• Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 11 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Marcher - Eloge des chemi... a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison en France métropolitaine)
D'occasion: Bon | Détails
Vendu par momox fr
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Plus d'un million de clients satisfaits. Vendu par momox, professionnel de la vente en ligne d'articles culturels d'occasion. Prix compétitifs jusqu'à -80% du prix neuf.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

Marcher - Eloge des chemins et de la lenteur Broché – 5 avril 2012

4.7 étoiles sur 5 9 commentaires client

Voir les 2 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 9,00
EUR 9,00 EUR 5,01
Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Premium bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations

Fête des Mères Fête des Mères

click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

  • Marcher - Eloge des chemins et de la lenteur
  • +
  • Du silence
  • +
  • Disparaître de soi - Une tentation contemporaine
Prix total: EUR 37,00
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Description du produit

Extrait

"Que peut-on connaître du monde ?
De notre naissance à notre mort,
quelle quantité d'espace notre regard
peut-il espérer balayer ? Combien de
centimètres carrés de la planète
Terre nos semelles auront-elles touchés ?"

Perec, Espèces d'espaces

"Les années passent et je suis encore un voyageur."
Bashô, Journaux de voyage

Dix ans après Éloge de la marche, et n'ayant jamais cessé de marcher, j'ai voulu reprendre le chemin de l'écriture pour témoigner d'autres expériences, de rencontres, de lectures. J'espère ne pas me répéter davantage que le marcheur qui revient des années plus tard sur un parcours qu'il a énormément aimé. Il n'est plus tout à fait la même personne, il y voit encore autre chose. Et puis le paysage lui-même a changé. Le cheminement sans doute sera différent, même si l'esprit à' Éloge de la marche demeure. J'ai voulu reprendre des sentiers autrefois parcourus, lire à nouveau des ouvrages que j'avais aimés, étant et n'étant plus tout à fait le même homme. Ces dix dernières années, passées comme en un souffle, la marche n'a cessé de prendre de l'ampleur, de toucher une population grandissante. Désormais, sur les sentiers, il est courant de croiser d'autres randonneurs partis pour la journée ou pour une balade de quelques heures. Le désir devenait impérieux de renouer avec le chemin de l'écriture pour dire à nouveau la jubilation de marcher. L'esprit de divagation est toujours aussi souverain et la page blanche prolonge agréablement le sentier sous les pas.
Dans Éloge de la marche j'ai évoqué cette humanité assise et immobile qui nous caractérise aujourd'hui, le fait pour nombre de nos contemporains de passer de leur lit à leur voiture et à leur bureau avant de revenir s'asseoir devant la télévision le soir venu. Corps superflu, surnuméraire, encombrant (Le Breton, 2011) mais qui se rappelle à l'ordre par le sentiment de malaise d'être ainsi mis entre parenthèses. Puisque la condition humaine est une condition corporelle, un exercice régulier de compensation s'impose en courant ou en marchant inlassablement sur des tapis de jogging en écoutant la même musique que dans sa voiture ou dans ses déplacements urbains, ou en regardant la télévision judicieusement placée. Une telle activité est un exorcisme de la marche et une manière utilitaire de se dépenser sans avoir à se confronter au risque de la rencontre ou de découvrir des paysages de toute beauté. Dans la salle de mise en forme ou chez soi, à l'abri de toute surprise, l'individu satisfait alors à une hygiène en se garantissant que ses habitudes sédentaires ne seront pas battues en brèche. En tournant dans son bocal, il s'affranchit de la peur de la rivière. "Quant à moi, dit Stevenson, je voyage non pour aller quelque part, mais pour marcher. Je voyage pour le plaisir de voyager. L'important est de bouger, d'éprouver de plus près les nécessités et les embarras de la vie, de quitter le lit douillet de la civilisation, de sentir sous mes pieds le granit terrestre et les silex épars avec leurs coupants" (1978, 76).

Présentation de l'éditeur

Revisitant une réflexion menée il y a dix ans, l'auteur constate que le statut de la marche a énormément changé en une trentaine d'années. Aller à pied, livré à son seul corps et à sa volonté, est un anachronisme en un temps de vitesse, de fulgurance, d'efficacité, de rendement, d'utilitarisme. Marcher ainsi de nos jours - et surtout de nos jours, disait J. Lacarrière, ce n'est pas revenir aux temps néolithiques, mais bien plutôt être prophète. Il est l'un des premiers à en retrouver le goût. Les chemins de Compostelle sont devenus en quelques années des lieux très fréquentés et dotés d'une organisation méticuleuse.

Nous sommes bien loin des anciens chemins, mal aménagés, mal balisés, avec une population méfiante envers ces gens de passage portant leur sac à dos qui étaient les pionniers de leur renaissance dans les années 70. Ceux qu'essaient alors de reconstituer P. Barret et J.-N. Gurgand ont disparu sous les coquelicots (.) les chemins sont goudronnés ou ne sont plus. Les années 80 voient leur réorganisation méthodique, en 1983 est créée la première association jacquaire, qui sera suivie de bien d'autres. Dans les années 90 les chemins de Compostelle prennent leur essor.

Aujourd'hui la marche s'impose comme une activité essentielle de retrouvailles avec le corps, avec les autres. Là où ils existent, même dans les villages, rares sont les syndicats d'initiative qui ne proposent pas un répertoire de chemins bien balisés pour la découverte de la cité ou de ses environs. Les imaginaires contemporains de la marche sont heureux, ils réfèrent plutôt au loisir, à la disponibilité.

Marcher est un long voyage à ciel ouvert et dans le plein vent du monde dans la disponibilité à ce qui vient.

Tout chemin est d'abord enfoui en soi avant de se décliner sous les pas, il mène à soi avant de mener à une destination particulière. Et parfois il ouvre enfin la porte étroite qui aboutit à la transformation heureuse de soi.



Cheminement :

Statut de la marche - Se remettre en marche - Chemins- Lenteur - Sensorialité - Manger - Dormir - Les marcheuses - Zoologies - Dire la marche - Paysage - Méditerranée - Les illuminations - Magnétisme







David Le Breton est professeur de sociologie à l'Université de Strasbourg, membre de l'Institut universitaire de France et du laboratoire URA-CNRS " Cultures et sociétés en Europe ". Il est l'auteur entre autres, de : L'Adieu au corps, Anthropologie de la douleur, Du silence, Éloge de la marche, La Saveur du monde, Éclats de voix et Mort sur la route (roman noir).



Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.7 étoiles sur 5
5 étoiles
6
4 étoiles
3
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Voir les 9 commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Format: Broché Achat vérifié
Ce livre nous incite à la lecture, mais aussi et surtout à sortir pour admirer et regarder la nature, ce qui nous entour quelle que soit la saison.
La nature est belle tout au long de l'année pour nous délivrer un message à chaque saison. Marcher c'est aussi la vie avec la nature.
J'ai beaucoup aimé lire ce livre, il fera partie de ceux que je garde pour le relire.
Remarque sur ce commentaire Une personne a trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché
J'ai découvert ce livre en écoutant sur France Culture l'interview de l'auteur par la journaliste Marie-Hélène Fraïssé ; le ton serein, engageant, convaincu, de David Le Breton m'a convaincu de m'engager sereinement sur le chemin qui mène à la librairie pour acquérir ce petit livre plaisant et qui donne à réfléchir.
La marche, écrit Le Breton, "conjure la séparation entre l'homme et le monde, et lui donne le sentiment d'appartenir enfin aux éléments" ; en une centaine de pages, ce sont les plaisirs sensitifs, émotifs et intellectuels de la marche qui sont analysés et célébrés. Qu'est-ce qui se joue dans cet acte a priori banal ? Comment raconter cette lumière intérieure que porte le marcheur en lui, et qui le conduit au-delà des contingences et des apparences, vers lui-même et vers une réalité réduite à l'essentiel ? Voilà l'objet de ce livre à l'écriture sobre - un peu trop parfois.
Et le lecteur de marcher au côté de l'auteur, ce dernier invoquant avec pertinence des écrivains du monde entier (J. Muir, J. Laccarière, N. Bouvier...des hommes pour la plupart, ce mystère reste à explorer), nous donnant l'envie non seulement d'entamer ou de poursuivre la marche mais aussi de lire ces autres compagnons de route.
"Marcher : éloge des chemins et de la lenteur" est à la fois une réflexion personnelle et un ouvrage savant. Et il tient dans la poche : raison de plus de l'emmener avec soi sur les chemins.
Remarque sur ce commentaire 24 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché
Son texte poursuit ceux qui écrivent la marche, toutes sortes de marches : de la randonnée au pèlerinage, de l’ascension alpine à la promenade ritualisée. On y croise Jean-Jacques Rousseau, Marcel Proust, Rick Bass, David Henry Thoreau, Jacques Lacarrière, John Muir, Bernard Ollivier, Thierry Guidet, Julien Gracq, et d’autres. Il a oublié Jacques Roubaud. Je lui pardonne tant son livre délie le pas, les yeux, la pensée. Il ouvre le chemin de l’épure et des vastes horizons, permet de saisir ce qui se joue dans le simple fait de mettre un pied devant l’autre. La relation au temps change, les ruminations prennent le large, l’esprit retrouve sa légère condition tandis que notre corps se meut. « Tous les préjugés viennent des tripes-le cul-de-plomb- c’est le véritable péché contre l’esprit sain » selon Nietzsche. La marche est élagage des pensées trop lourdes. Elle libère des contraintes de l’identité. Sur le sentier, on est celui qui avance et rien d’autre. Il n’est plus nécessaire de porter de masque social et peu à peu se défait le fardeau d’être soi. Le marcheur est anonyme, sans engagement autre que l’instant qui vient. Ce qui importe, ce n’est pas le point d’arrivée mais ce qui se joue à tout instant. Pas de rentabilité, d’impératif, de profit, la marche est inutile comme toutes les choses essentielles. Qu’est-ce qui pousse Roubaud à marcher le long du Mississipi, Thierry Guidet à suivre la Loire pendant 1000 kilomètres, Rick Bass à partir en montagne quand il apprend la maladie d’un ami ? C’est que marcher est toujours confrontation.Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 5 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché Achat vérifié
Ce qui est paradoxale dans ce livre, c'est pour moi qui ADORE lire en marchant dans le parc/bois de mon quartier, je n'ai pas réussi à le faire avec ce livre. En effet, il nous donne tellement envie de regarder différemment les lieux qui nous entourent que je culpabilisais à regarder une feuille de papier plutôt qu'une feuille d'arbre qui s'envole, qu'un morceau de bois qui crisse sous ma chaussure, qu'un oiseau qui dépouille la terre, etc...
J'ai aimé ce voyage tant philosophique que physique....
Remarque sur ce commentaire 15 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché Achat vérifié
Cet écrit complète merveilleusement le précédent ouvrage de David Le Breton. Pour qui aime marcher des semaines ou quelques heures, être immergé dans la nature, la ville ou les déserts, ce petit livre au format adéquat retranscrit parfaitement les impressions et émotions de ce mode de déplacement ancestral. En avançant un pied devant l'autre, on reconnecte en nous une profonde humanité que l'on pouvait penser disparue. Durant cette progression, ces progressions, on est immergé dans le mode
nomade et on se rend compte, chacun à son propre rythme, que la liberté est présente et accompagne notre marche.
La présentation en courts chapitres permet de s'imprégner de l'atmosphère de chaque "étape" décrite avec précision mais il ne s'agit pas là d'un parcours à suivre, ce serait plutot comme un long voyage qui nous ramène vers ce que nous sommes vraiment,
des Humains.
Remarque sur ce commentaire 12 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Rechercher des articles similaires par rubrique