Acheter d'occasion
EUR 60,09
+ EUR 2,49 (livraison)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par tousbouquins
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: Expédié par avion depuis Londres; prévoir une livraison entre 8 à 10 jours ouvrables. Satisfait ou remboursé
1 d'occasion à partir de EUR 60,09
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Egalement disponible en MP3
Album MP3 à EUR 6,99

Lullabies to Paralyze [Tour] Import

4.6 étoiles sur 5 16 commentaires client

1 d'occasion à partir de EUR 60,09
Promotions et bons plans musique CD Vinyle Promotions et bons plans musique CD Vinyle


Offres spéciales et liens associés


Page Artiste Queens of the Stone Age


Détails sur le produit

  • CD (23 février 2006)
  • Nombre de disques: 2
  • Format : Import
  • Label: Mis
  • ASIN : B000AQKXRO
  • Autres versions : CD  |  Album vinyle  |  Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 4.6 étoiles sur 5 16 commentaires client
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 968.335 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  •  Voulez-vous mettre à jour des informations sur le produit, faire un commentaire sur des images ou nous signaler un prix inférieur?

Descriptions du produit

Critique

Ce quatrième album, réalisé par un Josh Homme plus que jamais maître à bord mais cette fois-ci à la tête d'une formation plus restreinte, aurait pu souffrir de la comparaison avec Songs for the Deaf. Mais au finish, il n'en est rien, d'abord et avant tout parce qu'il ne sonne nullement comme son prédécesseur.   Sur l'étrange « This Lullaby », la douce ballade acoustique d'introduction, on entend la voix d'outre-tombe de Mark Lanegan, invité permanent de Josh Homme, qui a aussi trouvé des invités de luxe en la personne de Shirley Manson (Garbage) et surtout de Billy Gibbons de ZZ Top, avec lequel Josh Homme duettise peu après à la guitare sur l'étonnant « Burn the Witch », presque un blues. L'à peine plus long « Medication » ramène en des contrées plus connues des fans : batterie martelée (étonnant Joey Castillo), riffs chromés, autant d'éléments qui font la force du groupe et permettent de le reconnaître entre mille. Membre alors le plus ancien à bord, le fidèle Troy Van Leeuwen (A Perfect Circle) qui, pourtant, enregistre aussi pour la première fois avec Josh Homme, brille à la lap-steel et aux synthés tandis qu'Alain Johannes (Eleven), partage la basse avec le leader.    Enregistrée en une seule prise, l'évidente « Little Sister » sera le single, suivi par « In My Head » (taillée pour les radios) et « Burn the Witch ». Premier disque des QOTSA réalisé sans Nick Oliveri (qui a sans doute plus qu'inspiré le brutal « Everybody Knows That You're Insane »), Lullabies to Paralyze, écrit essentiellement pendant la tournée de promo de Songs for the Deaf, est très sombre par rapport à ses prédécesseurs, presque la perle noire dans la discographie du groupe, tant les chansons tiennent à la fois de la berceuse mais aussi du conte pour enfants, qui représente comme chacun sait un genre moins innocent qu'il en a l'air.   Et Josh Homme qui, en plus, n'a pas ici à subir la concurrence d'un instrumentiste virtuose comme Dave Grohl, y est sans doute à son sommet en tant que chanteur – c'est d'ailleurs une honte que le formidable « Like a Drug », où il est bouleversant, ne soit qu'un bonus CD de l'édition européenne de l'album. La bande-son idéale pour un cauchemar de somnambule (rien que « Long Slow Goodbye » fiche un cafard pas possible) et l'autre must des Queens Of The Stone Age.   - Copyright 2016 Music Story


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.6 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Par FeydRAUTHA COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 50 COMMENTATEURSMEMBRE DU CLUB DES TESTEURS le 6 avril 2016
Format: CD Achat vérifié
Le groupe : Queens of the Stone Age, c'est avant tout Josh Homme qui fonde le groupe en 1996 après le split de Kyuss qui avait jeté les bases du Stoner à la tête du monde. Il est un peu difficile de suivre les différents line-up de QotSA, les musiciens changent souvent. En 2005, il ne reste plus grand monde de la formation d'origine. Nick Oliveri vient d'être viré, et ne reste que Josh Homme (évidemment) et Mark Lanegan (et encore, pour un rôle ténu). Pour le nouvel album, Homme convoque Troy Van Leeuwen à la guitare et Joey Castillo à la batterie en remplacement de Dave Grohl qui est bien occupé ailleurs. Comme pour le précédent Opus, Songs for the Deaf, il y a pléthore d'invités dont quelques grands noms, comme Billy Gibbons de ZZ Top.

L'album : Lullabies to Paralyze est un album étrange qui se distingue radicalement de Songs qui était beaucoup plus hard et sombre. En 2005 QotSA a définitivement tourné la page Stoner. L'album s'ouvre sur une balade digne de Tom Waits, et puis enchaîne les morceaux plus pop que rock, très loin du metal désertique et existentialiste de l'ancêtre Kyuss. Reste tout de même des traces de riffs bien tournés, ou de rythmiques qui enfoncent un peu le clou. Mais dans l'ensemble le tout prend un tour trop pop pour moi qui ai toujours préféré les Stones aux Beatles ou Metallica à Justin Timberlake. Bon, j'exagère un peu... Lullabies to Paralyze est un bon album rock, bien supérieur à la soupe que nous servent les stations FM, qui contient quelques très bons morceaux. Mais après l'excellent Songs for the Deaf, difficile pour moi d'apprécier pleinement ces berceuses. Je n'ai plus suivi QotSA après cet album.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD Achat vérifié
On tient là ce qui pourrait bien être le meilleur album de QOTSA. Comme préambule, ça en impose mais il est objectivement sûr que cet album recèle des compositions les plus abouties à ce jour du groupe. Et puis il y a son climat, moins rêche, plus solaire, sans le coté désert chaud et assoiffant d'un rock exigeant. La production aussi tient toutes ses promesses : elle est riche d'instruments totalement libérés, comme des chevaux fougueux cavalcadant à travers les espaces quasi infinis de l'imaginaire de Josh Homme et de ses companeros. Sans doute la présence d'invités comme Mark Lannegan et de sa voix mi shamanique mi démoniaque illustre bien cette diversité des sons et des ambiances. En tout cas, jamais au cours de l'écoute, le disque fait relâche : toute son intensité nous tient en éveil ou plutôt nous transporte loin, vers des contrées lointaines, proches de la frontière mexicaine. Si l'objectif est de découvrir le travail de ces fabuleux musiciens, ce disque est la clef d'entrée idéale. Pour les fans, on peut se repaitre sans limite de ce trésor du rock. Intemporel et lumineux.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Thomas B. TOP 1000 COMMENTATEURSMEMBRE DU CLUB DES TESTEURS le 7 mars 2005
Format: CD
On était en droit d'être un peu inquiet à l'arrivée de ce quatrième opus des QOTSA. Allaient-ils continuer dans le registre étonnemment lourd et brutal qui était celui de leur précédent album (réussi mais d'une noirceur pouvant en déboussoler plus d'un) ou virer ultra-commercial après ce succès grandissant et l'éviction de leur bassiste ? La question est légitime à l'heure ou des groupes commes Deftones, Korn, Limp Bizkit ou même les Red Hot ont, semble-t-il, perdu la fougue et l'originalité de leur jeunesse afin d'augmenter la capacité de rayonnement de leur musique (parfois pour des raisons louables). Et bien là, pour le coup, c'est une demi-surprise parce qu'on croirait, oserais-je dire enfin, entendre le parfait successeur de "Rated R", ce qui en dit long sur la qualité de l'album. Un ensemble pop-stoner (et oui !) rempli de titres aux riffs tranchants et néanmoins joyeux ("Medication", "Little Sister", "Broken Box", et le sauvage "Someone's In The Wolf" qui vous rappelera un certain "Better Living Through Chemistry" avec son riff hurlant et saccadé), et d'autres plus calmes et envoutants ("I Never Came", "You've Got A Killer Scene..." et l'excellentissime "Tangled Up In Plaid" à la structure simpliste mais O combien efficace). En définitve un patchwork très varié et représentatif de la scène métal d'aujourd'hui, un petit coup de maître qui était loin d'être évident. Qu'on se le dise, il va falloir compter sur QOTSA pour un bon bout de temps !
Remarque sur ce commentaire 15 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Darko TOP 500 COMMENTATEURS le 26 août 2011
Format: CD Achat vérifié
Après "Songs for the Deaf" et son succès planétaire Songs For The Deaf (Inclus une plage multimédia), il semblait difficile pour QOTSA de renouveler l'exploit d'un album du même niveau et pourtant à l'écoute de "Lullabies to Paralyse", on est d'emblée impressionné par la puissance et la maitrise déployées une fois de plus par le groupe.

Cela commence tout doucement par une sorte de berceuse folk qui endort un peu son monde...mais pas pour longtemps ! On est vite reveillé par le second titre "medication" qui envoie la purée dans le plus pur style "queenstonesque". Le morceau suivant "everybody knows..." ralentit à nouveau le rythme pour adopter un style à la "Black Hole Sun", mais c'est encore une ruse ! Dès le refrain le tempo s'emballe pour ne plus jamais redescendre. Certainement une tuerie en concert!

"Tangled up in plaid", revient dans les eaux calmes du mid tempo, mais c'est bien de l'eau lourde dont il s'agit, permettant à Josh Homme de faire valoir toute l'étendue de ses qualités vocales. "Burn the witch" poursuit dans la même veine avec une compo sympa, mais moins marquante. Avec "In my head", on attaque le coeur de l'album et encore une fois dans un style qui rappelle étrangement feu Soundgarden : une mélodie pop soumise à un traitement metallique et toujours cette voix sublime...

Mais le meilleur titre de l'album est certainement "Little sister".
Lire la suite ›
5 commentaires 2 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents



Discussions entre clients



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?