Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Metz et Guillaume II : L'architecture publique à Metz au temps de l'empire allemand (1871-1918) Broché – 1 juin 2007

Retrouvez toutes nos idées cadeaux Livres dans notre Boutique de Noël
4.5 étoiles sur 5 2 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 25,00
Broché, 1 juin 2007
EUR 70,20

Idées cadeaux Livres Idées cadeaux Livres

click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Descriptions du produit

Extrait

L'extension de la ville de Metz

Un modèle d'urbanisme du Second Empire allemand

La situation de Metz, à quinze kilomètres seulement de la nouvelle frontière franco-allemande, incita le ministère de la Guerre à y concentrer son potentiel militaire. Il s'agissait de contrer l'objectif de la France qui était de récupérer ses provinces perdues. L'installation du 16e corps d'armée et le rôle stratégique de Metz dans le plan Schlieffen conduisirent à la transformation de la ville en l'une des forteresses les plus vastes et modernes du monde.

Après l'annexion, dans un premier temps, les intérêts militaires freinèrent tout déve­loppement urbain. La ceinture de remparts et les limitations de construction sur la zone des glacis ne laissaient à la ville aucune possibilité d'extension. L'activité du bâtiment se concentra sur les installations militaires, tels les forts extérieurs, les casernes, une gare et une église de garnison protestante. Le blocage de l'extension urbaine provoqua une stagnation du développement économique, une crise aiguë du logement et des problèmes sanitaires importants. En 1890, le maire, Alexander Halm, écrivait : «Le manque de logements est très important, la hausse des loyers est parfois énorme et la capacité à minimiser les exigences de confort étonnante.»

Des enquêtes effectuées à cette époque ont révélé que dans aucune ville d'Allemagne on ne vivait dans des conditions d'hygiène aussi déplorables. L'immigration allemande se poursuivant à Metz (en 1890, on comptait 18000 Messins et 20500 Allemands), le besoin de nouveaux logements devint toujours plus pressant. Les Messins redoutaient la germanisation de la ville et, par ailleurs, une baisse de la valeur de leur patrimoine immobilier.
Ce n'est qu'en 1886, alors que le conseil municipal était principalement constitué d'immigrés d'origine allemande, que la ville put entreprendre des démarches concrètes en vue de son extension. Au début des années 1890, l'administration municipale engagea des pourparlers avec le ministère de la Guerre pour obtenir la démolition d'une partie des remparts et la cession des terrains devenus disponibles. Pour tenter de gagner l'administration militaire à la cause de l'extension, le maire Halm argumenta en termes de politique nationale : «La prospérité du centre de germanisation de la Lorraine est dans l'intérêt général de l'ensemble de l'empire allemand.»

Malgré les pressions répétées, le ministère de la Guerre et le général commandant la place, le comte von Haeseler, s'opposèrent catégoriquement à l'extension. L'attitude rigide des militaires conduisit le nouveau maire, le baron von Kramer, à s'adresser à l'empereur Guillaume II, par un courrier du 6 janvier 1898. Ce courrier avait été précédé d'une pétition signée par 3721 habitants, parmi lesquels des Messins de souche.

A peine un mois plus tard, le 6 février 1898, Guillaume II autorisa la démolition des remparts est et sud, et manifesta son grand intérêt pour le projet. En tant que souverain du Reich et du Reichsland d'Alsace-Lorraine, il intervint en faveur des intérêts de la ville, à rencontre des autorités militaires et de l'administration des chemins de fer (Reichsbahn), voulant ainsi se donner une image de bienfaiteur et de promoteur de cette région frontalière.

Le problème de l'extension était encore compliqué par les différends qui opposaient la ville à l'administration des chemins de fer, à propos de l'emplacement d'une nou­velle gare de voyageurs et de marchandises. Après de longues tractations entre ces administrations, on aboutit, le 27 août 1901, à un accord et à l'acquisition par la ville de 64 hectares de terrain.

En décembre 1901 commencèrent les travaux de nivellement des profonds fossés, du port et de son canal d'accès à la Moselle, situés dans la zone d'extension. Un amphithéâtre romain fut alors mis à jour durant les travaux, lequel, avec une capacité de 25000 places, se révéla être l'un des plus grands de l'Antiquité. On renonça cependant à préserver les vestiges, pour ne pas retarder les travaux de construction sur le site des fouilles, étant donné l'importance stratégique du projet de la gare.

Présentation de l'éditeur

A la suite de la guerre franco-allemande de 1870/71, la France perd l'Alsace et une grande partie de la Lorraine, dont les trois arrondissements de la Moselle (Metz, Thionville et Sarreguemines) et deux arrondissements de la Meurthe (Château-Salins et Sarrebourg). Ceux-ci sont réunis pour former le district de la Lorraine allemande au sein du Reichsland d'Alsace-Lorraine. Ainsi, jusqu'en 1918, une frontière sépare la Lorraine en deux : d'un côté la Lorraine annexée par le jeune empire allemand et, de l'autre, la Lorraine française. En raison de la position stratégique de la ville, et pour prévenir toute tentative française de reconquête, l'état-major allemand attacha une importance primordiale à l'annexion de Metz, devenue capitale de la Lorraine allemande. La ville de garnison, aux portes de la France, devint ainsi l'une des villes les plus fortifiées du monde. En même temps, les autorités allemandes s'efforcèrent de placer Metz et sa région sous l'influence culturelle de l'empire. Ce contexte tout à fait particulier se reflète évidemment sur l'architecture et soulève plusieurs questions : quels messages politiques peut-on trouver dans l'architecture des bâtiments construits à cette époque ? Existe-t-il un style «allemand prussien» et un style inspiré de la tradition française ? Peut-on globalement y voir une provocation ? Sont étudiées ici les constructions dirigées par des représentants de l'empire, dont les ministères d'Etat de Berlin et la maison impériale, d'une part et les projets initiés par des institutions régionales ou locales, comme le gouvernement d'Alsace-Lorraine à Strasbourg ou les conseils municipaux, d'autre part.

Niels Wilcken a fait ses études en histoire de l'art, histoire et langues romanes aux universités de Kiel (Allemagne) et de Nancy. Après plusieurs vacations au Musée d'Orsay à Paris et un emploi aux Archives Municipales de Metz, il termina sa thèse de doctorat sur l'architecture publique en Alsace-Lorraine (1871-1918) en 1999. Aujourd'hui, vivant à Sarrebruck, il donne des cours à l'université de la Sarre et organise des voyages culturels.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Idées cadeaux de Noël
Idées cadeaux pour les enfants, les passionnés de high-tech...et plus encore! Retrouvez notre sélection rien que pour vous.

Détails sur le produit

Commentaires en ligne

4.5 étoiles sur 5
5 étoiles
1
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Voir les deux commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Par Stig TOP 1000 COMMENTATEURS le 13 décembre 2014
Format: Broché
Cet ouvrage de Niels Wicken, consacré à une part importante et incontournable du patrimoine messin, permet de découvrir l'influence considérable qu'exerça Guillaume II sur l'architecture de la cité et de ses environs. Cette région tenait particulièrement à coeur au kaiser qui chercha à s'y enraciner en acquérant le château d'Urville à Courcelles-Chaussy (certainement, n'y avait-il pas moins de légitimité que le roi détrôné de Pologne Stanislas Leszczynski, agent du roi de France, qui dota Nancy de l'ensemble architectural que l'on connait mais qui plusieurs fois a bien failli fuir la Lorraine).
Metz ne serait pas la ville agréable que l'on connait sans cette période de son histoire qui lui donna une grande partie de son charme actuel. Il faut bien toutefois déplorer que certains de ces monuments ne soient accessibles au public (et encore, souvent qu'en partie) qu'au cours des journées du patrimoine (palais du gouverneur, château d'Urville...).
Pour ceux qui souhaiteraient avoir une vue encore plus large (à la dimension du Reichsland) de la politique architecturale du second Reich, on ne peut que conseiller le fort beau (et très complet) livre en langue allemande que l'auteur a fait paraître en 2000 à la suite de la thèse universitaire qu'il présenta à l'université de Kiel : Niels Wilcken, "Architektur im Grenzraum- Das öffentliche Bauwesen in Elsass-Lothringen 1871-1918", Institut für Landeskunde im Saarland, Saarbrücken, 2000 dont les légendes des très nombreuses illustrations sont en allemand et en français et qui possède un résumé en français.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 2 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par TannP TOP 1000 COMMENTATEURS le 17 octobre 2013
Format: Broché Achat vérifié
Ce livre concerne essentiellement l'architecture des bâtiments à Metz et autour de Metz construits ou restaurés par les Allemands de 1873 à 1913.
On note des chapitres sur les gares, les postes en Lorraine, les casernes et les bâtiments militaires, les écoles, les églises.
Suivent deux derniers chapitres. L'un consacré aux restaurations (essentiellement la cathédrale de Metz). L'autre (et pas le moins intéressant) concerne les achats immobiliers de l'empereur Guillaume II en Lorraine, à Urville, et son rôle à Courcelles-Chaussy.

Ce livre met en lumière l'implication de Guillaume II dans les projets des architectes désignés pour construire ou restaurer. L'empereur modifie les projets des églises protestantes, mais ne s'occupe pas de ceux des édifices catholiques (sauf la cathédrale de Metz). L'ouvrage souligne aussi la volonté permanente de l'Empire allemand de germaniser cette contrée en s'attirant les bonnes grâces des Français de souche, mais en leur faisant sentir aussi, par le choix - parfois drastique - d'une architecture néo-romane ou de style rhénan, qu'ils font désormais partie de l'Allemagne.

Nombreuses photos noir et blanc : photos des bâtiments tels qu'on les voit aujourd'hui, mais également reproductions de cartes postales anciennes pour les bâtiments disparus.
Remarque sur ce commentaire 2 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?