undrgrnd Cliquez ici Litte Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose

Commentaires client

4,3 sur 5 étoiles
11
4,3 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:5,50 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 6 août 2013
J'étais déjà dans une approche de démistification des religions, mais petit à petit je remonte aux sources. Après avoir lu René Girard et Jean Soler je comprends maintenant que Freud avait lancé cette intuition géniale ou du moins cette matérialisation intellectuelle du passage du mythique au réel anthropologique et que ce livre est en fait le point de départ contemporain des 2 auteurs que je viens de citer. Ce livre est donc tout simplement une partie du voyage pour mieux comprendre les religions et le roman historique de l'humanité pour qui croit au divin ou pas. Après on se dit que Dieu explique les choses vraiment comme il veut : Soi façon René Girard si on est croyant, soi en rejetant toutes croyances spirituelles façon Jean Soler si on a le vertige de la foi . A vous de voir...
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Il s'agit d'une suite de trois essais (certes parfois répétitifs, mais tellement brillants...) écrits par Freud à la fin de sa vie, d'une écriture totalement libérée.
L'hypothèse (fortement argumentée) du génial Sigmund : Moïse était un noble égyptien, membre de la cour d'Akhénaton (le premier tenant du monothéisme), devenu leader d'une tribu juive en exil, qui lui imposera cette nouvelle religion et la ramenera en Israël - pour finir assassiné par des membres de la communauté lassés de ses excès.
Communauté qui refondera le monothéisme sur la base de la religion originelle de Moïse - avec un fort sentiment de culpabilité.
J'ai adoré ce petit livre, très éloigné des écrits habituels de Freud, qui m'a rappelé l'excellentissime "Malaise dans la culture".
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 avril 2010
Trois grandes parties composent cette oeuvre de Sigmund Freud, intitulées respectivement « Moïse, un égyptien », « Si Moïse fut un égyptien... » et « Moïse, son peuple et la religion monothéiste », dans lesquelles l'auteur s'est attaché à apporter un éclairage sur les origines du monothéisme et de la religion juive en dressant un portrait de Moïse qui se fonde à la fois sur les résultats des nombreux travaux d'exégèse de Freud et sur ceux de son expérience d'analyste dont l'autorité n'est plus mise en doute et demeure reconnue internationalement.

En premier lieu, l'auteur revient notamment sur la naissance du père fondateur du judaïsme et se penche sur la signification de son nom au moyen d'un savant développement d'ordre onomastique (« La première chose qui retient notre intérêt dans la personne de Moïse c'est son nom, Moché en hébreu. On est en droit de demander : d'où vient ce nom ? Que signifie-t-il ? »).

Dans un second mouvement, il structure son discours sur la base d'un postulat qui confère à Moïse une identité égyptienne, déjà abordé précédemment (« Il a été relevé depuis longtemps que son nom provient du fonds linguistique égyptien [...] j'ai ajouté que l'interprétation du mythe de l'exposition qui se rattache à Moïse obligeait à conclure qu'il avait été un Égyptien que tout un peuple sentit la nécessité de transformer en Juif. »)

Enfin, Freud approfondit la notion de monothéisme par le biais d'une approche historique qui couvre une vaste période partant du totémisme, religion primitive, jusqu'à la religion chrétienne, en laquelle il reconnaît l'héritière directe du judaïsme, dans le cadre d'une filiation logique. D'un point de vue psychanalytique, l'auteur associe le fait religieux à la symbolique du meurtre du père et de sa reconnaissance ainsi qu'au développement, à l'enrichissement du surmoi, défini comme l'instance psychique qui, à l'instar des parents puis de la société, participe de l'éducation de l'individu et, par là même, du renoncement aux pulsions (« Le totémisme, la première forme de religion que nous connaissions, apporte avec lui une série de commandements et d'interdictions qui font partie intégrante du système ; ceux-ci ne signifient rien d'autre que des renoncements aux pulsions [...] Ce qui est nommé "gentil" ou "méchant" dans le langage enfantin sera appelé plus tard, lorsque la société et le surmoi auront pris la place des parents, "bon" et "mauvais", vertueux ou vicieux, mais il s'agit toujours de la même chose, du renoncement aux pulsions sous la pression de l'autorité qui remplace et prolonge le père. »)

Marie Moscovici, préfacière de l'oeuvre, corrobore l'interprétation psychanalytique de Freud en considérant que dans « L'homme Moïse » on note la « reconnaissance d'une paternité qui peut être dite "symbolique", si cela veut dire humaine, cette fois, et non pas sacrée ; qui admet la transmission au fils du nom du père et qui, s'arrachant chaque fois à l'emprise de la sensorialité, n'abolit justement pas les sources inconscientes, sexuelles au sens de la psychanalyse, dont elle est issue. Passage de la "pensée" par les règles du fonctionnement sexuel de l'appareil psychique, dont sa notion sort transformée. »
0Commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 avril 2014
Cet ouvrage de Freud ,trçs interessant est une lecture que je souhaite à chacun.
Il relativise toute question concernant le monothéisme et ses avatars.
Bonne qualité du support
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 octobre 2015
Freud était historien et psychanalyste,
quand les hypothèses rejoignent sa vérité, le puzzle de la croyance mosaïque puis chrétienne prend une autre forme.
Comment plus de 70 ans après sa mort, ce dernier ouvrage soit si peu commenté et étudié, trop dérangeant .
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Sigmund Freud est le médecin philosophe que Nietzsche appelait de ses vœux. Un demi-siècle après la parution des grands textes nietzschéens (Le gai savoir, La généalogie de la morale), qui entendaient dévoiler l'origine des religions (meurtre fondateur, culpabilité, ascétisme), et vingt-cinq ans après son Totem et tabou, Freud revient sur la naissance du judaïsme.

Nourri de riches lectures (les anthropologues Frazer et Robertson Smith, l'historien de l'Égypte Breasted,le théologien Ernst Sellin), il examine le sujet à la lumière de la psychanalyse, sous l'angle de la première topique (conscient, préconscient, inconscient) comme de la seconde (surmoi, moi, ça), dans une transposition de la psychologie individuelle en psychologie collective. Pour le fondateur de la psychanalyse, qui ne croit pas en Dieu, et selon qui la religion n'est qu'une névrose de l'humanité, il existe une analogie entre phénomènes religieux et symptômes névrotiques. La culpabilité est partie intégrante du système religieux et renoncement et religion « sont génétiquement liés ».

Paru après la guerre à titre posthume, Moïse et le monothéisme (on dit aussi L'homme Moïse et la religion monothéiste) regroupe trois textes qui pour une part se recoupent ou se répètent. L'auteur glisse d'une notion à l'autre dans une sorte de sinuosité tout aussi habile qu'embarrassée. Il craint d'accréditer l'inconscient collectif cher à Jung tout en retenant les notions d'héritage archaïque, de transmission phylogénétique des caractères acquis, d'« atavisme phylogénétique ». Il doute même de son travail, présenté comme « une danseuse qui fait des pointes », avertit que « l'audace est ici indispensable », et rappelle que « le vraisemblable n'est pas toujours vrai et le vrai pas toujours vraisemblable ».

Faisant sienne la thèse d'un Moïse égyptien, et dérivant le monothéisme judaïque du culte du dieu solaire Aton, à l'époque d'Akhénaton (dixième pharaon de la XIIIème dynastie, vers 1350 avant notre ère), il risque l'hypothèse d'un meurtre de Moïse par le peuple élu.

Suppositions hasardeuses et considérations sujettes à caution n'invalident pas l'évidente pertinence de nombre d'aperçus. Sa conception de l'histoire (« L'individu n'est plus considéré que comme un figurant ») est particulièrement moderne, le néopaganisme nazi nettement identifié et l'antisémitisme clairement caractérisé dans son étiologie :

« C'est à une époque très éloignée que la haine contre les Juifs a pris racine et c'est de l'inconscient des peuples qu'elle émane. »

Vieillard malade, contraint à l'exil en juin 1938, Freud laisse comme un ultime message cette véritable profession de foi :

« Les Juifs défient toute oppression. Les persécutions les plus cruelles n'ont jamais réussi à les exterminer. »
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 août 2010
Et si Moïse était Egyptien ? Voilà la thèse de Freud dans ce livre passionnant qui offre une relecture de la naissance du monothéisme. Très inspiré, Freud se livre à un travail d'herméneute d'une grande intelligence (il a en effet l'idée de la Tradition primordiale derrière chaque religion) même si le psychanalyste ne peut s'empêcher de voir dans le livre de l'Exode un mensonge fabriqué par le clergé juif, dans Moïse la somme de deux personnages et qui plus est dont le premier aurait été assassiné par le peuple qu'il s'était donné. Au-delà de la polémique que peut susciter de telles réflexions, on s'amusera à voir que Freud refuse de reconnaître la pertinence du concept d'Inconscient collectif de Jung alors même qu'il réalise qu'il a en a besoin pour justifier ses théories !

Freud dégage ainsi l'idée que l'Histoire s'est inscrite dans la vie des peuples et que ces derniers ne peuvent pas la refouler indéfiniment : la vérité historique finit par se réveiller. Et lui qui considérait la religion comme une vulgaire névrose doit finalement reconnaître qu'il s'est trompé : la religion est la trace mnésique de la Tradition dont elle a perdu le vrai message et dont elle ne garde qu'un reliquat qui, malgré tout, ne ment pas.
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 septembre 2015
incontournable en effet, même si des ouvrages plus récents (Finkielstein) sont encore plus indispensables pour comprendre cette période, mais bon..
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 février 2013
Freud part là de la théorie que Moïse était Egyptien et nous décrit comment serait née la première religion monothéiste et pourquoi. Passionnant.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 avril 2009
J'avais déjà lu ce livre il y a 10 ans; après lecture de beaucoup d'autres livres sur ce thême, je le trouve encore intéressant , mais franchement un peu trop spéculatif. La psychanalyse est un domaine intéressant mais n'explique pas tout.
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

7,65 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)