• Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 4 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
L'incendiaire a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison en France métropolitaine)
D'occasion: Bon | Détails
Vendu par momox fr
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Article d'occasion vérifié. Vendu par momox, professionnel de la vente en ligne d'articles culturels d'occasion. Édition lu en bon état avec traces d'utilisation.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

L'incendiaire Poche – 6 octobre 2012

3.4 étoiles sur 5 5 commentaires client

Voir les 2 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 8,70
EUR 8,70 EUR 4,07
Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Prime bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations

Top NYP 2017 Top NYP 2017


Boutique Babel
Retrouvez tous les titres dans notre boutique dédiée
click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

  • L'incendiaire
  • +
  • Brouillages
  • +
  • Les cruelles étoiles de la nuit
Prix total: EUR 27,10
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Description du produit

Extrait

Cela commence par une petite étincelle qui chatoie dans l'ombre d'une pièce. Puis, c'est un brandon qui vacille, une flamme qui enfle jusqu'à ce que les murs s'embrasent, jusqu'à ce que le plancher, le plafond et toutes les pièces du bâtiment s'enflamment les unes après les autres. Ensuite, je me retrouve à l'extérieur et c'est la Conserverie de hareng qui brûle, la fumée est noire et épaisse comme celle que dégagerait un tas de pneus. Je comprends brusquement que cet état des choses relève de la normale, que le feu est en train de prendre le pouvoir. Des flammèches sont portées jusqu'à la vieille jetée vermoulue qui s'embrase instantanément et communique le feu aux hangars en surplomb. C'est maintenant le tour du Musée de l'Histoire des Techniques, lequel résiste plutôt bien, comme je m'en doutais. Les vieilles maisons en bois, bien qu'éloignées les unes des autres, s'enflamment chacune à leur tour, mais leurs occupants ne remarquent rien, ils restent assis dans leurs fauteuils en cuir qui se consument et regardent la télé ou bien ils lavent les assiettes incandescentes dans un bain de pétrole en feu. Et la rue Austurvegur est tout illuminée par les fenêtres ardentes des maisons qui la bordent, je vois un chat en feu s'approcher de la station-service qui s'enflamme l'instant d'après, une voiture étincelante sort de la rue Fossgata et s'arrête à la pompe. Il en sort un homme de feu qui insère sa carte dans le distributeur et commence à faire le plein, non du réservoir, mais de l'habitacle qui s'emplit à une vitesse hallucinante et quand il ouvre la portière, l'essence se déverse à l'extérieur et il nt. L'homme s'installe au volant, ouvre toutes les vitres et démarre en trombe vers le centre-ville. Il dépasse le vieil hôtel ; les éclaboussures d'essence qui sortent par le haut des portières dévalent la route comme un troupeau de serpents enflammés. Et le parking devant la salle des fêtes Herðubreið est rempli de gens rougeoyants qui avalent de la bière en fusion et rient à gorge déployée, laissant échapper de leur bouche des langues de feu. Un peu plus haut, la porte de la piscine est grande ouverte et on y aperçoit des nageurs en flammes qui barbotent, s'amusent et s'éclaboussent, plongés dans le bassin rempli d'essence chlorée. Sur le terrain de foot à côté de l'école, des gamins en flammes jouent sur le gazon qui brasille avec un ballon de feu.
Quand les grandes lettres qui forment le mot Seyðisfjörður s'embrasent sur le flanc de la montagne en surplomb, je comprends que chaque maison de cette ville brûle, mais juste à ce moment-là, on entend un son profond et familier qui impose aux lieux le silence, c'est le ferry Norraena qui entre au port. Il est, lui aussi, tout en flammes de la proue à la poupe. On entend un énorme craquement alors que, tout à coup, le navire étant chauffé à blanc jusqu'à la quille, l'acier incandescent chuinte au contact de la mer et un gigantesque nuage de vapeur s'élève, qui va se poser sur la ville et la plonge dans le noir en un clin d'oeil. Il n'y a plus nulle part la moindre étincelle et la vapeur est si épaisse qu'on voit à peine jusqu'à la maison voisine. Un silence de mort s'est abattu, on n'entend plus que les sanglots de quelqu'un qui se tord dans son lit, l'estomac noué. --Ce texte fait référence à l'édition Broché.

Présentation de l'éditeur

Sur les hauteurs de la petite ville islandaise de Seyðisfjörður, un feu s'est déclaré dans la maison de Þorsteinn Erlingsson, capitaine d'un chalutier, alors que celui-ci est parti en vacances en Espagne avec toute sa famille. Cet incendie n'est pas le premier. Déjà un an auparavant, la maison du pasteur Aðalsteinn a brûlé. Pour Smári, le brigadier-chef en charge de l'enquête, l'origine criminelle de cet accident ne fait aucun doute. Règlement de comptes ? Lubie destructrice ? Qui est cet incendiaire récidiviste ? L'inspecteur Valdimar Eggertsson de la criminelle de Reykjavík est missionné sur place. Une occasion qui tombe à pic pour mettre à distance une relation amoureuse un peu houleuse. Smári est doté d'une intime connaissance des protagonistes, tandis que l'inspecteur Valdimar Eggertsson apporte un regard d'étranger, d'homme de la capitale. Malgré les averses de grêle et les tempêtes de neige qui ne facilitent pas le travail et isolent la région du reste de l'Islande, ils passent la ville au peigne fin. Dans une ambiance sombre comme le soleil de minuit, Jón Hallur Stefánsson démasque les compromissions des uns, les hypocrisies des autres, et les vieilles haines exacerbées dans les petites communautés isolées.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Commentaires client

3,4 sur 5 étoiles
5 étoiles
2
4 étoiles
0
3 étoiles
2
2 étoiles
0
1 étoile
1
Partagez votre opinion avec les autres clients
Voir les 5 commentaires client

Meilleurs commentaires des clients

500 PREMIERS REDACTEURS D'AVISMEMBRE DU CLUB DES TESTEURSle 9 mars 2012
Format: Broché|Achat vérifié
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 décembre 2012
Format: Poche|Achat vérifié
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 août 2013
Format: Poche|Achat vérifié
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 juillet 2013
Format: Poche|Achat vérifié
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 mars 2011
Format: Broché
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Rechercher des articles similaires par rubrique

Où en sont vos commandes ?

Livraison et retours

Besoin d'aide ?