3 neufs à partir de EUR 16,90
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Egalement disponible en MP3
Album MP3 à EUR 8,99

Let There Be Rock(australie) Import

4.8 étoiles sur 5 39 commentaires client

3 neufs à partir de EUR 16,90
Promotions et bons plans musique CD Vinyle Promotions et bons plans musique CD Vinyle


Offres spéciales et liens associés


Page Artiste AC/DC


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Détails sur le produit

  • CD (8 novembre 1999)
  • Nombre de disques: 1
  • Format : Import
  • Label: Sba
  • ASIN : B000006TG7
  • Autres éditions : CD  |  Cassette  |  Album vinyle  |  Accessoire  |  Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 4.8 étoiles sur 5 39 commentaires client
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 26.485 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  • Voulez-vous nous parler de prix plus bas?
    Si vous vendez ce produit, souhaitez-vous suggérer des mises à jour par l'intermédiaire du support vendeur ?

Descriptions du produit

Critique

Le premier album du groupe à bénéficier d’une publication internationale simultanée, mais encore une dernière fois avec une version australienne différente. Le coquin « Crabsody In Blue » a été remplacé par une version écourtée de « Problem Child » déjà présent sur Dirty Deeds… Le célèbre logo AC/DC avec l’éclair y est inauguré (avec un lettrage différent sur la copie australienne). Sorti en pleine vague punk, il s’est aussitôt dégagé du lot ; le premier grand album du groupe est aussi l’un des meilleurs albums de rock ‘n’ roll de l’histoire. Album de la consécration européenne aussi. Enregistré en quinze nuits de janvier 1977, ce manifeste contient la quintessence d’AC/DC ; aucune faiblesse, aucun temps mort, aucune redite, trois accords définitifs, des intros et des tempos terriblement excitants, un échafaudage rythmique unique, et tout simplement le meilleur chanteur de rock ‘n’ roll de son époque. Une fois posé sur la platine ou introduit dans le lecteur, comment arrêter ce déluge incandescent et crasseux qu’on ne retrouve que lors des concerts. La barre est à sa hauteur maximum et seul AC/DC a fait aussi bien depuis.

Le très coquin « Go Down » débute l’album en fanfare et immortalise l’une des nombreuses conquêtes féminines de Bon Scott, l’Australienne qu’il surnomme « Ruby Lips », tout comme l’ultime morceau « Whole Lotta Rosie » une autre, plus « enveloppée ». Le sexe est donc omniprésent, et aussi l’hommage à la musique qui les fait vibrer et vivre : « Let There Be Rock » (amen…), prétexte lors des concerts de l’incursion d’Angus Young dans la foule ; d’abord suivi par un roadie qui maintient le câble de sa guitare, seul parfois ensuite lorsqu’il découvre le micro hf, puis sur une estrade à rallonge dans les stades. Et « Dog Eat Dog » (les gens sont méchants, il ne faut compter que sur soi), alors finalement l’enfer n’est pas un endroit si désagréable (« Hell Ain’t A Bad Place To Be ») surtout si les guitares d’Angus et de Malcolm y rugissent à l’unisson comme ici. Et le boogie du mauvais garçon est lui prétexte à un premier strip tease d’Angus sur scène, torse nu. Si l’on doit mesurer les qualités de tous les disques du genre, c’est à l’aune de celui-ci qu’il faut le faire, et d’aucun autre. A ne pas confondre avec le film du même titre tourné à Paris le 9 décembre 1979 et dont la bande son est disponible dans le coffret Bonfire.

                                                                                                      

Jean-Noël Ogouz - Copyright 2017 Music Story

Commentaires en ligne

4.8 étoiles sur 5
5 étoiles
30
4 étoiles
9
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Voir les 39 commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Format: CD
Un album remarquable, concis et hargneux, qui ne contient que des classiques, encore aujourd'hui indispensables en live (morceau titre, Rosie...) Une production brute et acérée, proche du punk parfois (Bad boy) des guitares à vif, qui ne laissent aucun répit. 2 titres magnifiques, hélas jamais interprétés on stage, Overdose et Crabsody in Blue (uniquement sur la version australienne, à se procurer donc), l'un des plus beaux blues du groupe. Le groupe prend une nouvelle dimension. Dernier album avec Mark Evans. Incontournable.
Remarque sur ce commentaire 23 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD
Enregistré à l'époque, comme un album live avec tout le bruitage nécessaire, cet album en a vraiment l'énergie.Impossible de rester en place à l'écoute du cultissime "Whole lotta rosie" et de ne pas devenir dingue en écoutant "hell ain't a bad place to be". Seul regret, l'absence sur la version CD du très bon morceau "Crabsody in blue".Heureusement que j'ai conservé le vynile!
Remarque sur ce commentaire 8 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD
CD très rare et pourtant que j'ai négligé au début (je ne me contentais que des Versions paru en France), je tiens à dire que je ne regrette pas cet achat et que je vais acheter les autres versions australiennes! pour en revenir à ce CD, il est vraiment d'une qualité exceptionnelle et la qualité audio est vraiment envoutante et parfaite par rapport à la version connue de tous! et pis dessus il y a Crabsody in Blue, un chef d'oeuvre qui ne me fait en aucun cas regretter cet achat! A vous de juger
Et en plus de son excellent prix (20€ neuf), le service est très rapide et vraiment excellent, vendeur (Hurricanerecords) à recommander!

Passez une agréable journée chers internautes =)
Remarque sur ce commentaire 7 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD
"Let there be rock" fait partie des grands classiques d' AC/DC. A titre personnel, c'est l'album que je suis sentimentalement le plus attaché car c'est avec celui-ci que j'ai découvert ce groupe pendant mon adolescence.
Il possède le petit plus malgré les innombrables chefs d’œuvres que nous ont délivré la bande à Angus Young.
Ce qui me frappe, avec "Let there be rock" c'est ce son âpre et sec. Il n'y a pas de concession.
Il y a cette sauvagerie qui est diffusée tout au long de cet album, finalement c'est l'opus le plus Metal fait de façon inconsciente par AC/DC comme l'atteste le titre "Dog eat dog".
Il y a évidemment tout les classiques comme "Let there be rock", "Whole lotta Rosie", "Bad boy Boogie" ou "Hell ain't a bad place to be" qui sont régulièrement sur les set-lists du groupe pour les concerts.
Ces morceaux font de l'ombre à des titres tout aussi percutants comme "Problem Child" ou "Go down".
Le groupe innove aussi avec le morceau "Overdose" qui commence par des arpèges tout en montant progressivement en tension pour devenir un final furibard avec les solis électro- choc d'Angus qui est la marque d'AC/DC.
Combien de groupes se sont attelés à ce genre de morceau, en tout cas, les Australiens ont ouvert la voie.
Enfin, il faut revenir sur la prestation au chant de Bon Scott, véritable soudard avec sa voix criarde et enfiévrée quand en plus celle-ci devient vicieuse sur "Whole lotta Rosie", rien qu'à l'entendre aujourd'hui on le regrette encore.
"Let there be rock" a ouvert beaucoup de portes pour AC/DC, il est un des album incontournables qui est l'une des plus belle pages du Hard.
1 commentaire 4 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD
Après avoir hésité entre le rock, le blues et le boogie, cet album positionne clairement ACDC dans la bande des grands hard-rockers. Du rock pur et dur, à écouter à tout moment. Haute dose (overdose) recommandé en cas de blues.
Remarque sur ce commentaire 6 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD
Sorti en 1977, la même année que le premier Star Wars de George Lucas, Let There be Rock est au hard rock ce que la Guerre des Etoiles fut au cinéma : un tremplin pour la production d'une saga qui allait enflammer le monde entier. Enregistré aux Albert Studios de Sydney sur une période de deux mois, cet album furieusement survolté ne souffle la comparaison avec aucun autre. Electriquement transmissible, le rock d'AC/DC prend ici une dimension épileptique qu'on ne lui connaissait pas. Le travail de production de Vanda et Young est sans faille. C'est carré, rentre-dedans et à l'évidence il n'a pas été question, une seconde, de prendre en compte d'éventuels dommages collatéraux. Une certitude, hormis des compositions irrésistibles, le son est véritablement l'arme fatale de cet album.

Let There Be Rock ne caresse pas dans le sens du poil. Il le hérisse et c'est là toute la différence avec ses prédécesseurs. En général, tous ceux qui l'ont entendu au moins une fois en redemande. Vacciné boogie wonder blues dès les premiers accords, l'électricité ne retombe que rarement sur le pressage européen, alors que sur la version australienne le splendide Crabsody In Blue, au titre évocateur, vient mettre un peu de crème là où ça fait mal. Sans ce prendre au sérieux, les paroles en attestent, le rock délivré ici ne boude ni son plaisir, ni le nôtre. On est entre copains, entre frères de beuveries et d'éclates en tous genres.
Lire la suite ›
5 commentaires 9 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents