Cliquez ici Cliquez ici cliquez_ici. NEWNEEEW Cloud Drive Photos En savoir plus cliquez_ici nav_Renewed cliquez_ici En savoir plus En savoir plus Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici

Commentaires client

4,7 sur 5 étoiles
4

le 5 août 2014
Incompréhensible... quasiment inconcevable... Cette violence-là isole terriblement. Dramatiquement parfois. Sans même porter le moindre coup, souvent.
Le livre d'ailleurs évoque les différentes formes de violence, pas seulement physique, la violence morale ne devant surtout pas être considérée comme moins grave.
J'ai lu ce livre pour essayer de comprendre ce que vivait mon frère et tenter de l'aider. Bien qu'il faisait tout pour nous cacher sa réalité, il s'éteignait progressivement, mais la force du déni nous a aveuglés pendant plusieurs années.
Le plus difficile fut de réussir à trouver une occasion de lui mettre ce livre entre les mains, car les contacts étaient rarissimes et sous haut contrôle. Une hospitalisation (suite 2nde TS...) - bien que toujours contrôlée (via un tél portable acheté exprès puis reconfisqué, bien évidemment) - donna cette occasion inespérée.
Le livre fut un électrochoc salutaire, "mais oui c'est ça que je vis depuis 10 ans, c'est exactement ça !". Pour autant, le psychiatre n'a pas su prendre la mesure du phénomène et mon frère est retourné au foyer dès sa sortie (pas assez de force pour partir et surtout quitter ses enfants !!).
Ce livre n'explique pas les causes de la violence ou de la pathologie des "pervers(es) narcissiques" (cf. le livre de Jean-Charles BOUCHOUX sur ce sujet pour mieux comprendre et se protéger) ; il ne donne pas non plus de conseils pour s'en sortir (pour cela, je recommande les ouvrages d'Isabelle NAZARE-AGA) mais, écrit sous l'angle sociologique à travers des témoignages personnels très forts, il éclaire cette réalité, lève le voile du tabou, et permet de sortir de l'isolement et surtout de la culpabilité !! Accessible à tous, il se lit très facilement.
Ce livre est un 1er pas absolument in-dis-pen-sa-ble pour se libérer, se révolter, ou juste commencer à refuser de subir, redonner un peu de vigueur à un amour-propre étouffé, asphyxié.
Pour l'entourage, c'est aussi un outil de prise de conscience très utile : oui, ça existe et ça n'a rien à voir avec la force ou la faiblesse de la personne, mais vraiment rien à voir (vous pouvez oublier ce genre de jugement).
La suite dépend beaucoup du soutien extérieur justement (surtout croyez vos proches quand ils vous racontent leur enfer quotidien, à défaut de pouvoir vraiment comprendre tellement cet univers-là est différent, d'ailleurs souvent le besoin exprimé n'est pas d'être compris mais simplement déjà d'être cru...).
Aujourd'hui, mon frère est LIBRE (son "gourou domestique" a fini par renoncer il y a quelques mois) ; la guerre continue, sur le terrain des enfants, victimes de tout ça mais avec un père beaucoup plus fort désormais pour les protéger. Et de manière totalement inespérée tellement ces manipulatrices sont redoutablement efficaces, les expertises socio-psychologiques (demandées par la juge aux affaires familiales devant ce contexte conflictuel) semblent enfin se rapprocher de la réalité !!
La justice est un maigre soutien et souvent victime également (et donc complice) de la manipulation, soutenue par des préjugés encore très forts dans notre société, mais avec de la patience, de la persévérance, et surtout la confiance de leur entourage, tous les hommes peuvent retrouver au moins leur dignité et donc le goût de vivre.
La violence faite aux femmes, terrible réalité dont il faut effectivement parler et ériger à juste titre en grande cause nationale, ne doit pas occulter cette autre terrible réalité : la violence des femmes. L'une n'est pas plus injuste que l'autre, l'une ne saurait excuser l'autre (car l'idée sous-jacente est parfois là), les deux sont pareillement horribles et inacceptables.
Les victimes, hommes ou femmes, ont vécu les mêmes drames et parlent le même langage, mais les hommes ne trouvent actuellement aucun soutien (les foyers d'hébergement, l'aide matérielle, juridique, psychologique, etc... ne leur sont pas destinés).
Ce livre participera peut-être à faire changer les choses. En tout cas, bravo à cette auteure pour son courage, et à titre personnel un grand "merci" !!
4 personnes ont trouvé cela utile
|0Commentaire|Signaler un abus
le 10 novembre 2014
Un livre excellent sur un thème d'une grande délicatesse. Des témoignages poignants sur un monde méconnu. La violence SUR la femme est malheureusement bien connue même si cette connaissance n'aide pas beaucoup à la faire régresser mais la violence PAR la femme est quant à elle un sujet qui prête à la blague et à la dérision. Hélas cette autre violence est loin d'être risible et l'auteur nous le démontre grâce à la voix des hommes qui ont vaincu la honte et ont osé se dévoiler. Comme toute violence, celle perpétrée par la femme sur l'homme entraîne des dégâts moraux (sans parler des problèmes physiques) incommensurables. La société n'est pas encore prête à reconnaitre ce type de violence car improbable selon elle. La réaction des amis, des parents ou de la police est l'incrédulité et la banalisation. Ce livre abat le tabou et aidera j'espère à faire prendre conscience de ce mal profond mais encore trop peu connu.
3 personnes ont trouvé cela utile
|0Commentaire|Signaler un abus
le 6 mars 2015
Ce livre parle d'un sujet tabou et pourtant fréquent il a l'avantage d'ouvrir les yeux et de compendre ce que vivent ce shommes en souffrance avec leur compagne
|0Commentaire|Signaler un abus
500 PREMIERS REDACTEURS D'AVISle 18 avril 2011
La violence des femmes envers les hommes ça existe. Et souvent sous forme sournoise et pas spectaculaire.

Dénonciations calomnieuses, fausses accusations, grossesses non consensuelles, dépouillement légal de biens, spoliation de droits de garde ou de visite d'enfants. La violence des femmes envers les hommes ça existe.

Dans beaucoup de pays, dont la France, des hommes sont systématiquement jetés en prison préventive sous simple accusation de viol et avant toute enquête. Un mois, trois mois, dix-huit mois et même, on l'a vu, jusqu'à trois ans pour, au moment du jugement, constater le manque de preuves ou la dénonciation calomnieuse.

Ces longues et injustes prisons préventives ne sont pas sans conséquences, l'accusé perd souvent son travail, son honneur, son logement, sa dignité quand il n'est pas violenté par les autres co-détenus, sous le regard complice des gardiens, car par un étrange et pervers code d'honneur existant dans les prisons, les codétenus considèrent les prévenus et les condamnés pour crime sexuel comme des sous-hommes, souvent battus, mutilés pour les "marquer" ou violés et contaminés par le SIDA.

Ce comportement de plus en plus fréquent des femmes envers les hommes est encouragé par une certaine dérive des valeurs féministes (pourtant légitimes) qui influence les femmes à se placer en victimes et à banaliser l'image de l'homme en tant que prédateur sexuel.

Des hommes honnêtes, des pères de famille sans histoire, sont anéantis et dépouillés pour le reste de leur vie.

Ce livre en fait prendre conscience.
6 personnes ont trouvé cela utile
|0Commentaire|Signaler un abus


Les client ont également visualisé ces articles


Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici