Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre ou numéro de téléphone mobile.

Prix Kindle : EUR 7,99
TVA incluse

Ces promotions seront appliquées à cet article :

Certaines promotions sont cumulables avec d'autres offres promotionnelles, d'autres non. Pour en savoir plus, veuillez vous référer aux conditions générales de ces promotions.

Envoyer sur votre Kindle ou un autre appareil

Envoyer sur votre Kindle ou un autre appareil

Maigret et le client du samedi par [SIMENON, Georges]
Publicité sur l'appli Kindle

Maigret et le client du samedi Format Kindle

4.0 étoiles sur 5 6 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
EUR 7,99

Longueur : 157 pages Composition améliorée: Activé Page Flip: Activé

Descriptions du produit

Présentation de l'éditeur


Nos lecteurs ont aimé! A votre tour, découvrez cette aventure du commissaire Maigret.






Tous coupables

Léonard Planchon est un homme médiocre, faible, qui a un bec-de-lièvre. Il a repris, à la mort de son patron, une petite entreprise de peinture assez prospère. Plusieurs samedis consécutifs, on l'a vu à la PJ faisant antichambre pour parler au commissaire Maigret, mais repartant toujours avant d'être reçu. Ce " client du samedi ", comme on l'appelle au 36, quai des Orfèvres, se présente – un samedi également – à l'appartement du commissaire ; il connaît par les journaux sa compréhension et veut s'ouvrir à lui d'une obsession : tuer sa femme et son amant, Roger Prou, qui veut aussi prendre sa place de patron. Le lundi, Planchon a disparu...
Adapté pour la télévision japonaise en 1978, sous le titre Keishi to tsuma o netorareta otoko, avec Kinya Aikawa (Commissaire Maigret) et pour la télévision française en 1985, dans une réalisation de Pierre Bureau, avec Jean Richard (Commissaire Maigret), Jacques Duby (Planchon), Annick Tanguy (Mme Maigret).

Simenon chez Omnibus : les enquêtes du célèbre commissaire Maigret, et les très "noirs' Romans durs




Biographie de l'auteur

Georges Simenon, écrivain belge de langue française, est né à Liège en 1903. Il a écrit soixante-quinze romans mettant en scène les aventures de Maigret (ainsi que vingt-huit nouvelles). Dès 1931, Simenon commence à écrire ce qu’il appellera ses
« romans durs » : plus de cent dix titres. Simenon s’est éteint à Lausanne en 1989.


Détails sur le produit

  • Format : Format Kindle
  • Taille du fichier : 1175 KB
  • Nombre de pages de l'édition imprimée : 157 pages
  • Editeur : Omnibus (22 novembre 2012)
  • Vendu par : Amazon Media EU S.à r.l.
  • Langue : Français
  • ASIN: B00AB40YYW
  • Word Wise: Non activé
  • Composition améliorée: Activé
  • Moyenne des commentaires client : 4.0 étoiles sur 5 6 commentaires client
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: n°6.397 dans la Boutique Kindle (Voir le Top 100 dans la Boutique Kindle)
  •  Voulez-vous faire un commentaire sur des images ou nous signaler un prix inférieur ?


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

click to open popover

Commentaires en ligne

4.0 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Par Jean for Joel TOP 500 COMMENTATEURS le 1 juillet 2012
Format: Poche
C'est un samedi soir dans une fin d'hiver pluvieuse qu'un homme inconnu attend le commissaire Maigret chez lui dans son appartement parisien "En apparence, c'était un homme banal, un de ces millions de laborieux, d'effacés, qu'on frôle chaque jour dans le métro, dans l'autobus, sur les trottoirs, allant avec pudeur et dignité vers Dieu sait qu'elle tâche et quel destin. Paradoxalement, son bec-de-lièvre le rendait plus impersonnel, comme si cette infirmité donnait à ceux qui en sont affectés la même physionomie." et il reconnaît en lui "le client du samedi" qui était venu de nombreuses fois aux Quai des Orfèvres en demandant à lui parler mais qui avait disparu avant une confrontation... mais ce samedi-là au boulevard Richard-Lenoir cette homme alcoolisé confesse l'enfer d'être toujours amoureux de sa femme alors qu'elle le méprise et à installer son jeune amant chez eux devant les yeux de sa fille, qu'ils l'ont même chassé de la chambre et du lit conjugal Et avoue son désir depuis longtemps de tuer à sa femme et son amant... tout cela est dit dès le premier chapitre Et on va assister à un Maigret très psychologique, presque un huis-clos très tendu, et même si le dénouement m'a semblé évident après une cinquantaine de pages, ce qui est passionnant c'est de suivre les méandres qui m'ont permit d'arriver à ce que je savais, de douter même parfois de la conclusion, qui n'est pas celle qui nous est annoncée dans le premier chapitre... un commissaire grippé, tourmenté par cette confession, toujours humain, impassible, débonnaire, subtil, terrien, extrêmement intuitif. Une lecture rapide, un plaisir évident. Publié en 1962.
Remarque sur ce commentaire 4 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Hexagone MEMBRE DU CLUB DES TESTEURS le 29 mars 2012
Format: Poche
Comment prendre au sérieux un homme qui veut vous rencontrer et qui à chaque fois se débine, qui finalement, prenant son courage à deux mains s'invite chez vous et vous annonce la mine déconfite qu'il veut tuer sa femme et l'amant d'icelle ?

Maigret,plein de bonhommie et de placidité, prend le temps. Le temps d'écouter, de comprendre et de mener une enquête sur ce client du samedi.
Gérant d'une PE de peinture Rue Tholozè. Affûblé d' un bec de lièvre, l'homme est couard, timide et pour couronner le tout, éperdument amoureux de sa femme, qui elle le trompe.
Diminué, affaibli et rendu servile par cet amour sans issue, le peintre n'a qu'une idée en tête, abréger les souffrances.
Mais il y a Isabelle, leur enfant, enfin il y a toujours un pretexte pour ne pas faire les choses. Et l'homme se réfugie dans l'alcool, il écume les bars de Montmartre, ce qui nous vaut une belle excursion dans le Paris d'antan, de celui de Mac Orlan.
Jusqu'au jour où le peintre disparait, suicide, fuite en avant, assassinat ?
Maigret va, sans bruit, sans fureur, dénouer habilement l'écheveau de ce qui n'est qu'un banal fait divers.
Simenon est un sacré peintre des sentiments humains, il parvient avec trois mots et deux phrases a planter un décor iirisé de sentiments vils ou nobles selon les personnages.
C'est un énorme talent que de faire ce qu'il parvient à réaliser.
Son commissaire et d'une dignité et d'une humanité qui donne la berlue où à notre époque chaque polar est alourdi par des litres d'hémoglobine et de cadavres.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 4 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Gwen 1ER COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 50 COMMENTATEURS le 4 mai 2010
Format: Broché
Que faire quand un inconnu débarque chez vous et vous annonce tout de go qu'il va tuer sa femme et l'amant de cette dernière? Telle est justement la mésaventure qui arrive ici à ce brave Maigret! Voilà en effet qu'un certain Léonard Planchon vient frapper à sa porte, boulevard Richard-Lenoir, pour l'informer du double meurtre qu'il s'apprête à commettre. Le commissaire, bien sûr, dissuade aussitôt l'infortuné de passer à l'acte et le renvoie chez lui après lui avoir fait promettre de lui téléphoner chaque jour. Mais dès le surlendemain, Planchon se volatilise. Soupçonneux, Maigret se lance alors à sa recherche...

Simenon s'empare ici d'une intrigue classique de boulevard et en subvertit habilement les termes. Au lieu de se moquer du mari trompé, il se penche au contraire avec compassion sur son sort et explore tout le pathétique de sa situation, croquant avec son talent habituel ce petit bonhomme malmené par la vie et humilié par sa femme...

Du comique au tragique, il n'y a souvent qu'un pas... De l'adultère au crime, aussi... Ce banal fait divers, dans les journaux, aurait fait trois lignes. Simenon, lui, nous en tire un de ces merveilleux petits polars à l'arrière-goût de promenade dans les rues pentues d'un Montmartre aujourd'hui disparu... Résultat, 200 pages qui fleurent bon la pipe, la bière et la nostalgie...
1 commentaire 2 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Rechercher des articles similaires par rubrique