Acheter d'occasion
EUR 32,42
+ EUR 2,99 (livraison en France métropolitaine)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par CulturpourTous
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: Envoi soigné, sous 10 jours Ouvré pour la France Métropolitaine et 20 jours pour l'étranger et Dom/Tom
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Métro super coloriage : Bruno Ulmer Broché – 15 avril 1996

Retrouvez toute notre sélection de livres à paraître, précommandez dès maintenant !


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché, 15 avril 1996
"Veuillez réessayer"
EUR 32,42

Top NYP 2017 Top NYP 2017

click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Description du produit

Un mot de l'éditeur

Que représente le métro parisien à vos yeux ? l'ennui, le temps perdu, le train-train quotidien? Alors écoutez donc cette histoire... Un soir de novembre 1992, sillonnant la station Anvers, encore en travaux, Bruno Ulmer découvre d'immenses affiches de réclames datant de la fin des années 50. Emu par cette vision intemporelle le renvoyant à sa propre année de naissance, 1959, il décide de sortir ces images de l'oubli en se les appropriant.
C'est dans son premier geste, l'arrachage de ces affiches, que Bruno Ulmer personnalise sa démarche artistique. Collées les unes sur les autres pendant plusieurs années, celles-ci sont très épaisses, rigides comme du bois, proche d'un matériau de sculpture. En jouant des déchirures, Bruno Ulmer révèle des images totalement inattendues. Là, le visage d'un Bébé Cadum ou d'une Vache qui Rit, là, le sourire d'une ménagère heureuse...
Les morceaux du puzzle sont alors rassemblés dans le désordre, collés au gré de l'intuition de l'artiste sur un châssis et là, commence l'étape fondamentale de la " mise en couleur ". Le peintre redonne alors vie au passé : les fonds changent et se dynamisent par des aplats de couleurs, plus vives et actuelles, les visages se travaillent avec des tons plus dilués. Bruno Ulmer insiste sur des traits particuliers du visage pour en dévoiler des expressions nouvelles, il insiste sur les couleurs, les juxtapositions de mots ou de slogans, comme une " poésie métropolitaine ". Et là, tout bascule, les repères sont perdus : d'où viennent les images, de quelle époque, qu'ont-elles changé de réel ? L'artiste n'enlève rien à leur propos : elles demeurent simples, directes, efficaces et souriantes ; mais il les introduit dans une dimension résolument contemporaine en exposant leur éclatement dans une structure globalisante. Souligner les lignes de déchirures, c'est paradoxalement créer une maille, un réseau cohérent et stable. Mais c'est aussi donner l'illusion d'un bond en arrière dans la petite enfance dont le souvenir disloqué nous laisse des impressions fragmentées, comme ces bouts de papiers collés les uns à côté des autres.
Parallèlement à l'univers du métro, cette monographie permet de mieux comprendre la démarche de l'artiste au travers de supports diversifiés plus directement liés à sa propre enfance, mais faisant toujours référence à notre mémoire collective, tels que les boîtes de jouets, les nounours, les albums à colorier.

Biographie de l'auteur

D'un discours facile, direct et coloré, d'une vie éphémère mais riche de tant de regards, d'une simplicité parfois déconcertante dans leurs promesses, les affiches métropolitaines ont rythmé les voyages quotidiens de millions d'anonymes. Pourtant, interrompues brutalement dans leur dialogue, elles n'ont pu révéler toute la puissance de leur message mercantile. Redécouvertes après 30 ans de dissimulation totale, les affiches métropolitaines réapparaissent chargées d'une histoire encore plus lourde. Au delà des mots publicitaires, exprimant à eux seuls l'enthousiasme d'une société de consommation naissante, ces témoins de papier jettent à notre mémoire, avec la ferveur que peuvent supposer trente années d'impatience retenue, toute la richesse de leur monde : le Métro, essence de la ville, les voyageurs, comédiens sans nom d'un théâtre de tous les jours. Réapparues ainsi dans le Métro parisien au hasard de travaux de réfection des voûtes, les affiches métropolitaines pourraient n'être qu'un vestige archéologique et faire ainsi des stations du Métro un musée éphémère. Ce serait les méconnaître. Les affiches métropolitaines de 1960, conçues pour exprimer la vie en couleurs et en sourires, veulent continuer leur course, séduire encore avec la même connivence, exalter dans les stations du Métro le battement du coeur des villes, en montrant avec indulgence les cicatrices qu'elles portent. Associées aux figures plus intimes de mes cahiers d'enfance, les affiches métropolitaines rejoignent le grand livre des images populaires, ouvert aujourd'hui sur les années 1990.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit


Commentaires client

Il n'y a pour l'instant aucun commentaire client.
5 étoiles
0
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Partagez votre opinion avec les autres clients

Où en sont vos commandes ?

Livraison et retours

Besoin d'aide ?