Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre ou numéro de téléphone mobile.

Prix Kindle : EUR 8,49
TVA incluse

Ces promotions seront appliquées à cet article :

Certaines promotions sont cumulables avec d'autres offres promotionnelles, d'autres non. Pour en savoir plus, veuillez vous référer aux conditions générales de ces promotions.

Envoyer sur votre Kindle ou un autre appareil

Envoyer sur votre Kindle ou un autre appareil

L'homme de Lewis par [May, Peter]
Publicité sur l'appli Kindle

L'homme de Lewis Format Kindle

4.6 étoiles sur 5 65 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
EUR 8,49

Longueur : 236 pages Composition améliorée: Activé Page Flip: Activé

Descriptions du produit

Extrait

De loin, Gunn vit les véhicules garés sur le bord de la route. Le ciel, bleu sombre, menaçant et torturé, se déroulait, ininterrompu, au-dessus de l'océan. Sur le pare-brise, les balais des essuie-glaces étalèrent les premières gouttes de pluie. La masse anthracite de l'océan était ponctuée par la blancheur de l'écume des déferlantes qui s'élevaient de trois à cinq mètres. Dans l'immensité de ce paysage, la lumière solitaire du gyrophare du véhicule de police, à côté de l'ambulance, était insignifiante.
Au-delà des voitures, les maisons aux murs crépis de Siader se serraient les unes contre les autres pour se protéger des éléments, fatiguées mais rompues à leurs assauts sans cesse répétés. Pas un arbre ne se dressait à l'horizon. Seulement des alignements de piquets de clôture pourris le long de la route et, dans les champs déserts, des épaves rouillées de tracteurs et de voitures. Quelques arbustes chétifs, dont les racines têtues s'accrochaient au sol maigre, pointaient fièrement leurs pousses vertes, dans l'attente de jours meilleurs. Une mer de linaigrettes se mouvait en courants et en ondulations, comme l'eau sous le vent.
Gunn se gara à côté du véhicule de police et sortit au milieu des rafales. Ses cheveux noirs et épais coiffés en arrière, formant une pointe sur son front buriné, se soulevèrent sous l'effet du vent et il serra fermement son anorak noir matelassé contre lui. Il se maudit de n'avoir pas songé à prendre une paire de bottes et commença à avancer avec précaution sur le sol souple. Il sentit la morsure froide de l'eau de la tourbière s'infiltrer dans ses chaussures et tremper ses chaussettes.
Il rejoignit la première tranchée, suivit un sentier qui en longeait le rebord et contournait les tas de tourbe laissés à sécher. Les policiers en uniforme avaient planté des pieux de métal dans le sol ramolli pour délimiter le site avec du ruban de plastique bleu et blanc qui sifflait et se tordait, agité par le vent. Il perçut l'odeur de la fumée de tourbe qui provenait des fermes les plus proches, à environ un kilomètre en direction des falaises.

Présentation de l'éditeur

En rupture de ban avec son passé, Fin Macleod retourne sur son île natale de Lewis. La mort tragique de son jeune fils a pulvérisé son mariage. Impuissant et résigné, il a quitté la police. La lande balayée par les vents, la fureur de l’océan qui s’abat sur le rivage, les voix gaéliques des ancêtres qui s’élèvent en un chant tribal : il pense pouvoir retrouver ici un sens à sa vie.
Mais alors que Fin rentre au pays, on découvre le
cadavre d’un jeune homme, miraculeusement préservé par la tourbière. Les analyses ADN relient le corps à Tormod Macdonald, le père de son amour de jeunesse Marsaili, et font de celui-ci le suspect n°1. C’est une course contre la montre qui s’engage alors pour découvrir la vérité : l’inspecteur principal est attendu sur l’île pour mener l’enquête et il n’épargnera pas le vieil homme, atteint de la maladie d’Alzheimer.
Au rythme des fulgurances qui traversent l’esprit
malade de Tormod, le passé ressurgit, douloureux,
misérable, dramatique et permet l’identification du
cadavre, mettant fin à des décennies de vengeance.
Après L’île des chasseurs d’oiseaux, on retrouve ici avec bonheur la figure d’un enquêteur entier et émouvant, indécis à la croisée des chemins, tenté de construire son avenir sur les cendres du passé. L’Écosse mystérieuse, majestueuse et sauvage est un écrin de rêve pour ces vies dans la tourmente, magistralement orchestrées par Peter May.

Détails sur le produit

  • Format : Format Kindle
  • Taille du fichier : 1381 KB
  • Nombre de pages de l'édition imprimée : 236 pages
  • Editeur : Éditions du Rouergue (17 octobre 2011)
  • Vendu par : Amazon Media EU S.à r.l.
  • Langue : Français
  • ASIN: B005WTOS66
  • Word Wise: Non activé
  • Composition améliorée: Activé
  • Moyenne des commentaires client : 4.6 étoiles sur 5 65 commentaires client
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: n°2.928 dans la Boutique Kindle (Voir le Top 100 dans la Boutique Kindle)
  •  Voulez-vous faire un commentaire sur des images ou nous signaler un prix inférieur ?


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

click to open popover

Commentaires en ligne

4.6 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Format: Broché
L'auteur a su capter l'ambiance tourmentée de ces îles au large de l'Ecosse tout en construisant une intrigue policière originale dont on ne dévoilera pas ici le dénouement. Pour avoir vécu quelques mois il y a près de 25 ans sur l'île de Lewis, je peux dire que le tableau que brosse l'auteur des Hébrides extérieures (Iles de Lewis, Harris, Uist, Eriksay, Barra) est saisissant. La tourbe omniprésente, le machair, sorte d'herbu entre terre et océan, les ravages causés par un protestantisme rigoriste sur la culture locale, tout y est! Le roman ne manque pas non plus de condamner les pratiques de l'Eglise catholique de l'époque qui plaçait de force des enfants dans des familles d'accueil perdues sur ces îles. Enfin, pour ceux ou celles qui sont confrontés à la maladie d'Alzheimer, la façon dont Peter May met en scène le principal protagoniste de ce roman, Tormod Macdonald, atteint de démence,est remarquable. Il arrive en effet à nous faire vivre de l'intérieur ce que peut ressentir un homme atteint de démence. Un livre fort donc avec des personnages ravagés par une existence qui ne leur a pas fait de cadeaux, c'est le moins qu'on puisse dire.
Remarque sur ce commentaire 27 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par jay TOP 500 COMMENTATEURSMEMBRE DU CLUB DES TESTEURS le 6 novembre 2012
Format: Broché
Deuxième volet d'une trilogie, « L'Homme de Lewis » est tout à fait dans la lignée du premier volet, « L'île des chasseurs d'oiseaux ». Ce ne sont ni le suspense ni la découverte de l'assassin qui font le sel de ces polars. Pour moi, l'essentiel réside chez Peter May dans le talent très littéraire d'incarner des personnages, des lieux et des époques avec réalisme et sensibilité.

Les rudes îles des Hébrides servent toujours de cadre mais l'auteur remue ici les secrets de la génération précédente. Un cadavre retrouvé dans la tourbe va en effet nous faire remonter le temps jusqu'aux années 50 et au-delà. Fin s'empare officieusement de l'enquête. La raison la plus évidente est qu'une analyse ADN relie le cadavre à Tormod, père de Marsaili et grand-père de son fils. Il s'agit aussi peut-être d'un peu de déformation professionnelle (il vient de démissionner de la police) ou d'un bon prétexte pour remettre à plus tard la rénovation de la maison de ses parents. S'il pensait échapper aux démons de son propre passé, cette histoire va le renvoyer assez brutalement à son statut d'orphelin. Comme dans le précédent opus, l'intrigue, quoique bien menée, a en grande partie une vocation sociologique, voire même ici historique puisque l'auteur évoque les « homers », enfants placés autrefois par l'Eglise catholique chez des familles des Hébrides. La maladie d'Alzheimer de Tormod impose à l'intrigue un déroulé assez inattendu. Ainsi les chapitres de l'enquête de Fin alternent avec ceux des réminiscences sinueuses de Tormod pour former une étrange course vers le dénouement.
Remarque sur ce commentaire 8 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Hervé J COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 50 COMMENTATEURS le 29 mars 2016
Format: Poche Achat vérifié
En récoltant de la tourbe sur l'île de Lewis, on y exhume par hasard le cadavre momifié d'un jeune homme assassiné. Date-t-il de l'Âge de Fer, de L'Äge de Bronze ? Chan eil ! Il était enterré là depuis à peine plus de cinquante ans et après analyse de l'ADN pourrait être de la famille de Tormod McDonald, le père de Marsailli ( l'amour de jeunesse de Fin McLeod , le "héros" du livre ). Pour tout simplifier, Le vieil homme est victime d' Alzheimer.

Malgré ( ou à cause de ) ses vieux et nouveaux démons, Fin va enquêter sur le passé de Tormod. L'originalité du roman sont les nombreux flash-backs lorsque que Tormod se remémore intérieurement son passé d'orphelin à Edimbourg, puis dans les Hébrides extérieures. Evidemment, le lecteur est seul à connaître ces détails, homéopathiquement distillés par l'auteur.

Comme dans " L'île des chasseurs d'oiseaux", le description très poétique des lieux est toujours très réussie. En plus de Lewis, l'auteur nous entraine à travers Harris ( la partie sud de l'île de Lewis ), North Uist, South Uist, jusqu'à la petite île d'Eriskay, tout au sud des Hébrides.

Le monde édifiant des "homers", orphelins que l'on envoyait dans les îles avec un statut proche de l'esclavage, est décrit dans toute sa dureté et nous rappelle que l'époque actuelle des enfants-rois est assez récente.

Les personnages sont criants de vérité ( à cause du vent qui souffle fort ! ) et toujours très attachants.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Une personne a trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche
Le texte de la quatrième de couverture annonce un polar : après la mort tragique de son fils et la fin de son couple qui n'a pas survécu à ce drame, Fin MacLeod,un ex-policier, retourne sur sa terre natale, au nord des îles Hébrides, pour restaurer la maison de ses parents. Voilà qu'à son arrivée, on découvre, sous la tourbe, le corps d'un jeune homme tué une cinquantaine d'années plus tôt. Qui était-il et qui l'a tué ? Ce sont les questions auxquelles Fin MacLeod va tenter de trouver des réponses. Au-delà d'un simple et énième polar, c'est un fabuleux roman que nous livre là Robert MAY, un de ces romans qui renvoient à des chefs-d'oeuvre comme « Seul le silence » de RJ ELLORY. Certes, le lecteur est confronté à une intrigue policière mais aussi et surtout à une prodigieuse fresque historique et sociale qui raconte de façon émouvante l'histoire tragique de ces orphelins que l'église catholique déportait sur les îles Hébrides pour servir d'esclaves à des familles d'accueil. Dans cette description d'une société rurale rude du milieu du XXe siècle, on retrouve des échos des évocations de l'Islande de Indridason ou de la Norvège de Unni Lindell. On y retrouve à coup sûr des accents propres à cette littérature nordique qui ne se contente pas de nous offrir des intrigues policières mais les insère dans un environnement déroutant et envoûtant qui devient, autant que le suspense, le moteur du roman.Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 10 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents