Acheter d'occasion
EUR 0,01
+ EUR 2,99 (livraison en France métropolitaine)
D'occasion: Bon | Détails
Vendu par sziszu
État: D'occasion: Bon
Commentaire: ATTENTION! Couverture différente, ancienne édition. ENVOI SOUS 24H
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

La Métamorphose : Suivi d'une étude de Vladimir Nabokov Poche – 1 mai 1989

4.0 étoiles sur 5 52 commentaires client

Voir les 31 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Album
"Veuillez réessayer"
EUR 49,95
Poche, 1 mai 1989
EUR 2,00 EUR 0,01

Livre de poche, nouveautés poche Livre de poche, nouveautés poche

click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Descriptions du produit

Amazon.fr

Bien entendu, lorsque Grégoire aperçoit son corps recouvert d'une carapace et constate que des pattes lui ont poussé dans la nuit, il croit à un mauvais rêve et ne s'inquiète pas outre mesure. Pourtant, la métamorphose est bien réelle. Elle est également évolutive. Étonnamment, Grégoire semble accepter cette mutation avec la résignation qui a toujours caractérisé cet employé modèle qui ne vit que pour assurer une existence décente à sa famille. Il lui arrive même, au début, d'éprouver de petites joies, comme celle de trouver la technique adéquate pour se retourner.

Analyse de la dimension perverse de la culpabilité, thème que Kafka explorera plus avant dans Le Procès, La Métamorphose saisit avec brio les frayeurs humaines et des rapports de force nécessaires à l'affirmation de soi. Tirant sa force de la montée en puissance progressive de l'angoisse, ce récit du sacrifice de l'innocence sur l'autel de la médiocrité, à mi-chemin entre la fable psychanalytique et le conte surnaturel, a créé un nouveau type d'écriture : le fantastique kafkaïen. --Sana Tang-Léopold Wauters --Ce texte fait référence à l'édition Poche .

Présentation de l'éditeur

La Métamorphose révèle une vérité méconnue, les conventions disparaissent, les masques tombent. Ce récit est un des plus pathétiques et des plus violents que Kafka ait écrits ; les effets en sont soulignés à l'encre rouge, les péripéties ébranlent les nerfs du lecteur. C'est l'histoire, «excessivement répugnante», dit l'auteur, d'un homme qui se réveille changé en cancrelat. Cette transformation est un châtiment imaginaire que Kafka s'inflige. Et son personnage est celui qui ne peut plus aimer, ni être aimé : le conflit qui se déroule dans une famille bourgeoise prend une ampleur mythique. Seuls quelques éléments comiques ou grotesques permettent de libérer de l'oppression du cauchemar. L'interprétation éblouissante de Daniel Mesguich nous entraîne avec brio dans le vertige kafkaïen où le fantastique se heurte au quotidien.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Meilleurs commentaires des clients

Format: Poche Achat vérifié
La lecture serait agréable (version Folio classique, couverture jaune et homme en noir), si elle n'était jalonnée de trop fréquentes notes en bas de pages qui empêchent une lecture fluide, et qui surtout révèlent les événements avant que le texte ne les délivre, rendant la lecture insupportable. Édition vivement déconseillée. La Métamorphose
Remarque sur ce commentaire 3 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche Achat vérifié
Lorsqu'on lit un texte comme La métamorphose de Franz Kafka, comment ne pas ressentir un double malaise : malaise face à la cruauté du récit et malaise face à l'hermétisme de l'histoire.

Vraiment, disons-le : on ne peut pas comprendre ce texte si on ne fait appel à une lecture psychanalytique de l'histoire ou en tout cas analytique.

Vraiment, on ne peut pas saisir ce texte si on ne cherche pas la faille. Qu'un homme se réveille un jour transformé en cafard dans la maison de ses parents où réside aussi sa soeur peut soit être lu comme un conte ou une histoire fantastique ou bien comme une histoire sérieuse, très sérieuse, donc vraie.

Pour moi, mais ce n'est que ma lecture, il y a là une question perverse : cette soeur est là comme un aimant à tension ; proche de son frère, trop (cela se sent dans la panique du début du livre), entre un père et une mère qui ne voient que rarement leur fils. Une soeur qui va littéralement se débarrasser du frère d'une façon ignoble en le poussant à la mort.

C'est la lutte entre les deux enfants, entre le frère et la soeur qui cherchent à capter l'amour de leurs parents ' et qui s'aiment aussi d'un amour trop fort ' avec le cafard comme métaphore de la haine que l'on peut éprouver pour soi et de la façon dont non seulement on se torture mais où on finit par se mettre plus bas que terre, littéralement.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 7 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche
Fiez vous aux autres commentaires, cette nouvelle de Kafka est vraiment bien faite, conforme à sa réputation.

Le malaise s'instille dès le début, où Gregor Samsa se lève en s'apercevant que son corps d'humain s'est transformé en cancrelat, c'est-à-dire en cafard, en blatte...

Cette simple métamorphose va bouleverser sa vie et Kafka arrive avec brio à traiter des thèmes de l'aliénation, de la responsabilité personnelle ainsi que du sentiment de culpabilité, le tout sous des interprétations psychanalystes possibles, en particulier la relation frère-sœur, fils-père et fils-mère.

Seul bémol à ce beau tableau, le tout est vraiment court et on aurait pu légitimement en attendre un peu plus. Félicitations à la traduction, qui se montre parfaite et totalement transparente.
Remarque sur ce commentaire 4 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche Achat vérifié
A la suite la métamorphose, texte justement célèbre, mais presque trop familier, figure "Description d'un combat" un récit mêlant le fantastique, l'élégance et la bouffonerie, avec des saillies qui vous saisissent dans l'ombre par surprise. Le narrateur dialogue avec le paysage, le critique ou le loue comme un personnage, avec des histoires, des narrateurs en abîmes, un peu comme dans "Le Manuscrit trouvé à Saragosse". Kafka a renié ce texte après l'avoir maintes fois retouché. Or c'est peut-être son chef-d'œuvre ! J'oubliais: la préface écrite par l'excellent traducteur Lortholary, est essentielle à l'intelligence du texte...
Remarque sur ce commentaire 4 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Nastasia B COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEUR le 22 mai 2010
Format: Poche
La métamorphose est un recueil de 16 nouvelles de longueurs inégales (allant de 3 phrases à 85 pages) dont la plus étoffée est "la métamorphose". Que dire après les centaines de critiques qui ont élevé Kafka à des hauteurs inaccessibles et les millions de gens qui l'ont lu et relu et rerelu? Juste donner un avis sincère et humble de l'impression produite par ce recueil sur un sujet lambda. L'écriture est fluide, mais très vite les incohérences avec la réalité s'érigent en maîtresses. Pourtant on reconnaît la réalité mais les altérations perturbent la vision, un peu comme un tableau de Bacon (Bacon : l'homme et l'arène). Pour être franc, je n'aime pas toujours spécialement, mais cela a un caractère de curiosité indéniable. L'impression que j'en retire est celle d'un auteur qui aurait eu la faculté de se remémorer ses propres rêves (ou cauchemars, c'est selon) et qui les aurait couchés sur le papier. En rêve, j'ai souvent vécu des situations qui ressemblent à de la vérité mais où quelque chose cloche inexpugnablement, où l'on se heurte mille fois au même obstacle ou à la même idée fixe sans que l'on y puisse rien, où l'on pédale dans une mélasse inqualifiable sans qu'il y ait moyen de nous en extraire.Lire la suite ›
1 commentaire 8 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?