undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

4,4 sur 5 étoiles
15
4,4 sur 5 étoiles
Format: Format Kindle|Modifier
Prix:4,48 €
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Voilà un livre que j’avais hâte de lire et je dois dire que ce fut un très bon moment.
Une fois commencé impossible de lâcher ce livre tant l’histoire est prenante, passionnante, émouvante et vous fera remettre en question ce que vous croyez savoir sur la vie.

Dans ce livre nous faisons la connaissance de jeunes lycéens dans leur dernière année avant de décider que faire après le lycée.

Fern notre héroïne est une lycéenne en dernière année et dispose d’un physique peu attrayant : cheveux poils de carotte, appareil dentaires et grosse lunettes …etc et se considère sans aucun attrait. C’est vrai qu’elle est loin d’avoir les critères des canons de la beauté mais c’est surtout une personne qui a un très grand cœur et grandeur d’âme.
Ambrose est quant à lui le héros local : beau, populaire, un corps de rêve, qui réussit tout ce qu’il entreprend, a une bande d’amis très proches et qui a toutes les filles à ses pieds.
Rien de surprenant à ce que notre petite Fern soit tombée follement amoureuse de lui. Mais contrairement aux autres c’est de la personne qu’elle tomba amoureuse a l’âge de 8 ans lorsqu’il écrasa une araignée sous ses yeux (vous comprendrez en lisant).
Ce sentiment se confirmera plus tard au lycée, lorsque pour aider sa meilleure amie elle se retrouvera à écrire des lettres à Ambrose en se faisant passer pour son amie qui n’a aucun talent d’écriture contrairement à Fern.
La se révèlera le vrai Ambrose et la vraie Fern, mais malheureusement une fois la supercherie découverte le jugement sur le physique primera sur celui du cœur …
Dans ce livre on fait aussi la connaissance de : Bailey, le cousin de Fern mais aussi et surtout son meilleur ami. Ils sont inséparables depuis l’enfance.

Bailey est malheureusement atteint de la dystrophie musculaire de Duchenne (maladie qui empêche l’organisme de produire la protéine musculaire appelée dystrophine et sans cette protéine les cellules musculaires s’affaiblissent et dégénèrent progressivement). De ce fait il a été condamné très tôt à utiliser un fauteuil roulant et surtout il se sait condamné car tous ses muscles deviendront extrêmement affaiblis y compris le muscle cardiaque et les muscles de la respiration.
Du fait de se savoir condamné Bailey s’assure de tirer le meilleur de la vie et surtout d’en profiter au maximum.

Et puis après les horribles attentats de Septembre 2011 Ambrose prendra une décision qui changera sa vie, son destin et son histoire ainsi que celui de ses amis ….

Bailey est le personnage qui vous touchera et vous marquera le plus. C’est celui qui malgré une vie condamnée d’avance et un handicap lourd à porter et à vivre, garde l’espoir, vit la vie, reste positif et ne se laisse jamais abattre.
L’écriture de ce livre est juste magnifique et surtout ce livre est un des plus poignants et marquants que j’ai lu et qui parle de la famille, de l’amitié, de la perte, de l’espoir et surtout de l’amour sous toute ses formes : d’un père à son fils, d’une mère à sa fille, d’une fille à un garçon, d’une femme à un homme, d’un ami(e) à un ami (e) …etc
Les mots utilisés par Amy Harmon, les dialogues, sont si justes, émouvants, et touchants que plus d’une fois je me suis retrouvée les larmes aux yeux.
Mais surtout ce livre vous fera réaliser et reconnaitre qu’en effet et malheureusement on juge les gens sur leur physique avant tout.
Un physique est dans notre société ce qui vous définit avant tout alors que l’âme qui se cache derrière le physique est ce qui fait l’être réellement et un beau physique n’a jamais été la garantie d’une belle âme bien au contraire ….

Voilà une auteur que je suis très heureuse d’avoir découvert et que je vais suivre de près et d’’ailleurs j’ai commandé ses autres livres en VO :
- A Different Blue
- Infinity + One
- Running Barefoot
- The Law of Moses
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Cela faisait un long moment que Cess me motivait à lire cette histoire : je lui ai donc sagement obéis.
Ce roman parle d'une petite ville, de Fern qui n'est pas très jolie alors que Rita est magnifique, de Bailey qui est malade, de lutte, d'amitié, d'amour, de découverte, de perte, de gains, de peur, de tristesse, de joie, de courage...et encore beaucoup d'autres choses.
J'ai aimé découvrir Fern, pas vraiment gâtée par la vie mais avec un coeur gros comme ça, sa relation avec son cousin et ses gaffes enfants.
J'ai aimé Bailey avec sa façon de voir la vie tellement belle et pourtant tragique et sa capacité à obliger les autres à l'écouter. Rita qui est un peu superficielle mais au fond a un petit coeur d'or, d'Ambrose qui cache bien des choses et de ses 4 amis inséparables.
L'idée de raconter une telle perte est un peu osée, c'est difficile comme sujet, mais l'auteur le traite avec beaucoup de justesse et de pudeur.
L'émotion est très très présente, mais on ne sombre jamais dans le pathos.
On pleure, mais ça reste beau et bien narré.
Les valses des amitiés, des amours et des haines, sont convaincantes et réalistes.
Le lecteur se laisse emporter par un tourbillon d'émotions, et j'ai vraiment envie de découvrir d'autres romans de l'auteur :)
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 novembre 2013
Slowly Amy Harmon takes the reader into the life of several people from a small American Village. She jumps in time to give a accurate image of the characters:

Ambrose is handsome and strong: a hero in his small town. Fern Taylor is a girl who reads, writes and dreams. She fell in love with Ambrose many years ago, but how could someone like him, look at someone like her.
Until due to certain circumstances they she each other as they are, not as they look like and then things change again and Ambrose takes a decision that will change the life of so many of their small town.
When the hero returns, he is no hero anymore. He is broken and does not want to be fixed and seing how Fern has changed makes him regret so many things. But then there is Bailey. Bailey has pulled many bad cards in life, but has decided to be happy and his wisdom is amazing and painful in the same time.

The book is deep and well written. It hits you in the gut and in the heart and you don't really want to stand up, just continue reading. The rhythm is slow and Mrs. Harmon allows us to meet real persons. You get to see imagages in your head of the main characters and you even might start talking to them.

The book is great and sweet and terrible and well I loved it and I really hope you will too.

Enjoy the read MBTM
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 octobre 2013
Je voudrais vraiment attirer l'attention sur l'auteur, Amy Harmon. Elle a écrit plusieurs livres formidables dont le dernier "Making Faces" est un petit bijoux!
Son style d'écriture est vraiment magnifique et elle a un don avec les mots. En quelques phrases bien tournées elle traduit précisément l'atmosphère, les sentiments, la force et la beauté de ses personnages. Elle gagnerait vraiment à être plus connue.
Ce livre est rempli de "perles de sagesses" et de leçons de vie extraordinaires. C'est vraiment un beau livre, un livre admirable.
Pour ceux qui le veulent, j'ai écrit une très longue critique (en anglais) sur Amazon.com.
J'aimerais ici juste souligner deux points repris dans ma critique écrite dans la langue de Skakespeare:
-Ce n'est pas une histoire d'amour, c'est l'histoire de l'amour et de ses multiples facettes, de ses miracles. Cela peut être l'amour d'un ami sur qui on peut se reposer, l'amour inamovible d'une fraternité ou l'amour incroyable de parents pour leur enfant spécial. Cela peut aussi être l'amour d'un amant. C'est l'amour qui nous permet de voir réellement, voir avec notre coeur et pas avec nos yeux. Il nous permet de discerner la vraie beauté au coeur d'une laideur apparente. Une des phrases si intense pour moi est dite à propos d'une jeune homme qui se sait condamné à mourir jeune suite à sa maladie. Il est incroyable dans le livre et nous enseigne une leçon très importante reprise dans la phrase suivante (traduction littérale du livre): "Bailey a appris à ceux qu'il aimait à aimer, à placer les choses en perspectives, à vivre pour le présent, à dire "Je t'aime", souvent et à le penser réellement".
-Les personnages du livre sont également extraordinaires. Tellement que j'aurais souhaité les connaître dans la "vraie" vie.
Sincèrement, je vous encourage à lire cette auteure exceptionnelle!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
ATTENTION. CETTE CHRONIQUE PEUT ÊTRE VIOLENTE POUR LES FANS. SI VOUS ÊTES UN FAN, JE VOUS CONSEILLE DE PARTIR MAINTENANT AVANT QU'IL NE SOIT TROP TARD.

Comment vous dire que ce livre ne m'a absolument pas convaincue ? Je pense que je ne vais pas y aller par quatre chemins...

Ce livre ne m'a absolument pas convaincue.

Au début, je me suis dit que c'était à cause d'Ambrose, et de son physique parfait de Dieu, de sa puissance, et de ses muscles, et du fait que c'est un excellent lutteur, et aussi à cause de ses cheveux ... longs - je déteste les garçons aux cheveux longs. Je n'aime pas ça, voilà. Je les imagine toujours gras et tout.
Puis un paragraphe plus tard, je me suis dit que c'était à cause de Fern - le saviez-vous, "Fern" veut dire "Fougère", bon - du fait qu'elle soit moche, rousse, à lunettes ... Ce qui ne devrait pas faire d'elle une "moche" mais apparemment si.

Puis après je me suis dit que c'était une combinaison des deux. Comment appelle-t-on ça déjà? Un ... oui, un cliché !

Très cliché dès le début, tout ce que j'aime.

Puis il y a eu Bailey, le BFF handicapé. Je me suis dit, "tiens, je ne suis pas surprise". Puis la BFF bombasse, je me suis dit, "tiens, je ne suis toujours pas surprise". Je me suis dit qu'il y avait beaucoup de clichés, rien de très original.

Alors j'ai attendu, j'ai vu passer la centaine d'ellipses temporelles qui étaient si nombreuses que j'avais l'impression qu'il s'était passé un ou deux siècles. Mais en fait, il ne s'était passé que trois ans.

Puis il a eu l'élément déclencheur. Le moment qui a fait que j'aurais dû aimer, commencer à m'attacher...

Puis j'ai vu une version masculine de l'héroïne insupportable, qui n'en fait qu'à sa tête. J'ai vu l'évolution de Fern à l'image d'Ugly Betty ou Le Destin de Lisa, mais avec une banalité tellement... banale. J'ai vu des "je suis moche, tu es belle" et on recommence, on recommence, on recommence, le tout avec l'apitoiement le plus long que j'ai pu lire ou voir de toute ma vie - ou presque. Que ces trois cents pages m'ont parues longues ! Combien de pauses j'ai dû prendre pour m'empêcher de jeter le livre contre le mur? Je ne les compte plus.

Ai-je précisé que la "BFF bombasse" est là uniquement quand on a besoin d'elle ? Pour des besoins d'action, sinon on ne sait pas où le trouver ? Qu'autrement, elle disparaît complètement de l'histoire ? Non ? Voilà qui est fait.

Alors oui, le jeu de la beauté et de la laideur, de leurs conséquences sur les relations, sur l'amour, sur où on puise cet amour, tout ça, c'est intéressant. Et j'aurais tellement aimé que ce jeu soit mieux joué. Mais c'était - à mes yeux ! subjectivité - terriblement plat et en surface. Les détails sont là, oui, mais pas sur ce qu'il faut. Lire plusieurs paragraphes sur comment danse Fern, en fait, me repousse plus qu'autre chose. Et la guerre ? Où est-elle ? Nous ne voyons quasiment rien ! On peut être pressé de voir l'évolution de la relation entre Fern et Ambrose, mais de là à ce qu'on ne remarque quasiment pas son départ, comment peut-il nous manquer ?

Non, la vérité est que 300 pages c'est beaucoup trop pour si peu d'action et tant d'apitoiement, alors que ç'aurait pu être tellement mieux.
Heureusement que Bailey était là pour rendre le tout un peu plus... "joyeux", heureusement que quelques scènes d'amour était assez mignonnes pour me donner envie de lire 10 minutes. Heureusement.

Une grosse déception pour moi, qui en attendait tant, qui voulait tellement pleurer avec mes compatriotes. Et pourtant, je me sens aussi glacée qu'un iceberg.

Ce que j'ai le plus aimé : L'idée, qui n'est malheureusement pas assez travaillée à mon goût.
Ce que j'ai le moins aimé : Le reste ?
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 janvier 2015
Enorme coup de cœur donc pour ce roman qui se situe à cheval entre du Young Adult et du New Adult. C’est poignant, magnifique, magique. A la manière d’un Nos Etoiles Contraires de John Green, on ne cesse de pleurer, mais pour ne retenir à la fin que le bon côté des drames, les messages d’espoir et d’amour, la leçon de vie.

Fern, Bailey et Ambrose vivent tous trois à Hannah Lake, une petite ville des Etats Unis où tous se connaissent, où tout se sait.
Fern est la fille unique du pasteur de la ville, celle que le couple a eu très tard et n’attendait plus. Depuis toujours, elle fréquente Bailey, son cousin, son voisin, son meilleur ami, qui a le même âge qu’elle, mais qui souffre d’une maladie qui lui fait perdre peu à peu l’usage de ses muscles. C’est ainsi qu’à 14 ans, il finit dans un fauteuil roulant sans pouvoir bouger ses membres et en restant totalement tributaire de ses proches pour les actes de la vie quotidienne, même les plus intimes. Mais Fern ne voit pas du tout cela comme un fardeau. C’est plutôt une évidence, parce que c’est son ami et qu’il est normal qu’elle se charge à sa place de ce qu’il ne peut plus accomplir. Ça en devient même machinal.
L’histoire commence en 2001, alors qu’ils ont 18 ans et s’apprêtent à vivre leur dernière année de lycée. Et grâce à des retours en arrière constants et qui arrivent quand cela est nécessaire, on parvient à retracer leur histoire.
C’est ainsi que l’on découvre que Fern est amoureuse d’Ambrose Young depuis qu’elle a 10 ans, un amour profond mais caché, car jamais un garçon comme lui ne remarquera une fille comme elle. Ambrose est une force de la nature, un champion de lutte, le héros de la ville, une vraie star. Mais Fern le connaît depuis de nombreuses années et sait qu’il est aussi un garçon intelligent, profond, qui attend beaucoup de la vie. Un vrai Hercule, un Héros en puissance, comme le lui dit souvent Bailey, passionné d’histoire et surtout de mythologie grecque. Fern est plutôt la fille transparente, celle que personne ne remarque. Petite, menue, elle est aussi affublée de cheveux roux et bouclés, d’un énorme appareil dentaire et de loupes en guise de lunettes. Elle qui lit depuis qu’elle a 13 ans des romances sait bien que le beau héros s’intéresse rarement à la fille moche du coin. Aussi, quand sa meilleure amie Rita, la plus belle fille du lycée, entreprend d’écrire une lettre à Ambrose pour le séduire et lui demander de sortir avec elle, Fern n’éprouve qu’un léger pincement de jalousie et lui propose même de l’aider à la rédiger. Mais ce qui a commencé comme un jeu va se poursuivre longtemps, car Ambrose, charmé par la lettre, entreprend lui aussi une correspondance drôle et sincère avec celle qu’il pense aimer. Fern y voit le moyen de lui révéler enfin tout ce qu’elle a sur le cœur, de lui parler sincèrement de tout ce qui l’intéresse, de le questionner. Cependant, quand Ambrose et Rita rompent – la jeune fille de la vie réelle était trop différente de celle des lettres - cette dernière lui avoue que Fern était à l’origine des lettres. Mortifiée, elle décide d’aller s’excuser et trouve un Ambrose furieux, et à juste titre, de ce qu’il a pris pour un jeu et une moquerie.
Puis le drame survient. Les attentats du 11 septembre 2001, que tous suivent en direct. Pour Ambrose, qui a bien cru avoir perdu sa mère ce jour-là, c’est la révélation. Il veut devenir soldat et défendre son pays. Et dans son enthousiasme, il parvient à convaincre son équipe de lutteurs, ses meilleurs amis. Tout change à jamais…

Ce roman, derrière une magnifique histoire d’amitié et d’amour, c’est avant tout une suite de réflexions sur la vie, l’importance de l’apparence, le handicap, la perte d'êtres chers, le sacrifice et l’abnégation de soi pour le bonheur de l’être aimé. Et Amy Harmon possède l’incroyable talent de sonner parfaitement juste, de trouver les bonnes interrogations, celles que l’on se pose aussi parce que la vie est ainsi faite qu’on ne peut pas toujours se voiler la face. A-t-il fallu qu’Ambrose soit défiguré pour qu’il puisse enfin s’intéresser à Fern ? Et elle, est-ce parce qu’il n’est plus le garçon parfait de ses rêves qu’elle ose enfin l’approcher ? Est-ce vraiment de l’amour ou juste son incroyable gentillesse et son sens des responsabilités, comme si elle voyait en Ambrose un autre Bailey ?
Un Bailey justement constamment présent, comme pour tout replacer en perspective. Un jeune homme de 21 ans avec des rêves pleins la tête et des sentiments pleins le cœur – pour Rita entre autres – mais coincé dans un fauteuil roulant et qui se sait condamné à moyen terme. C’est sans doute lui qui nous livrera les plus belles réflexions. J’ai particulièrement adoré celle sur l’UGS, le Ugly Girl Syndrome – le Syndrome du Vilain Petit Canard qui en gardera des séquelles toute sa vie même si son apparence s’améliore. Bailey, c'est le personnage phare du roman, la mascotte, qui nous brise le coeur et nous éblouit par ses pensées si justes et profondes.
Fern aussi, qui écrit des romances, et qui sait manier les mots comme personnes. C’est d’ailleurs encore avec des mots qu’elle va essayer de communiquer avec Ambrose à son retour d’Irak alors qu’il s’est calfeutré chez lui et qu'il ne veut voir personne. Chaque mot, chaque phrase sonne juste et trouve une résonance en nous. D’autant qu’on ne tombe jamais dans le misérabilisme, loin de là, et que l’humour est omniprésent. On pleure et on rit en même temps, mais on pleure beaucoup… Et j'ai adoré toutes ses références, Gilbert Blythe de La maison aux pignons verts, Nora Roberts et ses réflexions sur les romances, Cyrano de Bergerac, Shakespeare... Tout nous parle et nous plait !

Un sublime roman, incroyablement beau et émouvant, poignant, parsemé de réflexions vraies et profondes sur la vie, l'amitié, l'amour et la mort. Un roman que j’ai déjà envie de relire…
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Une histoire intense de simplicité, d'émotions, de bonheur simple et de chagrin aussi. Une magnifique ode à l'amitié, l'amour, la dureté de la vie mais aussi au bonheur de la vivre. Il est vrai que c'est une histoire très américaine et qui fait intervenir des notions très typiques de ce pays mais on ne sort en aucun cas indifférent de cette lecture qui touche directement au coeur !!!
A consommer sans modération !!!
mon avis en intégralité sur Un brin de lecture
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 octobre 2014
Ce livre est vraiment une sorte d'OVNI dans le paysage littéraire actuel. J'ai adoré, du début à la fin. Les personnages sont bien fouillés au niveau psychologique, rien ne leur est épargné, on pleure pour eux, on espère pour eux... On est totalement happé par l'écriture de Amy Harmon et s'il y a deux ou trois petits défauts, on les lui pardonne très facilement car ce livre est une pépite. Il faut le lire pour comprendre l'engouement qu'il procure à ses lecteurs !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 mars 2015
C'est une lecture dite Y.A qui change un peu. L'auteure nous fait découvrir des adolescents Ambrose, Bailey, Fern qui sont confrontés à des difficultés et qui font au mieux de leur capacité physique ou moral pour y faire face. Il y a aussi une romance naissante et toutes sortes de sujets sous jacents dans ce livre très américain dans le style de pensée d'où mon choix de le relire en V.O.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 juin 2015
Je vois partout ce livre comme un coup de coeur, meme recommandé ... J'ai essayé de commencer à lire au début mais je n'arrivais pas et je voulais finir le livre pour comprendre pourquoi c'est le livre à lire, donc j'ai du sauter les lignes pour comprendre.... je l'ai fini et je ne comprends toujours pas...
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici