
- la prise en compte du capital investi, du travail produit et du risque accepté. La nature humaine a besoin de reconnaissance. Elle croit dans le mérite, ce qui est aussi une promesse du capitalisme des origines,
- la création de valeur n'est pas une fin en soi. Elle est aussi un moyen d'améliorer la vie de notre humanité."

Ce qui est fondamental de comprendre, c'est que l'agriculture a pour objectif de nourrir la population et, en Europe, de la bien nourrir, suivant des cahiers des charges et des réglementations. La traçabilité, l'environnement, le développement durable constituent des valeurs essentielles de l'agriculture actuelle. La coopération agricole défend ses valeurs dans sa nature même de devoir assurer la transmission aux générations futures.

Ce que nous avons oublié; c'est qu'il n'y a pas si longtemps que cela, on avait faim en France. Je n'évoque même pas le sujet de l'alimentation sur le plan mondial, pour rester au plus près des préoccupations des Parisiens, des politiques français.

Aussi Philippe Mangin, président de Coop de France, l'organisme créé en 2006 pour fédérer les coopératives françaises dans un mouvement européen, de lobbying nécessaire, déclare-t-il dans la préface :

"L'alimentation du monde ne peut être livrée aux seules lois du marché quand sa population passera de six à neuf milliards d'habitants et que les surfaces de terres cultivables seront de plus en plus menacées (la Chine perd chaque année un million d'hectares à cause de l'urbanisation)". [le ministre Bruno Le Maire rappelait, au congrès des Coop de France, le 10 novembre dernier, que la France seule perdait l'équivalent d'un département tous les 10 ans].

Contre l'hyperlibéralisme de Bruxelles et de l'OMC, il est nécessaire de renforcer l'action politique des coopératives françaises. Un autre enjeu stratégique est celui de répondre au rapport de force imposé par la grande distribution. Le chiffre d'affaires de Carrefour est égal à lui seul à celui de l'ensemble des coopératives françaises. Les coopératives sont engagées, avec un management issu du monde industriel et de services, non agricole, à renforcer leurs pôles de compétences aval (transformation, distribution) dans le respect des valeurs solidaires qui les animent.

"La solidarité dans le travail est l'essence même de la coopérative."

L'efficacité du modèle coopératif est prouvée. Elle se démontre. Elle se construit dans un avenir difficile où la nourriture est devenue un objet de spéculation (les céréales, le lait, etc.).
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 août 2016
Ce livre (très dur à finir) me fait penser à un projet d'étudiants pour un mémoire de fin d'année (un paquet d'informations mais pas grand chose derrière):

- ton professoral mais paradoxalement style très scolaire
- novlangue très en vogue dans le management parisien
- vocabulaire pompeux alors que ce n'est pas nécessaire
- tournures de phrases torturées
- nombreuses répétitions
- dimension historique peu décrite
- très (trop) détaché du sujet de fond

Je ne recommande clairement pas ce livre à quelqu'un qui s'intéresse au monde coopératif paysan.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 novembre 2009
Ce livre est instructif, mais peu accessible de par son vocabulaire économique qui ne permet pas une lecture fluide.
...Bref, C chiant à lire!!
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)