Cliquez ici undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

4,3 sur 5 étoiles
31
4,3 sur 5 étoiles
Format: DVD|Modifier
Prix:5,99 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Certaines histoires ne cesseront jamais d'être écrites. Celle-ci par exemple : la résistance de deux personnes simples et raisonnables contre la passion.

Clint Eastwood avait, en son temps, mis la barre très haut dans La Route de Madison. Stéphane Brizé lui répond ici avec talent, dans un style différent, avec une façon de lâcher la bride aux acteurs qui rappelle le cinéma de Lelouch, en moins improvisé. Profitant de la semi-liberté qui leur est accordée, Vincent Lindon et Sandrine Kiberlain prennent le temps de se regarder, de se taire. Remarquables de justesse, ils nous emportent avec eux et font partager leur étouffement d'être en présence l'un de l'autre.

Bien sûr, il y aura toujours des allergiques à ce genre d'histoire ou de façon de filmer. Il y a ceux aussi, certainement, que le titre étrange rebutera. C'est vraiment dommage : ils risquent ainsi de se priver d'une expérience somme toute rare au cinéma, d'une émotion parfois saisissante au point qu'on se retienne de penser.
99 commentaires| 36 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 avril 2011
Hier soir, j'ai regardé une vidéo que j'avais trouvée à 9,99 euros chez Franprix - je ne fais pas de publicité, je dis la vérité - en faisant les courses : Mademoiselle Chambon. Le film, de Stéphane Brizé, sorti en 2009, a obtenu un César de la meilleure adaptation en 2010 mais c'est aussi remarquablement observé, joué, cadré. Une petite histoire de rien qui expose l'immense et forte simplicité du sentiment dans toutes ses formes. Jean (Vincent Lindon, impeccable) est maçon. Bon fils, il s'occupe de son vieux papa (Jean-Marc Thibault). Marié (avec Aure Atika, exacte) et bon époux, il est père d'un petit garçon. Il va justement rencontrer l'institutrice de son fils, « Mademoiselle Chambon » (Sandrine Kiberlain, pianissimo), grande fille sur un fil qui ne s'est encore posée nulle part, allant de poste en poste, là où on la demande. C'est à cause de cette errance qu'on devine que sa vie s'est arrêtée. Parce qu'elle a délaissé son violon et n'ose plus le reprendre, parce qu'il n'y a pas d'homme chez elle, parce qu'elle a une soeur dont on devine qu'elle a tout réussi (impitoyable scène du répondeur téléphonique). Elle s'est absorbée dans son métier jusqu'à s'y laisser figer. Jean sans paroles débarque imperceptiblement dans cette vie immobile, lui change une fenêtre, la fait rejouer du violon. Elle l'invite dans sa classe pour parler de son métier avec son peu de mots si justes. Peu à peu, mademoiselle Chambon sature l'esprit de Jean sans même qu'il s'en rende compte et mademoiselle Chambon se met à rêver sans fin à cet homme qui pense à elle. Cette banale sonate entre deux taiseux est infiniment douce et bouleversante : ce n'est pas un hasard si elle s'ouvre sur une leçon de grammaire partagée en famille car elle tente de répondre à la plus difficile des questions qui se pose dans les relations humaines : « qui fait quoi ? », illustrant admirablement ce que peut être le riche complément d'objet du verbe aimer et ses constructions parfois complexes mais toujours fécondes.
0Commentaire| 16 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 février 2010
j'avais adoré le film précédent de Brizé Je ne suis pas là pour être aimé Je me suis donc précipité sur ce nouveau film dans la même veine. Brizé ne fait pas d'erreur de Casting Sandrine Kiberlain est parfaite en institutrice un peu paumée, dans une totale solitude, elle croise fortuitement ce maçon et joue avec le feu. un sentiment amoureux nait entre eux, elle par manque affectif, lui.... par curiosité.

Il n'aime pas particulièrement la musique mais l'entendre naitre sous les doigts graciles de l'institutrice le charme et l'interpelle. Il y a une scène magnifique c'est lors qu'elle lui fait écouter un disque de Elgar. Rien, aucune parole échangée et pourtant il se passe plein de choses, des regards, c'est d'une beauté incroyable.

Je trouve que c'est un beau film mais certains détails du scénario m'ont choqué et enlève au personnage joué par Vincent Lindon toute sympathie. Pourtant il joue de mieux en mieux. Ce film se regarde donc avec plaisir et le rythme large est comme une valse lente où éclot un sentiment amoureux....

A voir donc même si je préfère la "violence" lyrique du film Partir
0Commentaire| 22 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Elle est institutrice solitaire et nomade au fil des remplacements, dans la classe de son fils, il est maçon, marié, père, et heureux dans sa petite vie simple et tranquille...

C'est sans doute l'un des films les plus silencieux du cinéma parlant, où tout se joue dans les regards, les non-dits, les gestes retenus, et quelques morceaux de violon. Une histoire banale d'amour qui vous tombe dessus sans s'être annoncé et qui vous conduit à faire un choix, qu'on ne découvrira qu'à la toute fin... Émotions palpables, fortes et retenues, que magnifient une grande lenteur... ça agace ou ça séduit ! Si vous aimez que ça bouge, passez votre chemin ! Si vous aimez les histoires intimistes et délicates où la force réside dans la suggestion, c'est pour vous !
0Commentaire| 10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Sans nul doute un des films français qui m'a le plus touchée avec deux acteurs que j'adore et qui sont ici, comme portés par la grâce des anges. Réalisé en 2009 par Stéphane Brizé (ben oui, qui d'autre sinon ?) sur une adaptation du roman éponyme d'Éric Holder, ce long métrage est un peu au cinéma français ce que Sur la route de Madison est au cinéma américain, mais en beaucoup plus "sobre" (Lindon n'est pas Eastwood ...)

Ce film qui a remporté en 2010 le César de la meilleure adaptation d'un roman et 11 nominations, raconte l'histoire de Jean (Vincent Lindon), maçon en province. Marié et père sans histoires, homme simple, gentil, serviable, modeste, humble, sans grande culture et avare de mots, sa route va croiser par hasard celle de Mademoiselle Chambon, (Sandrine Kimberlain) l'institutrice de son fils, célibataire un peu nomade et paumée, cultivée et violoniste à ses heures.

Ce sont deux mondes différents, et à l'opposé l'un de l'autre qui vont se rencontrer et sans mots inutiles , sans paroles, s'entrechoquer et entrer en totale fusion, dans une passion aussi intense qu'improbable.

Tout est filmé avec la plus grande délicatesse, -comme tous les films de Brizé-. Ici, aucune scène ni aucun dialogue larmoyants ni grandiloquents, juste le jeu de dentelle des acteurs dans une mise en scène au cordeau.

Les hommes sont parfois si lâches, tout comme Jean, qui va regretter très très vite son choix "raisonnable" et son manque de courage, mais ... malheureusement trop tard ... Bouleversant.
review image review image review image review image review image review image review image review image
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 août 2010
Film intimiste, tout se devine dans les silences. Les personnages sont attachants, Le héros choisit la voie de la morale, choix inattendu à notre époque, tout ceci dans la plus grande sobriété. Un très beau film !
0Commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 janvier 2016
cette histoire d'un maçon introverti qui tombe amoureux de la maîtresse de son fils en l'écoutant jouer du violon est traité sur un mode dépouillé et pudique qui permet de sublimer le récit. Portée par 2 grands acteurs (Vincent Lindon et Sandrine Kiberlain, 2 des meilleurs acteurs français actuels), cette histoire d'amour est magnifiée par la complexité des sentiments, par la banalité des situations (cette histoire peut arriver à chacun d'entre nous), par des dialogues réduits à l'essentiel et par l'expression des regards qui prennent le pas sur les échanges verbaux. Ainsi, lors d'un repas familial, Vincent regarde Sandrine de façon si intense que sa femme comprend tout ce qu'il y a entre eux...
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ce film est magnifique et mériterait 5 étoiles. Je n'en mets que 2, car j'en ai assez d'acheter ce que je crois être un film transféré en haute définition, et me retrouver devant un "upscaling" de DVD. En gros, on a scanné le film à la résolution du DVD (576 lignes), et on l'a bricolé pour étaler ces 576 lignes sur 1080. Résultat : image "molle" et effet d'échelle sur les lignes obliques (voir les rails de chemin de fer vers la fin). L'image est digne d'un bon DVD, mais pas d'un blu-ray. L'éditeur se moque du monde.
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 décembre 2012
il s'agit d'une histoire simple, tout en finesse et délicatesse, les acteurs sont d'une justesse rare, ils sont tellement leur rôle, ils sont dans la vie, la vraie vie et les vrais sentiments, bravo à tous les acteurs et ce metteur en scène qui nous donne envie de ne pas les quitter.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 août 2012
Un des films les plus bouleversants que j'ai jamais vus, on reconnait la grande sensibilite de Stephane Brize, son cinema au style direct (malgre les nombreux non-dits), poignant, sans concession, sans artifice. Mais il faut aussi souligner le jeu des acteurs dans ce film, Sandrine Kiberlain et Vincent Lindon, un jeu absolument extraordinaire, que j'aimerais presque qualifier de "virtuose" dans le sens noble du terme, un jeu qui nous fait comprendre avec une grande force ce que les personnages ressentent, et le plus souvent, paradoxalement, sans dire un mot. Il faut une grande experience ainsi qu'une grande comprehension de la vie pour pouvoir transmettre de tels sentiments avec une telle clarte, une telle force. Je n'ai pas pu finir le film la premiere fois, tellement j'apprehendais les differentes tournures que le scenario pourrait prendre. Pour moi un grand film, mais aussi un film eprouvant, que je mettrais parmi d'autres films qui m'ont autant marque tels que Le Scaphandre et Le Papillon de Julian Schnabel ou Les Temps qui Changent d'Andre Techine.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus


Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)