Actuellement indisponible.
Nous ne savons pas quand cet article sera de nouveau approvisionné ni s'il le sera.
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Egalement disponible en MP3
Album MP3 à EUR 5,94

Moanin'

4.8 étoiles sur 5 12 commentaires client

Boutique Vinyle
Retrouvez toute notre sélection de Vinyles au sein de notre boutique Vinyle.
Nos clients ont également consulté ces articles en stock

Offres spéciales et liens associés



Détails sur le produit

  • Album vinyle (28 janvier 2013)
  • Date de sortie d'origine: 9 décembre 2009
  • Nombre de disques: 1
  • Label: Parlophone
  • ASIN : B002LCOQ5K
  • Autres éditions : CD  |  Cassette  |  Album vinyle  |  Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 4.8 étoiles sur 5 12 commentaires client
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 279.147 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  •  Voulez-vous mettre à jour des informations sur le produit, faire un commentaire sur des images ou nous signaler un prix inférieur?

  • Ecouter les extraits (Extrait)
1
30
9:35
Ecouter le titre Acheter : EUR 0,99
 
2
30
4:51
Ecouter le titre Acheter : EUR 0,99
 
3
30
6:11
Ecouter le titre Acheter : EUR 0,99
 
4
30
7:34
Ecouter le titre Acheter : EUR 0,99
 
5
30
6:16
Ecouter le titre Acheter : EUR 0,99
 
6
30
5:49
Ecouter le titre Acheter : EUR 0,99
 

Descriptions du produit

LP


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.8 étoiles sur 5
5 étoiles
10
4 étoiles
2
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Voir les 12 commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Par frenchjazzfan MEMBRE DU CLUB DES TESTEURS le 22 décembre 2006
Format: CD
Ce disque est sans doute Le chef d'oeuvre de la formation mythique des Jazz Messengers avec le lumineux trompettiste Lee Morgan, le talentueux arrangeur, compositeur et saxophoniste Benny Golson et le pianiste soulful Bobby Timmons et bien sûr le leader au meilleur de sa forme, le batteur Art Blakey.

L' album contient les classiques "Moanin'" et "Blues March", tous deux de Benny Golson, qui vont connaître un grand succès notamment en France et vont faire beaucoup pour amener un nouveau public au jazz moderne.

A découvrir en complément les fabuleux enregistrements Live du groupe à Paris, à l' Olympia et au Club St Germain et aussi les excellents disques du Jazztet de Benny Golson et Art Farmer où les talents d' arrangeur de Golson s' expriment encore mieux !

Bon Jazz à tous !
1 commentaire 24 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD
Tout est réuni sur ce disque pour en faire un des sommets du hard bop: les thèmes signés Golson ou Timmons sont splendides et d'une musicalité envoûtante; les solistes sont plus inspirés que jamais (pas une note n'est de trop et chacun délivre un discours passionnant à travers son instrument, justifiant ainsi son statut de "messenger"); la revendication et la véhémence de la musique noire habitent la séance ("Blues March").
C'est un de ces disques qu'on peut écouter très souvent sans jamais éprouver la moindre lassitude.
Remarque sur ce commentaire 34 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD Achat vérifié
C'est la meilleure formation des "Jazz messengers", avec Lee MORGAN à la trompette (qui percute comme Dizzy), Benny GOLSON au sax ténor (venant du même Gillepsie) et principal compositeur dont le célèbre "Blues March" qui fit en grande partie le succès des J.M. et "The drum thunder suite" écrit pour la rythmique, Bobby TIMMONS au piano, Jimie MERRITT à la basse (élève de Blanton et l'égal des Mingus, Petiford, Ray Brown...) et particulièrement pour le percutant et tonique meneur Art BLAKEY qui s'y éclate.
L'enregistrement de 1958 débute avec la composition à la main de Bobby TIMMONS "Moanin", ça swingue à merveille et se prolonge par une autre version de "Moanin" qui n'est pas de la même session du copié-collé mais c'est très bon.
Un tel concentré de musiciens au summum de leur art ne pouvait qu'engendrer un enregistrement accompli et de haut niveau.
Ce fut un déclencheur dans l'arrivée du bop en France (après Gillepsie). Les oreilles s'ouvraient enfin à ce jazz novateur. La première formation singulièrement "audible" ces années là.
Un excellent disque à glisser dans votre discothèque.
Je dois avouer que le même frisson épidermique me revient à chaque écoute.

Indéniablement le style BLAKEY, rythmique omniprésente, n'a pris aucune ride.(il a pourtant 50 ans!!!).
6 commentaires 11 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par ecce.om TOP 100 COMMENTATEURS le 19 mars 2015
Format: CD Achat vérifié
C’est la conjonction du commentaire bienveillant d’un punk repenti sur un disque d'Art Blakey and his Messengers et le souvenir ému du formidable film "Whiplash" qui m’a conduit à cet achat.

Il faut dire qu'en matière de Jazz je suis assez méfiant et ignare (ou ignare car méfiant ?) et que le hard bop est souvent ma frontière. Au delà, quand commencent le Free et la Fusion, j’ai davantage de mal.

Mais là, avec les relents encore sensibles de Rhythm and Blues et l’impulsion qu’imprime cet incroyable batteur, je décolle et clément, adhère.
Quand Blakey relie l’Afrique au Nouveau continent (c’est lui le vrai oncle à Toms) comme sur "Drum Thunder", je comprends pourquoi Ginger Baker m’a si souvent ensorcelé dans un autre registre.

Il faut dire aussi qu’autour d’Art Blakey, il y a du beau monde cette année là (1958) et que les morceaux sont à la hauteur des interprètes.

"Moanin’ " composé par Bobby Timmons (p), justifie à lui seul l’achat du disque.
Mais le reste suit. Que ce soit les 4 titres du saxophoniste Benny Golson (l’excellent et très poppy "Are You Real", l’apaisé "Along Came Betty", le bien nommé "The Drum Thunder Suite" tout à la force du maillet, l’éternel "Blues March") ou le classique "For come rain or shine"…Rien ne dépare.

Hormis ceux déjà cités, le reste du quintette comprend le contrebassiste Jymie Merritt et, je dirais même surtout, le trompettiste Lee Morgan . J’ai un rapport difficile avec cet instrument qui me laisse parfois au bord du chemin. Mais là, j'avoue que son solo sur Moanin’ , ça me parle.
Lire la suite ›
8 commentaires 2 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Album vinyle Achat vérifié
C'est la meilleure formation des "Jazz messengers", avec Lee Morgan à la trompette (qui percute comme Dizzy), Benny Golson au sax ténor (venant du même Gillepsie) et principal compositeur dont le célèbre "Blues March" qui fit en grande partie le succès des J.M. et "The drum thunder suite" écrit pour la rythmique, Bobby Timmons au piano, Jimie Merritt à la basse (élève de Blanton et l'égal des Mingus, Petiford, Ray Brown...) et particulièrement pour le percutant et tonique meneur Art Blakey qui s'y éclate.
L'enregistrement de 1958 débute avec la composition à la main de Bobby Timmons "Moanin", ça swingue à merveille et se prolonge par une autre version de "Moanin" qui n'est pas de la même session du copié-collé mais c'est très bon.
Un tel concentré de musiciens au summum de leur art ne pouvait qu'engendrer un enregistrement accompli et de haut niveau.
Ce fut un déclencheur dans l'arrivée du bop en France (après Gillepsie). Les oreilles s'ouvraient enfin à ce jazz novateur. La première formation singulièrement "audible" ces années là.
Un excellent disque à glisser dans votre discothèque.
Je dois avouer que le même frisson épidermique me revient à chaque écoute.
Indéniablement le style Blakey, rythmique omniprésente, n'a pris aucune ride.(il a pourtant 50 ans!!!).
Remarque sur ce commentaire 2 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus


Discussions entre clients


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?