EUR 18,83
  • Tous les prix incluent la TVA.
Livraison gratuite dès EUR 25 d'achats. Détails
Il ne reste plus que 4 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Livré et vendu par Amazon dans un emballage certifié « Déballer sans s'énerver par Amazon ». Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Ministry (Psalm 69) a été ajouté à votre Panier
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Egalement disponible en MP3
Album MP3 à EUR 8,99

Ministry (Psalm 69)

4.7 étoiles sur 5 7 commentaires client

Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Premium bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations
25 neufs à partir de EUR 13,26 3 d'occasion à partir de EUR 18,63
inclut GRATUITEMENT la version MP3 de cet album.
Uniquement pour les albums vendus par Amazon EU Sarl, hors cadeaux. Voir Conditions pour plus d'informations, notamment sur les coûts de la version MP3 en cas d'annulation de commande.
Passez cette commande pour sauvegarder la version numérique de cet album dans votre bibliothèque Amazon Music. Vendu par Amazon EU S.à r.l.
Boutique Vinyle
Retrouvez toute notre sélection de Vinyles au sein de notre boutique Vinyle.

Déballer sans s'énerver par Amazon
Certification « Déballer sans s'énerver par Amazon »
Ce produit est certifié « Déballer sans s'énerver par Amazon ». Le programme « Déballer sans s'énerver par Amazon » vous propose des produits disposant d'un emballage simplifié, facile à retirer sans avoir à s'acharner dessus. N'utilisant que des cartons recyclables faciles à ouvrir et dépourvus de matériaux superflus, les emballages certifiés « Déballer sans s'énerver par Amazon » sont conçus pour être ouverts sans l'aide d'un cutter ou d'un couteau tout en protégeant votre article aussi bien que l'emballage traditionnel.
Voir tous nos produits certifiés « Déballer sans s'énerver ».

Offres spéciales et liens associés


Page Artiste Ministry


Détails sur le produit

  • Album vinyle (27 août 2012)
  • Nombre de disques: 1
  • Label: Rhino
  • ASIN : B0056EB8QA
  • Autres éditions : CD  |  Cassette  |  Album vinyle  |  Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 4.7 étoiles sur 5 7 commentaires client
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 68.277 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  •  Voulez-vous mettre à jour des informations sur le produit, faire un commentaire sur des images ou nous signaler un prix inférieur?

  • Ecouter les extraits (Extrait)
1
30
5:30
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,09
 
2
30
5:10
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
3
30
3:04
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,09
 
4
30
4:11
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,09
 
5
30
4:52
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
6
30
8:21
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,09
 
7
30
5:29
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,09
 
8
30
4:56
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,09
 
9
30
3:05
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,09
 

Descriptions du produit

Descriptions du produit

KEAH

Critique

A l’époque où paraît Psalm 69, le grunge est à son apogée. Les apparences semblent favorables aux Etats-Unis, après la chute de l’URSS et la victoire en Irak. Mais si toute une partie de la jeunesse américaine se reconnaît dans le désenchantement et les saturations de Nirvana, Alice In Chains et consorts, ce n’est pas anodin. Douze années de conservatisme et de libéralisme débridé (Reagan puis Bush père) ont laissé des traces : chômage de masse et jeunesse désœuvrée, résurgence de discours religieux rigoristes dans la sphère politique, émergence d’une censure qui ne dit pas son nom.

Fondateurs et tenants d’un indus-metal radical, Al Jourgensen et Paul Barker ne sont pas du genre à ménager leur public avec de douces mélopées. Il s’agit de réveiller les consciences, de déranger, d’instiller la révolte. Déjà auteur de quelques albums bruitistes et novateurs, Ministry n’avait en fait jamais sonné aussi extrême sur la durée d’un disque entier. Psalm 69, leur 5ème album studio est l’expression furieuse, violente et révoltée du sentiment d’un monde déshumanisé, comme privé d’espoirs, et qui œuvre à sa ruine. La pochette de l’album annonce d’ailleurs la couleur, avec cet ange perdu dans l’obscurité, cerné de machines et d’outils, yeux rivés vers une lointaine et inaccessible lumière.

L’album démarre dans le fracas avec «NWO» (référence au New World Order proclamé par le président Bush) : un pandémonium de samples de sirènes et de cris, de rythmes de piston et de guitares qui lacèrent. Le titre s’achève avec des paroles de Bush senior ( «What we are looking at is : Good & Evil, Right & Wrong» et «A new world», répété obsessionnellement jusqu’à cette impression de dénonciation : le voilà ce nouveau monde, brutal et déshumanisé, auquel la musique fait écho). D’emblée, nous voilà projetés dans l’univers sonore de Ministry : martial, lourd et répétitif jusqu’à en devenir hypnotique ; un maelström de guitares thrash, vociférations distordues, boîtes à rythmes furibardes - le tout sous un déluge de samples moins anodins qu’ils n’y paraissent. Sur le beat techno de «TV II», Al Jourgensen raille la toute-puissance de la télé («tell me something I don’t know (...) promise everything, take it all away»). Avec «Hero», c’est la guerre du Golfe qui est crûment évoquée, dans un texte craché avec révolte, débordant d’un cynisme caustique («the hero marches alone across the Highway of Death», «it’s not a matter of rights, it’s just a matter of war»). Mention spéciale au solo speed metal façon Slayer. S’ensuit le très déjanté single «Jesus built my hotrod» (paru en 1991), auquel à collaboré le démentiel Gibby Haynes, frontman des Butthole Surfers. Quant à «Psalm 69», il s’agit d’un titre débordant d’une ironie blasphématoire («the invisible piss of the Holy Ghost comes down like acid rain») rehaussée par des samples de chœurs religieux, prêches et témoignages de croyants («I feel like my heart’s being touched by Christ»).

Globalement dominé par une frénésie rythmique, l’album s’ouvre aussi à d’autres sonorités. «Scarecrow», qui dure plus de 8 minutes, est marqué par un tempo plus lent, une lourdeur et une noirceur quasi-gothiques. «Corrosion» et «Grace», qui clôturent l’album, nous mènent en territoire indus pur et dur. Bien qu’exempts d’éléments metal, ces deux derniers, ne déparent pas du reste de l’album : chaotiques, froids et machinaux. Mais le sommet de l’album est certainement l’effrayant «Just one fix», peut-être le tout meilleur titre qu’ait composé le groupe à ce jour. Le son de l’enfer intérieur, une musique de drogué : rythmique écrasante de marteau-piqueur, guitares et échos pervers. Parcouru d’une frénésie de camé en manque, ce morceau soulève un sentiment d’inéluctable, l’impression de foncer droit dans le mur. «Just one fix» s’achève par un riff évoquant une spirale descendante (c’est le riff toxique et sous amphé de «Into the void» de Black Sabbath). C’est Requiem for a dream concentré en 5 minutes et 11 secondes de pur vertige.

Voilà bien la bande son des années 90, une des plus belles réussites en matière de metal de la décennie. Neuf morceaux, neuf visions apocalyptiques, neuf images d’une Amérique décadente («pictures of our lost morality», «Scarecrow»), corrompue par le militarisme, la drogue, la violence, la propagande médiatique, le mensonge politique et l’hypocrisie religieuse. Avec ce disque bruitiste, violent, moqueur et blasphémateur, Ministry balafre sans ménagement la face souriante d’une Amérique triomphante, et accouche d’un sommet de l’indus-metal, sans doute jamais égalé. Extrême dans sa pertinence et dans sa violence, cet album est, dans un esprit punk, l’expression de la mauvaise conscience de son époque. Ce que devrait être tout vrai disque de rock’n’roll.



- Copyright 2016 Music Story


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.7 étoiles sur 5
5 étoiles
5
4 étoiles
2
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Voir les 7 commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Par Un client le 15 février 2002
Format: CD
Si cet album est souvent cité en référence dans la carrière de Ministry, mais aussi en tant que référence indus, ce n'est pas par hazard.
C'est que ce dérangé de Jurgensen semble avoir prit un malin plaisir à passer les sons dans sa moulinette industrio-métallique !
Il en ressort à la fois les étincelles d'une musique pesante, froide et inquiétante, typiquement indus (le flippant "Grace", l'hypnotique "Scarecrow") et des brûlots qui vous foutront une jouissive poussée d'adrénaline (le célébrissime "Just one fix", "Corrosion").
Mais Al a une moulinette dotée de moults accessoires, et peux aussi faire du "n'importe quoi" de grande volée (sisi, c'est possible !) que l'on appréciera au second degré avec un sourire conquis ("Jesus built my hotrod", "Psalm 69").
Ah, quand je vous disais que l'album est un classique !
Remarque sur ce commentaire 11 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD
ATTENTION!!! Ce disque peut changer votre vie ou plutôt vous faire ressentir la musique autrement.Je dis "musique" même s'il s'agit ici de chaos bruitiste mais là n'est pas l'essentiel.Lorsque vous aurez terminé l'audition de ce brûlot (à côté les SEX PISTOLS ME FONT MARRER, si si!!!)vous ne pourrez plus avoir le même avis sur le reste de la production musicale et c'est là que le bât blesse!Cette galette est tellement impressionante (sons massifs, cris inhumains...)que tout le reste parait fade, mou du genou..bref tout est remis en cause.A ma connaissance, je n'ai jamais écouté de disque plus perturbateur que celui-ci.
Remarque sur ce commentaire 4 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Lester Gangbangs TOP 1000 COMMENTATEURSMEMBRE DU CLUB DES TESTEURS le 12 mars 2010
Format: CD
Ministry, c'est deux américains cramés totaux, Paul Barker (basse, claviers et programmations) et surtout Al Jourgensen (chant ( ? ), guitares et claviers), leader et tête pensante du « groupe », aidés au fil des titres par quelques comparses ou invités occasionnels.
Jourgensen est à peu près un clone dégénéré de Lemmy Motorhead, tant au niveau du look que de l'hygiène de vie ... Venu du punk rock le plus brutal, très marqué par l'électronique violente des belges Front 242, il a au fil de sa discographie inclus de plus en plus d'éléments issus de la techno, du rock industriel, du metal extrême pour ce qui concerne les guitares... Ce disque paru au début des 90's partage avec le 4ème Led Zeppelin un titre imprononçable fait de symboles curieux, et est communément nommé « Psalm 69 ».
On plonge d'entrée dans le vif du sujet avec « N.W.O », fracas de boîtes à rythmes martiales, énorme riff de guitare répété ad lib, sirènes de police, voix mégaphonée et absence totale de mélodie... Le suivant, « Just one fix », paraît du coup beaucoup mieux construit, ce qui est un comble pour une sorte d'ode métallique à la destruction ou l'autodestruction la plus radicale et démontre que Ministry n'en a strictement rien à cirer du politiquement correct, c'est « Bring the noise » et fu*k tout le reste ... Alors ça peut donner du boucan désorganisé (« TV II »), une sorte de death metal tout en méchanceté sonique et agression bruyante...
Lire la suite ›
5 commentaires 3 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Vincent VZT MEMBRE DU CLUB DES TESTEURS le 22 mars 2011
Format: CD
psalm 69 est l'apogée artistique de ministry: les deux albums précédents sont très bons, the land of rape and honey (sans guitares!) propose une musique très typée 80's mais très bien foutue (hypnotisant hizbollah et excellent golden dawn entr'autres) tandis que the mind is a terrible thing to taste (ouf!) est en quelque sorte l'excellent prototype de la tuerie que sera psalm 69 (burning inside sera même retenue pour l'émission metal express de m6).
voilà pour la généalogie de cet album formidable qui voit ministry atteindre le sommet de son art, son style étant arrivé à maturité. le metal indus de ministry incorpore par moments des riffs que n'aurait pas renié slayer,
les rythmes rbotiques font mouche, les accélérations de tempo et les arrangements scotchent littéralement l'auditeur. les titres qui sortentdu lot son new world order, just one fix et jesus built my hotrod, mais les plus obscurs psalm 69 et scarecrow se révèlent être aussi de grands moments.
après avoir pondu un tel album, il est impossible de faire mieux sans se répéter,c'est pourquoi ministry changera sa formule sur les albums qui ont suivi dans les 90's (filth pig et dark side of the spoon) sans rencontrer le même succès.
ministry ne reviendra au niveau d'excellence de psalm 69 qu'avec les disques moins expérimentaux et plus metal de la période des années 2000, rio grande blood en tête.
Remarque sur ce commentaire Une personne a trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus


Discussions entre clients


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?