Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Marie Talabot : Une Aveyronnaise dans le tourbillon du XIXe siècle Broché – 14 mars 2007

4.6 étoiles sur 5 4 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
EUR 28,86

Lectures d'été
click to open popover

Offres spéciales et liens associés

  • Gratuit : téléchargez l'application Amazon pour iOS et Android et facilitez vos achats sur smartphones et tablettes ! Découvrez les avantages de l'application Amazon.

  • Outlet Anciennes collections, fin de séries, articles commandés en trop grande quantité, … découvrez notre sélection de produits à petits prix Profitez-en !

  • Tout à moins de 5 euros ! Découvrez notre sélection de produits à petits prix... Profitez-en !

  • Publiez votre livre sur Kindle Direct Publishing en format papier ou numérique : C'est simple et gratuit et vous pourrez toucher des millions de lecteurs. En savoir plus ici .
  • Plus de 10 000 ebooks indés à moins de 3 euros à télécharger en moins de 60 secondes .


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Description du produit

Extrait

Extrait de l'avant-propos :

Sur la colline des morts, le monument dédié à la mémoire de Marie Talabot, née Marie-Anne Savy, surplombe la ville de sa masse blanche. Monument prétentieux dû à l'orgueil posthume de cette femme, a-t-on dit trop fréquemment. Il paraîtrait qu'elle ne put se défendre d'une vanité mêlée de rancoeur contre ses compatriotes et voulut les dominer en dormant sous le faste de ce tombeau qui devint pour eux le tombeau d'une parvenue.
Mausolée remarquable certes, doté d'une colossale statue de marbre blanc représentant la défunte en prière, drapée d'un manteau royal, à genoux et les mains jointes. Mausolée majestueux, d'une richesse évidente, éclatante même, tombeau d'une reine ou d'une sainte, le passant s'interroge toujours...
Marie Talabot mourut le 26 novembre 1889 dans son château du Roucas Blanc à Marseille. Après des obsèques en grandes pompes, tant dans cette ville qu'à Saint-Geniez-d'Olt, auxquelles assista une foule de personnalités, le lourd cercueil de plomb et de chêne qui abritait sa dépouille mortelle embaumée fut emporté jusqu'au cimetière. Établi sur les ruines du château féodal qui autrefois couronnait la colline du Pic du Roi, le «champ des morts» domine aujourd'hui largement la ville. Sur ces hautes terres balayées par les vents, pauvres comme riches s'entassaient là depuis plusieurs générations.

Présentation de l'éditeur

«Vous ne voulez pas me voir vivante, je vous dominerai après ma mort !» aurait lancé Marie Talabot aux habitants de sa ville natale de l'Aveyron. Son mausolée, imposant monument de marbre blanc érigé en 1892, domine la vallée d'Olt, surplombant la ville et défiant les passants. Personnage au grand coeur, audacieuse et déterminée, pour les uns, parvenue et courtisane pour les autres, Marie Talabot intrigue et provoque toujours, fidèle à ce qu'elle fut de son vivant.
Née en 1822, Marie-Anne Savy, partie de rien, devint l'une des femmes les plus riches et les plus connues de la France du Second Empire. Elle perd sa mère dès l'âge de cinq ans, connaît alors l'orphelinat, puis l'usine avant d'entrer au service d'une grande famille de la ville. En 1837, engagée par des notables marseillais, elle quitte l'Aveyron pour le Midi. Là, elle rencontre Paulin Talabot, polytechnicien, grand entrepreneur saint-simonien, et ingénieur visionnaire à l'origine de l'arrivée du chemin de fer en France. Domestique, puis compagne, et enfin épouse de Paulin, elle saura s'imposer dans la difficile société bourgeoise du XIXe siècle, sans jamais oublier son pays d'origine. Elle fera de leur château du Roucas Blanc, à Marseille, et de leur salon de la rue de Rivoli, à Paris, des lieux de rencontres très prisés, où se croiseront Eiffel, Stephenson, l'astronome Le Verrier, ou encore de nombreux artistes, comme Delacroix, Henner, Laurens ou Gavarni.

Historien et grand connaisseur de l'histoire de la vallée d'Olt, Louis Mercadié a sondé les archives et exploré la mémoire orale pendant plus de dix ans pour nous offrir aujourd'hui cette passionnante biographie. Il est l'auteur de deux monographies sur Sainte Eulalie-d'Olt et Saint-Geniez-d'Olt et d'un essai historique sur les fraisières.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit


Commentaires client

Partagez votre opinion avec les autres clients
Voir les 4 commentaires client

Meilleurs commentaires des clients

10 juillet 2013
Format: Broché|Achat vérifié
31 août 2007
Format: Broché
4 personnes ont trouvé cela utile
|Commentaire|Signaler un abus
9 juin 2009
Format: Broché
Une personne a trouvé cela utile
|Commentaire|Signaler un abus
2 novembre 2010
Format: Broché

Où en sont vos commandes ?

Livraison et retours

Besoin d'aide ?