EUR 6,21
  • Tous les prix incluent la TVA.
En stock.
Expédié et vendu par marvelio-france.
EUR 6,21 + EUR 2,49 Livraison en France métropolitaine
Autres vendeurs sur Amazon
Ajouter au panier
EUR 6,48
+ EUR 2,49 (livraison en France métropolitaine)
Vendu par : RAREWAVES USA
Ajouter au panier
EUR 6,49
+ EUR 2,49 (livraison en France métropolitaine)
Vendu par : nagiry
Ajouter au panier
EUR 6,76
+ EUR 2,49 (livraison en France métropolitaine)
Vendu par : dodax-online-fr
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon

Mahler : Symphonie n° 4 en sol majeur Super Audio CD

5.0 étoiles sur 5 6 commentaires client

18 neufs à partir de EUR 6,21 4 d'occasion à partir de EUR 8,91

Vous cherchez un CD de Musique Classique ?

CD Musique Classique
Retrouvez tous nos CD au sein de notre Boutique Musique Classique.

Offres spéciales et liens associés


Page Artiste Fritz Reiner


Produits fréquemment achetés ensemble

  • Mahler : Symphonie n° 4 en sol majeur
  • +
  • Ravel : Bolero - La Valse - Rapsodie espagnole / Debussy : Images pour orchestre [Hybrid SACD]
  • +
  • Rimski-Korsakov : Schéhérazade - Stravinski : Le Chant du Rossignol
Prix total: EUR 18,58
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Détails sur le produit

  • Interprète: Chicago Symphony Orchestra
  • Orchestre: Fritz Reiner
  • Chef d'orchestre: Fritz Reiner
  • Compositeur: Gustav Mahler
  • CD (29 août 2005)
  • : Requires SACD-compatible hardware
  • Nombre de disques: 1
  • Format : Super Audio CD
  • Label: RCA Living Stereo
  • ASIN : B0009U55SI
  • Autres éditions : CD
  • Moyenne des commentaires client : 5.0 étoiles sur 5 6 commentaires client
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 34.213 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  • Voulez-vous nous parler de prix plus bas?
    Si vous vendez ce produit, souhaitez-vous suggérer des mises à jour par l'intermédiaire du support vendeur ?

Liste des titres

Disque : 1

  1. Bedachtig. nicht eilen
  2. In gemachlicher bewegung. ohne hast
  3. Ruhevoll
  4. Sehr behaglich - Lisa Della Casa


Commentaires en ligne

5.0 étoiles sur 5
5 étoiles
6
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Voir les 6 commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Format: CD Achat vérifié
Avant même de parler de l'interprétation, deux choses sont particulièrement frappantes dans cet enregistrement : la stupéfiante qualité de prise de son et la non moins stupéfiante qualité de l'orchestre.
On a presque peine à croire que cet enregistrement date de décembre 1958 ! dans les années cinquante, les techniciens de RCA réalisaient des captations exceptionnelles de précision et de réalisme. Sur une bonne installation hi-fi on pourrait presque avoir l'illusion de la musique vivante. Cinquante ans ont passés et je ne suis pas sur que nos prises numériques d'aujourd'hui égalent cette merveille.
Et que dire de l'orchestre ! Stravinski avait dit de Reiner qu'il avait fait de Chicago l'orchestre le plus précis au monde. Et il n'est pas que précis, la qualité de timbre, la richesse et la puissance qu'il dégage, capable de la plus grande noirceur comme de l'éclat le plus solaire sont tout simplement admirables.
C'est une chance inestimable que Reiner à la fin de sa vie et au sommet de ses moyens intellectuels et artistiques ait pu disposer d'un tel instrument qu'il a pu façonner selon ses exigences et au service duquel l'élite des ingénieurs du son américains se sont mis.
Nous n'aurons donc qu'un seul regret mais de taille, que Reiner n'ait pas enregistré d'autres symphonies de Mahler et l'on se consolera en écoutant sans fin cette sublime 4è.
Cette symphonie semble en totale adéquation avec son univers musical.
Lire la suite ›
2 commentaires 15 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Pèire Cotó TOP 100 COMMENTATEURS le 14 octobre 2012
Format: CD
... est sûrement magnifié par le SACD. Mais mon commentaire se base sur une version CD.

Pour avoir des éléments de comparaison, j'ai écouté mouvement par mouvement cet enregistrement, celui de Klemperer et un des meilleurs de Bruno Walter. Mais en était-il besoin ?

La qualité d'enregistrement de ce disque de 1958 rejoint celle des meilleures prises de son des Richard Strauss du même chef. Quelle chance ! Tant de choses se passent dans les moins de 16' du Bedächtig. Nicht eilen, avec des instrumentistes si extraordinaires de précision, de discipline (les soudains silences !) et de couleur, un rebondissement, un sens du rythme et une relative souplesse qui sont à mettre au compte du chef. L'auditeur est comblé par le plaisir sensuel de l'écoute de l'orchestre, il ressent aussi qu'"il y a tout" ce que Gustav Mahler a voulu y mettre. Bien sûr, on pourrait en dire autant pour le 2e mouvement et pour un Ruhevoll éclairé d'une subtile lumière, chaleureux.

Comparé à Bruno Walter, Reiner n'est évidemment pas sentimental (Klemperer non plus !) et cela peut être discuté. Peut-on dire que la musique de Mahler n'est pas sentimentale à proprement parler, mais qu'elle détourne (au sens artistique du mot détournement) toute une série d'éléments considérés comme de mauvais goût dans la musique sérieuse, comme les fanfares militaires, ou des éléments musicaux et sonorités considérés comme "vulgaires" et qui supposent une certaine dose de sentimentalité au premier degré ?
Lire la suite ›
2 commentaires 6 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Mélomaniac 1ER COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 100 COMMENTATEURS le 2 juin 2007
Format: CD Achat vérifié
Fritz Reiner a malheureusement très peu enregistré Mahler : un sublime "Chant de la terre" avec Forrester, et cette "Quatrième" demeurent ses seuls témoignages.

Au sein d'une discographie particulièrement riche, le chef hongrois est parvenu à imprimer sa marque à cet opus, par un dosage infinitésimal de tous les paramètres sonores (rythme, gradation dynamique, phrasés...) qui atteint une précision de diamantaire.

Le Symphonique de Chicago obéit au doigt et à l'oeil à cette exigeante discipline, qui n'exclut heureusement pas le bonheur de jouer (écoutez le cor du "Bedachtig, nicht eilen" !)

La direction serrée n'exhale peut-être pas tout le lyrisme que l'on attend du "Ruhevoll" mais la pureté de la ligne de chant l'illumine comme un joyau scintillant.

Quant au "scherzo", tendu et grinçant, et même dans l'innocent Lied final, on peut compter sur Reiner pour déjouer les pièges de leur naïveté.

On trouvera ailleurs des versions plus émouvantes, plus colorées, plus évocatrices, mais la perfection instrumentale de cette lecture est inégalable, désarmante.

Splendidement capté par les micros de la RCA, peaufiné par un excellent remastering, voilà un vrai trésor de toute discothèque mahlérienne, à garder au coffre.
Remarque sur ce commentaire 12 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus