Acheter d'occasion
EUR 12,36
+ EUR 2,99 (livraison en France métropolitaine)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par momox fr
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: Plus d'un million de clients satisfaits. Vendu par momox, professionnel de la vente en ligne d'articles culturels d'occasion. Prix compétitifs jusqu'à -80% du prix neuf.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Manituana Broché – 20 août 2009

4.5 étoiles sur 5 2 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 84,00 EUR 12,36

Harry Potter Harry Potter

click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Description du produit

Revue de presse

Manituana, qui croise et réinvente avec bonheur roman d'aventures et roman historique, ne présente pas les bons Indiens d'un côté et les méchants Blancs de l'autre. La réalité est beaucoup plus compliquée et complexe, et tous les personnages ont leur part d'ombre, leurs faiblesses et leurs contradictions. Personne n'est jamais totalement innocent ni exclusivement coupable. Et la légitime bataille pour la liberté et l'indépendance des uns peut entraîner la perte de la liberté et de l'indépendance des autres. Ce qui rend encore plus forte et poignante cette épopée tragique qui montre la disparition d'un monde et la naissance d'un autre. (Fabio Gambaro - Le Monde du 28 août 2009)

Présentation de l'éditeur

1775. Dans la vallée mohawk, non loin de la frontière canadienne, un monde baptisé Iroquirlande, où les six tribus iroquoises ont tissé des liens de sang avec des Écossais et des Irlandais, voit avec inquiétude ses terres ancestrales menacées par l'avidité des colons qui veulent se libérer de la couronne d'Angleterre. Ne vaut-il pas mieux un despote à mille milles que mille despotes à un mille ? Une ambassade est envoyée auprès du roi George, à Londres, pour renouveler l'alliance avec la couronne. En son sein, Joseph, l'interprète indien qui deviendra chef de guerre, le Grand Diable, guerrier mohawk redouté et lecteur de Shakespeare, Peter, adolescent peau-rouge qui joue du violon et combattra dans les armées du roi, Esther, qui a le don des visions comme sa tante Molly, la mère des nations iroquoises. Coqueluches de la cour, après en avoir découvert les rituels grotesques en même temps que l'art des feux d'artifice, la Tamise puante, la misère des rues, les bandes de détrousseurs déguisés en Mohawks, ils retourneront combattre pour leurs terres.

A travers le destin de personnages de légende qui ont pourtant réellement existé, le récit, basé sur une immense documentation historique, nous restitue la vie quotidienne et les combats dans la forêt, les jeux, les rites cruels, la magie, la nature grandiose et la barbarie déguisée en progrès.

Dans ce livre, best-seller en Italie et ailleurs, le collectif de cinq auteurs italiens dénommé Wu Ming allie le souffle des grands récits épiques aux ressorts palpitants du roman-feuilleton pour nous raconter la naissance des États-Unis d'Amérique vue du côté des perdants de l'Histoire.







Wu Ming est le pseudonyme d'un groupe réunissant cinq jeunes auteurs italiens dont les romans collectifs ambitieux, best-sellers en Italie, sont traduits en Allemagne et en Angleterre.







Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit

Commentaires en ligne

4.5 étoiles sur 5
5 étoiles
1
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Voir les deux commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Format: Broché
En 1775, dans un monde baptisé Iroquirlande proche de la frontière canadienne, les colons se disputent les terres des tribus iroquoises dans la vallée mohawk.

Hélas, on se doute bien du sort tragique de ces Indiens d'Amériques. Mais dans cette formidable épopée historique, le collectif italien Wu Ming se place du côté des futurs vaincus, hommes comme femmes, Joseph l'interprète ou le jeune Peter comme la sage Molly ou sa nièce Esther, la visionnaire. Et, plutôt que de décrire avec force détails les batailles, il renouvelle le genre du roman d'aventures en hachant ce récit dramatique, dépourvu de manichéisme, par des chapitres brefs et incisifs et des ellipses narratives, où tout est terriblement perçu par ces grands perdants de l'Histoire des Amériques. Un roman foisonnant et passionnant, oui, qui nous prouve qu'il est possible d'écrire d'un même élan à cinq.
Remarque sur ce commentaire 4 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché
Cerner avec objectivité le contexte d'indépendance des colonies anglaises d'Amérique du Nord implique que l'on ne puisse passer sous silence la destinée tragique des tribus amérindiennes et de la nation iroquoise en particulier.
Le collectif italien Wu Ming s'empare de l'histoire de la Grande Maison, ces tribus indiennes réparties sur un territoire allant de l'actuel Etat de New York à la Pennsylvanie dès le XII ème siècle, en la drapant d'une aura tragique. Luttant dès les premières décennies du XVII ème siècle contre les turpitudes de la colonisation anglaise, la Ligue des Cinq puis Six Nations (à laquelle appartiennent les Mohawks) voit son équilibre vacillé et son intégrité désagrégée durant le XVIII ème siècle. De l'achèvement de la Guerre de Sept ans (illustré notamment par la proclamation en 1763 par les dignitaires du Royaume de Grande-Bretagne de la garantie de la préservation des terres indiennes situées à l'ouest des Appalaches) à la Déclaration d'Indépendance des colonies anglaises le 4 juillet 1776, s'ouvre une période où l'existence d'un modus vivendi avec les Indiens n'est que pure chimère; les élites coloniales, les rebelles reniant tout ce que le joug britannique leur a imposé et la royauté anglaise ignorant la sauvegarde de leurs intérêts.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 2 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus