Acheter d'occasion
EUR 2,96
+ EUR 2,49 (livraison)
D'occasion: Bon | Détails
Vendu par ZOverstocksFR
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Entièrement garanti. Expédié à partir du Royaume-Uni, veuillez noter que les délais de livraison peuvent atteindre 18 jours.
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon

Ludwig Van Beethoven (1770-1827) Import

5.0 étoiles sur 5 4 commentaires client

1 neuf à partir de EUR 34,95 3 d'occasion à partir de EUR 2,96
Promotions et bons plans musique CD Vinyle Promotions et bons plans musique CD Vinyle


Offres spéciales et liens associés


Page Artiste Emil Gilels


Détails sur le produit

  • CD (1 janvier 1995)
  • Format : Import
  • Label: Classic Adventure
  • ASIN : B002DMAUOE
  • Autres éditions : CD  |  Cassette  |  Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 5.0 étoiles sur 5 4 commentaires client
  •  Voulez-vous mettre à jour des informations sur le produit, faire un commentaire sur des images ou nous signaler un prix inférieur?

Descriptions du produit

Mondscheinsonate, Pathetique, Waldsteinsonate, Für Elise, ....


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

5.0 étoiles sur 5
5 étoiles
4
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Voir les 4 commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Par Nardis le 28 octobre 2009
Format: CD
Les mots manquent pour qualifier ce monument de l'histoire pianistique. Pourtant, la concurrence est rude, on s'en doute. Sauf qu'ici, il ne s'agit pas d'une compilation, mais d'une entreprise pharaonique, d'un travail titanesque de relecture et de réflexion sur les partitions. Une vision, une revisitation moderne, donc, mais par un artiste au bagage infiniment lourd, à l'expérience si longue qu'il s'épuisera avant même d'en finir avec ce labeur, et symboliquement, à l'orée de la 32e. Peut-on imaginer plus magnifique conclusion? Il ne saurait même être question de comparer cette somme avec telle ou telle autre (bon, disons Arrau, par exemple). Ce serait absurde. Comme si des alpinistes s'avisaient de comparer la Nanda Devi, le K2 et l'Alpamayo. D'ailleurs, Gilels ne se démarque pas fondamentalement des ses aînés, ni de ses contemporains. Il ne fait pas non plus, fondamentalement, tellement "mieux". Non, ce qui le distingue, c'est l'intégrité, l'homogénéité de son discours, des premières aux dernières sonates. Ce qui fait la valeur de cette quasi intégrale, c'est, tout simplement, qu'elle nous semble venir de Beethoven lui-même - comme si Beethoven se réincarnait dans Gilels, son caractère abrupt, rocailleux, mais aussi son amour de la danse, son côté "peuple" et même un peu ours. Oh, bien sûr, on peut sourire et argumenter que le Beethoven d'aujourd'hui n'est pas celui d'hier ni celui de demain. J'ai la faiblesse de penser différemment. Il y a une telle humilité, une telle noblesse chez ce Gilels-là, un tel acharnement à "servir", et une telle amplitude de moyens, expressifs et digitaux, on se sent comme devant quelque chose de parfaitement abouti et, peut-être, de définitif. L'enregistrement est à la hauteur de l'interprétation, purement et simplement sublime.
2 commentaires 26 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par DUNCANIDAHO TOP 500 COMMENTATEURS le 23 avril 2010
Format: CD
Que la maladie n'ait pas permis à Emil Gilels de finir cette intégrale.
Tout est en effet ici totalement en accord avec (ce que nous supposons être) la volonté du grand compositeur.
Quand Gilels et son grand ami et compatriote Svialoslav Richter ont commencé à enregistrer les sonates de Beethoven, beaucoup se sont insurgés devant tant d'audace et de vista.
Leurs interprétations semblaient révolutionnaires par rapports à celles des Backhaus et autres Schnabel.
Maintenant on s'apercoit que cette vision, plus rude, plus virile, plus abrupte aussi a fait école.
Cependant comme pour Richter, Gilels est loin de paraitre austère, la poésie est toujours présente,(le mouvement lent de la "Hammerklavier" le lyrisme toujours sous jacent et surtout on sent (comme chez Kempff ou Serkin) un amour et un respect quasi mystique de l'oeuvre.
Gageons que là haut Emil aura pu jouer la 32ème qui manque cruellement ici.
Remarque sur ce commentaire 8 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Nicolas TOP 50 COMMENTATEURS le 28 avril 2013
Format: CD
Avec Gulda, Serkin et Arrau, Emils Gilels fait partie de mes 4 pianistes beethoveniens préférés et ce coffret est le témoignage le plus abouti de ce pianiste dans Beethoven même si quelques sonates (dont l'opus 111!) manquent à l'appel, la mort ayant fauché Gilels avant qu'il puisse conclure ce qui demeure tout de même le couronnement de sa carrière discographique.

Qu'est ce qui fait la magie du jeu de Gilels dans Beethoven?

+ Une clarté architecturale, une précision rythmique et une qualité de toucher incroyables
+ Une absence d'alternances mécaniques temps forts / temps faibles pour produire une continuité trop rare chez la plupart des autres
+ Une différenciation et un contrôle stupéfiants: les pédales sont subtilement utilisés pour varier les timbres au lieu de créer des ambiances chopiniennes inadéquates
+ Une tension dramatique basée sur une précision chirugicale presque boulezienne qui dégage une force surnaturelle
+ Une clarté du discours et de l'intention musicale: une rhétorique parfaite
+ Une pesanteur, une frustration, une douleur, une solitude presque autiste qui s'expriment dans un lyrisme romantique aussi implacable qu'irrésistible

La grande frustration, pour l'auditeur cette fois, est l'absence de l'opus 111. Pour atténuer celle-ci, je vous conseille la version de Maurizio Pollini qui s'intègrera très bien à ce cycle.
Remarque sur ce commentaire 4 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD Achat vérifié
Tout simplement extraordinaire! Interprétation unique. Toutes les sonates sont fabuleuses. Ne ressemble a aucune autre interprétation. Ca coule de source. On a envie d'ecouter tous les cd les uns a la suite des autres.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus utiles sur Amazon.com (beta)

Amazon.com: HASH(0x92446b1c) étoiles sur 5 8 commentaires
15 internautes sur 16 ont trouvé ce commentaire utile 
HASH(0x91e4e6b4) étoiles sur 5 Exceptional recording 22 septembre 2007
Par Bach Forever - Publié sur Amazon.com
Format: CD Achat vérifié
I have several complete recordings of these sonatas including Barenboim (wonderful), Brendel (masterful) and Kempff (classic performances). Emil Gilels, whom I heard play in NY many years ago, produces a sublime interpretation with startling majesty and insight. I would not trade off the others, but I certainly place this recording first. How sad that he died at 69 and before completing this cycle.
22 internautes sur 26 ont trouvé ce commentaire utile 
HASH(0x91e4e900) étoiles sur 5 Reach for the stars 4 décembre 2010
Par Jurgen Lawrenz - Publié sur Amazon.com
Format: CD
Everyone reviewing this set has praised it. Deservedly so; yet I have always missed mention of one element that struck me the first time I heard a movement from it. Let me put it this way: When you hear Kempff, Barenboim, Arrau (or any number of other pianists) playing these sonatas, you are always aware of hearing Kempff etc, playing Beethoven, sometimes wrestling with Beethoven or searching. The first man to do this, Arthur Schnabel, put his personal imprint on this music to an extent we would hardly condone today. The one exception prior to Gilels was Wilhelm Backhaus, who plays in such a self-effacing manner that you can't discern a "Backhaus imprint". Probably one reason why most pianists look up to him and find it inimitable. Some, like Kovacevich, are so self-conscious about not making a personal mark on the music, that occasionally he slips into the most grotesque egoism.
To come to the point: What struck me about Gilels is that for the first time ever I seemed to hear the voice of Beethoven, unadultered. I don't mean Beethoven's piano ( which I think is a trivial concern). I mean that, through Gilels' pianism, I seem to be put in receptive communication with that spirit, as no other pianist has ever done for me.
I happen to believe that this is the greatest accomplished one might ever ask of a musician.
Whether this makes Gilels "the greatest" I leave for you to decide. for me, his playing revealed aspects of Beethoven's music that I had not experienced before. I think every lover of Beethoven should expose him- or herself to this kind of experience. Not to do so would be missing on something essential that sound recordings may do for us: so to speak the only good excuse for having sound recordings at all.
31 internautes sur 43 ont trouvé ce commentaire utile 
HASH(0x91e4eb40) étoiles sur 5 The best Beethoven's sonatas 16 décembre 2005
Par Bach H. Nguyen - Publié sur Amazon.com
Format: CD
Beethoven piano sonatas have come with me for long time, I even can't remember the first time I listened the Hammerklavier. I've heard many issues of these sonatas, maybe more than 20, but just want to make a comparision between 4 best pianists: Schnabel, Arrau, Richter, and Gilels.

C. Arrau has been thought as Beethoven's messenger. He played all Beethoven concertos and sonatas perfectly, smoothly. But in here Arrau seems lacking of agressive and unique. By contrast, A. Schnabel played faster and stronger. Especially in Hammerklavier, Schnabel raised his voice to the tempest in the simple notes. First time I listened to S. Richter in Adagio movement of Hammerklavier, all statues of my favorite pianists playing this sonata had collapsed. His sound like drops of crystal, slowly and slowly. But just only Gilels can make you feel all of emotions: happy, sad, agressive, calm... You can smile and cry with Gilels Hammerklavier.

If you want to listen to Beethoven sonatas, this box set is the best one. Actually, it just has 29 sonatas, other 3 (No.30, 31, 32) can find from S. Richter (but very rare now).
21 internautes sur 30 ont trouvé ce commentaire utile 
HASH(0x91e4eea0) étoiles sur 5 Long overdue compilation 21 décembre 2005
Par Peter T. Sipos - Publié sur Amazon.com
Format: CD
This set contains sonatas 2-7, 8, 10-21, 23, 25-31, as well as the Eroica Variations and a few unpublished sonatas. The missing sonatas are 1, 9, 22, 24 and 32.

I assume this is a compilation of the recordings released individually throughout the years on DG, most of which I have. If so, these are autumnal recordings, but still marked by Gilel's fantastically accurate technique, featuring a large sound, very clean textures and a very free approach to tempo, particularly in the later sonatas. It's a pity that Gilel's recording of the last (and in my opinion greatest) sonata was omitted from this compilation. I know it exists, issued by DG on a single CD paired with a couple of early unpublished sonatas, since I own it also. Perhaps (hopefully) it is included, and Amazon simply forget to list it. Since I do not actually own this set, but rather the individual releases, I can't say one way or the other. It's for this omission only that I give this set a 4; the individual recordings themselves are an unqualified 5 throughout.

I find Gilels' interpretations very satisfying. He delivers especially deeply felt readings of the later sonatas. I have a particular affection for his interpretation of Op.109, partly because I've played it myself. The opening sequence emerges like one long plaintive sigh and the rest of the movement maintains this eloquent balancing of sorrow and dignity. Gilels can generate immense sound and execute the most intricate passages with clarity and subtlety. In all the sonatas here, I think he captures the spirit of each phrase and each passage with exceptional fidelity.

I doubt anyone who buys this set will be disappointed.
2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
HASH(0x91eb10d8) étoiles sur 5 Gilels playng Beethoven piano sonatas 18 mai 2010
Par Antonio Manfrin - Publié sur Amazon.com
Format: CD Achat vérifié
The interpretation of Gilels of Beethoven piano sonatas is full of sensitivity and strength at the same time, each individual note assuming a proper value. And the recording is technically superb, giving an immediate impression of presence.It is really a pity that Gilels could not complete the recording of all the Beethoven sonatas.
Ces commentaires ont-ils été utiles ? Dites-le-nous


Discussions entre clients


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?