Acheter d'occasion
EUR 1,47
+ EUR 2,95 (livraison)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par BetterWorldBooksFr
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: Expedié du Royaume-Uni. Ancien livre de bibliothèque. Condition très bonne pour un livre d'occasion. Usure minime. Sous garantie de remboursement complet. Votre achat aide a lutter contre l'analphabetisme dans le monde.
16 d'occasion à partir de EUR 1,47
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

L'histoire d'Olga Broché – 20 octobre 2006

4.5 étoiles sur 5 2 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
EUR 1,47

Romans et littérature
click to open popover

Offres spéciales et liens associés

  • Gratuit : téléchargez l'application Amazon pour iOS et Android et facilitez vos achats sur smartphones et tablettes ! Découvrez les avantages de l'application Amazon.

  • Outlet Anciennes collections, fin de séries, articles commandés en trop grande quantité, … découvrez notre sélection de produits à petits prix Profitez-en !

  • Tout à moins de 5 euros ! Découvrez notre sélection de produits à petits prix... Profitez-en !

  • Publiez votre livre sur Kindle Direct Publishing en format papier ou numérique : C'est simple et gratuit et vous pourrez toucher des millions de lecteurs. En savoir plus ici .
  • Plus de 10 000 ebooks indés à moins de 3 euros à télécharger en moins de 60 secondes .


Description du produit

Extrait

J'avais autrefois une photo de ma grand-mère, prise à Shanghaï en 1939. Vêtue d'un costume d'homme, elle est perchée sur une estrade en train de raconter des histoires drôles, le pied posé sur un tabouret, une main sur la hanche, et dans l'autre, un long fume-cigarette. Son épaisse chevelure brune et sa minceur lui donnaient un air plutôt exotique, un peu espagnol, c'est du moins ce que je pensais dans mes jeunes années - d'autant que son anglais était teinté d'un très fort accent.
Olga adorait la compagnie, elle aimait plaisanter et bavarder. Elle avait trop d'humour pour que l'on parle de noblesse, mais je me souviens qu'elle avait une présence formidable. Un cordon invisible l'entourait, une barrière protectrice ; comme si elle seule connaissait le rôle important qu'elle jouait dans une histoire d'un autre ordre qui nous dépassait tous - avec l'intuition qu'elle n'avait aucun pouvoir sur les choses, que le destin gouvernait en maître. Ce qui lui donnait des airs autoritaires, une certaine confiance dans son propre jugement et un tempérament légèrement tyrannique.
Son aura contribuait à renforcer sa légende. Cadette d'une famille nombreuse, Olga Yunter avait grandi dans une vaste maisonnée comprenant, entre autres, une gouvernante superstitieuse d'origine paysanne et un garde cosaque. Elle disait avoir fréquenté un lycée de filles, être allée à l'opéra et au théâtre ; elle évoquait un parc près d'une cathédrale ; chez elle, les repas réunissaient rarement moins d'une douzaine de convives. Elle avait des manières élégantes, parlait très bien le français et l'anglais, avait beaucoup lu. Nous la pensions issue d'une famille d'émigrés russes fortunés, cultivés, et bénéficiant d'un vaste réseau de relations. Pourtant, elle venait de Sibérie.

Présentation de l'éditeur

«Elle prit la précieuse icône de saint Vladimir et la sépara de son cadre. Mécaniquement, elle tria les bijoux de sa mère, rassembla des chandeliers, des gobelets, un samovar, une soupière, des cafetières, ainsi qu'un grand plat ovale dans lequel sa mère servait le sterlet à chaque veillée de Noël-. Elle enveloppa le tout dans un linge de coton, puis dans une toile cirée, et enfin dans les sacs doublés de fourrure que son père avait utilisés lors de son expédition au Kamtchatka. Ils cachèrent les fusils derrière le coffre de mariage de sa mère, sous le plancher, au fond du grenier. [...] Une semaine plus tard, Olga et son père partirent à cheval vers une forêt où Semion avait l'habitude de chasser. Ils choisirent un bosquet isolé, à l'écart de la route, et Olga prit sa première leçon de tir au fusil.»

Olga Yunter est née en 1900 en Sibérie. Cadette de cinq enfants, elle a une enfance très heureuse - ponctuée chaque année par la fête de Pâques et ses grandes tablées familiales, la foire aux chevaux en Mongolie, les allées et venues des caravanes. Mais bientôt Olga se trouve précipitée dans le chaos de la révolution russe, elle doit fuir, seule, vers Vladivostok. Elle a dix-neuf ans lorsqu'elle gagne la Chine du Nord, avec seulement quelques rubis cousus dans l'ourlet de sa chemise. Elle ne reverra ni sa famille ni la Sibérie.

Stéphanie Williams, journaliste, a passé dix ans à reconstituer l'histoire de la vie de sa grand-mère Olga.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit


Commentaires client

Partagez votre opinion avec les autres clients
Voir les 2 commentaires client

Meilleurs commentaires des clients

21 mai 2009
Format: Broché
28 mars 2009
Format: Broché
Une personne a trouvé cela utile
|Commentaire|Signaler un abus

Où en sont vos commandes ?

Livraison et retours

Besoin d'aide ?