• Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 3 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Mémoire courte - Prix de ... a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Bon | Détails
Vendu par momox fr
État: D'occasion: Bon
Commentaire: En Stock.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Mémoire courte - Prix de Flore 2000 Poche – 2 janvier 2004

2.9 étoiles sur 5 10 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 4,50
EUR 1,00 EUR 0,01
Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Premium bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations

Harry Potter Harry Potter

click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

  • Mémoire courte - Prix de Flore 2000
  • +
  • L'amour est déclaré
  • +
  • Courir à trente ans
Prix total: EUR 14,80
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Amazon.fr

Tiens, l'an passé encore, je racontais des belles histoires aux filles avant qu'elles ne s'endorment. J'étais capable de les emmener en week-end sans presque rien attendre en retour, capable de luxe, d'un coup de téléphone le jour de l'anniversaire et même (pourquoi le nier), capable d'être attentif à leur plaisir s'il m'arrivait de faire l'amour. Tu vois comme on change.
Comment survivre à la fatigue, à un mariage conclu trop vite, à des litres d'alcool, à des tonnes de Lexomil ou à des rails de coke à foison, comme si la vie était un plan de RER ? Et à une lucidité à toutes épreuves, qui ne nous passe aucun détail de notre descente aux enfers ? Gabriel n'a pas la réponse. Gabriel subit. Rédacteur de messages radiophoniques, Gabriel ne se reconnaît plus. Autrefois, il a été amoureux, drôle, sympathique, agréable avec les autres, plein d'énergie. Mais les temps changent. Gabriel n'est plus sûr d'aimer Sophie, désormais sa femme. Et il ne sait plus très bien quels furent ses actes, la nuit précédant son mariage, en compagnie de son ami Denis et de l'étrange Franck Lespinasse. Gabriel ne sait plus. Il a la "mémoire courte" et va tout faire, même malgré lui, même le pire, pour se souvenir...

Un sens de la formule, un humour noir qui laisse percevoir, en transparence, un goût certain pour la beauté des moments éphémères, voilà ce que nous offre Nicolas Rey avec Mémoire courte. Il fait de Gabriel notre poisson-pilote dans l'eau trouble des sentiments et d'une vie qui bascule. C'est parfois drôle, parfois dérangeant, parfois les deux et l'on aurait aimé que cette "mémoire courte" soit un peu plus longue, pour prolonger notre plaisir. --Hector Chavez --Ce texte fait référence à l'édition Broché .

Revue de presse

Pour être tout à fait honnête, on aurait bien aimé détester Mémoire courte de Nicolas Rey. D'abord parce qu'il a reçu le Prix de Flore, celui du roman le plus neo-post-moderne-trash de l'année. Ensuite, parce que l'auteur nous plonge ici dans le énième récit cru d'une réalité quotidienne morose.
Néanmoins, il faut bien l'avouer, le romancier réussit à nous avoir sur toute la ligne. Mémoire courte est une tranche de vie d'un être abjecte, libidineux, paresseux, grand fêtard devant l'Eternel. De lignes de coke en partouzes, il salit tout ce qu'il touche : sa femme Alice qu'il trompe sans vergogne, son boulot à France 3 dont il n'a que faire, ses fidèles compagnons de beuverie et même, sa maîtresse. En résumé, on pourrait dire que Gabriel est un sale type, et qu'en plus, il le sait. Pire encore, l'auteur n'assume pas cette descente aux enfers et nous gratifie d'une - presque - happy end : Gabriel finit par rentrer au foyer conjugal, la queue entre les jambes - au propre comme au figuré d'ailleurs. Après avoir fait l'éloge du harcèlement sexuel, des pratiques scatologiques et de la bouteille de Whisky, Nicolas Rey se dégonfle et fait renter son personnage dans le rang. Mais au fond, ce n'est pas si grave. Ce qu'on aime dans Mémoire courte, c'est d'avantage l'écriture incisive, fraîche, que le fond du propos, somme toute banalement provoc. C'est dans une vision, naïve, perverse et romantique de la vie, que Nicolas Rey parvient à nous happer dans le récit.
Une fois encore, le Prix de Flore - qui compte Michel Houellebecq et Virginie Despentes au nombre de ses lauréats et jurés- nous énerve en primant un roman volontairement cru, trash, immoral. Et indéniablement bon…--Chloé S.-- -- Urbuz.com --Ce texte fait référence à l'édition Broché .

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.




Détails sur le produit


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Meilleurs commentaires des clients

Format: Poche
Buckowski et Easton Ellis, poètes inspirés, peuvent dormir tranquilles au fond de leurs trous : la french concurrence n'est pas encore à point. Pas avec ce livre en tous cas.
Le personnage principal (dont j'ai oublié jusqu'au nom) des aventures de "Mémoire courte" à ses petits problèmes de copyrwriter télévisuel accro à la branchitude, qui hésite cocktail en main, entre sa vie de célibataire et sa vie d'homme marié. Quel dilemne.
Passés les quelques clichés sur l'alcool et la drogue, le talent en moins, et une traditionnelle pointe de cul pour onanistes littéraires, il ne reste que la vie d'un personnage héros de roman parisien a qui on a surtout envie de botter les fesses.
Remarque sur ce commentaire 13 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche Achat vérifié
Nicolas Rey reste un magnifique représentant du bobo parisien tel qu'il a été vilipendé au début des années 2000. Et ça tombe bien, car cette "Mémoire courte" a obtenu le Prix de Flore (prix bobo parmi les prix bobos s'il fallait en désigner un !) en... 2000 ! Il est donc amusant de retomber sur ce roman qui fait la part belle à notre narrateur, Gabriel, qui à l'aube de son mariage se retrouve dans une fuite en avant (ou en arrière, ou sur le côté, lui-même ne parvient plus bien à savoir exactement !) mal contrôlée.

De débandades en ratés en passant par de multiples tromperies, rien n'est épargné au futur marié qui cherche à s'échapper d'une vie qui lui apparaît soudainement comme trop étroite, trop rigide, presque tragique... Et le lecteur vit tout cela avec une belle intensité qui lui permet de trouver le héros tout à la fois pitoyable et grandiose dans cet éloge de la fuite que fait Nicolas Rey tout au long du livre.

Evidemment, le livre se révèle parfois pénible avec des jérémiades qui, si elles amusent au début, finissent par lasser fortement le lecteur de par leurs répétions trop intensives. Bien sûr, le héros est un sombre (et pas sobre du tout !) co**ard. Toutefois, malgré tout cela, le livre se lit bien souvent avec plaisir grâce à une écriture parfaitement maitrisée et une propension rarement égalée de parvenir à rendre sympathique cet antihéros antipathique de prime abord. Sans doute car Rey parle d'un homme dont beaucoup de ses lecteurs retrouveront des bribes moyennement avouables de leur vie personnelle...
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Un client le 4 avril 2006
Format: Poche
A la manière de Beigbeder, dans ce style propre à cette nouvelle génération d'auteurs à tendance dépressive, Nicolas Rey nous fait ici vivre l'histoire d'un homme qui vient de se marier et qui raconte avec les yeux grands ouverts sur une réalité qui fait mal les débuts d'une histoire qui nous rappelle celle qu'on a terminée ou celle qu'on devrait terminer. L'écriture est rapide et incisive. On rit parfois, on sourit souvent, si l'on aime ce genre d'humour amer.
Remarque sur ce commentaire 6 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché
Mémoire courte est un livre dérangeant car chacun peut retrouver un peu de lui même, de ses propres doûtes et angoisses à travers la vie de Gabriel, le héros fort attachant de Nicolas Rey. Un livre qui pose la question: comment mener sa vie? quels sont les bons choix, se marier et renoncer une fois pour toutes à nos années de liberté et d'insouciance? je me pose moi même ses questions du haut de mes 24 ans. Je pense que ma génération ne peut être que sensibilisée à ce livre, que personnellement j'ai trouvé formidable et qui a rendu mon quotidien moins absurde le temps d'une lecture. Caroline de Livry-Gargan
Remarque sur ce commentaire 10 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Un client le 7 septembre 2003
Format: Broché
J'ai été un peu déçu du deuxième livre de Nicolas Rey. Le premier m'avait étonné par son style d'écriture, et par l'histoire qui flirte deux ou trois fois avec la crudité et le trash utilisé avec parcimonie. Son deuxième livre, Mémoire Courte, avec le recul, ne me laisse aucun souvenir (peut-être était-ce l'explication du titre???). Mis à part l'histoire qui me semble avoir moins de "punch" que Treize Minutes, on retrouve toujours la verve et le culot du jeune auteur. J'attends avec impatiente un troisième ouvrage de Nicolas Rey.
Remarque sur ce commentaire 4 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?