12 d'occasion à partir de EUR 7,00
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

L'idée fixe (Italien) Broché – 6 juin 2013

5.0 étoiles sur 5 1 commentaire client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
EUR 7,00

nouveautés livres nouveautés livres

click to open popover

Offres spéciales et liens associés

  • Gratuit : téléchargez l'application Amazon pour iOS et Android et facilitez vos achats sur smartphones et tablettes ! Découvrez les avantages de l'application Amazon.

  • Outlet Anciennes collections, fin de séries, articles commandés en trop grande quantité, … découvrez notre sélection de produits à petits prix Profitez-en !

  • Tout à moins de 5 euros ! Découvrez notre sélection de produits à petits prix... Profitez-en !

  • Publiez votre livre sur Kindle Direct Publishing en format papier ou numérique : C'est simple et gratuit et vous pourrez toucher des millions de lecteurs. En savoir plus ici .
  • Plus de 10 000 ebooks indés à moins de 3 euros à télécharger en moins de 60 secondes .

  • Découvrez  notre Boutique Charme  sur Amazon.fr !


Description du produit

Extrait

TOKYO

Ma, la pause entre deux notes.
Le blanc entre les lignes d'un haïku, le silence entre la goutte qui coule le long de la jambe d'Ève et la suivante. Ma, l'espace vide saturé de sens.
Ève dort. Suspendue à la grosse branche d'un camphrier mort, le kimono desserré au niveau de la taille qui découvre ses seins de lycéenne, ouvert le long de sa cuisse qui pend dans le vide et goutte au-dessus de l'océan immobile.
Ma.
L'intervalle de chaque instant.
Le marché au poisson de Tsukiji est imprégné de pluie fine. Un brouillard ressuant avec la grisaille de l'aube sous les arcs de néon qui font luire les battes de thons. Les corps sont alignés comme après un massacre. Blancs de glace, masses de chair vidées de leurs tripes ; étiquetés, marqués, vendus ; les branchies déchirées et les nageoires coupées. Ils se succèdent sur le sol suivant un parcours qui indique la sortie de la grande salle lugubre. Dehors, ils continuent mais décongelés, gris, brillants, salés, la gueule ouverte en un sourire tenace, avec les nageoires droites de qui nage encore dans la mer. Les hommes ne s'aperçoivent de rien. Ils conduisent les véhicules chargés, filent à toute allure dans les couloirs de polystyrène sans se soucier des obstacles. Il n'y a plus de mer, dans la mer. Tandis crue sur les étals de bois, le sang coule par les fentes, dégoutte, remplit les bacs à ras bord. L'instant s'allonge comme un vieil élastique et tout ce sang gargouille de bulles. Des tentacules affleurent, des fleurs de ventouses déjà ankylosées se tendent, agrippent les bords. Ce sont les tako, les anago, les ika. Les coquillages claquent comme des mâchoires, rythment le flux des vagues dans des conteneurs de polystyrène : coquilles Saint-Jacques, patelles, huîtres et palourdes.
Les écailles encore visqueuses se frottent aux brisures de glace, les branchies respirent l'air, les yeux vitreux redeviennent brillants. Ce sont les hamachi, les hirame, les Icam-pachi, les saba, les tai, les suxuki.
Gonflés de venin, les fugu roulent jusqu'au quai et tombent dans le port; pendant quelques instants, avant de sombrer, ils surnagent comme des excréments.
Passé et futur convergent dans le présent. Maintenant. Le moment est venu. Le sol est de pierre et de sable, de lave et de cendre, pétri entre les racines d'une végétation subtropicale. Dessous, il y a un monstre, aussi grand que l'île, qui se débat. Il n'y a qu'un seul point du Japon qui soit immobile : c'est le manche de l'éventail, la jointure de quatre plaques tectoniques. Tout le reste est séisme, typhon, tsunami, cyclone, éruption, tremblement de terre, incendie, inondation, bombe atomique.
Et maintenant, le monstre secoue son dos écaillé. Ce sont ces cercles concentriques, les gouttes qui glissent dans la mer le long de la jambe d'Ève, le silence entre elles, qui le rendent fou. Ase, chi, zamen ? Il approche sa tête longue et frangée, dilate ses naseaux, fait vibrer sa langue bifide. Il secoue le corps de la jeune fille endormie, qui se laisse caresser et soulève la main avec grâce : ses doigts fuselés s'unissent aux deux extrémités de langue comme des plantes grimpantes. Les bulbes oculaires du monstre se dilatent, ses griffes jaillissent de son long corps de reptile et s'enfoncent dans les jeunes genoux d'Ève, les séparent. Nicha-nicha, la sécrétion visqueuse de ses écailles colle à la peau d'Ève, lui glisse dessus. Le kimono se déchire et les morceaux de soie tombent sur la surface plane de la mer.
Ève crie. «Je t'en prie, s'il te plaît, non !»

Présentation de l'éditeur

«Tout à coup, un nuage de tulle rose lui effleure une oreille. Le bord du tutu de la gothic lolita est à la hauteur de son visage. Ichiro lorgne vers le bas : elle porte des chaussures bleu ciel à lacets et à bouts arrondis. Ses chaussettes s'arrêtent juste au-dessous de genoux potelés et légèrement en dedans. Sa culotte est exposée à la vue, du moins à la sienne. Une série de petits volants superposés qui rappellent les boutons de fleurs de cerisier.»

Avec L'idée fixe, Ortensia Visconti nous présente douze récits, vifs, abrupts, modernes, sensuels, crus, situés dans douze villes du monde, toutes liées par la question du sexe.

De Tokyo à Paris, de Kaboul à New York en passant par Barcelone, les personnages d'Ortensia Visconti se dévoilent dans toute leur humanité, grande ou misérable. Dans chaque pays, dans chaque culture, leur rapport au sexe laisse entrevoir leurs angoisses, leurs doutes et leurs sentiments les plus profonds...

Le sexe, la mort, le fantasme des vies urbaines, la schizophrénie quotidienne, tout dans l'écriture d'Ortensia Visconti nous happe, nous laissant orphelins de nos certitudes.

Née dans le milieu du cinéma. Ortensia Visconti étudie la littérature comparée à Paris et le photo-journalisme à Londres, avant de devenir reporter de guerre en Algérie, en Afghanistan, en Irak et au Pakistan. Son premier roman - Dorotea e la Luna - a été suivi de Stregonesco (Fazi Editore, 2004), un thriller sombre qualifié de «Twin Peaks en Italie». Elle vit aujourd'hui à Londres.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit


Commentaires client

Partagez votre opinion avec les autres clients
Voir les 1 commentaires client

Meilleurs commentaires des clients

7 juin 2013
Format: Broché|Achat vérifié

Où en sont vos commandes ?

Livraison et retours

Besoin d'aide ?