Acheter d'occasion
EUR 5,99
+ EUR 2,99 (livraison en France métropolitaine)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par momox fr
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: Plus d'un million de clients satisfaits. Vendu par momox, professionnel de la vente en ligne d'articles culturels d'occasion. Prix compétitifs jusqu'à -80% du prix neuf.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Mémoires (1749-1838), par le librettiste de Mozart Broché – 23 mars 2000

4.1 étoiles sur 5 9 commentaires client

Voir les 2 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 9,00
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 7,60 EUR 5,99

nouveautés livres nouveautés livres

click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit

Commentaires en ligne

4.1 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Par Jaamuna TOP 500 COMMENTATEURS le 3 février 2017
Format: Broché Achat vérifié
« Poète » car c’est par ce mot et aucun autre que Lorenzo Da Ponte se définit lui-même tout au long de ses mémoires que j’ai lues avec grand intérêt.

Vous imaginez sans doute qu’on y trouve de nombreux détails sur sa collaboration avec Mozart. Eh bien ... que très peu. Une première raison est sans doute qu’il écrit ça à 81 ans aux Etats Unis où il a trouvé refuge et qu’il écrit pour un public américain avec l’objectif de leur faire appréhender et aimer la langue italienne, et non pour un public qui connaitrait et s’intéresserait à Mozart. Il l’évoque néanmoins pour dire tout le bien qu’il pense de son génie, à propos des Noces et de Don Juan il évoque surtout les difficultés surmontées et Cosi est simplement mentionné par le nom du livret « l’école des amants ». Pour Don Juan on apprend que Casanova, qu'il côtoya à plusieurs reprises, y apporta quelques retouches.

Il parle néanmoins de ses conditions de travail. Ainsi lorsqu’il écrivait Don Juan, il écrivait en même temps L‘arbre de Diane pour Vincenzo Martini et adaptait aussi en italien le Tarare de Salieri. Mozart, Martini et Salieri étaient alors les 3 meilleurs compositeurs actifs à Vienne. Martini est aujourd’hui parfaitement oublié et ce que Da Ponte a écrit pour lui avec …

Ceci permet de souligner sa capacité de travail assez prodigieuse car cette triple commande fut menée à terme en guère plus de 60 jours.
Lire la suite ›
1 commentaire 2 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Latour07 1ER COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 1000 COMMENTATEURSMEMBRE DU CLUB DES TESTEURS le 2 mars 2008
Format: Broché Achat vérifié
Mozartiens, passionnés de musique, d'opéras, amis de cette fin du 18° siècle, n'attendez pas plus, ruez vous sur l'autobiographie de Lorenzo Da Ponte, librettiste de Mozart, Salieri, Martini qui séduisit Lamartine lorsqu'il la découvrit à New-York au 19° siècle.

Quelle oeuvre ! Lorenzo Da Ponte (Ceneda 1749 - New-York 1838) est vénitien, abbé qui se maria, courtisan, improvisateur de génie, poète, amoureux. Il fuit Venise pour l'Allemagne puis Vienne où il devint librettiste à la cour de Joseph II.

Il choisit de servir Mozart, recommandé par Joseph II qui ne lui reconnaissait qu'un opéra ! L'immense talent de Lorenzo Da Ponte s'exprime dans la création de trois livrets, dans les circonstances historiques admirables décrites ainsi :

"Da Ponte, (lui dit l'Empereur Joseph II), écrivez pour Mozart, Martini et Salieri"

En deux mois, Lorenzo Da Ponte écrivit le grandissime Don Giovanni ("le plus grand des opéras") pour Mozart :

"J'écrivai Mozart la nuit en lisant quelques pages de l'Enfer de Dante ; le matin pour Martini en lisant Pétrarque, et le soir pour Salieri avec l'aide du Tasse".

Quelle force de génie !

Lorenzo Da Ponte écrivit les livrets des trois plus grands opéras de Mozart : Don Giovanni, Le Noze de Figaro et Cosi fan Tutte.
Lire la suite ›
3 commentaires 12 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par MR le 21 octobre 2009
Format: Broché
Quelle vie que celle de Lorenzo Da Ponte !
Après avoir sans cesse parcouru l'Europe pour ensuite finalement s'établir aux États-Unis, il écrit ses mémoires dans un style simple afin que ses élèves en Italien puisse le lire sans à avoir à connaître un vocabulaire complexe uniquement utilisé dans les œuvres classiques Italiennes des siècles précédents.

Que d'aventures, bonnes mais souvent mauvaises, lui sont arrivées ! A travers ses mémoires, il nous livre un témoignage de première qualité sur son temps (fin du 18ème, début du 19ème).
A la fin de la lecture de cet ouvrage, le lecteur est tout de même amené à s'interroger sur l'objectivité de son regard, tant il est victime de sombres coups, et tant la plupart des gens qu'il rencontre sont malhonnêtes et jaloux.

Il le dit lui même il a un peu arrangé l'histoire, mais il n'en est pas moins que cet ouvrage est une nécessite absolue pour tous les amoureux de cette époque, et aussi pour se souvenir qu'à l'époque il n'y avait pas que Mozart !

De nombreuses mentions à des compositeurs et autres écrivains de son temps rappellent que si le temps en a oublié de nombreux, certains n'en étaient pas moins populaires à l'époque, voire beaucoup plus populaires que Mozart.
Ainsi, Lorenzo Da Ponte a également composé des livrets pour Martin y Soler. L'opéra Una Cosa Rara a connu un plus grand succès que les Noces de Figaro ou que Cosi fan tutte, et est même mentionné dans le banquet de Don Giovanni par Leporello ("bravi, cosa rara") : un air connu de cet opéra est joué par les musiciens de Don Giovanni.

Una Cosa Rara ou Martin y Soler sont pratiquement complètement oubliés de nos jours.
Remarque sur ce commentaire 5 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Rechercher des articles similaires par rubrique