• Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 2 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Millefeuille - Prix Weple... a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par momox fr
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: En Stock.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Millefeuille - Prix Wepler 2012 Broché – 22 août 2012

2.7 étoiles sur 5 3 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 16,00
EUR 12,21 EUR 1,99
Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Premium bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations

Fête des Mères
click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Descriptions du produit

Extrait

Quand je l'ai connu, Jean-Pierre Millefeuille habitait déjà depuis longtemps rue Antoine-Bour-delle, une petite rue à côté de la gare Montparnasse. Je l'ai rencontré parce qu'à ce moment-là j'allais souvent au musée Bourdelle, et je prenais un café avant ou après à la brasserie qui fait l'angle avec l'avenue du Maine. Un vieux monsieur, grand, bien mis, portant beau comme on dit dans Balzac, souvent là en train de lire son journal, de rêver. Pas timide, plutôt bavard. Conversation, échanges. Et tout de suite, étonnement, de part et d'autre. On sait que la ville réserve toujours, et par définition, des surprises, mais on n'y croit jamais, à la rencontre, avant qu'elle n'arrive. Bref, séduction réciproque. Moi je venais de perdre mon père, alors les vieux messieurs... et lui, il me l'a dit très vite, me trouvait, ah, intéressante, un de ses mots préférés. C'était un professeur à la retraite, il avait enseigné la littérature, avec plaisir, avait écrit quelques livres, participé à quelques manuels. Pas amer, pas aigri. Oxygène.
Il m'invita chez lui. Il recevait souvent, un peu n'importe quand, beaucoup de passage, des amis, des anciens élèves, des jeunes, des moins jeunes. Grandes discussions, la littérature, l'art, la politique, l'époque.
C'était un moment bizarre. On est toujours dedans, d'ailleurs. Un flottement général, mais en même temps, lourd, pas léger, au contraire les choses, toutes les choses, semblaient en train de durcir, durcies. On ne s'y retrouvait pas, personne ne s'y retrouvait. La phrase de Hamlet, The time is out of joint, Le temps est hors de ses gonds, me venait souvent à l'esprit, une fois je le dis à Millefeuille, et lui, grand Shakespearien, il citait, récitait par coeur, il s'écria, Exactement. Plein de petits cercles dans les coins, mais pas d'ensemble. On parlait souvent du collectif, les jeunes surtout en parlaient, oui mais comment. On ne voyait pas.
Millefeuille ne demandait que ça, rencontrer des jeunes, se poser des questions avec eux, les écouter, il avait ça pour lui, pas du tout le vieux crispé sur ses acquis de pensée, ses habitudes. Une fois j'allais chez lui avec Zoé, la fille d'une amie, à une soirée organisée par quelques anciens élèves. Beaucoup de monde. Après Zoé me dit, avec la manière brutale et précise qu'elle pouvait avoir, Je ne sais pas si je l'aime, non, vraiment je ne sais pas.
Pourtant elle retourna le voir, et emmena même Léo, un amoureux. C'est là que tout a commencé.

Revue de presse

Il ne se passe pas grand-chose dans ce roman, sinon la routine d'un veuf à la retraite, mi-mondain, mi-hautain, pour qui l'oisiveté ouvre sur un gouffre d'angoisses alternant avec des phases euphoriques. Cependant le charme opère, grâce à la succession de saynètes tantôt absurdes, tantôt burlesques et au talent de Leslie Kaplan qui capte à la source un flot de réflexions ordinaires où l'incongru se marie au trivial, où la logique se dérègle. (Macha Séry - Le Monde du 23 août 2012)

C'est qu'il se détache, «Millefeuille», des êtres et des choses, et bientôt va mourir. Il le sent et le craint, ne le refuse, ni ne l'accepte. Quelques malaises, autant d'oublis, des peurs infondées, comme elles le sont souvent, lui rappellent, s'il le fallait, qu'il n'est plus dans la force de l'âge. Le long de rues qu'elle connaît comme sa poche pour y avoir passé son enfance, Leslie Kaplan brosse, dans le 17e livre qu'elle publie chez P.O.L., le portrait sensible et délicat de cet homme tourmenté par son déclin prochain...
De cette tragédie ordinaire, Leslie Kaplan fait émerger une délicieuse figure romanesque, tantôt balzacienne, «portant beau (...), souvent là en train de lire son journal», tantôt flaubertienne - «Félicité c'est moi», ironise-t-il sur la mort solitaire de la vieille servante d'Un coeur simple. (Fabienne Lemahieu - La Croix du 13 septembre 2012)

Avec son patronyme parfaitement improbable, 
Jean-Pierre Millefeuille se présente à la fois comme 
un personnage de papier et comme une personne 
de chair, à l'image de mille autres. Le dix-septième roman de Leslie Kaplan montre l'auteur une nouvelle fois au plus haut de son art. Par sa façon inégalable de faire tourner 
sa figure centrale sous différents éclairages. 
Par sa manière d'en circonscrire la mélancolie profonde. Enfin par l'affectation d'impassibilité de la langue 
et le rigoureux tombé de la phrase...
Leslie Kaplan a choisi l'imparfait et le passé simple pour dessiner le vieil homme déjà sorti du présent. Entre autres hanté par la figure du roi Lear, le souverain shakespearien qui avait trouvé dans la folie une façon 
de mourir au monde. Un réseau de sens ainsi se tisse, 
qui donne à ce texte sur l'absence dernière 
une formidable dimension humaniste. (Jean-Claude Lebrun - L'Humanité du 18 octobre 2012)

Ce livre porte bien son nom. Il se coupe difficilement, mieux vaut l'avaler d'une traite. Et il laisse des miettes partout, d'infimes particules dont on ne mesure pas tout de suite la portée, mais qui sont précieuses et tenaces...
Somnambule, flottante, l'écriture de ce roman s'approche de la mort à pas feutrés. Phrases étouffées qui tournicotent autour d'idées trop douloureuses, raccourcis de pensées qui sont le privilège de l'âge, accès d'autodérision déchirante : les ruminations de ce personnage digne de Tati empruntent mille chemins... (Marine Landrot - Télérama du 31 octobre 2012)

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre adresse e-mail ou numéro de téléphone mobile.




Détails sur le produit


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

2.7 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Format: Broché Achat vérifié
Millefeuille, c’est l’histoire – mais peut-on parler d’histoire avec si peu d’évènements dans la vie de cet homme d’un certain âge et qui vit seul. Un bonhomme attachant, pas si vieux, pas vraiment sympathique, qui se réveille un matin en se disant qu’il est mortel. Les autres le sont aussi, mais il a beaucoup de mal à penser que le monde puisse continuer sans lui. L’adversaire n’est pas tant la mort que lui-même. Alors, il fait surgir de sa tête des souvenirs, de menus évènements qui donnent sens. Comment transmettre cela ? Que transmettre ? Et à qui ?
Une écriture superbe, des phrases courtes, incisives, faites parfois de redites ou d’un simple adjectif. Des impressions soudaines qui claquent dans la tête. Faites de drôleries et de tragique. Entremêlés. L’auteure a un talent extraordinaire pour exprimer avec des mots qui font mouches, les pensées intimes du vieil homme qui déteste son imbécile de fils, a des désirs de vengeance, de meurtre, ne tient pas ses promesses et se moque des autres. Mais sait aussi se faire apprécier.
On comprend que ce Millefeuille, c’est aussi nous, chacun d’entre nous. Mon voisin de palier… Moi!
Alors on se surprend à parler tout seul, dans sa tête, puis à haute voix. Et tout devient un peu bizarre. Un livre qui fait réfléchir et qui laisse toutes les portes ouvertes... à nos réponses.
Remarque sur ce commentaire 3 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché
Très déçu : tout au plus une idée de "Nouvelle" qui pourrait tenir en 25 pages ce qui éviterait les longueurs, les redites. Un style qui, pour moi, n'en est pas un où l'absence de vrais dialogues conduit à une utilisation abusive du verbe "dire" sous la forme "Monsieur Millefeuille dit" ou "J-Pierre Millefeuille disait, à dit" (assurément plusieurs centaines de fois dans l'ouvrage). Certains commentaires ont avancé l'analyse d'une interrogation sur la fin de vie ? Bien superficielle en tous les cas !
Ajoutez à cela des fautes de grammaire et vous aurez compris pourquoi j'ai eu des difficultés à aller au bout d'un récit qui traîne en longueur... malgré des phrases courtes. Mon épouse, qui pourtant l'avait choisi, a abandonné sa lecture à mi parcours ou peut être aux deux tiers.
Pour une première approche de Leslie Kaplan, c'est raté.
Remarque sur ce commentaire Une personne a trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché Achat vérifié
Je pense que ça fait bien pour vendre un livre de le ceinturer d'un bout de carton et de marquer "prix untel".
Franchement encore une lubie de bobos parisiens.
Ce livre est écrit avec une Gateling. On se retrouve avec des rafales de mots plus ou moins longues; En tout cas, pas des phrases. Encore moins de la ponctuation. Hormis le point
Dommage, le thème est bien.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?