EUR 17,34
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 5 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Looking for Alaska a été ajouté à votre Panier
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 4 images

Looking for Alaska (Anglais) Relié – 3 mars 2005

Rentrée scolaire 2017 : découvrez notre boutique de livres, fournitures, cartables, ordinateurs, vêtements ... Voir plus.

4.4 étoiles sur 5 32 commentaires client

Voir les 30 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Relié, 3 mars 2005
EUR 17,34
EUR 11,12 EUR 12,88
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 29,36 EUR 23,49
Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Prime bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations

rentrée scolaire 2017 rentrée scolaire 2017

click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Description du produit

Extrait

“So do you really memorize last words?”

She ran up beside me and grabbed my shoulder and pushed me back onto the porch swing.

“Yeah,” I said. And then hesitantly, I added, “You want to quiz me?”

“JFK,” she said.

“That’s obvious,” I answered.

“Oh, is it now?” she asked.

“No. Those were his last words. Someone said, ‘Mr. President, you can’t say Dallas doesn’t love you,’ and then he said, ‘That’s obvious,’ and then he got shot.”

She laughed. “God, that’s awful. I shouldn’t laugh. But I will,” and then she laughed again. “Okay, Mr. Famous Last Words Boy. I have one for you.” She reached into her overstuffed backpack and pulled out a book. “Gabriel García Márquez. The General in His Labyrinth. Absolutely one of my favorites. It’s about Simón Bolívar.” I didn’t know who Simón Bolívar was, but she didn’t give me time to ask. “It’s a historical novel, so I don’t know if this is true, but in the book, do you know what his last words are? No, you don’t. But I am about to tell you, Señor Parting Remarks.”

And then she lit a cigarette and sucked on it so hard for so long that I thought the entire thing might burn off in one drag. She exhaled and read to me:

“‘He’—that’s Simón Bolívar—‘was shaken by the overwhelming revelation that the headlong race between his misfortunes and his dreams was at that moment reaching the finish line. The rest was darkness. “Damn it,” he sighed. “How will I ever get out of this labyrinth!”’”

I knew great last words when I heard them, and I made a mental note to get ahold of a biography of this Simón Bolívar fellow. Beautiful last words, but I didn’t quite understand. “So what’s the labyrinth?” I asked her.

And now is as good a time as any to say that she was beautiful. In the dark beside me, she smelled of sweat and sunshine and vanilla, and on that thin-mooned night I could see little more than her silhouette except for when she smoked, when the burning cherry of the cigarette washed her face in pale red light. But even in the dark, I could see her eyes—fierce emeralds. She had the kind of eyes that predisposed you to supporting her every endeavor. And not just beautiful, but hot, too, with her breasts straining against her tight tank top, her curved legs swinging back and forth beneath the swing, flip-flops dangling from her electric-blue-painted toes. It was right then, between when I asked about the labyrinth and when she answered me, that I realized the importance of curves, of the thousand places where girls’ bodies ease from one place to another, from arc of the foot to ankle to calf, from calf to hip to waist to breast to neck to ski-slope nose to forehead to shoulder to the concave arch of the back to the butt to the etc. I’d noticed curves before, of course, but I had never quite apprehended their significance.

Her mouth close enough to me that I could feel her breath warmer than the air, she said, “That’s the mystery, isn’t it? Is the labyrinth living or dying? Which is he trying to escape—the world or the end of it?” I waited for her to keep talking, but after a while it became obvious she wanted an answer.

“Uh, I don’t know,” I said finally. “Have you really read all those books in your room?”

She laughed. “Oh God no. I’ve maybe read a third of ’em. But I’m going to read them all. I call it my Life’s Library. Every summer since I was little, I’ve gone to garage sales and bought all the books that looked interesting. So I always have something to read. But there is so much to do: cigarettes to smoke, sex to have, swings to swing on. I’ll have more time for reading when I’m old and boring.”

She told me that I reminded her of the Colonel when he came to Culver Creek. They were freshmen together, she said, both scholarship kids with, as she put it, “a shared interest in booze and mischief.” The phrase booze and mischief left me worrying I’d stumbled into what my mother referred to as “the wrong crowd,” but for the wrong crowd, they both seemed awfully smart. As she lit a new cigarette off the butt of her previous one, she told me that the Colonel was smart but hadn’t done much living when he got to the Creek.

“I got rid of that problem quickly.” She smiled. “By November, I’d gotten him his first girlfriend, a perfectly nice non–Weekday Warrior named Janice. He dumped her after a month because she was too rich for his poverty-soaked blood, but whatever. We pulled our first prank that year—we filled Classroom Four with a thin layer of marbles. We’ve progressed some since then, of course.” She laughed. So Chip became the Colonel—the military-style planner of their pranks, and Alaska was ever Alaska, the larger-than-life creative force behind them.

“You’re smart like him,” she said. “Quieter, though. And cuter, but I didn’t even just say that, because I love my boyfriend.”

“Yeah, you’re not bad either,” I said, overwhelmed by her compliment. “But I didn’t just say that, because I love my girlfriend. Oh, wait. Right. I don’t have one.”

She laughed. “Yeah, don’t worry, Pudge. If there’s one thing I can get you, it’s a girlfriend. Let’s make a deal: You figure out what the labyrinth is and how to get out of it, and I’ll get you laid.”

“Deal.” We shook on it.

Later, I walked toward the dorm circle beside Alaska. The cicadas hummed their one-note song, just as they had at home in Florida. She turned to me as we made our way through the darkness and said, “When you’re walking at night, do you ever get creeped out and even though it’s silly and embarrassing you just want to run home?”

It seemed too secret and personal to admit to a virtual stranger, but I told her, “Yeah, totally.”

For a moment, she was quiet. Then she grabbed my hand, whispered, “Run run run run run,” and took off, pulling me behind her.

Revue de presse

An ALA Best Book for Young Adults Top 10
An ALA Quick Pick for Reluctant Young Readers
A 2005 Booklist Editors’ Choice
A Kirkus Best Book of 2005
A 2005 SLJ Best Book of the Year
A New York Public Library Book for the Teen Age

"What sets this novel apart is the brilliant, insightful, suffering but enduring voice of Miles Halter." --Chicago Tribune

"Funny, sad, inspiring, and always compelling." --Bookpage

"Stunning conclusion . . . one worthy of a book this good." --Philadelphia Inquirer

"The spirit of Holden Caulfield lives on." --Kliatt

"What sings and soars in this gorgeously told tale is Green’s mastery of language and the sweet, rough edges of Pudge’s voice. Girls will cry and boys will find love, lust, loss and longing in Alaska’s vanilla-and-cigarettes scent." Kirkus, starred review

"Miles’s narration is alive with sweet, self-deprecating humor, and his obvious struggle to tell the story truthfully adds to his believability. Like Phineas in John Knowles’s A Separate Peace, Green draws Alaska so lovingly, in self-loathing darkness as well as energetic light, that readers mourn her loss along with her friends." --SLJ, starred review

"...Miles is a witty narrator who manages to be credible as the overlooked kid, but he's also an articulate spokesperson for the legions of teen searching for life meaning (his taste for famous last words is a believable and entertaining quirk), and the Colonel's smarts, clannish loyalties, and relentlessly methodological approach to problems make him a true original....There's a certain recursive fitness here, since this is exactly the kind of book that makes kids like Miles certain that boarding school will bring them their destiny, but perceptive readers may also realize that their own lives await the discovery of meaning even as they vicariously experience Miles' quest." --Bulletin of the Center for Children’s Books, starred review

"Readers will only hope that this is not the last word from this promising new author." --Publishers Weekly

“John Green has written a powerful novel—one that plunges headlong into the labyrinth of life, love, and the mysteries of being human. This is a book that will touch your life, so don’t read it sitting down. Stand up, and take a step into the Great Perhaps.”
—K.L. Going, author of Fat Kid Rules the World, a Michael L. Printz Award Honor Book

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit

Commentaires en ligne

Meilleurs commentaires des clients

Format: Format Kindle Achat vérifié
Fantastic book not only for teenagers. Interesting last words, This book makes you think about religion, teenagers ,alcohol. Why we act differently at different ages and at the same time we think we are still young inside our minds .
Remarque sur ce commentaire Une personne a trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché
Au début j'y suis allée un peu à reculons. J'ai toujours un peu peur quand on nous rabat les oreilles avec auteur soi-disant "talentueux". Pourtant j'avais déjà lu et aimé "Nos étoiles contraires" donc je me suis laisser tenter.
Et tant mieux. Même si le début ne m'a pas vraiment emballée, je me suis vite laissée happer dans l'histoire et surtout par le personnage de Miles et son ironie mordante. J'ai vraiment beaucoup aimé sa narration.
Pas de spoiler dans mon commentaire, disons juste que l'on suit l'histoire de Miles, ado franchement peu populaire, ado normal et paumé quoi, qui débarque dans une nouvelle école et se fait rapidement des amis qui l'acceptent tel qu'il est. Il fera la connaissance d'Alaska Young et tombe sous son charme. Le reste, je ne vous en dis pas plus pour ne rien gâcher.

Ce livre n'est pas un livre d'action. Les personnages se questionnent, philosophent, vivent une vie normale. Donc oui c'est lent, mais loin d'être ennuyeux.
J'ai adoré le concept du compte à rebours. L'idée que je m'en faisais était fausse, j'aime me faire surprendre c'était donc parfait.
J'ai moins aimé le fait que chaque moment de détente du groupe d'amis s'accompagne d'alcool et clope à gogo. Sans être prude, loin de là, je ne trouve pas cela très utile ni sain de passer le message implicite amusement = défonce même si plus loin dans le roman ... je m'arrête là.
Quand à ceux qui crient à l'autodafé parce que oh my god une scène de fellation, dîtes vous bien que vos ados ont surement déjà vu, entendu, (fait??
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché
Looking for Alaska parle du passage de l'adolescence à l'âge adulte, via un évènement traumatisant.

C'est très bien écrit, cela se lit vraiment facilement et les passages drôles succèdent à de vrais moments d'émotion mais c'est à lire quand on est de bonne humeur parce qu'on finit le livre un peu triste.
Mention spéciale aux personnages, très attachants, et au réalisme (l'auteur avoue que le roman est en partie autobiographique, de nombreux passages parlent de sexe et de drogues, qui après tout restent des sujets en lien avec l'âge de 16-17 ans des protagonistes mais cela n'est jamais trash). Le personnage d'Alaska notamment, est particulièrement fascinant.

Le livre contient également une partie "bonus" très intéressante, avec une interview de l'auteur et une partie "sujets de discussion", au cas où le livre serait traité en classe.
1 commentaire 6 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Format Kindle Achat vérifié
Une histoire sympathique, construite autour d'un événement central (avant / après), la disparition d'Alaska dans des circonstances étranges... La deuxième partie du roman raconte la quête de la vérité par le narrateur, qui cherche à connaître la jeune fille. Un roman drôle, distrayant et attachant, avec des personnages variés, des péripéties à volonté. Pas un instant pour s'ennuyer, donc ! Lu en anglais !
Remarque sur ce commentaire 5 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché Achat vérifié
Ce livre est un des premiers petits bijoux de cet auteur que tout adolescent peut/doit lire. Très drôle mais jamais léger, émotionnel mais jamais lourd. Les particularités qu'il crée rendent tous les personnages attachants qui que l'on soit (plus si l'on est légèrement nerdy : DFTBA!). C'est un livre sur plusieurs quêtes, romantiques, personnelles, humaines. L'auteur tient un vidéo blog qu'il ne faut pas hésiter à consulter youtube/vlogbrothers mais danger : il est très attachant également.
Remarque sur ce commentaire 4 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché
Du John Green tout craché!
Des personnages attachants et qui nous ressemblent. On découvre la vie.
On prend une grosse claque, et il nous faut un peu de temps pour s'en remettre.
Et puis on en re-demande.

N'hésitez pas une seconde. Si vous avez aimé The Fault In Our Stars, ce livre est fait pour vous!

(Abordable avec un niveau correct d'Anglais - pas besoin d'être totalement bilingue!)
Remarque sur ce commentaire 3 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché Achat vérifié
Actuellement en pleine lecture de An abundance of Katherines, j'avais aussi beaucoup aimé Looking for Alaska. Beaucoup d'humour tout au long du livre et une petite touche de tristesse, ce qui n'est pas sans rappeler the fault in our stars. Lecture facile et très adapté aux lycéens type Terminale L.
Remarque sur ce commentaire 2 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché Achat vérifié
Ce roman, l'uns des premiers de John Green est un excellent roman d'initiation mettant en scene des adolescents qui s'interrogent sur la vie et qui veulent retrouver un sens a leur vie a la suite d'un evenement dramatique. Les personnages sont approfondis et on s'attache rapidement a eux. Ce livre n'est pas tres difficile a lire en anglais. Et c'est toujours un bon moyen d'ameliorer son niveau de langue tout en lisant un bon roman...
Remarque sur ce commentaire Une personne a trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents


Rechercher des articles similaires par rubrique