• Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 9 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Milarepa a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison en France métropolitaine)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par RecycLivre
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: Merci, votre achat aide à financer des programmes de lutte contre l'illettrisme à travers le monde. Expédition depuis la France.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 3 images

Milarepa Poche – 9 janvier 2013

3.5 étoiles sur 5 26 commentaires client

Voir les 6 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 5,10
EUR 1,90 EUR 0,17
Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Premium bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations

Livre de poche, nouveautés poche Livre de poche, nouveautés poche

click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

  • Milarepa
  • +
  • Le sumo qui ne pouvait pas grossir
  • +
  • Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran
Prix total: EUR 15,10
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Présentation de l'éditeur

Simon fait chaque nuit le même rêve dont une femme énigmatique lui livre la clef : il est la réincarnation de l'oncle de Milarepa, le célèbre ermite tibétain du XIe siècle qui vouait à son neveu une haine inexpiable. Pour sortir du cycle des renaissances, Simon doit raconter l'histoire des deux hommes, s'identifiant à eux au point de confondre leur identité à la sienne. Mais où commence le rêve, où finit le réel ? Eric-Emmanuel Schmitt, dans ce monologue qui est aussi un conte dans l'esprit du bouddhisme tibétain, poursuit son questionnement philosophique : la réalité existe-t-elle en dehors de la perception que l'on en a ?

Biographie de l'auteur

Normalien et docteur en philosophie, Éric-Emmanuel Schmitt s’est d’abord fait connaître au théâtre avec Le Visiteur, devenu un classique du répertoire international. Ses pièces ont été récompensées par plusieurs Molière et le Grand Prix du théâtre de l’Académie française. Sa carrière de romancier, initiée par La Secte des Égoïstes, connait un succès international.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit


Commentaires en ligne

Meilleurs commentaires des clients

Format: Poche Achat vérifié
L'approche est un peu plus compliquée que les autres ouvrages du cycle de l'invisible. Cette fois-ci, l'auteur nous emmène à réfléchir au bouddhisme. C'est à nouveau un exploit dans le sens où les mots nous emmènent très rapidement (tant mieux car le roman est court, 1h30 de lecture) dans l'esprit philosophique du bouddhisme.

J'ai trouvé que ce roman était plus compliqué, probablement parce qu'il est construit comme un conte. Il est plus éloigné de mon quotidien, plus spirituel. Les personnages m'ont moins embarquée, même si l'auteur offre toujours cette dualité puissance des sentiments/finesse des personnages.

Un roman totalement à sa place dans le cycle de l'invisible.
Remarque sur ce commentaire 5 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche
Le Dharma et le bouddhisme tels sont les concepts qu'Eric-Emmanuel Schmitt évoque à travers Simon et Svastika. Ce livre est un peu plus dure que les trois autres de son cycle de l'invisible. Par contre, il est beaucoup plus court. C'est une véritable expérience humaine, qui nous initie lentement et avec douceur aux joies et à la complexité du Bouddhisme. Bref, c'est du Schmitt et du bon! A lire!
Remarque sur ce commentaire 9 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche
Après avoir relu Oscar et la dame rose, j'ai été toute enthousiasmée par Eric-Emmanuel Schmitt et je me suis directement lancée dans Milarepa. Changement radical d'univers avec ce petit conte philosophique.

Tout commence par un rêve, un rêve qui se répète. Et puis il y a une dame vaguement floue que Simon rencontre dans un café et qui l'appelle Svastika. Simon se plonge alors dans une sorte de vie antérieure qui est en fait une vie parallèle comme dans un rêve... On y rencontre Svastika (qui n'est autre que Simon) et son ennemi juré Milarepa. Puis tout devient flou, le narrateur commence à s'identifier à Milarepa. On se demande très souvent qui est ce "je": Simon? Milarepa? ou Svastika? Le narrateur doit raconter son histoire et celle de Milarepa une dernière fois (mais est-ce bien la dernière?) afin de rompre une sorte d'envoûtement qui l'empêche de reposer en paix et le force à se réincarner encore et toujours. Inspiration boudhiste donc...

Je n'ai pas vraiment réussi à comprendre cette haine que voue Svastika à Milarepa son neuveu... Pour moi, tout reste trop flou ... comme dans un rêve. Les contes philosophiques c'est peut être pas pour moi... mais je n'abandonne en aucun cas l'auteur dont j'ai très envie de lire les pièces de théâtre!
Remarque sur ce commentaire 11 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche
Cette nouvelle, bien que courte, contient une belle histoire sur la sagesse du bouddhisme. Contrairement à ce qui a été dit dans les autres commentaires, je ne l'ai pas trouvée difficile à comprendre.
Remarque sur ce commentaire 7 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche
Milarepa est un est un des 6 romans du cycle des invisibles d'Eric-Emmanuel Schmitt. Loin d'être le meilleur de la série, il n'en reste pas moins agréable et nous invite à réfléchir.
Cette nouvelle ne vous engagera pas dans de longues heures de lectures mais vous invitera à découvrir des thématiques phares d'Eric-Emmanuel Shmitt : les croyances et la réflexion générale sur la vie.
Remarque sur ce commentaire 2 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Camille Ré TOP 500 COMMENTATEURS le 27 septembre 2016
Format: Poche Achat vérifié
" - Tu es Svastika, dit-elle. Tu es l'oncle. Tu es l'homme par lequel tout arriva, le caillou sur lequel on trébuche au début du chemin.
- Je ne crois pas, dis-je simplement. Je suis Simon.
- Non, dit-elle.
- Mais si, Simon depuis trente-huit ans.
- Tu ne sais rien, affirma-t-elle de façon coupante. Tu t'appelles Svastika. Tu parcours les montagnes des songes depuis des siècles en essayant de purger ton âme. Tu voudrais te libérer de la haine. Tu n'y arriveras qu'en racontant l'histoire de celui que tu combattis, l'histoire de Milarepa, le plus grand des ermites. Lorsque tu l'auras racontée cent mille fois, tu échapperas enfin au samsara, ta migration circulaire et sans fin.
Et elle retourna s'asseoir à sa place, s'isolant derrière un mur bleuté et instable de fumée. Elle répétait :
- Cent mille fois, tu m'entends, cent mille fois... "
(page 10)

" (Ah oui, c'est Simon qui parle, pas Svastika, neuf siècles après. Maintenant, je me suis habitué à être plusieurs personnes, Simon et Svastika, comme je me suis habitué à vivre deux vies, celle du petit café noir sur la table de marbre et celle où me dépose le creux de mes songes. Maintenant, je dis "je" pour plusieurs "moi", cela m'allège. Lorsque je n'étais que moi, j'avais l'impression d'être lourd, bloqué, garrotté, condamné à moi comme à la prison.) "
(page 21)

Exotique !
PROFOND !!! ...
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Gerard Müller TOP 100 COMMENTATEURSMEMBRE DU CLUB DES TESTEURS le 28 septembre 2012
Format: Poche
Milarepa/Eric Emmanuel Schmitt
Simon rêve de façon récurrente qu’il est la réincarnation de l’oncle de Milarepa, le célèbre yogi poète tibétain qui vivait au XI é siècle, et qui fut un maître du bouddhisme, un des deux grands saints avec Padmasambhava. Je ne vais pas en dire plus sur les démêlés de Milarepa avec son oncle ; la présentation du livre et le quatrième de couverture le font très bien.
Je dirai juste que grand amateur des écrits de EES, et notamment des ouvrages du Cycle de l’Invisible (Monsieur Ibrahim, Oscar et la Dame Rose, l’Enfant de Noé), j’ai trouvé Milarepa un ton en dessous des autres. Je ne suis pas parvenu après deux lectures espacées à rentrer dans cette histoire, ce conte philosophique, qui certes nous propose une réflexion capable de nous conduire sur la voie de la sagesse, après un bel effort de lecture ( !), mais brouille les cartes en ce sens que l’on ne sait plus parfois qui est qui . Je ne suis peut-être pas assez initié à la pensée bouddhiste pour saisir toutes les subtilités de ces 70 pages assez hermétiques. Avis aux amateurs
Remarque sur ce commentaire 3 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents


Rechercher des articles similaires par rubrique

Où en sont vos commandes ?

Livraison et retours

Besoin d'aide ?